Périmètres irrigués villageois en Afrique sahélienne. (CTA, 1990, 234 p.)
close this bookPérimètres irrigués villageois en Afrique sahélienne. (CTA, 1990, 234 p.)
close this folder5 - Le périmètre irrigué villageois de Toya
View the document(introduction...)
View the documentUne région isolée
View the documentLes activités traditionnelles: Riz et sorgho
View the documentLe programme FENU
View the documentLa conception
View the documentLes cultures
View the documentRôle de la communauté villageoise
View the documentLes réalisations - l'aménagement
View the documentL'intensification
View the documentL'organisation paysanne
View the documentLa gestion financière
View the documentRedevance - Commercialisation - Revenus
View the documentValorisation des terres improductives
View the documentDes techniques simples
View the documentUne rapide adaptation
View the documentL'autogestion

Une centaine d'hectares sont actuellement en exploitation à Toya. Ils comportent 5 unités indépendantes de 20 hectares. Cette configuration permet notamment de regrouper les paysans du village le long des différents canaux selon leurs affinités. Une zone de quelques hectares proche du groupe d'alimentation a été réservée pour des pépinières (photo 5.2).


Photo 5.1: Toya. Groupes motopompes en bordure du Niger, bassins de dissipation et départ des canaux principaux.


Photo 5.2: Toya. Pépinières et diguettes.

Chaque module de 20 hectares reçoit son eau d'un groupe motopompe refoulant dans un bassin de dissipation en maçonnerie. De ce bassin part un canal d'amenée unique calculé pour satisfaire des besoins en eau correspondant, pour 6 jours d'irrigation par semaine, à un débit d'équipement de 80l/s (fîg. 5.2 & photo 5.1).

L'alimentation des parcelles se fait par des buses en PVC placées en travers des cavaliers des canaux et pouvant laisser passer un débit de 20 à 30 l/s (photo 5.3). Lorsque la charge d'eau est suffisante dans le canal (rempli sur toute sa longueur ou jusqu'au niveau d'un barrage), trois ou quatre prises sont ouvertes en même temps jusqu'à ce que la lame d'eau dans la parcelle soit suffisante. Ces prises sont alors bouchées et le processus recommence sur un autre groupe de parcelles. Le tour d'eau est de 7 jours avec un jour de repos pour l'entretien du groupe motopompe, soit 6 jours effectifs d'irrigation.

Le réseau d'irrigation est entièrement construit en terre et en remblai compacté à la main. Les seuls ouvrages en dur sont le bassin de dissipation et quelques renforcements aux angles et aux paititeurs (photo 5.4).

L'aménagement est complété par une digue périphérique, des drains et un bâtiment d'entreposage pour les intrants et les productions.

Cinq groupes motopompes assurent l'alimentation en eau du périmètre. Ces groupes sont montés sur chariot car la topographie assez plane du bourrelet de berge permet facilement leur déplacement en fonction de la montée des eaux. Les pompes peuvent débiter en moyenne 300 m3/h. La hauteur manométrique totale varie de 4 à 10 m.

Les petites réparations et l'entretien mécanique se font sur le terrain avec l'assistance du personnel du projet qui forme les mécaniciens locaux.


Photo 5.3: Toya. Canal en terre et buses.


Photo 5.4: Toya. Ouvrages simples.

Un atelier et un local de stockage pour les pièces de rechange ont été mis à la disposition des villageois par les Iles de Paix dont la base se trouve à Kabara, à quelques kilomètres au sud de Tombouctou. Les frais d'entretien sont inclus dans la redevance.

L'entretien du réseau est réalisé par les attributaires.

Le périmètre de Toya compte 13 km de canaux et 5 km de digues entièrement réalisés à la main. 278 cultivateurs occupent les terres aménagées à raison d'une superficie unitaire de 0,37 ha par exploitant.

L'aménagement manuel a nécessité 1 000 hommes jour/ha, digue comprise.

Le total des investissements pour la mise en œuvre d'un périmètre tel que celui de Toya s'élève à un peu moins d'un million de francs CFA par hectare (fonds de roulement pour la première campagne et estimation du coût de la main-d'œuvre compris).

La consommation du groupe motopompe de Toya est de l'ordre de 150 l/ha/campagne. La durée de fonctionnement est d'environ 1 000 heures pour 20 hectares soit un volume de pompage de 13 000 m3/ha.