Cover Image
close this bookLe défi de la coopération économique régionale : le point de vue du secteur privé, vol.3 - n°3, Reseau de L'entreprise en Afrique de L'ouest, 1995
View the document(introduction)
Open this folder and view contentsLe commerce régional en Afrique de l'Ouest
Open this folder and view contentsEditorial
Open this folder and view contentsNouvelles du Réseau
Open this folder and view contentsRapport spécial: La Côte d'Ivoire

(introduction)

Septembre 1995
Volume 3 No. 3

Le défi de la coopération économique régionale: Le point de vue du secteur privé

Le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest organise une conférence régionale qui se tiendra à Accra en novembre 1995 dont l'objectif sera de mettre au point une plate-forme du secteur privé sur les réformes qui doivent être entreprises pour développer et améliorer le commerce et l'investissement dans la région.

La coopération économique régionale en Afrique de l'Ouest reste encore un rêve malgré des années d'efforts pour développer le marché régional. Les politiques ont négocié avec ardeur des traîtés, comme les protocoles de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) au plan régional, la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEAO), l'Union Monétaire Ouest-Africaine (UMOA), et, aujourd'hui, l'Union Monétaire et Economique Ouest-Africaine (UEMOA), au plan sous-régional. Que reste-t-il de ces efforts? Beaucoup de désillusions et de regrets. Le principe de la libre circulation des biens et des personnes ne cesse d'être affirmé par les politiques de la région dans son ensemble. Force est pourtant de constater, qu'aujourd'hui plus que jamais, des obstacles multiples freinent la libre circulation. Pour faire passer un produit d'un pays à un autre, les opérateurs économiques de la région sont contraints d'avoir recours à des transferts illégaux et à des pratiques archaiques comme le troc.

La situation doit impérativement évoluer si l'on veut que le secteur privé se développe dans la région. Les seizee pays de la CEDEAO offrent à l'entrepreneur un marché global autrement plus intéressant que les marchés de chaque pays limités aux seules frontières nationales. Le potentiel du marché régional est d'autant plus intéressant que la dévaluation du franc CFA améliore la compétitivité des produits d'Afrique de l'Ouest sur les marchés extérieurs et contraint les entreprises ouest-africaines à rechercher dans la région des intrants, des biens et des services à des prix en principe moins élevés que ces mêmes produits et services en provenance d'Europe.

Lors du récent Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernements de la CEDEAO qui s'est tenu à Accra, au Ghana, le 28 et 29 juillet 1995, les participants ont reconnu que les performances économiques les participants ont reconnus que les performances économiques de la région étaient médiocres. L'Afrique de l'Ouest fait face à une crise catastrophique avec un taux de croissance de l'économie estimé à 1,8% en 1994 pour un taux de croissance de la population qui est de 3% par an. Le Communiqué Final du Sommet déclare avec solennité que "tous les gouvernements et leurs administrations, la communauté des affaires d'Afrique de l'Ouest et l'ensemble des populations sont priés de jouer au plus vite le rôle qui est le leur dans le processus d'intégration régionale pour faire en sorte que l'Afrique de l'Ouest soit en mesure de faire face avec succès aux défis du 21ème siècle".

The Networker

Le Bulletin du Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest, est une publication trimestrielle du Réseau de l'Entreprise de l'Afrique de l'Ouest, une association de 300 entrepreneurs en 11 pays de l'Afrique de l'Ouest, anglophones et francophones.

Ecrire à:

The Networker, Le Réseau de L'Entreprise de l'Afrique de l'Ouest
c/o Databank Financial Services Group
SSNIT Tower Block, 5th Floor
Private Mail Bag. Ministries Post Office,
Accra, Ghana
Tel: (233) 21-66-91-10
Fax: (233) 21 23-40-07/66-91-00
email: ababio@ncs.com.gh

Tous droits réservé

Le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest a décidé de faire tout son possible pour répondre au défi du commerce régional. Tous ses membres ont déjà engagé un processus qui leur permet de développer les contacts commerciaux et d'échanger des informations sur les prix des intrants, les volumes disponible et les coûts de transport.

La prochaine étape consistera, pour le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest, à faire le point sur trois des obstacles principaux au commerce régional lors d'une réunion qui se tiendra à Accra. L'intitulé de cette conférence régionale sera: "Le défi de la Coopération Economique régionale: le point de vue du secteur privé". Elle se tiendra à Accra, au Ghana du 10 au 13 novembre 1995.

Les travaux dureront quatre jours pendant lesquels les participants mettront au point des plans d'action destinés à traiter trois sujets qui sont d'un intérêt capital pour les opérateurs du secteur privé dans la région:

1. comment faciliter les transferts monétaires dans la sous-région;
2. l'harmonisation des régimes douaniers; et
3. l'amélioration des transports régionaux, routiers, ferroviaires, maritimes et aériens.

L'objectif de ces ateliers est de parvenir à l'élaboration d'une plate-forme du Réseau de l'Entreprise sur les améliorations aux régimes légaux et réglementaire qui régissent le commerce intra-régionales pour parvenir à une amélioration significative de l'environnement des affaires en Afrique de l'Ouest. En particuliers, le Réseau de l'Entreprise s'est fixé comme objectif de présenter cette plate-forme au prochain sommet des Chef d'Etat et de Gouvernements de la CEDEAO qui se tiendra au mois de juillet 1996.

Plus de 250 personnes devraient assister à la cérémonie d'ouverture, les délégations du secteur privé, les représentants des administrations nationales, des journalistes des pays membres de la CEDEAO ainsi que des agences de coopération qui ont soutenu et soutiennent les activités du Réseau de l'Entreprise. Parmi celles-ci figurent l'USAID, le Club du Sahel de l'OCDE, la CFD, le ministère de Coopération, l'ACDI, la Banque Mondiale et l'Union Européenne.

Il est prévu qu'une centaine de personnes participeront aux séances de travail de la conférence soit 50 représentants des réseaux provenant des onze réseaux nationaux francophones et anglophones, une vingtaine de représentants des administrations nationales, une dizaine de représentants des agences de coopération (USAID, CFD, EU, ACDI, GTZ, BIRD, et le Club de Sahel), une dizaine de représentants des institutions régionales (CEDEAO, BCEAO, BAD...) et, enfin, une dizaine de représentants de la presse au plan national, régional et international.

Le Réseau de l'Entreprise a demandé au Président de la République du Ghana, actuel Président de la CEDEAO, S.E. Mr. Jerry Rawlings de présider et d'ouvrir les travaux de la conférence. Monsieur Edouard Benjamin, Secrétaire Exécutif de la CEDEAO, Monsieur John Hicks, Administrateur Délégué de l'USAID pour l'Afrique, Monsieur Roy Stacy, Directeur du Secrétariat du Club du Sahel et Monsieur Jean Pierre Gonon, Vice Président de la CFD prononceront des allocation d'ouverture.

Il est également prévu que cinq ministres des finances des pays membres de la CEDEAO soient invités à la cérémonie de clôture au cours de laquelle la plate-forme du Réseau sera présentée. Le Réseau entend bien travailler avec tous les participants à la conférence d'Accra pour engager avec succès les actions de lobby nécessaires à un changement réel et positif. La plate-forme servira de point de départ.

La prochaine édition du Networker reproduira l'intégralité du texte de la plate-forme mise au point lors de la conférence d'Accra. Nous demandons à tous nos lecteurs de joindre leurs efforts aux nôtres pour faire en sorte que les reformes qui figureront dans cette plate-forme soient adoptées et effectivement mises en oeuvre.

Le défi de la coopération économique régionale: Des principes à la réalité

par Jean-Baptiste Amichia, Coordonnateur du Réseau de l'Entreprise de la Côte d'Ivoire

Depuis déjà 1975, les Etats de l'Afrique de l'Ouest ont commencé à élaborer les principes d'une Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest. Ces principes ne sont pas encore appliqués, malgré un grand nombre de traîtés bilatéraux et régionaux. Aujourd'hui, toutefois, un groupe d'entrepreneurs dynamiques réalise la Communauté des Entrepreneurs des Etats d'Afrique de l'Ouest et du Tchad: le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest (REAO). Etablir le passage des principes à la réalité, tel est le défi que veut relever le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest. Depuis 1993 ce groupe d'entrepreneurs du secteur privé travaille à l'amélioration du climat des affaires dans la sous région et à la promotion du commerce et des investissements transfrontaliers.

La démarche adoptée est basée sur le pragmatisme avec le souci de coller à la réalité du terrain. Les entrepreneurs ne sont pas des théoriciens de l'intégration économique. Ce sont des hommes et des femmes d'affaires soucieux de saisir les opportunités pour créer et de développer leurs entreprises. Le CEDEAO, forte de 16 états et de ses 200 millions d'habitants, représente un vaste marché sur lequel interviennent de nombreux opérateurs économiques africains. Malgré l'existence de textes réglementaires et la volonté affichée des hommes et des femmes politiques, les entrepreneurs doivent franchir de nombreux obstacles tous les jours pour transporter les marchandises, passer d'un pays à l'autre, transférer le fruit des transactions.

Cette situation est intolérable. Une nouvelle approche doit être adoptée. Le succès de l'approche du Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest offre de nouvelles perspectives pour la mise en oeuvre d'une Coopération économique régionale. Au départ une organisation informelle regroupant des hommes et des femmes du secteur privé des pays anglophones et francophones de la sous-région, le REAO est aujourd'hui une organisation formelle dotée d'un siège, d'une charte, d'un centre d'information commerciale, qui intègre des réseaux professionnels qui réalisent des affaires au niveau sous-régional. Ces entrepreneurs apprennent à:

" travailler ensemble
" partager leurs expérience
" dépasser les différences de langues, de monnaies
" développer des courants d'affaires
" créer ensemble des entreprises, associations...

L'expérience de ces hommes et femmes d'affaires mérites d'être mise à profit pour travailler à:

" l'amélioration des transferts monétaires intra-regionaux
" l'harmonisation des régimes douaniers
" la fluidité des transports routier, ferroviaire, aérien, maritime

Ces trois sujets constituent l'ossature de la plate-forme de dialogue avec les responsables politiques chargés de la mise en place et de l'application effective des lois et des règlements. Cette plate-forme sera élaborée pendant une conférence que le REAO organise du 10 au 13 novembre 1995 à Accra, au Ghana. L'apport du REAO sera celui d'un partenaire crédibles et motivé qui doit faire face tous les jours aux impératifs contradictoires, aux obstacles et aux frustrations du commerce régional. L'objectif de la conférence est ambitieux mais réaliste. En se fixant cet objectif, le REAO fait la preuve de son engagement à faire passer un peu plus des principes à la réalité.

UFATAC-CI

Union Franco Africaine de Transport Aérien et Commerce Côte d'Ivoire

Siège Social: Imm. Horizon 5 éme Etage, Pte 114, Plateau, Abidjan, Côte d'Ivoire.
" Tél.; (225) 21 22 08 " Fax: (225) 21 22 09

Ets. DAMUS

01 B.P. 2806 Abidjan 01 Côte d'Ivoire
" Tel.: (225) 21 22 08 " Fax: (225) 21 22 09

BOULANGERIE NADEGE

" B.P. 6 Jacqueville Côte d'Ivoire " Tél.: (225) 31 57 43

S.T.E.B.T.

Société de Transformation et d'Exploitation des Bois Tropicaux
Exploitation Forestière, Scierie

" B.P. 362 San-Pédro Côte d'Ivoire " Tel.: (225) 71 1211 " Fax: (225) 71 11 91

Le Réseau de l'Entreprise approuve sa charte

Le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest décide de formaliser l'association en tant qu'organisation non-gouvernementale internationale, basée à ACCRA, et approuve sa charte.

Lors de la dixième réunion des coordonnateurs du Réseau de . l'Entreprise en Afrique de l'Ouest qui s'est tenue à Ouagadougou, au Burkina Faso les 1 et 2 juillet 1995, les représentants des onze réseaux nationaux ont pris deux décisions qui marquent une étape dans la vie du Réseau. Tout d'abord, la formalisation du Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest qui devient une "organisation non gouvernementale international" dont le siège sera à Accra, au Ghana. Ensuite, l'adoption d'une charte du Réseau à laquelle tous les membre adhèrent et qui expose la mission du Réseau, ses objectifs, son organisation, les droits et devoirs à l'égard su Réseau régional.

Lors de la réunion de Ouagadougou, Monsieur Ken Ofori-Atta, Coordonnateur du Réseau de Ghana et membres du Comité Exécutif a communiqué une lettre du gouvernement du Ghana qui se félicitait du choix d'Accra pour le siège du Réseau Régional et qui citait les privilèges et exemptions fiscales qui seront accordés, par les autorités du Ghana, au Réseau Régional, en tant qu'organisation non gouvernementale internationale.

Monsieur Ken Ofori-Atta a informé les coordonnateurs de la décision du Réseau du Ghana de faire les contributions supplémentaires suivantes en contrepartie de l'honneur qui leur est fait de baser le siège du Réseau Régional au Ghana: le Réseau du Ghana prendra en charge les frais d'enregistrements, versera une contribution supplémentaire de 2.000$ par an au budget du

Réseau, prendra en charge les frais de location des bureaux du siège pendant la première année. Il fera en sorte que les formalités d'enregistrement du Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest soient bien réalisées avant le 30 octobre 1995.

Monsieur Ken Ofori-Atta a par ailleurs, confirmé qu'au premier juillet 1995, 80% de 22.000$ de contribution avaient bien été versés sur le compte du Réseau à Accra. Chaque Réseau national s'était en effet engagé à verser 2.000 $ de contribution annuelle pour couvrir les frais de fonctionnement des activités régionales.

Le nouveau siège du Réseau de l'Entreprise à Accra se trouvera dans les locaux du Centre d'Information du Réseau de l'Entreprise. Le Centre d'Information a diffusé son première "flash d'information" à tous les réseaux nationaux. Il s'emploie, avec les coordonnateurs charges de l'information de chaque pays, à améliorer le contenu de ce flash. Les informations contenues dans cette première édition du flash comprennent les prix de certaines matières premières agricole dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest (Ghana, Mali, Sénégal et Cote d'Ivoires) ainsi que les horaires et prix de fret des navires en partance du port d'Accra. Le Centre d'Information régional fournit toujours les informations commerciales dont tous les membres du Réseau sont demandeurs en utilisants les liaisons de courrier électronique qui sont à présent opérationnelles pour la quasi totalité des réseaux.

Toute demande concernant le Centre d'Information peuvent être adresses à Tina Ababio soit par téléphone au (233) 21234007, par fax au (233) 21234007 ou (233) 2166910 ou encore par Email: ababio@ncs.com.gh.

LA CHARTE DU RESEAU DE EAU DE L'ENTREPRISE EN AFRIQUE DE L'OUEST

CHAPTER I
MISSION ET BUTS:

Article 1:

Le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest ("Réseau Régional') est une organisation non-gouvernementale internationale regroupant des entrepreneurs du secteur privé structuré dans la zone de la Tchad.

Article 2:

La mission du Réseau Régional est d'une part, d'améliorer le climat des affaires en Afrique de l'Ouest dans les pays membres, et d'autres part, de développer le commerce et les investissement trans-frontaliers.

Article 3:

Les buts du Réseau Régional sont les suivantes:

" réunir les éléments les plus dynamiques et les plus motivés du secteur privé en Afrique de l'Ouest et au Tchad dans un cadre associatif et apolitique;

" favoriser l'élaboration d'une position du secteur privé sur les problèmes qui concernent ses membres;

" améliorer le dialogue entre le secteur privé et les Etats dans sa zone d'intervention;

" développer entre les réseaux nationaux des relations amicales et d'affaires fondées sur le principe de solidarité entre les membres;

" améliorer la compétitivité et les capacités techniques des entrepreneurs d'une même secteur d'activité par la création de sous réseaux professionnels.


CHAPTER II
MEMBRES :

Article 4:

Les membres du Réseau Régional sont les réseaux nationaux signataires de la présente charte.

Article 5:

Les réseaux nationaux qui acceptent les obligations de la présente charte, qui sont juges aptes à les remplir par l'Organisation et qui continuent à les remplir peuvent devenir membres du Réseau Régional

Article 6:

La décision d'admission de nouveaux réseaux membres est prise par l'Assemblée des Coordonnateurs sur recommandation du Comité Exécutif.

Article 7:

Pour être accepté au sein du Réseau Régional, chaque réseau national doit:

" compter au moins 15 membres, hommes et femmes d'affaires, jouissant d'une réputation irréprochable;
" avoir mis au point et exécuter un plan stratégique;
" avoir un budget de fonctionnement financé par les cotisations de ses membres;
" avoir un secrétariat opérationnel.

Tout réseau national nouvellement admis en tant que membre aura un délai de six mois pour la mise en place des éléments cités ci-dessus.

Article 8:

Si un réseau national enfreint les principes énoncés dans la présente charte, il recevra immédiatement un avertissement du Comité Exécutif. Si le réseau national ne tient pal compte de cet avertissement, il encourt une suspension de ses droits et privilèges par l'Assemblée des Coordonnateurs sur t recommandation du Comité Exécutif. L'exercice de ses droits et privilèges peut être rétabli sur recommandation du Comité Exécutif.

Article 9:

Si un réseau national enfreint de manière persistante les principes énoncés dans la présente charte, il peut être exclu de l'organisation par l'Assemblée des Coordonnateurs sur recommandation du Comité Exécutif.

Article 10:

Tout conflit éventuel entre réseaux nationaux fera l'objet d'un règlement à l'amiable par accord direct entre les réseaux concernés. En cas de désaccord, une instance d'arbitrage sera convoqué par le Comité Exécutif qui sera composé d'au moins trois membres de l'Assemblée des Coordonnateurs, en dehors des coordonnateurs des pays concernés.

CHAPTER III
ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

Article 11:

Les organes principaux du Réseau Régional sont:

" l'Assemblée Générale des membres des réseaux nationaux
" l'Assemblée des Coordonnateurs
" le Comité Exécutif
" le Secrétariat Permanent
" les Sous-Réseaux professionnels

L'ASSEMBLEE GENERALE DES MEMBRES DES RESEAUX NATIONAUX

Article 12:

L'Assemblée Générale des membres des réseaux nationaux et des sous-réseaux se réunit une fois tous les deux ans.

Article 13:

L'Assemblée Générale a pour objectif principal de favoriser les échanges régionaux en offrant aux membres la possibilité de présenter leurs projets commerciaux et d'investissements à des investisseurs potentiels membres des réseaux nationaux ou étrangers. Sa convocation est faite par le Secrétariat Permanent du Réseau Régional après accord de l'Assemblée des Coordonnateurs.

L'ASSEMBLEE DES COORDONNATEURS

Article 14:

L'Assemblée des Coordonnateurs se compose des coordonnateurs de tous les réseaux nationaux et des responsables des différents sous-réseaux professionnels.

Article 15:

L'Assemblée des coordonnateurs discute de toutes les questions entrant dans le cadre de la présente Charte ou se rapportant aux pouvoirs et fonctions de l'un quelconque des organes du Réseau Régional.

Article 16:

L'Assemblée des Coordonnateurs peut étudier les principes généraux de gestion et d'organisation des réseaux nationaux, y compris des principes régissant la qualité de membre de ces réseaux et leurs plans stratégiques, afin d'assurer une harmonisation entre les différents réseaux nationaux. Il fait des recommandations à ce sujet aux réseaux nationaux su au Comité Exécutif.

Article 17:

L'Assemblée des coordonnateurs, sur recommandation du Comité Exécutif, approuve et vote le budget de fonctionnement du Réseau Régional et fixe le montant de la contribution annuelle de chaque réseau national pour couvrir les frais du Réseau Régional.

Article 18:

L'Assemblée des coordonnateurs, sur recommandation du Comité Exécutif, approuve et vote le plan d'action stratégique du Réseau Régional.

Article 19:

L'Assemblée des coordonnateurs étudie et approuve le rapport annuel du Comité Exécutif.

Article 20:

Le quorum de l'Assemblée des coordonnateurs est fixé à sept coordonnateurs. Les décisions de l'Assemblée sont prises à la majorité des deux tiers des suffrages exprimés. Chaque réseau national dispose d'une voix. En cas d'empêchement, le coordonnateur national peut soit mandater un autre membre de son réseau national soit donner pouvoir à un coordonnateur d'un autre réseau de son choix.

Les questions principales soumises obligatoirement au vote sont:

" l'admission de nouveaux membres la suspension des droits et privilèges des membres
" l'exclusion de membres du Réseau Régional
" le budget de fonctionnement annuel du Réseau Régional
" l'élection des membres du Comité Exécutif

Article 21:

Un réseau national en retard de paiement de sa cotisation au Réseau Régional ne peut participer au vote de l'Assemblée des Coordonnateurs. Au bout d'un année de retard enregistré dans le paiement de ses cotisations, un réseau national ne peut plus participer à l'Assemblée des Coordonnateurs.

Article 22:

Les réseaux nationaux conviennent d'accepter et d'appliquer les décisions de l'Assemblée Coordonnateur.

Article 23:

L'Assemblée des Coordonnateurs se réunit au moins trois fois par an. Les réunions sont convoquées par les secrétariat permanent du Réseau Régional sur demande du Comité Exécutif et au lieu précisé par celui-ci. La notification de la réunion sera envoyée aux Coordonnateur au mois un mois avant de la réunions de l'Assemblée sera arrêté pour permettre à chaque pays d'en être le hôte à tour de rôle. Le lieu et la date de la réunion peuvent être modifiés on cas de force majeur, sur recommandation du Comité Exécutif. L'Assemblée de Coordonnateurs établit, lors des réunions, sont règlement intérieur et désigne son président de séance. Chaque réunion débute par le bilan des activités des réseaux nationaux depuis précédente réunion.

LE COMITE EXECUTIF DU RESEAU REGIONAL

Article 24:

Le Comité Exécutif se compose de trois membres, coordonnateurs ou non des réseaux nationaux. L'un des membres devrait être d'un pays francophone et un autre d'un pays anglophone. Le troisième membre peut être de l'un au l'autre groupe linguistique.

Les membres sont élus pour une durée de deux ans au mois de décembre des années impaires à la majorité des deux tiers des suffrages exprimés des membres de l'Assemblée des Coordonnateurs.

Article 25:

Le Comité Exécutif et pour missions principales:

" d'élaborer le plan d'action stratégique du Réseau Régional

" d'animer les actions du Réseau Régional

" d'assurer la représentation du Réseau Régional

" de mobiliser les ressources financière nécessaires au activités du Réseau Régional

" d'organiser avec le Secrétariat Permanent les Réunions de l'Assemblée des Coordonnateurs et des l'Assemblée Générale de membres des réseaux nationaux

" de préparer le rapport annuel et tout rapport demandé par l'Assemblée des Coordonnateurs

LES SECRETARIAT PERMANENT DU RESEAU REGIONAL

Article 26:

Le Secrétariat Permanent du Réseau Régional assure le bon déroulement des actions du plan stratégique du Réseau Régional, dont le Centre d'Informations, l'organisation des réunions des coordonnateurs et autres manifestation ou rapports.

Article 27:

Le Secrétariat Permanent comprend le personnel suivant:

" un secrétaire permanent
" un trésorier
" un documentaliste

Ce personnel ne peut être membre d'un réseau national et doit être bilingue, anglais/français.

Article 28:

Le personnel est recruté par Comité Exécutif qui veillera à assurer au Réseau Régional les services de personnes possédant de hautes qualités de travail, de compétences et d'intégrité. Le Comité Exécutif fixera également les termes et les conditions d'emploi de ce personnel.

Article 29:

Le secrétariat permanent attirera l'attention de l'Assemblée des coordonnateurs sur tout manquement constaté dans les obligations des réseaux nationaux.

Article 30:

Le secrétariat permanent rend compte de son activité au Comité Exécutif dont il dépend.

LES SOUS RESEAUX PROFESSIONNELS

Article 31:

Les Sous Réseaux professionnels regroupent des opérateurs économiques par secteur d'activité. Ils sont partie intégrante du Réseau Régional. En tant que tels, leur mission et leurs objectifs sont en conformité avec ceux du Réseau Régional.

Article 32:

Sur demande de membres intéressés et proposition du Comité Exécutif, l'Assemblée des Coordonnateurs approuve la création des sous-réseaux professionnels.

Article 33:

Les Sous Réseaux professionnels disposent de toute latitude pour le choix de la forme juridique et la mise au point de leurs programmes de travail et procédures internes en rapport avec la mission et les objectifs du Réseau Régional.

Article 34:

Les Sous Réseaux professionnels rendront compte de leurs activités à l'Assemblé des Coordonnateurs lors de ses réunions.

Article 35:

Un commissaire aux comptes externe au Réseau sera nommé par Comité Exécutif. Il peut être démuni de ses fonctions par le Comité Exécutif sur la recommandation de l'Assemble des Coordonateurs.

Conformément aux conditions du paragraphe précédent, le Comité Exécutif fixers les termes et conditions de service et pouvoirs du commissaire aux comptes.

Article 36:

La présente charte entrera en vigueur après signature par tous les coordonnateurs des réseaux nationaux et les responsables des sous-réseaux professionnels.


Fig. 1

Cap développement

Cap Développement: Une alliance entre le Réseau de l'Entreprise de la Côte d'Ivoire et la Fédération Nationale des Industriels de la Côte d'Ivoire

LA SYNERGIE RESEAU/FEDERATION

Le Réseau de l'Entreprise de Cote d'Ivoire et la Fédération Nationale des Industriels de Cote d'Ivoire ont décidé d'être partenaire en créant l'association CAP DEVELOPPEMENT le 6 juin 1995 à ABIDJAN.

Cette association est la manifestation concrète de la volonté des 2 groupes de travailler ensemble pour contribuer au développement du secteur prive en Cote d'Ivoire. En effet, au regard de sa mission et de son programme d'action qui vise à la fois l'essor d'une nouvelle classe d'entrepreneurs et l'amélioration de la compétitivé des entreprises le Réseau de l'Entreprise de Cote d'Ivoire a conclu à la nécessité de développer une synergie avec la FNICI. Cette synergie est évident pour au moins trois raisons:

1. Le secteur privé industriel en Cote d'Ivoire est bien structuré et la FNICI constitut l'une des forces importantes de développement des activités économiques du pays sur laquelle le réseau peut s'appuyer.

2. Les projets développés par le réseau ont besoin d'adhésion des entreprise de la FNICI - principaux donneurs d'ordres - pour le concrétisation,

3. La vocation que s'est donne le réseau est d'être en prise directe avec le tissu industriel existant seul moyen d'aboutir à des résultats tangibles

LES OBJECTIFS DE CAP DEVELOPPEMENT

Lors de l'Assemblée Générale constitutive les membres présents ont mis l'accent sur la nécessité d'être très proches du terrain en visant, avec les entrepreneurs et les entreprises du secteur privés à:

1. Développer des systèmes d'information pour mieux connaître les potentielles industrielles et améliorés la connaissance des marchés sous régionaux et internationaux en terme d'opportunités d'affaires;

2. Valoriser l'image de l'entreprise;

3. Promouvoir les exportations au niveau régional et international;

4. Favoriser l'émergence d'activité productives notamment dans le domaine de la sous-traitance;

5. Contribuer à 'amélioration et à la valoration des produits "made in Cote d'Ivoire";

6. Développer des actions et des projets de formation pour améliorer les capacités du secteur privé.

Le conseil d'administration des 12 membres répartis egalitairement entre le Réseau de l'Entreprise et la FNICI a désigné

Président:

PIERRE MAGNE


Directeur Général SITAB (FNICI)

Vice:

JEAN BAPTISTE AMICHIA

Président

Directeur Comercial ICBM (Réseau)

Trésorier:

JACOB AMEMATEKPO


Vice Président


CITY BANK (Réseau)

LE LANCEMENT DE CAP DEVELOPPEMENT

CAP DEVELOPPEMENT a choisi de démarrer ses activités pendant la manifestation CAP INDUSTRIE qui s'est déroulé du 13 au 15 juin 1995 ´a ABIDJAN. Pendant ces 3 jours, les 210 entreprises de la fédération ont exposé et présenté leurs produits et services. Elles ont participé au tables rondes sur les grands thèmes relatifs au développement du secteur privé. Messieurs Daniel TEURQUETIL Secrétaire Général de la FNICI et Jean Baptiste AMICHIA Coordonnateur du Réseau de la Cote d'Ivoire ont co animé une table rond sur le thème: "Comment faire de la sous-traitance un outil de compétitivité pour les entreprise?". Les participants à cette table ronde; Entreprise donneurs d'odres et entreprises sous traitantes adhérents de la FNICI, Caisse Française de Développement, Banque Mondiale, Ministère du commerce et de l'industrie de Cote d'Ivoire, ont été d'accord pour connaître qu'il existe un formidable gisement dans la région dans les domaines suivants:

1. Sous-traitance des approvisionnements
2. Sous-traitance de la fabrication
3. Sous-traitance de la maintenance
4. Sous-traitance des services (Transport, informatique...)

Lors de cette table rond MM AMICHIA et TEURQUETIL ont présenté aux participants les termes de refrénées du projet de CAP DEVELOPPEMENT DE LA SOUS TRAITANCE.


Fig. 2

Technologies de l'information: Des compétences africaines chez CA2I

CA2I fournit une expertise africaine dans tous les aspects des technologies de l'information: de la conception d'images de synthèse à la réalité virtuelle et au multimédia

Dans de nombreux pays africains, les sociétés qui offrent des services de pointe sont détenues par des capitaux étrangers et les travaux sont, le plus souvent, réalisés par les sociétés mères, en dehors du territoire national. Les compétences nationales existent pourtant: la jeune génération a bénéficié de formations de pointe en France ou aux Etats Unis, elle a acquis une expérience dans les sociétés les plus connues, la dévaluation du Franc CFA rend très onéreux le recours à des sociétés qui font réaliser leurs travaux à l'extérieur et devrait permettre aux jeunes techniciens nationaux de trouver leur place sur le marché. Les exemples de réussite sont encore rares et CA2I ouvre la voie.

Au dernier salon consacré aux Systèmes d'Information Géographiques AFRICAGIS au mois de mars 1995 à Abidjan une seule société à capitaux africain avec des collaborateurs africains était présente: le CABINET AFRICAIN d'INFORMATIQUES INDUSTRIELLE (CA2I)

Dans ses nouveaux locaux au coeur du centre des affaires d'Abidjan en Cote d'Ivoire CA2I propose un ensemble de services autour de la Conception

Assistée par Ordinateur (CAO) Guillaume FANJINOU et Jean Baptiste KOUAME, 30 ans de moyenne à tous les deux diplômés en Génie mécanique et automatisme industriel, après une première expérience professionnelle chez des distributeurs informatiques et à la Banque Africaine de Développement (BAD), se sont associés pour créer en 1993 leur propre entreprise dans un secteur à fort potentiel d'évolution.

CA2I s'est doté d'outils performants pour accompagner les entreprise africaines dans leur stratégie de développement dans les domaines:

" Génie Mécanique, Electronique Electrotechnique
" Architecture, B.T.P., Génie civil
" Gestion électronique de documents
" Multimédia et Imagerie de synthèse
" Cartographie, Gestion graphique de patrimoine, Systèmes d'Information Géographiques.

Tirant parti du renchérissement de l'expertise occidentales à la suite de la dévaluation du franc CFA, CA2I a accru son implantation dans les entreprises et peut compter parmi ses clients la Société Ivoirienne de Raffinage, le Port Autonome d'Abidjan, le service du cadastre de la Direction générale des

Impôts de Cote d'Ivoire. Avec toutes ses sociétés CA2I adopte une démarche qui fait ses preuves d'efficacités dans les sociétés performantes:

" Etude d'opportunité
" Etude de faisabilité
" Analyse de l'existant et bilan des besoins
" Comparaison des scénarios et évaluation des projets
" Mise au point d'une solution technique et maîtrise d'oeuvre

De la conception d'image des synthèse à la simulation de la réalité virtuelle et au Multimédia en passant par la numérisation de document et la mise en place de Systèmes d'informations intégrées et de gestion graphiques de patrimoine CA2I relève le défi de la qualité internationale. La formation des utilisateur constitue un volet significatif des activité de CA2I. Pour atteindre les exigence de qualité, Guillaume Fandjnou et Jean Baptiste KOUAME développent une politique de partenariat hardi avec des acteurs significatifs de l'informatique, de la CAO et des Systèmes d'Information Géographiques. Avec leur compétences et les perspectives d'évolution du marché régionale ils ont réussi à gagner la confiance d'une partenaire dans le secteur des technologies de l'information.

La sous-traitance en Afrique de l'Ouest: Un chemin vers le développement économique pour la nouvelle génération d'entrepreneurs africains

Le Réseau de l'Entreprise de la Côte d'Ivoire analyse le potentiel pour la création et l'expansion des entreprises par les accords de sous-traitance

L'un des thèmes traités lors de la conférence d'Accra organisée à 1993 par le Réseau de l'Entreprise en Afrique de l'Ouest (REAO) portait sur l'entrepreniat et la nécessité de susciter la création de nouvelles entreprises africaines. Le plan d'action du Réseau de Cote d'Ivoire en a fait un axe majeur de ses activités pour les années 1994 et 1995. Une première étape a porté sur l'analyse de l'existant en Cote d'Ivoire, pays qui dispose d'un tissu industriel de qualité mais dont les capitaux sont détenus par des étrangers. A l'issu de cette analyse, il est apparu que l'une des voies possible pour la création de nouvelles entreprises nationales était la sous-traitance. Les unités industrielles de Cote d'Ivoire avaient été conçues, dans l'euphorie des faiblesse du tissu industriel des années 70 avaient, de plus, imposé aux concepteurs l'intégration de nombreuses activités annexes comme la maintenance ou l'emballage qui ne pouvaient alors être sous traitées. Aujourd'hui ces unités sont sur dimensionnées. Elles doivent réduire leur taille pour améliorer leur compétitivité et profiter au mieux des avantages de la dévaluation. La sous-traitance s'impose.

La deuxième étape suivie par le Réseau de Cote d'Ivoire a consisté en la recherche de la meilleure approche pour faire de la sous traitance le vecteur de l'émergence d'une nouvelle génération d'entrepreneurs capable de travailler dans le strict respect des exigences d'une économie moderne. Pour y parvenir, le Réseau de Cote d'Ivoire s'est associé avec la Cap Développement (voir l'article à la page 9) a pour objectif la promotion des activités de sous-traitance. Le projet d'appui sur les donneurs d'ordre, membres de la FNICI, il identifie les gisements de sous-traitances potentielle et les capacités disponible dans les entreprises en termes de production ou de service.

Le comité de pilotage de ce projet a consulté les principaux donneurs d'ordre installés en Cote d'Ivoire. Il ressort de cette consultation préalable que la sous traitance représente un potentiel de compétivité des entreprises.

La sous-traitance des approvisionnements en matière premiers pour l'agro-industrie peut favoriser des activités de première transformation des produits agricole.

La sous-traitance de la fabrication permet d'utiliser les surcapacités existantes dans certaines entreprises.

La sous-traitance de la maintenance permet à l'entreprise de se concentrer sur son métier de base et d'optimiser sa capacité a satisfaire ses clients.

La sous-traitance des services est un moyen efficace de maîtriser les budgets et la qualité des prestations hors de champ d'activité de l'entreprise.

De plus, une politique de sous-traitance bien menée permet d'offrir de nouvelles opportunités aux collaborateurs dans le cadre de l'essaimage, l'outplacement ou dans le placements des cadres au chômage.

Le comité de pilotage du projet a élaboré un plan d'action en six phases:

1. Obtenir l'adhésion des institutions au projet de développement de la sous traitance.

2. Elaborer un questionnaire permettant d'obtenir les informations nécessaire à la constitution de la banque de données du projet.

3. Recueillir les données auprès des entreprises retenues.

4. Traiter les données recueillies pour mettre en évidence les gisements de sous traitance

5. Mettre en place un serveur permettant de connaître les besoins et les offres de sous traitance

La réalisation de ce plan d'action se déroulera en 2 étapes:

Le première étape va s'appuyer sur un panel d'une dizaine de projets de sous-traitance. Ces projets sont sélectionnés en fonction de l'existence d'un marché de base (contrat potentiel avec un donneur d'ordre). Sur la base de ces projets, le comité de pilotage élaborera un kit d'outil commerciaux, financiers, techniques, juridiques destinés à déterminer les facteurs de succès d'un accord de sous-traitances.

L'objectif est d'obtenir les accords de financement pour le mois d'octobre 95 pour une mise en oeuvre des premiers projets a fin décembre 1995. Les discussions avec le bailleur de fonds sont très avancées.

La deuxième étape sera l'extension de la méthodologie à l'ensemble des sociétés donneurs d'ordre ou sous-traitances et la mise en place d'un serveur national permettant de connaître les offre de sous-traitances.

Le succès du projet se mesurera en nombres d'entreprise créés grâce à cette approches au chiffres d'affaires additionnel dans les entreprise disposant des ressources inexploitées.