Cover Image
close this bookDiagnostic Prealable aux Plans d'Action en Amérique Centrale et dans les Caraïbes (Centre for Research on the Epidemiology of Disasters - International Center for Training Exchanges in the Geosciences, 1997, 190 p.)
View the document(introduction...)
View the documentAVIS AU LECTEUR
close this folderINTRODUCTION
View the document1. Objectifs du diagnostic et antécédents
View the document2. Méthodologie et limites
View the document3. Caractéristiques générales de la région d’étude
View the document4. Plan de l’étude
View the document5. Participations
close this folder1° PARTIE. LES CATASTROPHES NATURELLES EN AMERIQUE CENTRALE ET DANS LES CARAÏBES: BILANS ET RISQUES
View the document(introduction...)
close this folderI. LES CONSEQUENCES DES CATASTROPHES NATURELLES EN AMERIQUE CENTRALE ET DANS LES CARAÏBES
View the document(introduction...)
View the document1. Un bilan d’ensemble
View the document2. Les catastrophes naturelles: des freins au développement
View the documentConclusions
close this folderII. DANGERS NATURELS ET CATASTROPHES: REPARTITIONS ET FREQUENCES
View the document(introduction...)
View the document1. L’inégale répartition des dangers naturels
View the document2. Fréquence et répartition des catastrophes
View the documentConclusions
close this folderIII. ANALYSE DES CRITERES DE VULNERABILITE
View the document(introduction...)
View the document1. Densités de population 1992 croisées avec les taux de croissance annuelle de population (1960-1993)
View the document2. Indicateur du Développement Humain (I.D.H.) 1993 croisé avec le taux de croissance de population urbaine (1960-1993)
View the document3. P.I.B. réel corrigé par habitant 1993 croisé avec le taux d’alphabétisation des adultes 1993 ou avec les données de mortalité infantile 1993
View the documentIV. CONCLUSIONS: LES NIVEAUX DE RISQUE
close this folder2° PARTIE. REALISATIONS ET BESOINS EN MATIERE DE REDUCTION DES RISQUES ET DES CONSEQUENCES DES CATASTROPHES NATURELLES
View the document(introduction...)
close this folderI. BILAN DES ACTIONS ENGAGEES DANS LA REGION DANS LE DOMAINE DE LA RECHERCHE
View the documentUntitled
close this folder2. Vulnérabilité et risque
View the document(introduction...)
View the documenta. La vulnérabilité (approche technique)
View the documentb. La vulnérabilité (approche sociale)
View the document3. Conclusion: bilan des actions engagées dans la région dans le domaine de la connaissance (recherche)
close this folderII. BILAN DES ACTIONS ENGAGEES DANS LA REGION DANS LE DOMAINE DE LA PREVENTION (STRICTO SENSU)
View the document(introduction...)
View the document1. Planification préventive de l’occupation du sol
View the document2. Réduction de la probabilité d’occurrence et surtout de l’efficacité d’un phénomène naturel destructeur; actions sur les causes des phénomènes
close this folder3. Réduction des effets d’un phénomène naturel destructeur: protections technologiques
View the document(introduction...)
View the documenta. Actions destinées à retenir, dévier le phénomène destructeur
View the documentb. Actions destinées à rendre les constructions résistantes aux phénomènes potentiellement destructeurs
View the document4. Conclusion: bilan des actions engagées dans la région dans le domaine de la prévention (stricto sensu)
close this folderIII. BILAN DES ACTIONS ENGAGEES DANS LA REGION DANS LE DOMAINE DE LA PREPARATION
View the document(introduction...)
close this folder1. Préparation de l’alerte
View the document(introduction...)
View the documenta. Alerte cyclonique
View the documentb. Alerte contre les inondations
View the document2. Préparation de la protection
View the document3. Préparation de la phase de secours
View the document4. Les plans d’urgence
View the document5. Conclusion: bilan des actions engagées dans la région dans le domaine de la préparation
close this folderIV. BILAN DES ACTIONS ENGAGEES DANS LA REGION DANS LE DOMAINE DE L’INFORMATION ET DE LA FORMATION
View the document(introduction...)
close this folder1. Production et divulgation de l’information à l’échelle régionale et nationale
View the document(introduction...)
View the documenta. A travers les colloques, séminaires et ateliers
View the documentb. A travers les revues et les pages Internet
View the documentc. A travers les centres de documentation
View the document2. Information/formation destinée aux communautés locales
View the document3. Information/formation destinée à des publics ciblés
View the document4. Conclusions: bilan des actions engagées dans la région dans le domaine de l’information/formation
close this folderV. MODES ACTUELS D’APPLICATION DES POLITIQUES DE REDUCTION DES RISQUES: DE L’APPROCHE SECTORIELLE A L’APPROCHE INTEGREE
View the document(introduction...)
View the document1. L’approche sectorielle
View the document2. L’approche d’ensemble essentiellement centrée sur la question des risques
View the document3. L’approche intégrée centrée sur le développement durable
View the document4. Modes actuels d’application des politiques de réduction des risques; principales conclusions
close this folderVI. CONCLUSION: SYNTHESE DES BESOINS EN MATIERE DE REDUCTION DES RISQUES ET DES CONSEQUENCES CATASTROPHES NATURELLES
View the documentDans le domaine de la recherche scientifique et technique
View the documentDans le domaine de la prévention stricto sensu
View the documentDans le domaine de la préparation
View the documentDans le domaine de l’information/formation
View the documentModes d’application
close this folder3° PARTIE. CONTEXTE ACTUEL ET CONDITIONS POUR UN PROGRAMME DIPECHO COHERENT, REALISABLE ET EFFICACE
View the document(introduction...)
View the documentI. LES PARTICULARITES REGIONALES ET NATIONALES
close this folderII. FAIBLESSES ET QUALITES INSTITUTIONNELLES AUX DIFFERENTS ECHELONS GEOGRAPHIQUES
close this folder1. Au niveau régional: le cas du CEPREDENAC et du CDERA
View the document(introduction...)
View the documenta. Présentation du CEPREDENAC31
View the documentb. Présentation du CDERA32
View the documentc. Appréciations complémentaires et conclusions
View the document2. Au niveau national: le problème des organismes nationaux d’urgence ou structures assimilées
View the document3. Au niveau local; la nécessité actuelle de renforcer les structures locales
close this folderIII. LES ORGANISMES SUSCEPTIBLES DE PARTICIPER A LA MISE EN ŒUVRE DU DIPECHO ET LEURS PERSPECTIVES
View the document(introduction...)
close this folder1. Les grandes organisations internationales œuvrant dans le domaine de la prévention/préparation
View the document(introduction...)
View the documenta. Bureau Régional de l’IDNDR
View the documentb. Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS/OMS)
View the documentc. Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge (FICR)
View the documentd. Organisation des Etats Américains (OEA)
View the documente. Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)
close this folder2. Les autres partenaires ou intervenants possibles
View the documenta. En Amérique Centrale
View the documentb. Dans les Caraïbes
close this folderIV. LE ROLE ACTUEL ET EN PERSPECTIVE DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE ET DES ETATS MEMBRES
close this folder1. Implications inégales des Etats Membres de la Communauté Européenne
View the document(introduction...)
View the documenta. Le rôle de la Suède
View the documentb. Le rôle du Danemark, de la France, du Royaume-Uni et des Pays-Bas
View the documentc. L’émergence de l’Allemagne
View the documentd. Les autres pays européens
View the documente. Les perspectives
View the document2. Les liens entre ECHO et les autres Directions Générales de la CE pour une activité préventive plus efficace
View the documentV. CONTEXTE ACTUEL ET CONDITIONS D’EFFICACITE: CONCLUSIONS
close this folderCONCLUSION GENERALE
close this folderI. LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS DU DIAGNOSTIC
View the document1. Catastrophes et risques en Amérique Centrale et dans les Caraïbes: des risques de catastrophes inégaux mais partout présents
View the document2. Réalisations et besoins en matière de réduction des risques: des efforts sensibles, mais encore trop partiels et ponctuels
View the document3. Conditions de mise en œuvre du programme DIPECHO
close this folderLIGNES D’ACTIONS PRIORITAIRES POUR LE DIPECHO
close this folder1. Recommandations communes pour l’Amérique Centrale et les Caraïbes
View the document(introduction...)
View the documenta. Renforcer les structures locales et régionales afin, notamment, de développer les potentialités des structures nationales et d’impliquer davantage le milieu politique.
View the documentb. Sensibiliser, informer, persuader et développer des outils d’aide à la décision
View the documentc. Mettre à profit l’existence de programmes de développement durable pour intégrer la prévention des risques
View the document2. Recommandations particulières pour l’Amérique Centrale
close this folder3. Recommandations particulières pour les Caraïbes
View the document(introduction...)
View the documenta. Faciliter le débat entre le CDERA, l’OECS et le CARIFORUM pour déterminer l’échelle (ou les échelles) géographique d’action la plus pertinente et développer un plan d’action régional
View the documentb. Favoriser les échanges entre les pays de la région
View the documentc. Tenir compte des particularités d’Haïti
View the documentBIBLIOGRAPHIE
close this folderANNEXES
View the documentSigles/Abréviations
View the documentExtraits de: A. Angulo, C. Bugnion et P. Masure, “Rapport de mission exploratoire dans les Caraïbes et en Amérique Centrale pour DIPECHO”, 30 septembre-12 octobre 1996.
View the documentDécret n° 109-96 du 9 décembre 1996, Guatemala
View the documentListe des personnes rencontrées dans le cadre du diagnostic

3. L’approche intégrée centrée sur le développement durable

“Les solutions techniques destin ire les consences des catastrophes sont souvent battues en bre par les realitsociales”. Cette expression souvent formulpar les spalistes des risques, oeuvrant sur le terrain, illustre l’idselon laquelle il est difficile de prnir ou de prrer de mani efficace lorsque le contexte humain n’est pas favorable ou lorsqu’on ne le prend pas suffisamment en considtion.

Dans certains cas, les personnes expos es menaces naturelles ignorent vivre dans des secteurs dangereux, mais cela est de plus en plus rare et les risques naturels sont au moins per, s’ils ne font d partie du quotidien. Cependant, les menaces naturelles ne sont pas forcnt pers et ves depuis l’inteur d’une communautenac comme on pourrait l’imaginer depuis l’exteur. Elles entrent en effet en concurrence avec d’autres contraintes, d’ordre nomique, social ou politique, et du coup, s’en trouvent relativis. Les risques naturels, notamment lorsque la probabilit’occurrence d’nements destructeurs est faible, sont ainsi souvent moins obsnts que d’autres risques dits sociaux comme la pauvretle che, l’insritles conflits, la drogue, etc. Or, ces risques sociaux dominent largement les prcupations dans de nombreux pays de la ron, m si certains semblent trouver une solution (processus de paix en Amque Centrale notamment), Il est donc difficile de mobiliser les esprits, de mani prntive, sur des questions qui passent souvent au second plan et qui ne prennent toute leur dimension que lorsque la catastrophe est survenue. C’est pourquoi, il parautile de rattacher, chaque fois que cela est possible, toute action de prntion et de prration es options plus larges touchant de plus praux intts immats des personnes et communautconcern. En d’autres termes, ils s’agit d’inter ces actions elles qui, de mani plus grale, relnt du dloppement.

L’intt d’une telle drche est au moins triple:

- d’une part, les actions visant ire les risques sont mieux accept et assimil et donc plus efficaces, si elles accompagnent un processus d’amoration des conditions de vie, reconnu comme tel par les populations impliqu;

- d’autre part, il est reconnu que tout processus de dloppement est compromis lorsque les consences des catastrophes naturelles sont trop plisantes, ce qui est le cas de nombreux pays de la ron;

- enfin, il est tout aussi dent, que de nombreuses solutions visant ire les risques ne se rencontrent pas directement dans le domaine du risque lui-m (les “solutions techniques”), mais dans les facteurs indirects qui contribuent ccroe la vulnbilit/BLOCKQUOTE>

Quelques exemple permettront d’illustrer cette id

C’est ainsi que la lutte contre la pauvretdont le lien avec la vulnbilitux catastrophes est clairement bli (m si non exclusif), est en m temps une action de rction des risques. Celle-ci peut s’avr tout aussi efficace, sinon plus, qu’une formation destinffronter un nement catastrophique donnne constituant pas une vtable prioritour le public auquel la formation est destin L’id est de pouvoir associer l’dication de la pauvrett la rction des risques naturels, ce qui est tentu Costa Rica (Plan Nacional Combate a la Pobreza), mais pas a Jamae, par exemple, oquestion des risques n’est pas encore retenue dans le programme de lutte contre la pauvretue le PNUD est en train de lancer.

Autre exemple de situation couramment v par les autoritlocales ou municipales. Ces autorit tout aussi conscientes qu’elles soient des risques courus par leur communauttout aussi responsables qu’elles soient de la srite cette communautde par la loi, ou dans un contexte de dntralisation (comme cela est actuellement v en Amque Centrale), seront impuissantes pour tenter de rire les risques sans les moyens nssaires. Ces moyens relnt de la compnce (d’ordes formations) mais aussi de bases financis suffisantes. C’est ainsi que les programmes actuels de mis jour des cadastres municipaux (notamment au Guatemala), afin de fournir aux collectivitlocales la possibilite relever les imputiles eur fonctionnement, sont non seulement des actions utiles pour le dloppement de ces collectivit mais aussi, la mise en place de conditions utiles, erme, pour la rction des risques.

Dans un autre registre, il est par exemple illusoire de vouloir rire ponctuellement les risques encourus par quelques familles install dans des quartiers marginaux particuliment expos(par la risation de petits ouvrages de soutment, par l’amoration du drainage, par une petite formation de prration...) si par ailleurs la ville continue de croe de mani irrationnelle, en l’absence de toute planification prntive du dloppement urbain. C’est la certitude que nous avons eue en considnt le cas critique de la ville de Guatemala, mais lement celui de nombreuses autres villes de la ron.

Les exemples de ce type sont extrment nombreux et vont tous dans le m sens: la rction des risques ne peut e isold’un cadre plus global de dloppement et cela doit se concrser dans les programmes financpar les organismes internationaux.

Or, pour l’instant, s’il existe des programmes de dloppement et des programmes de rction des risques, ces programmes sont gralement indndants les uns des autres, ce qui suppose que la rction des risques n’est pas encore comprise comme faisant partie du processus de dloppement. Parfois m, les programmes de dloppement tendent ccroe les risques lorsque ces derniers n’ont pas pris en considtion. Par exemple, le gouvernement de Saint-Vincent a mis en place un programme de dloppement rural dans le Nord-Est de rue, sur les flancs de la Soufri (derni ption en 1979), dans la zone proximale, en bficiant notamment des cooptions de la Communauturopne, de la France et de la Chine (projet d’Orange Hills, 8,35 millions d’Us). Ici, la planification occulte complment l’alvolcanique et ses consences potentielles et accrode fa notable a fois la vulnbilitt le risque.

Nous avons par ailleurs not’existence d’un grand nombre de programmes de dloppement financpar la Communauturopne qui auraient gagn inter la dimension risque. En effet, les catastrophes peuvent compromettre la rsite de ces programmes, mais de plus, ces programmes tendent oduler la vulnbilitux risques (dans un sens positif comme dans un sens ntif) sans que cela soit luIl s’agit aussi d’opportunitqui auraient vraisemblablement permis une bonne assimilation des questions portant sur la rction des risques, de la part des population concern, dans la mesure oes s’insient dans un cadre de prcupations plus global.

Ci-dessous, quelques exemples de programmes de dloppement actuellement financpar la Communauturopne en Amque Centrale, pouvant servir d’illustration26.

26Quelques exemples tird’une liste de programmes de dloppement fournie par la Dgation de la Communauturopne de San Jos

· Programa de Desarrollo Sostenible en Zonas de Fronteras Agricolas en Centroamca. Objetivo: Frenar el proceso de colonizacincontrolable y su resultante impacto destructor sobre los recursos naturales de la region; ofreciendo alternativas economicas y ecologicamente sostenibles a los habitantes de la regiara mejorar sus niveles de vida.

· Proyecto de conservaciel bosque tropical humeo y actividades complementarias de ecoturismo en las cuencas de los Rios San Juan, Indio y Maiz (Costa Rica et Nicaragua).

· Conservaciel bosque y desarrollo sostenible en zonas de amortiguamento en el Atlantica Norte costarricence.

· Establishment of Field and Training Sites for Reforestation of Abandoned Pasture and Natural Forest Systems in the Tropics, Costa Rica.

· Proyecto piloto de desarrollo de la regiel trifinio (Honduras, Salvador, Guatemala)

· Desarrollo comunitario de orientacimbiental en las regiones rurales de Masaya, Nicaragua.

· Proyecto para el desarrollo comunal en San Andr Peten, Guatemala.

· Rehabilitacie puentes, Nicaragua.

· Saneamiento del Rio Torres y del Rio Grande de Tarcoles, Costa Rica.

· Abastecimiento de agua y alcantarillado en nucleos urbanos en Nicaragua.

· Mejoramiento del sistema de abastecimiento de agua potable en San Jose Masatepe (Nicaragua).

· Higiene y salud de base en la regiccidental (Salvador).

Outre les occasions perdues, trpeu de projets sont actuellement en cours, allant dans le sens d’une vtable approche intdu risque dans le cadre d’une politique de dloppement. En revanche, un certain nombre d’initiatives ou d’id sont en train de se dlopper et mtent d’e encourag. Parmi ces dernis:

· La trintssante de rispar le CCVAH/CEPREDENAC/OEA (d signaldans la section “vulnbilitechnique”), intitul“Plan Regional para la prevencimitigaci atencie desastres provocados por los fenos naturales en los asentamientos humanos y las viviendas en Centroamca”, propose un ensemble de ths de projets visant une planification urbaine rationnelle en Amque Centrale, intant la question de la rction des risques.

· Dans le cadre du programme Plan Nacional Combate a la Pobreza, le gouvernement du Costa Rica (et notamment son “Unidad Tica de Desarrollo Local de la Segunda Vice Presidencia”) a commenc incorporer la prntion des risques naturels dans ses programmes de dloppement social et de dloppement durable.

6 districts du pays ont sctionnet inclus dans le programme “Comunidades Vulnerables”. Le but est de reloger des milliers de familles et de construire des infrastructures as co o146;on peut rire les risques de mani substantielle. Dans quelques communauturbaines (comme Los Guidos, Tejercillos et Rincrande de Pavas), ces plans ont dessinet sont entren application avec la construction en cours de 2500 maisons et de diverses infrastructures (santsriteau...). En m temps, les rivis sont nettoy et les zones aut risque sont rrv a reforestation et aux activitrives. A terme, suivant les disponibilitfinancis, plusieurs autres milliers de familles devraient bficier de cette initiative.

· En Ha, le Centre des Nations Unies pour les Etablissements Humains (CNUEH), en collaboration avec le Minist de la Planification et de la Cooption externe, est en train de travailler ne approche intde l’amgement du territoire haen. Il s’agit d’un programme ambitieux, sans cier (une vision ong terme), qui a pour objet la risation de schs d’amgement du territoire: un sch national et dix schs drtementaux. Il vise lement le redoiement des villes haennes, afin de gr au mieux l’explosion urbaine et ses travers (bidonvilles dans des secteurs isques...). Ce programme doit tenir en compte les risques naturels, cependant il doit d’abord couvrir de nombreux besoins: il est ainsi nssaire de riser la cartographie compl de l’utilisation du sol et de l’t de l’environnement artie d’imagerie satellitaire; les cartes d’al sont encore inexistantes (seul le Bureau des Mines et de l’Energie disposerait d’une de portant sur l’luation de l’alsismique). Il y a vraisemblablement lati ntervention pour la dnition des besoins et la formulation de projets nssaires a prise en compte des risques naturels dans les plans d’amgement.

· A noter lement les strates de formation au niveau local dlopp par des organismes comme INIFOM (Instituto Nicaraguense de Fomento Municipal) et FEMICA (Federacie Municipios del Istmo Centroamcano) en Amque Centrale. Ces strates ne visent pas directement la rction des catastrophes naturelles, mais y contribuent fortement dans la mesure oes ont pour objet de renforcer les collectivitlocales, notamment dans le contexte actuel de dntralisation. FEMICA a prrn certain nombre de projets regroupsous l’appellation globale “Proyecto de desarrollo urbano y combate a la pobreza en Centroamca para ser presentado ante la comunidad internacional de cooperantes”. Parmi ces derniers, le projet “Consulta urbana para la formulacie un plan de desarrollo metropolitano” vise, propose, dans le cadre d’une planification intale et participative, de riser le Plan de Dloppement Urbain de deux villes d’Amque Centrale. Les divers domaines du dloppement urbain sont retenus y compris la prntion des catastrophes naturelles.