Cover Image
close this bookLe maïs blanc: Céréale alimentaire traditionnelle dans les pays en développement. (1997)
View the document(introduction...)
View the documentI. RÉSUMÉ ET CONCLUSIONS
View the documentII. INTRODUCTION
View the documentIII. PRODUCTION
View the documentIV. UTILISATION
View the documentV. COMMERCE INTERNATIONAL
View the documentVI. POLITIQUES DES PRIX INTÉRIEURS
View the documentVII. PRIX SUR LES MARCHÉS INTERNATIONAUX
View the documentVIII. ÉLABORATION ET DIFFUSION DES TECHNOLOGIES
View the documentIX. PERSPECTIVES À MOYEN TERME
View the documentX. PROBLÈMES ET QUESTIONS LIES A LA PRODUCTION DE MAIS BLANC
View the documentRÉFÉRENCES

I. RÉSUMÉ ET CONCLUSIONS

On estime que la production mondiale de maïs blanc oscille entre 65 et 70 millions de tonnes environ, ce qui est relativement peu par rapport à la production annuelle de 500 millions de tonnes de maïs jaune. Toutefois, le maïs blanc est presque exclusivement cultivé pour la consommation humaine et son importance est considérable pour la nutrition et la sécurité alimentaire dans de nombreux de pays en développement, surtout en Afrique. Le volume du commerce international de maïs blanc, estimé en moyenne à 1,5-2 millions de tonnes par an, est pratiquement négligeable par rapport aux expéditions de maïs jaune, qui a atteint environ 70 millions de tonnes ces dernières années, principalement destinées à l’alimentation des animaux. Les cours du maïs blanc sont habituellement légèrement supérieurs à ceux du maïs jaune, bien que les écarts de prix varient considérablement selon la situation générale de l’offre et de la demande.

L’objectif principal de presque tous les pays producteurs de maïs blanc est de satisfaire la demande nationale avec la production intérieure. La plupart du temps, des exportations ont lieu lorsqu’il y a excédent de production dans les années où le climat est favorable et quand les stocks intérieurs dépassent le niveau jugé nécessaire pour assurer la sécurité alimentaire. Pour maintenir un bon niveau d’autosuffisance, de nombreux pays exportateurs potentiels ont appliqué des politiques visant à maintenir des prix minimums de production relativement élevés, ce qui a compromis leur compétitivité sur le marché international. En outre, le maïs blanc provenant d’Afrique australe et de l’Est, principales zones productrices et consommatrices, doit être transporté sur de longues distances entre les grandes zones de production et les installations portuaires, ce qui augmente souvent les coûts de transport. C’est pourquoi les excédents n’ont pu être exportés, sans provoquer de pertes, que les années où les prix étaient élevés. Cette situation explique que plusieurs pays ne soient compétitifs que dans le cadre d’accords de troc ou de transactions triangulaires de livraisons vers des pays voisins.

Les récents efforts visant à déréglementer les secteurs céréaliers nationaux et à renforcer la libéralisation des marchés pourraient avoir des effets sensibles sur la situation future de l’offre et de la demande de maïs blanc. La production de maïs blanc dans les pays en développement devrait croître à un rythme de 3,3 pour cent par an entre 1987-89 et l’an 2000, mais ces taux dépendent d’une augmentation durable de la production en Afrique subsaharienne. Dans certains pays de la région où l’extension des superficies n’est plus une composante importante de l’augmentation de la production, il n’est pas certain que les augmentations de rendement à venir permettent de maintenir les taux de croissance relativement élevés qui ont été prévus.

Le marché international, essentiellement approvisionné par l’Afrique australe et les Etats-Unis, devrait rester volatil à l’avenir. L’offre dépendra des disponibilités exportables de quelques producteurs et la plupart des pays continueront à importer, uniquement les années où les disponibilités intérieures sont insuffisantes à cause de mauvaises récoltes.

Concernant les recherches sur le maïs au profit des pays en développement, l’amélioration des variétés à grain blanc et des hybrides a été plus intense que dans les pays développés, où presque toutes les recherches phytogénétiques ont porté sur le maïs jaune. Néanmoins, dans de nombreux pays où le maïs blanc est important, l’introduction de matériel amélioré a été lente et limitée. L’un des principaux obstacles est le développement de systèmes d’ensemencement qui soient utiles aux petits agriculteurs. Des recherches sur la conduite des récoltes qui permettent de résoudre le problème de la fertilité des sols et de l’imprévisibilité des précipitations seront également déterminantes pour que la production de maïs blanc continue d’augmenter. Surtout en Afrique subsaharienne, de nouvelles politiques ainsi que des progrès institutionnels et techniques sont nécessaires, si l’on veut que le maïs blanc continue de répondre aux besoins alimentaires d’une population qui augmente rapidement.