Cover Image
close this bookPlan d'action forestier national. Fiches d'operation. (1993)
View the document(introduction...)
View the documentAvant - Propos
View the documentAbréviations et acronymes
Open this folder and view contentsLa politique forestière guinéenne de gestion des ressources naturelles
Open this folder and view contentsAnnexe 1: Fiches d'opération
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 1
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 2
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 3
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 4
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 5
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 5
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 6
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 7
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 8
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 9
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 10
View the documentAnnexe
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales direction nationale des forets et chasse
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 11
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 12
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 13
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 14
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 15
View the documentAnnexe 2: Situation financière du PAFG
Open this folder and view contentsCommentaires relatifs aux tableaux des pages suivantes

Ministère de l'agriculture et des ressources animales 8


DIRECTION NATIONALE DES FORETS ET CHASSE

6. Action prioritaire

Plantations de production: bois d'oeuvre et de service

6.1 Opération: Plantations à grande échelle en Guinée maritime et Guinée forestière.

Objectifs.

L'objet majeur de l'opération est d'améliorer la couverture des besoins en bois d'oeuvre et de service, conformément aux prévisions du Plan d'Action Forestier de Guinée.

Il s'agirait de plantation forestière à grande échelle avec des essences de valeurs et à croissance relativement rapide.

On se propose de réaliser ainsi 20.000 ha environ en 10 ans répartis comme suit:

5.000 ha en Guinée maritime.
15.000 ha en Guinée forestière;

Pour l'essentiel, ces superficies seraient délimitées dans les parties de forêts classées dégradées au point qu'il serait vain d'attendre une reconstitution naturelle d'un peuplement de valeur.

Rattachement au Plan d'action forestier de Guinée (PAFG) et à la LPDA.

- PAFG: champ d'action 4 "Augmenter les ressources futures".
- LPDA: bloc H 3.0 activités D2/D3.

Projets ayant des objectifs tout ou partie semblables.

A des degrés divers, tous les projets forestiers ont une composante plus ou moins importante de plantations. Le programme le plus important, cependant est celui du projet de gestion des ressources forestières (PROGERFOR), cofinancé par le Gouvernement, la Banque mondiale et la KfW.

La Station forestière de Farmoreah (Möla) en Guinée maritime contribue au même secteur d'activité puisqu'elle a pour but de mettre au point des techniques de plantation d'Eucalyptus et autres espèces.

Justifications.

Il y a peu de temps encore, la Guinée disposait d'importantes Ressources forestières. A peine cinq ans après l'indépendance, en 1964, la superficie productive était estimée à 2 400 000 hectares.

Aujourd'hui, celle-ci n'est représentée que par quelques lambeaux de forêts classées dont la superficie totale est légèrement inférieure à 1 140 000 ha: en un quart de siècle, la superficie de forets a ainsi diminué de 50 %, et, de cette surface, une faible partie seulement peut être considérée comme productive.

Ce fait a une double origine:

- la situation particulière du secteur marquée par:

- le peu d'intérêt que lui portent les populations rurales,

- la marginalisation des activités forestières considérées, à tort, comme sans intérêt,

- l'opposition communément admise et séculaire, mais non justifiée, entre agriculture et forêt et tout récemment entre urbanisation et reforestation.

- et, d'autre part, un manque de clairvoyance, de patriotisme, de savoir-faire et de volonté politique affirmée pouvant contribuer au maintien et au développement du secteur forestier 1.

1 Extrait de la communication de la Direction nationale des forêts et des chasses lors de la LPDA.

Cette constatation, jointe à l'explosion démographique a pour conséquence que la majeure partie des sciages doit être importée à grands frais et que ce qui reste des forêts classées est souvent dégradé et inaccessible.

L'avènement de la deuxième république, en avril 1984, a permis, en effet, l'éveil du Pays et sa prise de conscience de la nécessité de gérer son avenir pour le bien-être de tous ses citoyens. Un des aspects de cette politique est la gestion rationnelle de ses ressources.

Cette gestion rationnelle des ressources se traduit ici par la nécessité de stopper l'hémorragie de devises résultant des importations et de tirer le meilleur parti du Domaine classé.

Actions proposées.

Ces actions tiendraient compte des études réalisées en la matière (SOTTO-FAO 1986; FAC, deux missions) et comprendraient plus particulièrement:

- l'identification des sites de plantation:

- des enquêtes socio économiques si besoin est, (les enquêtes foncières ne sont pas nécessaires puisque les travaux doivent se faire en forêt classée);

- des études pédologiques;

- la délimitation des zones d'intervention;

- le choix des essences à utiliser et des techniques de plantation;

- la mise en place de pépinières multiples tant au niveau de l'administration territoriale que des villageois;

- les plantations et les entretiens.

L'Office pour le développement des plantations forestières (ODEF) pourrait être chargé par contrat de tout ou partie de ces plantations.

Résultats attendus.

Les résultats à attendre sont très variables selon les conditions écologiques les techniques et essences employées.

En Guinée forestière, en bonne condition, on peut espérer les productions suivantes:

- Terminalia ivorensis (framiré)/20 m3/ha/an avec une révolution de 30 ans;
- Terminalia superba (fraké): 15 à 18 m3/ha/an avec une révolution de 40 ans;
- Cedrela odorata: 20 m3/ha/an avec une révolution de 30 ans;

En Guinée maritime. l'Eucalyptus cloeziana, producteur aussi bien de bois de feu que de bois de service ou de bois de sciage peut avoir une production de 20 à 25 m3/ha/an avec une révolution de 30 ans. Le framiré pourrait donner ici les mêmes résultats qu'en Guinée forestière.

Calendrier des opérations

En admettant, faute de pouvoir à ce stade être plus précis, que les 15.000 ha à réaliser en Guinée forestière pourraient représenter cinq chantiers ou plus à ouvrir, le rythme de plantation dans cette région pourrait être le suivant:

- première année: néant (opérations préliminaires, mise en place de l'infrastructure et démarrage des pépinières);

- années suivantes 100, 250, 650, 1000, 1000 ha;


Le démarrage de ces chantiers serait décalé sur les premières années du projet.

Le programme de réalisation en Guinée maritime serait le suivant:

- première année: néant (opérations préliminaires, mise en place de l'infrastructure et démarrage des pépinière);

- années suivantes 50, 100, 200, 450, 450 ha;

Les 450 ha seraient répartis sur quatre chantiers minimum et leur démarrage serait réparti sur les premières années.

Au total: le rythme de plantation serait le suivant:

Années

I

II

III

IV

V

VI

VII

VIII

IX

X

TOTAL

Guinée maritime

-

50

150

350

800

1200

1100

900

450


5000

Guinée forestière

-

100

350

1000

2000

3000

2900

2650

2000

1000

15000

TOTAL

-

150

500

1350

2800

4200

4000

3550

2450

1000

20000

Coût de l'opération.

Au stade actuel de l'élaboration de l'opération, une certain nombre d'hypothèses doit être formulé pour estimer le coût des réalisations. Ces hypothèses sont les suivantes:

- les actions envisagées devraient être au minimum réparties en deux opérations, l'une en Basse Guinée, l'autre en Guinée forestière;

- quatre techniques de plantation pourraient être utilisées: plantations mécanisées, plantations en taungya, conversions (remplacement d'une formation hétérogène par un peuplement équienne composé d'une seule espèce, toutes opérations sylvicoles étant réalisées manuellement), enrichissement (apport de quelques tiges de valeur, en complément de celles qui existent déjà dans le peuplement). Les deux dernières techniques nécessiteront une phase test préliminaire pour une mise au point préalable;

- faute d'informations, on considère que chacune de ces techniques sera applicable à 25% de la surface à traiter, étant entendu que cette répartition dépendra en premier lieu de la disponibilité en main d'oeuvre, l'objectif, outre la reconstitution d'une couverture forestière productive, étant "intéresser les populations locales à l'existence et à la gestion des massifs forestiers constitués.

- on a également considéré qu'en première analyse, les plantations seraient faites à 4x4, sauf pour les enrichissements où la densité pourrait atteindre au maximum 200 tiges/ha.

Le coût de l'opération s'établit à 22, 7 milliards FG (arrondi) en 15 ans selon les détails des tableaux des pages suivantes.

Coût de l'opération PLANTATIONS EN ZONES HUMIDES ('000 FG)

Poste

Années


1

2

3

4

5

6

7

8

Personnel national


Coût ('000)

51000,0

65868,6

90863,4

167832,0

289419,8

421637,3

440176,2

435008,0

Nombre mois

320,0

580,8

1163,7

2709,0

5304,0

8267,0

8796,0

8750,0

Personnel expatrié


Coût (-000)

768000,0

768000,0

768000,0

768000,0

768000,0

768000,0

564000,0

360000,0

Nombre de mois

48,0

48,0

48,0

48,0

48,0

48,0

36,0

24,0

Coût des investissements ('000)

50400,0

122838.3

268636,9

638854,6

1263913,6

1902210,0


1771023,9

Coût des Constructions ('000)









Coût de l'équipement ('000)

283500,0

5000,0

5000,0

192000,0

37500,0

5000,0

182000,0

12500,0

Coût de la formation ('000)









COUT TOTAL (a)

1268190,0

1057877,5

1245552,3

1943355,3

2594716,7

3409393,4

3397225,8

2836385,1

(a) Y compris 10% d'imprévus

Coût de l'opération PLANTATIONS EN ZONES HUMIDES ('000 FG)

Poste

Années

TOTAL


9

10

11

12

13

14

15


Personnel national


Coût ('000)

361646,9

241536,2

144218,0

105658,4

78259,0

62919,5

52599,9

3008463,0

Nombre mois

7219,0

4644,0

2398,0

1530,0

880,0

516,0

321,0

53460,0

Personnel expatrié



Coût ('000)

360000,0

360000,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

6252000,0

Nombre de mois

24,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

0,0

396,0

Coût des investissements ('000)

1336817,4

710090,8

224455,2

136541,9

821157,1

55933,6

34260.5

10502946,0

Coût des Constructions ('000)









Coût de l'équipement ('000)

5000,0

121000,0

7500,0

0,0

65000,0

0,0

7500,0

928500,0

Coût de la formation ('000)









COUT TOTAL (a)

2269810,7

1575889,7

413790,5

266420,4

247957,7

130738,5

103796,4

22761099,9

N.B, Les chiffres négatifs correspondent à des valeurs résiduelles

(a) Y compris 10% d'imprévus