Cover Image
close this bookPlan d'action forestier national. Fiches d'operation. (1993)
View the document(introduction...)
View the documentAvant - Propos
View the documentAbréviations et acronymes
Open this folder and view contentsLa politique forestière guinéenne de gestion des ressources naturelles
Open this folder and view contentsAnnexe 1: Fiches d'opération
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 1
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 2
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 3
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 4
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 5
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 5
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 6
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 7
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 8
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 9
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 10
View the documentAnnexe
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales direction nationale des forets et chasse
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 11
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 12
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 13
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 14
View the documentMinistère de l'agriculture et des ressources animales 15
View the documentAnnexe 2: Situation financière du PAFG
Open this folder and view contentsCommentaires relatifs aux tableaux des pages suivantes

Ministère de l'agriculture et des ressources animales 13


DIRECTION NATIONALE DES FORETS ET DES CHASSES

8. Action prioritaire: Formation et mise en place de l'expérimentation et de la recherche avec insertion dans les réseaux régionaux et mondiaux

8.2 Opération: Renforcement du système éducatif forestier

Objectif.

Pour assurer la mise en oeuvre de la Politique forestière guinéenne à objectifs multiples, l'Administration forestière a besoin de ressources humaines en nombre suffisant et avec des compétences adaptées aux nouveaux programmes d'action. La valorisation de ces capacités nécessite des moyens suffisants d'intervention et des programmes d'activités coordonnés et suivis par la DNFC.

La Direction Nationale des Forêts et Chasses doit disposer d'un personnel qualifié et motivé pour assurer avec continuité les responsabilités techniques et administratives qui lui sont dévolues, tout en s'ouvrant, comme elle l'a choisi, sur le monde extérieur.

Il s'agit donc de mettre en place une coordination des actions de formation et de rendre cohérent un système éducatif forestier renforcé qui devra répondre à tous les besoins de tous niveaux, tant en formation initiale que permanente.

Justifications.

La relance de l'activité forestière en GUINEE s'appuie sur une politique à long terme qui ne pourra être applicable que si le pays se donne les moyens de sa politique. L'instrument primordial de cette mise en oeuvre reste la ressources humaine.

Le nombre, la qualité et la répartition des personnels forestiers constituent une donnée clés de la stratégie, à long comme à court terme.

Encore aujourd'hui, un personnel abondant, souvent mal qualifié et largement démotivé représente une dépense budgétaire importante, sans commune mesure avec les résultats obtenus.

Le niveau d'encadrement dans l'Administration forestière ne comporte que 17% d'ingénieurs forestiers au milieu d'agronomes, d'aménagistes etc... Cette multiplicité des origines du personnel constitue sans nul doute une richesse et un excellent potentiel de polyvalence et d'ouverture. Néanmoins, il es* absolument indispensable que les stratégies et orientations techniques soient comprises de tous, sur la base d'un langage commun. Pour l'organisation des sessions de formation, cette hétérogénéité des niveaux de base constitue un handicap et nécessite d'une sélection préalable des candidats et des sessions de remise à niveau pour les éléments les plus faibles.

La réorganisation de l'Administration es; une occasion exceptionnelle de redéfinir les profils des différents postes tant administratifs que techniques et de réorienter de manière adéquate les stratégies de formation.

L'Administration forestière et la Fonction Publique guinéennes ne peuvent pas se permettre une évolution de leurs effectifs sans planification pertinente, il y a donc une nécessité de réflexion et concertation pour aboutir à une parfaite adéquation formation-emploi.

Les actions de formation sont actuellement ponctuelles, avec des sources de financement différentes, mais surtout, elles s'appliquent en dehors de tout système cohérent.

La parfaite application de la politique forestière ne s'obtiendra que par la maîtrise complète du système éducatif forestier.

Rattachement au Plan d'action forestier de Guinée (PAFG) et à la LPDA.

- PAFG: Champ d'action n°1 "Renforcer les institutions et les mécanismes"
- LPDA: Bloc 1 "Organisation du MARA".

Projets ayant des objectifs tout ou partie semblables.

Deux projets apportent formellement un appui à la formation des agents de la DNFC:

- La Coopération suisse finance la mise en place et le déroulement de la formation des techniciens forestiers, dans le cadre de l'Ecole Nationale des Techniciens Forestiers (ENATEF) à Mamou.

- Le Projet de Gestion de Ressources Forestières (financé conjointement par la GUINEE, la Banque Mondiale et KfW) comprend un volet "Formation" dont l'objectif est de recycler, en sessions courtes, 80 ingénieurs de l'Administration forestières. Ce recyclage est assuré à Tindo.

Actions proposées.

Ces actions sont d'ordre organisationnel et d'ordre technique.

Action d'ordre organisationnel

Il s'agit de la mise en place, au sein de la DNFC, d'une capacité de gestion de tous les problèmes de formation. Etant donné l'approche globale et intégrée adoptée pour la gestion des ressources forestières en Guinée qui suppose une grande diversité d'intervenants, les programmes de formation devraient d'abord être discutés au niveau d'un Comité de concertation élargi à tous les ministères et instances concernés, avant d'être approfondis techniquement au niveau d'une commission interdivisionnaire au sein de la DNFC. Cette commission aurait plus précisément pour tâche:

- l'élaboration des bases de la politique de formation,

- l'organisation du système adéquat,

- la définition des besoins, l'établissement des profils à tous niveaux pour une parfaite adéquation formation-emploi,

- la conception des objectifs de formation, des programmes, tant pour les formations initiales que pour la formation permanente, en relation étroite avec les utilisateurs (structures administratives pour l'instant),

- l'animation, le suivi et le contrôle des unités de formation dépendant directement de la DNFC,

- les relations fonctionnelles avec la Direction Nationale de la Formation et de la Promotion Rurale du MARA et avec le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, pour la cohérence de l'ensemble des unités de formation soustutelle et financements différents. Ces relations devront également être utilisées pour une réflexion sur les programmes d'enseignement généraux et les possibilités d'y introduire une sensibilisation à la préservation des ressources naturelles.

L'efficacité de cette commission serait renforcée par la formation du cadre national, par stages de courte durée auprès d'organisme spécialisés, pour la planification, la conception et l'organisation de programmes de formation, les techniques de formation par objectif, les matériels et techniques audiovisuelles.

Les actions techniques concerneraient:

1- Les formations initiales.

Bien que la formation d'ingénieur soit du ressort de l'Institut des sciences agro-zootechniques Valéry Giscard d'Estaing de Faranah, dépendant du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, il est indispensable de lui apporter un appui pédagogique et matériel, pour ce qui concerne la Faculté forestière.

Il s'agirait de participer à:

* la refonte des programmes en fonction des besoins réels et des profils de poste redéfinis,

* la formation des formateurs à la conception d'objectifs pédagogiques, à la mise en oeuvre d'outils pédagogiques et: à l'utilisation de matériel adéquat, qui sera une des bases de l'intervention. Cette action se réalisera en continuité avec l'aide qu'apporte le PROGERFOR avec son volet recyclage.

* la régulation des quotas d'étudiants en fonction de l'adéquation formation-emplois.

La formation de techniciens est sous tutelle du Ministère de l'enseignement pré-Universitaire et formation professionnelle avec un financement de la Coopération suisse, dans le cadre de l'Ecole nationale de techniciens forestiers de Mamou. L'aspect pédagogique et matériel seront pris en charge par le bailleur concerné.

Les formateurs nationaux devront compléter le corps enseignant et assurer la continuité, grâce à une formation technique et pédagogique qu'il faudra apporter à des cadres techniques déjà en place et motivés pour cette fonction.

2- La formation permanente.

Il s'agit là d'une des clés de voûte du bon fonctionnement de l'Administration forestière. Le maintien à niveau de ses agents par des recyclages généraux ou par des formations ciblées est le garant d'une compétence permanente, nécessaire à l'application d'une politique forestière dynamique.

Tous les niveaux doivent être concernés et les structures de formation déjà fonctionnelles seront renforcées:

- l'ENATEF de Mamou reprendra les techniciens dans des cycles courts et répétitifs,

- le Centre de TINDO utilisé par le PROGERFOR pour un recyclage général des ingénieurs de l'Administration forestière devrait poursuivre son activité pour des formations "à la carte", au même niveau.

L'appui consistera:

- à former des formateurs et techniciens à l'analyse des besoins et des tâches et aux techniques de l'enseignement par objectifs (incluant notamment des bourses à l'étranger).

- à la fourniture de matériels pédagogiques apte à la production permanente d'outils adaptés aux formations spécifiques.

Résultats attendus.

A court terme, disposer d'un outil décisionnel pour la gestion d'un système éducatif forestier cohérent en parfaite coordination avec les formations d'encadrement du monde rural.

La formation pédagogique des formateurs, auxquels il faudra appliquer un statut motivant, permettra d'assurer rapidement la transmission pertinente de savoirs et savoir-faire spécifiques.

A plus long terme, la cohésion de personnels forestiers compétents, aux profils conformes à leurs tâches et susceptibles d'adaptation permanente, garantira la bonne gestion des ressources naturelles par une Administration forestière forte, unie et ouverte au monde extérieur.

Calendrier d'exécution.

Cette opération devrait s'étendre sur deux ans, dans un premier temps. Les actions de formation spécifiques à l'extérieur du pays se poursuivront ponctuellement selon les besoins.

ACTIONS

ANNÉE 1

ANNÉE 2


Tr1

Tr2

Tr3

Tr4

Tr1

Tr2

Tr3

Tr4

Conception et mise en place de l'organisation idoine.

-

-







Formation du cadre chargé de formation.



-

-





Définition des besoins, des tâches et profils des postes.





-

-



Conception des programmes et objectifs de formation initiale et permanente.





-

-



Formation des formateurs.



-

-

-

-



Renforcement et équipement des Centres de formation.





-

-



Conception des outils pédagogiques.







-

-

Formations spécifiques (1 HxM/an) extérieures.

....

....

....

....

....

....

....

....

Tr: trimestre.

Coût de l'opération.

Le coût de l'opération s'établit à 626 MFG (arrondi) en deux ans selon les détails du tableau ci-après.

Coût de l'opération RENFORCEMENT DU SYSTÈME ÉDUCATIF FORESTIER ('000 FG)

Poste

Années

TOTAL


1

2


Personnel national

Coût ('000)

6.000,0

7.200,0

13.200,0

Nombre mois

21,0

30,0

51,0

Personnel expatrié

Coût ('000)

17.000,0

153.000,0

170.000,0

Nombre de mois

1

9

10,0

Coût des investissements ('000)

3.300,0

6.600,0

9.900,0

Coût des Constructions ('000)

-

-

-

Coût de l'équipement ('000)

16.000,0

-

16.000,0

Coût de la formation ('000)

180.000,0

180.000,0

360.000

COUT TOTAL (a)

244.530,0

381.480,0

626.010,0

(a) Y compris 10% d'imprévus