Cover Image
close this bookUtilisation des fourrages grossiers en régions chaudes. (Étude FAO Production et santé animales - 135) (1997)
close this folderIV. Le traitement a l’urée
close this folder4.3. Considérations pratiques sur le traitement à l’urée
View the document(introduction...)
View the document4.3.1. Les types de traitements et de stockage
View the document4.3.2. Les opérations pratiques du traitement
View the document4.3.3. Calendrier des travaux et traitement à l’urée
View the document4.3.4. Autres traitements à l’urée: Utilisation de l’urine

4.3.2. Les opérations pratiques du traitement

Elles sont décrites dans l’annexe 1.

A - Traitement de petites quantités en enceinte

C’est le cas le plus fréquent. Comme il est difficile de traiter de la paille hachée en tas ou en meutes de grande taille (cohésion de la masse de fourrage) on cherche à traiter la quantité de fourrage nécessaire aux animaux pendant une période de temps unitaire minimum, à définir. Cette dernière devra être au moins égale au délai d’achèvement d’un deuxième traitement, préparé à l’avance, et ouvert lorsque le fourrage traité en cours de consommation est terminé, et ainsi de suite. Les traitements et l’exploitation du fourrage traité s’effectuent ainsi grâce à une “batterie” de deux enceintes (photos 9 et 10). C’est ce que les égyptiens ont vulgarisé sous le terme “système des trois murs” (three wall-system). Ce délai est, en général, de 3 semaines (§424).

Pour déterminer le volume et les dimensions de l’enceinte, il faut connaître les quantités de fourrage nécessaires et la densité de ce dernier une fois mis dans l’enceinte.

- quantités:

La consommation volontaire d’un bovin recevant un fourrage traité se situe en moyenne à 2,0 kg de matière sèche (MS) par 100 kg de poids vif par jour. Ainsi, une vache de 300 kg a besoin de 6 kg par jour, pertes entre enceinte et auge comprises.

Prenons l’exemple d’un éleveur ayant 2 vaches de 300 kg à nourrir. Quelle quantité de fourrage (sec) doit-il traiter pour 3 semaines?

6 kg/j/vache
soit, pour 2 vaches pendant 21 jours:
6 kg x 2 vaches x 21 jours = arrondi à 250 kg

- volume occupé (densité):

Notre expérience montre que, suivant l’énergie avec laquelle elle est tassée dans un trou, une tranchée ou un couloir, et suivant son degré d’humidification, une paille ou un fourrage naturel en vrac a une densité comprise entre 80 et 120 kg (sec au départ) par m3. Cette densité peut facilement atteindre plus de 100 kg dans le cas de paille hachée finement (“tibin” au Proche Orient où la paille est souvent séparée du grain dans des batteuses à poste fixe qui hachent la paille).

Dans notre exemple il faudra donc prévoir, par silo ou par trou, un volume de 2,5 à 3,0 m3 pour de la paille.

La forme à donner devra privilégier des sections d’attaque les plus petites possible par rapport à la longueur afin de pouvoir refermer facilement après chaque reprise du fourrage traité pour éviter des rentrées d’air trop importantes. La longueur de l’enceinte sera ainsi proportionnelle au poids de fourrage traité.

B - Traitement de grandes quantités en meule ou tas

Le traitement est généralement effectué en tas, comme pour le traitement à l’ammoniac anhydre. La solution est apportée couche par couche de balles et le tas est recouvert d’une bâche hermétique. La taille de la meule dépend,

· de la taille et de la densité de pressage des balles. Des balles cubiques classiques de 35 x 50 cm de section et de 80 cm de longueur pressées à moyenne densité (100 kg/m3) pèsent en général de 10 à 15 kg,

· des dimensions du film de plastique. Cet aspect est évoqué plus haut (§332) à propos du traitement à l’ammoniac anhydre en tas.