Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder3. Normes pour les interventions sur l'environnement
Open this folder and view contents3.1 Effluents
View the document3.2 Chaleur d'échappement
Open this folder and view contents3.3 Emissions de substances gazeuses et pulvérulentes
View the document3.4 Déchets solides
View the document3.5 Matières utiles et auxiliaires
Open this folder and view contents3.6 Modification de l'utilisation des sols
View the document3.7 Déblais
View the document3.8 Interventions modifiant le bilan hydrique
View the document3.9 Interventions modifiant la géomorphologie
View the document3.10 Emission de bruit

3.5 Matières utiles et auxiliaires

On désigne par matières utiles et auxiliaires les substances chimiques telles que produits phytosanitaires, engrais, régulateurs de croissance, sels, etc., qui sont épandues de façon sélective dans l'environnement, en particulier dans l'agriculture et la foresterie, en vue d'améliorer ou de modifier les conditions de croissance ou afin d'éliminer les nuisibles, mais aussi dans le secteur des transports afin d'éliminer la végétation le long des axes routiers et ferroviaires.

La lutte chimique contre les nuisibles s'effectue au moyen de matières actives permettant de détruire les ennemis des cultures et de donner ainsi aux plantes des conditions de croissance optimales. Du fait cependant que l'action de ces produits s'étend au-delà de la zone d'application proprement dite, leur utilisation porte atteinte à l'intégrité des eaux superficielles et souterraines, à la qualité des sols ainsi qu'à la faune et à la flore. Il est essentiel également de tenir compte de la haute persistance d'action de nombreuses substances dans le sol et l'eau ainsi que des effets toxiques inconnus résultant de processus cumulatifs et synergétiques.

Des normes quantitatives concernant les produits phystosanitaires, les engrais et les régulateurs de croissance existent sous la forme de recommandations et de règlements au niveau des aspects suivants :

- domaine d'utilisation (type de culture et de nuisibles) ;

- mode d'application (granulés, émulsion, poudre) ;

- période d'application (p.ex. à partir d'un certain seuil de dommages) ;

- délais d'attente (entre la date du dernier traitement et celle de la récolte ou de la consommation).

Des tolérances concernant ces différents aspects sont indiquées par les fabricants conformément aux directives des autorités compétentes (p.ex. "Biologische Bundesanstalt - BBA" en République fédérale d'Allemagne, "Health and Welfare Secretariat" au Mexique) et se réfèrent généralement à des substances spécifiques (v. fichier des substances).

Les recommandations d'application concernant les engrais sont déterminées dans une large mesure par des facteurs de rendement. De manière générale, les modalités d'application ne sont pas définies en fonction des spécificités géo-écologiques locales, mais certains ajustements sont parfois pratiqués. En milieu climatique tropical, même des applications accrues de tels produits s'accompagnent de facteurs qui tendent à limiter la production agricole potentielle à un niveau nettement inférieur à celui atteint dans des zones de production comparables en milieu tempéré ou subtropical.

Les dispositions concernant les conseils d'utilisation pour les produits phytosanitaires ainsi que les délais d'attente à respecter sont basés sur des aspects toxicologiques relatifs aux teneurs maximales en résidus autorisées par la loi. Toutefois, les réglementations dans ce domaine s'appliquent uniquement aux produits alimentaires d'origine végétale et non aux aliments du bétail. Des préjudices parfois irréparables sont causés par la cumulation des effets, encore inconnus, de nombreuses substances qui ne peuvent être que progressivement soumises à une analyse.

La mise en vigueur des directives d'application sont limitées par différents facteurs, à savoir :

- problèmes linguistiques,
- aspects financiers,
- problèmes d'acceptabilité,
- problèmes de formation,
- possibilités de contrôle.

Le Code de conduite de la FAO (qui fait fonction d'exemple en la matière) devrait permettre d'améliorer la situation à ce niveau.