Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder5. Substances chimiques et groupes de substances/registre des substances
close this folder5.4 Registre des substances
close this folder5.4.4 Fiches d'information classées selon les substances chimiques et groupes de substances - par ordre alphabétique
View the documentAcide acetique (2,4-dichlorophenoxy)
View the documentAcide 2,4,5-trichlorophenoxy acetique
View the documentAcroleine
View the documentAldrine
View the documentAmiante
View the documentAntimoine
View the documentArsenic
View the documentAtrazine
View the documentBaryum
View the documentBenzene
View the documentBeryllium
View the documentBiphenyles polychlores
View the documentBrome
View the documentBromure de methyle
View the documentCadmium
View the documentCarbaryl
View the documentChlordane
View the documentChlore
View the documentChloroforme
View the documentChlorophenols
View the documentChlorure de vinyle
View the documentChrome
View the documentCobalt
View the documentCresols
View the documentCuivre
View the documentDdt
View the documentDichlorvos
View the documentDieldrine
View the documentDinitro-o-cresol
View the documentDioxines
View the documentDioxyde de soufre
View the documentEndosulfan
View the documentEndrine
View the documentEpichlorohydrine
View the documentFluorure d'hydrogene
View the documentFormaldehyde
View the documentHexachlorobenzene
View the documentHydrocarbures aromatiques polycycliques
View the documentHydrogene sulfure
View the documentLindane
View the documentMalathion
View the documentMercure
View the documentMonoxyde de carbone
View the documentNaphthalene
View the documentNaphthalenes chlores
View the documentNickel
View the documentNitrate
View the documentOxyde d'azote
View the documentOzone
View the documentParaquat
View the documentParathion
View the documentPhenol
View the documentPlomb et ses composes inorganiques
View the documentPlomb et ses composes organiques
View the documentPyridine
View the documentTetrachloroethene
View the documentThallium
View the documentToluene
View the document1,1,1-Trichloroethane
View the documentTrichloroethene
View the documentVanadium
View the documentZinc

Brome

APPELLATIONS

Numéro du CAS: 7726-95-6

Nom dans le registre: Brome

Nom de la substance: Brome

Synonymes, noms commerciaux: Brome

Nom(s) anglais: Bromine

Nom(s) allemand(s): Brom

Description générale: Liquide rouge-brun foncé dégageant des vapeurs denses, volatile; vapeur; ou cristaux métalliques en dessous de -7.2°C (incolore à -252°C).

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES

Formule brute: Br2

Masse atomique relative: 159,80 g

Masse volumique: 3,12 g/cm3

Densité de gaz: 5,5

Point d'ébullition: 58,78°C

Point de fusion: -7,2°C

Tension de vapeur: 220 hPa à 20°C; 340 hPa à 30°C; 740 hPa à 50°C

Seuil olfactif: 1 ppm dans l'air

Solubilité: Dans l'eau 42 g/l à 0°C,

35,5 g/l à 20°C; soluble dans le benzène, l'essence, le chloroforme, l'éthanol, l'éther et l'acide sulfurique

Facteurs de conversion: 1 mg/m3 = 0,150 ml/m3

1 ml/m3 = 6,658 mg/m3

Remarques: En dehors du mercure, le brome est le seul élément qui soit liquide à température normale. Le brome est très réactif; il réagit de façon explosive avec les gaz et vapeurs inflammables. Il attaque vivement de nombreux composés organiques, et est doué d'un pouvoir oxydant très marqué.

ORIGINE ET UTILISATIONS

Utilisations:

Le brome est utilisé pour une très large part (30%) pour la production de 1,2-dibromoéthane, que l'on ajoute aux carburants contenant du plomb tétraéthyle afin d'éviter les dépôts de plomb sur les soupapes des moteurs à combustion. Il est également utilisé sous forme de bromure de calcium (22%) pour le garnissage et le tubage des puits de pétrole ainsi que pour la fabrication de préparations ignifuges (16%). Il sert comme matériau de base pour la synthèse organique de produits phytosanitaires, colorants, produits pharmaceutiques, produits chimiques utilisés dans la photographie , opacifiants.

Origine/fabrication:

Le brome est essentiellement obtenu à partir des lessives résiduaires de l'industrie de la potasse. Une partie est fabriquée à partir de l'eau de mer. Les lessives résiduaires, solutions colloïdales (sols), lessives-mères, etc., dont la teneur en brome est supérieure à 1 g/l sont traitées à chaud pour en extraire le brome, tandis que l'eau de mer est débromée à froid. Le brome brut obtenu en phase humide est ensuite soumis à distillation et séchage afin d'éliminer le chlore, l'eau résiduaire et les impuretés (rendement 99%).

Chiffres de production:

Production mondiale

1982 = 381.000 t (ULLMANN, 1985)
1983 = 364 200 t
1984 = 373.000 t

TOXICITE

Homme:

LDLo 14 mg/kg, v. orale

sel. UBA, 1986

LCLo 1000 ppm, inhalation (létal)

sel. UBA, 1986


Mammifères:



Souris

CL50 750 ppm (9 mn), inhalation

sel. UBA, 1986

Chat

LCLo 140 ppm (7 h), inhalation

sel. UBA, 1986

Lapin

LCLo 180 ppm (6,5 h), inhalation

sel. UBA, 1986

Organismes aquatiques:



Cyprin doré

20 mg/l = létal

sel. UBA, 1986

Petits crustacés

10 mg/l = létal

sel. UBA, 1986

Pathologie/toxicologie:

Homme/mammifères: Le brome sous sa forme liquide provoque des irritations et de graves brûlures des yeux, des voies respiratoires, de la peau et de l'appareil digestif. Profondes et douloureuses nécroses sur la peau et les muqueuses. En cas de fortes concentrations, oedème de la glotte, du larynx et du poumon, pneumonie. Classe de toxicité 2 (ROTH, 1989). Le brome sous forme de vapeurs est plus dangereux encore. Les vapeurs de brome provoquent des bronchospasmes et des pneunomies.

Végétaux: Le brome est un oligo-élément qui n'est pas nocif pour les plantes, mais dont elles peuvent se passer.

COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Milieu aquatique:

Le brome tend à se déposer au fond de l'eau, mais une partie se dilue et colore l'eau. Par la suite, des vapeurs de brome se forment à la surface. En raison de sa forte toxicité et de ses propriétés oxydantes et caustiques, le brome représente un risque de pollution pour tous les types de milieux aquatiques, et en particulier pour l'eau potable, les eaux de fabrication et les eaux usées. Des bromures se trouvent sous la forme d'ions secondaires dans les dérivés potassiques et sodiques, d'où une augmentation directe de la teneur de brome en cas de salinisation des eaux. Dans les régions côtières, une augmentation du taux de bromure dans les eaux souterraines est liée à l'infiltration de l'eau de mer. Catégorie de risque pour l'eau: WGK 2 (ROTH, 1989). Dans l'eau, le brome fait entrave à la croissance des algues.

Atmosphère:

Le liquide s'évapore rapidement et forme des vapeurs caustiques. Les vapeurs sont plus lourdes que l'air et rasent la surface du sol.

VALEURS LIMITES DE POLLUTION

Milieu

Secteur

Pays/ organ.

Statut

Valeur

Cat.

Remarques

Source

Eau:

Eau souterr.

D

R

0,5 m/m3 1)


Bromure, étude

sel. LAU-BW, 1989


Eau souterr.

D

R

2 m/m3 1)


Bromure, assain.

sel. LAU-BW, 1989


Eau souterr.

NL

(L)

2 m/m3 1)


Bromure

sel. LAU-BW, 1989


Effluents

CH

(L)

0,1 mg/m3


Rejets directs

sel. DVGW, 1988


Effluents

CH

(L)

1-30 mg/m3


Rejets indirects

sel. DVGW, 1988









Sols:


D

(R)

600 mg/kg1) SSA



sel. HOCK, 1988



NL

R

20 mg/kg SSA



sel. KLOKE, 1988



NL

R

50 mg/kg SSA


Etude

sel. KLOKE, 1988



NL

R

300 mg/kg1) SSA


Assainissement

sel. KLOKE, 1988

Air:

Amb. prof.

D

L

0,1 ml/m3

MAK


DFG, 1989


Amb. prof.

USA

(L)

0,7 mg/m3

TWA


sel. ACGIH, 1986


Amb. prof.

USA

(L)

2 mg/m3

STEL


sel. UBA, 1986


Amb. prof.

SU

(L)

0,075 ml/m3

PDK


sel. UBA, 1986


Amb. prof.

SU

(L)

1 mg/m3

PDK

Résorpt.cutan.

sel. KETTNER, 1979


Emission

D

L

5 mg/m3


flux massique3 50 g/h

sel. TA-Luft, 1986

Remarques:

1) Valeurs douteuses non confirmées, à prendre avec précautions

VALEURS COMPARATIVES/DE REFERENCE

Milieu/origine

Pays

Valeur

Source

Eau de mer


0,065 kg/m3

sel. ULLMANN, 1978

Cendres volantes de charbon

USA

0,3-21 mg/kg

sel. HOCK, 1988

Végétaux


15 mg/kg

sel. HOCK, 1988

EVALUATION ET REMARQUES

Le brome et ses dérivés ont une action biologique analogue à celle du chlore et de ses dérivés. Alors que la plupart des composés du brome sont plus toxiques que les dérivés correspondants du chlore, le chlore lui-même est toutefois plus dangereux que le brome du fait de sa réactivité.