Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder5. Substances chimiques et groupes de substances/registre des substances
close this folder5.4 Registre des substances
close this folder5.4.4 Fiches d'information classées selon les substances chimiques et groupes de substances - par ordre alphabétique
View the documentAcide acetique (2,4-dichlorophenoxy)
View the documentAcide 2,4,5-trichlorophenoxy acetique
View the documentAcroleine
View the documentAldrine
View the documentAmiante
View the documentAntimoine
View the documentArsenic
View the documentAtrazine
View the documentBaryum
View the documentBenzene
View the documentBeryllium
View the documentBiphenyles polychlores
View the documentBrome
View the documentBromure de methyle
View the documentCadmium
View the documentCarbaryl
View the documentChlordane
View the documentChlore
View the documentChloroforme
View the documentChlorophenols
View the documentChlorure de vinyle
View the documentChrome
View the documentCobalt
View the documentCresols
View the documentCuivre
View the documentDdt
View the documentDichlorvos
View the documentDieldrine
View the documentDinitro-o-cresol
View the documentDioxines
View the documentDioxyde de soufre
View the documentEndosulfan
View the documentEndrine
View the documentEpichlorohydrine
View the documentFluorure d'hydrogene
View the documentFormaldehyde
View the documentHexachlorobenzene
View the documentHydrocarbures aromatiques polycycliques
View the documentHydrogene sulfure
View the documentLindane
View the documentMalathion
View the documentMercure
View the documentMonoxyde de carbone
View the documentNaphthalene
View the documentNaphthalenes chlores
View the documentNickel
View the documentNitrate
View the documentOxyde d'azote
View the documentOzone
View the documentParaquat
View the documentParathion
View the documentPhenol
View the documentPlomb et ses composes inorganiques
View the documentPlomb et ses composes organiques
View the documentPyridine
View the documentTetrachloroethene
View the documentThallium
View the documentToluene
View the document1,1,1-Trichloroethane
View the documentTrichloroethene
View the documentVanadium
View the documentZinc

Formaldehyde

APPELLATIONS

Numéro du CAS: 50-00-0

Nom dans le registre: Formaldéhyde

Nom de la substance: Méthanal

Synonymes, noms commerciaux: Formaldéhyde acétique , Formalin , méthyl aldéhyde , oxyméthylène , Formol , Fannoform , BFV , Formalith , Ivalon , Lysoform , Superlysoform , Tannosynt , Antverruc , Sandovac , Vobaderin

Nom(s) anglais: Formaldehyde, Methanal

Nom(s) allemand(s): Formaldehyd, Methanal

Description générale: Gaz incolore, d'odeur piquante et suffocante.

Remarques: Les solutions aqueuses en vente dans le commerce contiennent 35 à 55% de formaldéhyde. Ces solutions sont stabilisées avec du méthanol, afin d'inhiber la réaction de polymérisation (l'addition de méthanol rend le produit plus inflammable).

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES

Formule brute: CH2O

Masse atomique relative: 30,03 g

Masse volumique: 0,8153 g/cm3 (liquide à -20°C)

Densité de gaz: 1,04

Point d'ébullition: -19,2°C (substance pure)

Point de fusion: -92,0 -118,0°C

Point d'éclair: 32-61°C (solution aqueuse)

Température d'ignition: 300-430°C (solution aqueuse)

Limites d'explosivité: 7-73 vol.%

Solubilité: Dans l'eau: entièrement soluble; aisément soluble dans l'éther, les alcools et autres solvants polaires.

Facteurs de conversion: 1 mg/m3 = 0,80 ppm

1 ppm = 1,25 mg/m3

ORIGINE ET UTILISATIONS

Utilisations:

Les utilisations du formol sont multiples et fonction des adjuvants (p.ex. urée, mélanine, phénol, ammoniac). Il entre donc, en concentrations diverses, dans la composition des produits suivants: liants (p.ex. pour la fabrication des panneaux d'agglomérés), produits alvéolaires et matières tannantes, explosifs et colorants, agents de conservation et solvants , médicaments, résines et fongicides.

Origine/fabrication:

Le formol est obtenu par oxydation de méthanol sous l'action de catalyseurs tels que l'argent ou des oxydes métalliques (fer et molybdène). Outre les émissions dues à sa production et à son utilisation, du formol se dégage dans l'atmosphère sous l'effet de processus de combustion incomplets et de la dégradation photochimique d'éléments-traces organiques.

Chiffres de production:

En République fédérale d'Allemagne, la production de formol se situait aux alentours de 500.000 t dans les années 1980-82 (BMFJG, 1984); aux USA, elle était de 2,9 millions de t en 1978, et au Japon de 1,2 millions de t en 1979 (OMS, 1982).

TOXICITE

Homme:

LDLo femme 36 mg/kg, v. orale

sel. UBA, 1986

TCLo 17 mg/m3 (30 mn), inhalation

sel. UBA, 1986


TCLo 8 ppm, inhalation

sel. UBA, 1986


LDLo 477 mg/kg (non établi)

sel. UBA, 1986


Mammifères:



Souris

CL50 300 mg/m3, v. subcutanée

sel. OMS, 1982

Rat

DL50 800 mg/kg, v. orale

sel. OMS, 1982

Rat

CL 50 590 mg/m3, inhalation

sel. OMS, 1982

Rat

DL50 87 mg/kg, v. intraveineuse

sel. OMS, 1982

Lapin

DL50 270 mg/kg, v. dermale

sel. OMS, 1982

Cobaye

DL50 260 mg/kg, v. orale

sel. OMS, 1982

Organismes aquatiques:



Petits crustacés

CL0 27 mg/l

sel. UBA, 1986

Petits crustacés

CL50 52 mg/l

sel. UBA, 1986

Petits crustacés

CL100 77 mg/l

sel. UBA, 1986

Poissons

CL100 28,4 mg/l

sel. UBA, 1986

Algues

CL50 0,3-0,5 mg/l

sel. UBA, 1986

Daphnie

CL50 2 mg/l

sel. UBA, 1986

Pathologie/toxicologie

Homme/mammifères: Le formaldéhyde à l'état de gaz, de vapeur ou d'aérosol entraîne de fortes irritations des muqueuses, de la conjonctive, de la peau et des voies respiratoires supérieures. En solution aqueuse, il a un effet toxique et caustique sur le protoplasme, et dénature les protéines. Un contact cutané provoque des nécroses de coagulation superficielles avec durcissement, tannage et anesthésie. L'ingestion ou l'inhalation de grandes quantités de formol est suivie de brûlures de l'oesophage et de la trachée-artère, de douleurs rétro-sternales et épigastriques intenses, de vomissements, perte de connaissance et collapsus. 60 ml de formaldéhyde liquide ou 650 ml de vapeur par m3 peuvent être mortels au bout de quelques minutes; la cancérogénicité du formaldéhyde fait l'objet d'une forte controverse parmi les scientifiques, mais ne peut être totalement exclue. Des effets tardifs ou cumulatifs n'ont pas encore été observés à ce jour.

COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Milieu aquatique :

Du fait de la forte solubilité de cette substance, environ 99% des quantités totales de formaldéhyde parvenant dans le milieu naturel se trouvent dans l'eau (BMFJG, 1984).

Atmosphère:

Environ 1% des émissions de formaldéhyde migrent dans l'atmosphère, mais en sont rapidement éliminées par les précipitations. La demi-vie du formol étant relativement courte, cette substance n'est pas transportée sur de longues distances. Le formaldéhyde comprimé forme des brouillards froids lorsqu'il se dilate. Ces brouillards sont plus lourds que l'air, s'évaporent aisément et forment avec l'air des mélanges explosifs agressifs, notamment au-dessus des plans et cours d'eau.

Sols:

Les effets de cette substance dans le sol sont encore inconnus. Toutefois, aucun effet de bioaccumulation n'a pu être établi à ce jour. Les infiltrations dans les eaux souterraines sont d'importance négligeable compte tenu de la tendance du formaldéhyde à s'évaporer.

Demi-vie:

La demi-vie dans l'air (en milieu urbain et sous l'effet du soleil) est de 1 à 2 heures, mais peut atteindre 12 heures en présence de radicaux OH.

Dégradation, produits de décomposition:

La dégradation se produit sous l'effet des micro-organismes vivant dans le sol et dans l'eau; à des températures dépassant 150°C, le formaldéhyde se décompose en méthanol et monoxyde de carbone; la demi-vie étant courte, la stabilité du formaldéhyde est faible dans les conditions atmosphériques (BMFJG, 1984); en contact avec des acides et des lessives alcalines, le formaldéhyde réagit par une polymérisation très vive; en présence d'eau, il donne naissance à des polyméthylènes; l'action de l'aldéhyde formique sur HCl peut engendrer de l'oxyde de bis(chlorométhyle), cancérogène puissant, et catalyse les amines secondaires en nitrosamines cancérogènes ou composés N-nitroso.

Chaîne alimentaire:

L'accumulation est faible dans la chaîne alimentaire; dans l'organisme le formaldéhyde est rapidement oxydé en acide formique, lequel est en partie éliminé par les urines.

Effets cumulatifs:

Les réactions de condensation de l'ammoniac ou des amines avec le formaldéhyde peuvent être violentes, mais plus encore avec les alcalis, au contact desquels le formol se transforme en méthanol et en acide formique.

VALEURS LIMITES DE POLLUTION

Milieu

Secteur

Pays/ organ.

Statut

Valeur

Cat.

Remarques

Source

Air:


DDR

(L)

0,012 mg/m3


Val.l.durée

sel. HORN, 1989



DDR

(L)

0,035 mg/m3


Val.c.durée

sel. HORN, 1989



OMS

R

0,1 mg/m3


24 h

sel. UBA, 1988



D

L

0,07 mg/m3

MIK

Val.c.durée

DFG, 1988



D

R

0,123 mg/m3


2)

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

AUS

L

3 mg/m3



sel. OMS, 1982


Amb.prof.

B

R

3 mg/m3



sel. OMS, 1982


Amb.prof.

BG

R

1 mg/m3


1)

sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

CS

R

2 mg/m3



sel. OMS, 1982


Amb.prof.

CS

R

5 mg/m3


10 mn

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

D

L

0,6 mg/m3

MAK


DFG, 1989


Amb.prof.

D

L

0,03 mg/m3

MIK

Val.l.durée

DFG, 1988


Amb.prof.

DDR

(L)

0,5 mg/m3


Val.c.durée

sel. HORN, 1989


Amb.prof.

DK

(L)

0,148 mg/m3


2)

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

H

(L)

1 mg/m3



sel. OMS, 1982


Amb.prof.

I

(L)

1,2 mg/m3


Val.l.durée

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

I

(L)

0,12 mg/m3



sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

J

(L)

2,5 mg/m3



sel. OMS, 1982


Amb.prof.

NL

L

1,2 mg/m3



sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

NL

R

0,12 mg/m3


2)

sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

PL

R

2 mg/m3



sel. OMS, 1982


Amb.prof.

RO

R

4 mg/m3


3)

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

S

(L)

3 mg/m3


10 mn3)

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

S

(L)

0,6 mg/m3


4)

sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

S

(L)

0,12 - 0,5 mg/m3



sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

S

R

0,123 mg/m3


2)

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

SF

(L)

1,2 mg/m3



sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

SF

R

3 mg/m3



sel. OMS, 1982


Amb.prof.

SU

(L)

0,5 mg/m3

PDK

3)

sel. SORBE, 1988


Amb.prof.

USA

(L)

1,5 mg/m3

TWA


sel. SORBE, 1988


Amb.prof.

USA

(L)

3 mg/m3

STEL

30 mn

sel. OMS, 1982


Amb.prof.

USA

(L)

0,13 mg/m3



sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

USA

(L)

0,6 mg/m3


5)

sel. BMFJG, 1984


Amb.prof.

YU

(L)

1 mg/m3



sel. OMS, 1982


Emission

D

L

20 mg/m3


flux massique ³ 0,1 kg/h

sel. TA-Luft, 1986

Autres réglementations:

- En République fédérale d'Allemagne, les panneaux de particules ne doivent pas dépasser les concentrations suivantes (ETB, 1980): catégorie d'émission 1 (E1) max. 0,1 ppm; catégorie 2 (E2) max. 1 ppm; catégorie 3 (E3) max. 2,3 ppm.

Il n'existe encore à ce jour aucune réglementation concernant l'utilisation des panneaux de particules dans l'industrie de l'ameublement et le marché du bricolage.

- Il existe également des réglementations de ce type en Belgique et au Japon (classification des panneaux de particules).

- Pour les cosmétiques, les concentrations maximales suivantes sont tolérées dans les produits finis en République fédérale d'Allemagne (Kosmetik-Verordnung, 1977): durcisseur pour ongles: 5%; agent conservation: 0,2%; produits d'hygiène buccale: 0,1%.

- Les exigences de qualité pour les mousses plastiques en résine urée-formol (U.F.) utilisées comme isolants sont réglementées en République fédérale d'Allemagne par la norme DIN 18159.

- Au Canada, les isolations en mousses UF sont totalement interdites.

- Le Japon réglemente également les concentrations dans les papiers peints et les colles, et a interdit le formol en tant qu'additif pour le traitement et les emballages de produits alimentaires ainsi que dans les peintures et laques. Dans les textiles, le formol est toléré à raison d'une valeur limite de 75 ppm (BMJFG, 1984).

Remarques:

1) Pour installations stationnaires
2) Air en local fermé
3) Valeur maximale admissible
4) Pour installations neuves
5) Minnesota

VALEURS COMPARATIVES/DE REFERENCE

Milieu/origine

Pays

Valeur

Source

Air:




Los Angeles, Californie (1961-66):

USA

0,005-0,16 mg/m3

sel. BMJFG, 1984

Air à proximité de routes (1977)

CH

0,0011-0,0012 mg/m3

sel. BMJFG, 1984

Air marin (1979)

D

0,00012-0,008 mg/m3

sel. BMJFG, 1984

Gaz d'échappement


35,7-52,9 mg/m3

sel. BMJFG, 1984

Pièces d'habitation (1975):

DK

0,08-2,24 mg/m3

sel. BMJFG, 1984

Air en local fermé (BMJFG, 1984; études de 1975 à 1984):




Panneaux en particules:




Ecoles neuves


0,36-1,08 mg/m3 (faible échange d'air)


Locaux scolaires et d'habitation


0,6-0,72 mg/m3 (meubles)


Maisons préfabriquées


0,18-1,08 mg/m3


Maisons d'habitation aux USA


0,012-3,84 mg/m3 (636 maisons)


Isolation thermique


0,24-3,48 mg/m3 (43 bâtiments)


Désinfection:




Pathologie


< 13,56 mg/m3 (après aération)


Désinfection de lits


< 6 mg/m3


Désinfection par lavage


< 13,2 mg/m3


Désinfection par pulvérisation


< 12 mg/m3


Air d'incubateur


18-30 mg/m3


Eau de pluie:




Mayence (1974-1977)

D

0,174 ± 0,085 mg/l

sel. BMJFG, 1984

Deuselbach (1974-1976)

D

0,141 ± 0,048 mg/l

sel. BMJFG, 1984

Zone non polluée (1977)

IRL

0,111 ± 0,059 mg/l

sel. BMJFG, 1984

Produits alimentaires et stimulants:




Tomates


5,7-7,3 mg/kg

sel. OMS, 1982

Pommes


17,3-22,3 mg/kg

sel. OMS, 1982

Epinards


3,3-7,3 mg/kg

sel. OMS, 1982

Carottes


6,7-10 mg/kg

sel. OMS, 1982

Radis


3,7-4,4 mg/kg

sel. OMS, 1982

Fumée de cigarettes


37,5-44,5 mg/cigarette

sel. OMS, 1982

EVALUATION ET REMARQUES

Le formaldéhyde ne parvient pas seulement dans l'organisme humain par exposition en milieu professionnel. Son utilisation comme liant dans la fabrication de panneaux de particules et le mélange avec l'urée pour les mousses plastiques moulées sur place sont réglementés en République fédérale d'Allemagne et dans certains autres pays. L'utilisation des matériaux de construction indiqués ci-dessus est à l'origine d'émanations de formol gazeux dans l'air des pièces d'habitation. Le potentiel cancérogène du formol n'est pas établi avec certitude. A la suite d'expériences isolées sur l'animal, il semble que des effets cancérogènes et tératogènes ne soient pas exclus.

Source(s) spéc.: BMFJG (1984)