Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder5. Substances chimiques et groupes de substances/registre des substances
close this folder5.4 Registre des substances
close this folder5.4.4 Fiches d'information classées selon les substances chimiques et groupes de substances - par ordre alphabétique
View the documentAcide acetique (2,4-dichlorophenoxy)
View the documentAcide 2,4,5-trichlorophenoxy acetique
View the documentAcroleine
View the documentAldrine
View the documentAmiante
View the documentAntimoine
View the documentArsenic
View the documentAtrazine
View the documentBaryum
View the documentBenzene
View the documentBeryllium
View the documentBiphenyles polychlores
View the documentBrome
View the documentBromure de methyle
View the documentCadmium
View the documentCarbaryl
View the documentChlordane
View the documentChlore
View the documentChloroforme
View the documentChlorophenols
View the documentChlorure de vinyle
View the documentChrome
View the documentCobalt
View the documentCresols
View the documentCuivre
View the documentDdt
View the documentDichlorvos
View the documentDieldrine
View the documentDinitro-o-cresol
View the documentDioxines
View the documentDioxyde de soufre
View the documentEndosulfan
View the documentEndrine
View the documentEpichlorohydrine
View the documentFluorure d'hydrogene
View the documentFormaldehyde
View the documentHexachlorobenzene
View the documentHydrocarbures aromatiques polycycliques
View the documentHydrogene sulfure
View the documentLindane
View the documentMalathion
View the documentMercure
View the documentMonoxyde de carbone
View the documentNaphthalene
View the documentNaphthalenes chlores
View the documentNickel
View the documentNitrate
View the documentOxyde d'azote
View the documentOzone
View the documentParaquat
View the documentParathion
View the documentPhenol
View the documentPlomb et ses composes inorganiques
View the documentPlomb et ses composes organiques
View the documentPyridine
View the documentTetrachloroethene
View the documentThallium
View the documentToluene
View the document1,1,1-Trichloroethane
View the documentTrichloroethene
View the documentVanadium
View the documentZinc

Aldrine

APPELLATIONS

Numéro du CAS:

309-00-2

Nom dans le registre:

Aldrine

Nom de la substance:

1,2,3,4,10,10-hexachloro-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-1,4-endo,exo-5,8- diméthanonaphthalène

Synonymes, noms commerciaux:

Hexachlorodiméthanonaphthalène; hexachloro-1,2,3,4,10,10-hexahydro-1,4,4a,5,8,8a-exodiméthano-1,4,5,8-naphthalène; HHDN, Aldrex, octalen, Seedrin

Nom(s) anglais:

Aldrin, 1,2,3,4,10,10-Hexachloro-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-1,4-endo,exo-5,8- dimethano-naphthalene

Nom(s) allemand(s):

Aldrin, 1,2,3,4,10,10-Hexachlor-1,4,4a,5,8,8a-hexahydro-1,4-endo,exo-5,8- dime-thano-naphthalin

Description générale:

Substance solide blanche, inodore, cristalline; produit technique de cou leur brun foncé.

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES

Formule brute:

C12H8Cl6

Masse atomique relative

364.91 g

Masse volumique:

1,70 g/cm3

Densité de gaz:

12,6

Point d'ébullition:

145°C

Point de fusion:

104-105,5°C, produit technique: 49-60°C

Tension de vapeur:

3,07 x 10-3 Pa

Solubilité:

Dans l'eau: < 50 mg/l; soluble dans le pétrole, l'acétone, le benzène et le xylène; très bonne liposolubilité.

Facteurs de conversion:

1 ppm = 15,2 mg/m3 1 mg/m3 = 0,07 ppm

ORIGINE ET UTILISATIONS

Utilisations:

L'aldrine est un insecticide non spécifique, qui est surtout utilisé dans la lutte contre les larves souterraines, les prédateurs du coton et les acariens.

Origine/fabrication:

Techniquement, l'aldrine est produite à partir de cyclopentadiène, par synthèses diéniques successives avec de l'acétylène et de l'hexachlorocyclopentadiène. Dans l'environnement, l'aldrine est produite par suite de la décomposition de la dieldrine; dans l'organisme, elle se transforme en dieldrine. Voir aussi fiche "Dieldrine".

TOXICITE

Mammifères:

Rat

DL50 67 mg/kg, v. orale

sel. VERSCHUEREN, 1983


DL50 98-200 mg/kg, v. dermale

sel. VERSCHUEREN, 1983

Souris

DL50 4 mg/kg, v. orale

sel. MERCIER, 1981

Chien

DL50 65-95 mg/kg, v. orale

sel. MERCIER, 1981

Organismes aquatiques:

Cyprinodontidés

CL50 4-8 ppb (96 h)

sel. VERSCHUEREN, 1983

Muge cabot

CL50 100 ppb (96 h)

sel. VERSCHUEREN, 1983

Vairon d'Amérique

CL50 28 mg/l (96 h)

sel. VERSCHUEREN, 1983

Grande perche-soleil

CL50 13 mg/l (96 h)

sel. VERSCHUEREN, 1983

Truite arc-en-ciel

CL50 10-17.7 mg/l (96 h)

sel. VERSCHUEREN, 1983

Daphnie

CL50 30 mg/l (24 h)

sel. VERSCHUEREN, 1983


CL50 28 mg/l (48 h)

sel. VERSCHUEREN, 1983

Pathologie/toxicologie:

Homme/mammifères: L'aldrine est à l'origine de lésions du système nerveux central et du foie. L'agitation, les convulsions et la paralysie sont des symptômes typiques d'un empoisonnement aigu. L'aldrine est rapidement absorbée dans l'organisme et est transformée en dieldrine en 12-24 heures. Des effets cancérogènes ont été observés sur différentes espèces animales.

COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Milieu aquatique:

En raison de sa forte toxicité pour les organismes et d'une forte persistance dans l'eau, l'aldrine figure, en Allemagne, dans la catégorie de risque WGK 3 (risque de pollution important pour l'eau).

Atmosphère:

Dans l'atmosphère, l'aldrine subit assez rapidement une transformation photochimique.

Sols:

L'aldrine tend à s'accumuler dans le sol en raison de sa forte persistance.

Demi-vie:

On n'observe pratiquement aucune dégradation au bout d'une semaine dans de l'eau de rivière ayant une concentration initiale de 10 g/l, conservée dans un verre hermétiquement fermé, exposé à la lumière du soleil et à une lumière artificielle fluorescente. Après 4 et 8 semaines, respectivement 60% et 80% de la concentration initiale se sont dégradés en dieldrine. Dans les sols, on trouve encore entre 0 et 25% de la quantité appliquée au bout de 1 à 6 ans.

Dégradation, produits de décomposition:

En milieu marin, l'aldrine se métabolise, directement ou après transformation en dieldrine, en diol d'aldrine. Dans l'atmosphère, l'aldrine se décompose en photoaldrine ou, après transformation en dieldrine, en photodieldrine. Par photo-oxydation sous l'effet de la lumière ultraviolette, environ 75% de la quantité épandue se décompose, au bout de 100 h environ (à une température de 90-95°C) pour donner du gaz carbonique, de l'acide chlorhydrique et de l'eau (VERSCHUEREN, 1983).

Chaîne alimentaire:

De l'aldrine a été décelée dans le lait maternel (MERCIER, 1981).

VALEURS LIMITES DE POLLUTION

Milieu

Secteur

Pays/ organ.

Statut

Valeur

Cat.

Remarques

Source

Eau:

Eau pot.

USA

R

0,001 mg/l


Illinois

sel. WAITE, 1984


Effluents

CE

L

5 mg/l


Eau de mer

sel. LEROY, 1985


Effluents

CE

L

5 mg/l


Eau douce

sel. LEROY, 1985









Air:

Amb. prof.

D

L

0,25 mg/m3

MAK


DFG, 1989


Amb. prof.

SU

(L)

0,01 mg/m3

PDK

Peau

sel. KETTNER, 1979


Amb. prof.

USA

(L)

0,25 mg/m3

TWA

Peau

ACGIH, 1986


Amb. prof.

USA

(L)

0,75 mg/m3

STEL


ACGIH, 1986









Aliments:


OMS

R

0,0001 mg/(kg j)

ADI

Aldrine + Dieldrine

sel. VETTORAZZI, 1979



OMS

R

0,03-0.3 mg/kgH


limite de tol. des résidus

sel. VERSCHUEREN, 1983

Remarques:

Depuis 1988, la législation allemande régissant l'utilisation des produits phytosanitaires interdit totalement ce produit en tant qu'insecticide.

VALEURS COMPARATIVES DE REFERENCE

Milieu/origine

Pays

Valeur

Source

Eaux superficielles




Mississippi nord

USA

0,01-0,49 ng/l

sel. VERSCHUEREN, 1983

Hawaii (sédiments)

USA

5,5-11,02 m g/kg

sel. VERSCHUEREN, 1983

Anchois, Méditerranée, 1976/77


0,1-0.,8 m g/kg eau fraîche (n=12)

sel. VERSCHUEREN, 1983

Thon, Méditerranée, 1976/77


0.1-0.2 m g/kg eau fraîche. (n=5)

sel. VERSCHUEREN, 1983

EVALUATION ET REMARQUES

(Voir fiche d'information "Dieldrine").