Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder5. Substances chimiques et groupes de substances/registre des substances
close this folder5.4 Registre des substances
close this folder5.4.4 Fiches d'information classées selon les substances chimiques et groupes de substances - par ordre alphabétique
View the documentAcide acetique (2,4-dichlorophenoxy)
View the documentAcide 2,4,5-trichlorophenoxy acetique
View the documentAcroleine
View the documentAldrine
View the documentAmiante
View the documentAntimoine
View the documentArsenic
View the documentAtrazine
View the documentBaryum
View the documentBenzene
View the documentBeryllium
View the documentBiphenyles polychlores
View the documentBrome
View the documentBromure de methyle
View the documentCadmium
View the documentCarbaryl
View the documentChlordane
View the documentChlore
View the documentChloroforme
View the documentChlorophenols
View the documentChlorure de vinyle
View the documentChrome
View the documentCobalt
View the documentCresols
View the documentCuivre
View the documentDdt
View the documentDichlorvos
View the documentDieldrine
View the documentDinitro-o-cresol
View the documentDioxines
View the documentDioxyde de soufre
View the documentEndosulfan
View the documentEndrine
View the documentEpichlorohydrine
View the documentFluorure d'hydrogene
View the documentFormaldehyde
View the documentHexachlorobenzene
View the documentHydrocarbures aromatiques polycycliques
View the documentHydrogene sulfure
View the documentLindane
View the documentMalathion
View the documentMercure
View the documentMonoxyde de carbone
View the documentNaphthalene
View the documentNaphthalenes chlores
View the documentNickel
View the documentNitrate
View the documentOxyde d'azote
View the documentOzone
View the documentParaquat
View the documentParathion
View the documentPhenol
View the documentPlomb et ses composes inorganiques
View the documentPlomb et ses composes organiques
View the documentPyridine
View the documentTetrachloroethene
View the documentThallium
View the documentToluene
View the document1,1,1-Trichloroethane
View the documentTrichloroethene
View the documentVanadium
View the documentZinc

Naphthalene

APPELLATIONS

Numéro du CAS: 91-20-3

Nom dans le registre: Naphthalène

Nom de la substance: Naphthalène

Synonymes, noms commerciaux: Antimite , naphtaline

Nom(s) anglais: Naphtalene

Nom(s) allemand(s): Naphthalin

Description générale: Substance solide cristalline.

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES

Formule brute: C10H8

Masse atomique relative: 128,17 g

Masse volumique: 1,14 g/cm3

Densité de gaz: 4,42

Point d'ébullition: 218°C

Point de fusion: 80°C

Tension de vapeur: 0,04 hPa

Point d'éclair: 80°C

Température d'ignition: 540°C

Limites d'explosivité: 0,9-5,9 vol.%

Solubilité: Dans l'eau: très peu soluble 30 mg/l, soluble dans l'alcool 77,4-98 g/l,

le benzène 1,130 g/l,
la quinoline 30,2 g/l,
le toluène 910 g/l,
le xylène 783 g/l.

Facteurs de conversion: 1 ppm = 5,33 mg/m3

1 mg/m3 = 0,19 ppm

ORIGINE ET UTILISATIONS

Utilisations:

Le naphtalène intervient comme produit intermédiaire dans la synthèse des colorants, de l'anhydride phtalique (production de plastifiants pour P.C.V.), de matières tannantes et d'agrégats de béton, d'agents mouillants pour l'industrie textile ainsi que de solvants pour pesticides (antimite).

Origine/fabrication:

En République fédérale d'Allemagne, la matière première utilisée pour la production de naphtalène est le goudron de houille, qui en contient env. 10%. La production de coke étant en régression, on utilise de plus en plus des produits dérivés du pétrole (essence de pyrolyse, huiles résiduelles de pyrolyse); fabrication par distillation fractionnée. La teneur en naphtalène dans le produit technique est de 95% au moins, le reste étant constitué d'impuretés telles que benzo(b)thiophènes (thionaphtènes) et, en ce qui concerne les naphtalènes issus du pétrole, exclusivement de méthylindènes.

Chiffres de production:

Production mondiale de naphtalène en 1987:

Europe de l'Ouest

250.000 t

Europe de l'Est

200.000 t

Japon

200.000 t

USA

125.000 t

Production mondiale

1.000.000 t

(Chiffres selon ULLMANN, 1991)

TOXICITE

Mammifères:



Rat

DL50 1 110-9 430 mg/kg, v. orale

sel. BUA, 1989

Rat

DL50 2 200 mg/kg, v. orale (mâle)

sel. BUA, 1989

Rat

DL50 2 400 mg/kg, v. orale (femelle)

sel. BUA, 1989

Rat

DL50 > 2 500 mg/kg, v. dermale (mâle, femelle)

sel. BUA, 1989

Rat

DL50 > 500 mg/m3, inhalation (8 h)

sel. BUA, 1989

Souris

DL50 350-710 mg/kg, v. orale (femelle)

sel. BUA, 1989

Souris

DL50 533 mg/kg, v. orale (mâle)

sel. BUA, 1989

Souris

DL50 969-5 100 mg/kg, v. subcutanée

sel. BUA, 1989

Organismes aquatiques:



Vairon d'Amérique

CL50 1,3-6,9 mg/l (96 h)

sel. BUA, 1989

Vairon d'Amérique

CL50 5,95-6,77 mg/l (48 h)

sel. BUA, 1989

Micropterus salmoides:

CL50 0,31-9,7 mg/l (7 d)

sel. BUA, 1989

Truite arc-en-ciel:

CL50 0,1-0,14 mg/l (96 h)

sel. BUA, 1989

Daphnie

CL50 1,79-24,1 mg/l (48 h)

sel. BUA, 1989

Pathologie/toxicologie

Homme/mammifères: Le naphtalène est absorbé par voie orale, dermale ou par inhalation et n'est en général que faiblement toxique. Les irritations des muqueuses et de la peau sont très rares. L'absorption de fortes concentrations peut entraîner une anémie hémolytique, une cataracte lenticulaire et un effet de sensibilisation. Les nourrissons et foetus sont tout particulièrement concernés par ces symptômes. On observe aussi dans certains cas des réactions allergiques chez l'homme adulte.

La toxicité est extrêmement plus forte en ce qui concerne les naphtalènes chlorés (v. fiche 'Chloronaphtalènes').

COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Milieu aquatique :

Le naphtalène étant aisément soluble dans l'eau, il tend à s'accumuler dans les milieux aquatiques. En particulier les organismes aquatiques absorbent et accumulent le naphtalène. Pour cette raison, cette substance figure en République fédérale d'Allemagne dans la catégorie de risque WGK 2 (= polluant pour l'eau).

Atmosphère:

Le naphtalène se dégage de la combustion incomplète de matières organiques.

Demi-vie:

La demi-vie dans l'atmosphère est évaluée à 7-24 heures (sel. BUA, 1989).

Dégradation, produits de décomposition:

Le naphtalène fait l'objet d'une dégradation microbienne ou photochimique, mais il n'est pas encore démontré qu'une minéralisation se produise en conditions d'anaérobiose. Le principal métabolite se formant dans l'organisme est le 1,2-époxy-naphtalène, qui donne lui-même naissance à d'autres métabolites et composés. Dans l'air, le naphtalène se décompose en alcools (naphtol), en aldéhydes et en acide carboxylique.

Chaîne alimentaire:

L'effet de bioaccumulation par la chaîne alimentaire est très peu marqué.

VALEURS LIMITES DE POLLUTION

Milieu

Secteur

Pays/ organ.

Statut

Valeur

Cat.

Remarques

Source

Eau :

Eau sout.

Nl

R

0,1 mg/l


Référence

sel. TERRA TECH 6/94


Eau sout.

NL

L

70 mg/l


Intervention

sel. TERRA TECH 6/94

Sols:


NL

R

1 mg/kg


Référence, Total de 10 PAH

sel. TERRA TECH 6/94



NL

L

40 mg/kg


Intervention, Total de 10 PAH

sel. TERRA TECH 6/94

Air:


D

L

2,5 mg/m3

MIK

Val.l.durée

sel. BAUM, 1988



D

L

7,5 mg/m3

MIK

Val.c.durée

sel. BAUM, 1988


Emission

D

(L)

0,10 g/m3


flux massique ³ 2 kg/h

sel. TA-Luft, 1986


Amb.prof.

D

L

50 mg/m3

MAK


DFG, 1989


Amb.prof.

DDR

(L)

50 mg/m3


Val.c.durée

sel. HORN, 1989


Amb.prof.

DDR

(L)

20 mg/m3


Val.l.durée

sel. HORN, 1989


Amb.prof.

SU

(L)

20 mg/m3

PDK


sel. SORBE, 1989


Amb.prof.

USA

(L)

50 mg/m3

TWA


ACGIH, 1986


Amb.prof.

USA

(L)

75 mg/m3

STEL


ACGIH, 1986

VALEURS COMPARATIVES/DE REFERENCE

Milieu/origine

Pays

Valeur

Source

Eaux superficielles:




Rhin (1987)

D

< 0,01-0,03 mg/l


Lac de Constance (été, 1984)

D

0,002-0,276 mg/l

sel. BUA, 1989




sel. BUA, 1989

Air:




Atmosphère urbaine (1977-1984)

D

0,3-0,6 mg/m3


Kiel

D

0,009 mg/m3

sel. BUA, 1989

Tübingen

D

0,191-0,468 mg/m3

sel. BUA, 1989

Fumée de cigarettes (sans filtre)


0,422 mg/cigarette (cour. princ.)

sel. BUA, 1989

EVALUATION ET REMARQUES

Le naphtalène n'est que faiblement toxique, mais provoque parfois chez l'homme des réactions allergiques. En raison des émissions provenant des gaz d'échappement des véhicules, l'exposition est plus forte en milieu urbain. Celle-ci peut entraîner une sensibilisation accrue à d'autres substances irritantes. On ne dispose pas de données révélant un pouvoir cancérogène ou mutagène du naphtalène, mais il est établi que cette substance est dangereuse pour le foetus humain.