Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder5. Substances chimiques et groupes de substances/registre des substances
close this folder5.4 Registre des substances
close this folder5.4.4 Fiches d'information classées selon les substances chimiques et groupes de substances - par ordre alphabétique
View the documentAcide acetique (2,4-dichlorophenoxy)
View the documentAcide 2,4,5-trichlorophenoxy acetique
View the documentAcroleine
View the documentAldrine
View the documentAmiante
View the documentAntimoine
View the documentArsenic
View the documentAtrazine
View the documentBaryum
View the documentBenzene
View the documentBeryllium
View the documentBiphenyles polychlores
View the documentBrome
View the documentBromure de methyle
View the documentCadmium
View the documentCarbaryl
View the documentChlordane
View the documentChlore
View the documentChloroforme
View the documentChlorophenols
View the documentChlorure de vinyle
View the documentChrome
View the documentCobalt
View the documentCresols
View the documentCuivre
View the documentDdt
View the documentDichlorvos
View the documentDieldrine
View the documentDinitro-o-cresol
View the documentDioxines
View the documentDioxyde de soufre
View the documentEndosulfan
View the documentEndrine
View the documentEpichlorohydrine
View the documentFluorure d'hydrogene
View the documentFormaldehyde
View the documentHexachlorobenzene
View the documentHydrocarbures aromatiques polycycliques
View the documentHydrogene sulfure
View the documentLindane
View the documentMalathion
View the documentMercure
View the documentMonoxyde de carbone
View the documentNaphthalene
View the documentNaphthalenes chlores
View the documentNickel
View the documentNitrate
View the documentOxyde d'azote
View the documentOzone
View the documentParaquat
View the documentParathion
View the documentPhenol
View the documentPlomb et ses composes inorganiques
View the documentPlomb et ses composes organiques
View the documentPyridine
View the documentTetrachloroethene
View the documentThallium
View the documentToluene
View the document1,1,1-Trichloroethane
View the documentTrichloroethene
View the documentVanadium
View the documentZinc

Amiante

APPELLATIONS

Numéro du CAS:

1332-21-4

Nom dans le registre:

Amiante

Nom de la substance::

Amiante, asbeste

Synonymes, noms commerciaux:

Asbeste serpentine, asbeste amphibole, amiante fibreux, asbeste bleue

Nom(s) anglais:

Asbestos

Nom(s) allemand(s):

Asbest

Description générale:

Substance minérale fibreuse, dont la couleur peut varier selon la teneur en oxydes de fer, d'un blanc pur à des teintes verdâtres, brunâtres et grisâtres; la crocidolite est de couleur bleu (asbeste bleue); les fibres lisses et douces au toucher, atteignent une longueur de 20-25 mm.

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES

L'amiante n'est pas un élément chimique; le terme recouvre deux groupes de substances minérales, à savoir les serpentines et les amphiboles


Serpentine chrysotile

Amphiboles







Crocidolite

Amosite

Anthophyllite

Tremolite

Actinolite

Formule:

Mg3 Si205(OH)4

Na2Fe2 (Fe,Mg)3 Si8O22 (OH)2

(Fe,Mg)7 Si8O22(OH)2

Mg7 Si8O22(OH)2

Ca2Mg5 Si8O22(OH)2

Ca2(Mg,Fe)5 Si8O22(OH)2

M. at. rel.:

277,13 g

1 008,82 g

1 171,83 g

780,88 g

812,42 g

1 091,67 g

M. vol.:

2,2-2,6 g/cm3

2,8-3,6 g/cm3

2,9-3,3 g/cm3

2,8-3,2 g/cm3

2,9-3,2 g/cm3

3,0-3,21 g/cm3

Point d'éb.:

1,500°C

1 200°C

1 400°C

1 450°C

1 315°C

1 400°C

Point de fusion L'amiante est ininflammable, résistant à la chaleur et aux substances chimiques, et sa conductibilité électrique est faible. L'amiante est insoluble dans l'eau.

ORIGINE ET UTILISATIONS

Utilisations:

Les différentes utilisations de l'amiante dans l'industrie (isolation thermique, protection contre le feu, matériau d'étanchéité, etc.) mettent à profit son exceptionnelle qualité de résistance à la chaleur et au feu, sa malléabilité et le fait qu'il s'intègre bien aux liants anorganiques et organiques. L'amiante est également un matériau de charge entrant dans la composition de plus de 3000 produits composites. La variété la plus utilisée est le chrysotile du groupe des serpentines (95%). 5% des amiantes amphiboles sont utilisés pour la production de fibres d'amiante.

L'amiante est utilisé pour la fabrication de vêtements résistant au feu et aux produits chimiques. Mélangé à du ciment, il sert à la fabrication de plaques et de tuyaux (70-90% de la production mondiale est utilisée dans l'industrie du bâtiment en Europe occidentale; selon OMS, 1987). Enfin, l'amiante entre dans la composition de produits de filtration pour les industries des boissons et des produits pharmaceutiques et est utilisé dans la production de garnitures de freins et d'embrayage pour l'industrie automobile.

Origine/fabrication:

Les amiantes sont très répandus dans la nature. Les principaux gisements se trouvent en ex-URSS, au Canada et en Afrique du Sud. Des émissions naturelles se produisent, notamment sous l'effet de la décomposition à l'air de roches serpentiniques.

Chiffres de production:

La production mondiale dépassait 4 millions de tonnes en 1983 (OMS, 1987). Principaux pays producteurs (selon OMS, 1986):

URSS

1983:

2.250.000 t/a

Canada

1983:

820.000 t/a

Afrique du Sud

1983:

221.111 t/a

Brésil

1983:

158.855 t/a

Zimbabwe

1983:

153.221 t/a

Italie

1983:

139.054 t/a

Chine

1983:

110.000 t/a

TOXICITE

Homme:

TCLo 2.8 fibres/cm3/5 ans

sel. UBA, 1986


TCLo 1.2 fibres/cm3/19 ans sans interruption

sel. UBA, 1986

Mammifères:



Rat

TDLo 100 mg/kg, intrapleurale

sel. UBA, 1986

Les données toxicologiques ne sont pas encore connues (DVGW, 1988).

Pathologie/toxicologie:

Homme/mammifères: Grâce à la médecine du travail, on connaît maintenant un certain nombre d'affections dues à l'amiante, dans lesquelles la taille des fibres joue un rôle déterminant. De manière générale, les fibres ayant un diamètre de moins de 2 mm et une longueur de plus de 5 mm sont considérées comme dangereuses pour la santé (rapport diamètre: longueur = 1:3). Les fibres de cette taille étant respirables, elles peuvent pénétrer dans les poumons et s'incruster dans les tissus. On a constaté par ailleurs une certaine tendance des fibres à migrer dans l'organisme et au niveau du métabolisme cellulaire. Par suite d'une accumulation dans les poumons, les alvéoles pulmonaires s'atrophient et l'alimentation en oxygène ne s'effectue plus dans de bonnes conditions.

L'inhalation de grandes quantités de fibres peut provoquer l'asbestose, maladie professionnelle qui prédispose au cancer broncho-pulmonaire. En particulier, les poussières < 200 mm sont hautement toxiques et on les suspecte d'être directement responsables de l'apparition de tumeurs.

L'exposition à la poussière d'amiante est à l'origine d'irritations au niveau des yeux et des voies respiratoires, et en cas de pénétration directe dans une plaie, on observe une forte induration des tissus cellulaires sous-cutanés. Lorsque des fibres parviennent dans les poumons, elles peuvent être à l'origine d'une bronchite chronique, d'irritation de la plèvre et de pleurésie. Le gonflement du poumon peut entraîner un cancer pulmonaire. En cas d'exposition en ambiance professionnelle, des périodes de latence très longues, pouvant atteindre 40 ans, sont observées dans l'appareil digestif.

COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Milieu aquatique:

Les fibres d'amiante troublent l'eau mais sont insolubles dans cet élément.

Air:

La présence d'amiante dans l'atmosphère dépend de la taille des fibres. Celles-ci peuvent être transportées dans l'atmosphère sur des centaines de kilomètres. Sous l'action des intempéries, les poussières grossières se transforment en fibres courtes et minces.

Sols:

Lorsque des fibres d'amiante atteignent le sol, elles s'accumulent à la surface et peuvent à tout moment être emportées par le vent. Les particules de plus de 2 mm ne peuvent être absorbées par les pores du sol. A l'intérieur du sol et des sédiments, l'amiante est considéré comme non dangereux (DVGW, 1988). Les poussières d'amiante dans les déchets ou les décharges doivent être recouvertes de bâches de protection ou humidifiées afin d'éviter qu'elles ne se dispersent dans l'atmosphère. De manière générale, les sols et sédiments sont considérés comme des lieux d'accumulation.

Demi-vie:

La demi-vie des fibres sur les muqueuses se compte en minutes ou en heures, mais après pénétration dans les tissus, elle est d'une ou de plusieurs années (HORN, 1989).

Chaîne alimentaire:

Les fibres d'amiante migrent dans l'organisme à travers de l'eau potable. La pollution de l'eau tient au fait que des fibres se détachent des conduites en amiante-ciment. L'intensité de la pollution dépend du taux de saturation de l'eau en carbonate de calcium ainsi que des quantités de dépôts d'oxyde de fer dans les canalisations. Il n'est pas encore démontré que l'ingestion de poussière d'amiante ait un effet cancérogène.

VALEURS LIMITES DE POLLUTION

Milieu

Secteur

Pays/ organ.

Statut

Valeur

Cat.

Remarques

Source

Air:

amb. Prof.

A

L

250.000 f/m3


chrysotile [1991]

sel. Albracht, 1991


amb. Prof.

B

L

150.000 f/m3


crocidolite [1987]

sel. Albracht, 1991


amb. Prof.

B

L

1.000.000 f/m3


autres asbestes [1987]

sel. Albracht, 1991


amb. Prof.

CH

L

1.000.000 f/m3


poussières [1988]

sel. Albracht, 1991


amb. Prof.

DK

L

300.000 f/m3


crocidolite, valeurs seuil (15mn) [1988]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

DK

L

300.000 f/m3


autres asbestes [1988]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

F

L

500.000 f/m3


crocidolite [1987]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

F

L

1.000.000 f/m3


autres asbestes [1987]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

D

L

250.000 f/m3

TRK

chrysotile [1990]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

D

R

50.000 f/m3

TRK

crocidolite, [1990]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

GB

L

200.000 f/m3


crocidolite, 4h [1984]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

GB

L

500.000 f/m3


autres asbestes, 4h, [1984]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

DDR

L

1.000.000 f/m3


poussières [1983]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

DDR

L

2.000.000 f/m3


valeur c. durée (30 mn) [1983]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

GR

L

500.000 f/m3


crocidolite [1988]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

GR

L

1.000.000 f/m3


autres asbestes [1988]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

IRL

L

500.000 f/m3


crocidolite [1989]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

IRL

L

1.000.000 f/m3


autres asbestes [1989]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

NL

L

200.000 f/m3


crocidolite, valeur limite (10 mn) [1989]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

NL

L

2.000.000 f/m3


autres asbestes, 4h [1989]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

S

L

200.000 f/m3


amiante (sauf chrysotile) [1987]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

USA

L

200.000 f/m3


asbeste [1986]

sel. Albracht, 1991


amb. prof.

USA

R

200.000 f/m3


amosite

ACGIH, 1988


amb. prof.

USA

R

500.000 f/m3


crocidolite

ACGIH, 1988


amb. prof.

USA

R

2.000.000 f/m3


chrysotile, autres var.

ACGIH, 1988



F

(L)

0,1 mg/m3


Emission (poussière)

sel. MEEK et al, 1985


Emission

D

L

0,1 mg/m3


poussière fine, flux massique ³ 0.5g/h

sel. TA-Luft 1986



DDR

L

0,005 mg/m3

MIKk


sel. HORN, 1989

Aliments:

Eau potable

USA

L

7.100 f/m3


fibres moyennes et longues

sel. DVGW, 1988

Remarques:

Au Danemark, il est interdit de produire, d'importer et d'utiliser des matériaux contenant de l'amiante. La Norvège, la Suède et les Pays-Bas spécifient les teneurs d'amiante à respecter pour les matériaux d'isolation et d'usage courant dans des réglementations complémentaires.

Valeurs comparatives/de reference

Milieu/origine

Pays

Valeur

Source

Eaux de surface:




Lac de Constance, Nord (1981)

D

< 5 fibres/l x 103 1)

sel. DVGW, 1988

Lac de Constance, Sud (1981)

D

10-20 fibres/l x 103 1)

sel. DVGW, 1988

Frankenwald (1981)

D

10-50 fibres/l x 103 1)

sel. DVGW, 1988

Forêt bavaroise (1981)

D

< 5-30 fibres/l x 103 1)

sel. DVGW, 1988

Eaux souterraines:




Allemagne du Nord (1981)

D

4-100 fibres/l x 103 1)

sel. DVGW, 1988

Frankenwald (1981)

D

< 5-60 fibres/l x 103 1)

sel. DVGW, 1988

Eau potable:




10 compagnies des eaux (1981)

D

5-1.000 fibres/l x 103 2)

sel. DVGW, 1988

Montréal (1971)

CDN

2.000-9.500 fibres/l x 103

sel. DVGW, 1988

Toronto (1974)

CDN

700-4.100 fibres/l x 103

sel. DVGW, 1988

Duluth (1974)

USA

20.000-75.000 fibres/l x 103

sel. DVGW, 1988

Chicago (1977)

USA

80-2.300 fibres/l x 103

sel. DVGW, 1988

Remarques:

1) Fibres d'amiante d'une longueur supérieure à 5 mm.

2) Compagnie des eaux avec conduite en amiante-ciment et indice de saturation négatif > 0,2 au robinet puisard.

EVALUATION ET REMARQUES

Les fibres d'amiante parviennent dans l'environnement par des voies naturelles et anthropogènes. L'amiante étant très nocif pour les organes respiratoires, et en particulier pour le poumon, les émissions lors de la production et de l'usinage de produits à base d'amiante doivent être sensiblement réduites, notamment dans les locaux fermés et à proximité des postes de travail. De plus en plus, l'amiante est soupçonné d'être également responsable de tumeurs lorsqu'il est absorbé par voie orale. Il est donc inadmissible de continuer à utiliser l'amiante-ciment pour la fabrication des conduites d'eau, d'autant qu'il est aisé d'y renoncer dans la mesure où existent aujourd'hui un grand nombre de produits et substances de substitution.