Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder5. Substances chimiques et groupes de substances/registre des substances
close this folder5.4 Registre des substances
close this folder5.4.4 Fiches d'information classées selon les substances chimiques et groupes de substances - par ordre alphabétique
View the documentAcide acetique (2,4-dichlorophenoxy)
View the documentAcide 2,4,5-trichlorophenoxy acetique
View the documentAcroleine
View the documentAldrine
View the documentAmiante
View the documentAntimoine
View the documentArsenic
View the documentAtrazine
View the documentBaryum
View the documentBenzene
View the documentBeryllium
View the documentBiphenyles polychlores
View the documentBrome
View the documentBromure de methyle
View the documentCadmium
View the documentCarbaryl
View the documentChlordane
View the documentChlore
View the documentChloroforme
View the documentChlorophenols
View the documentChlorure de vinyle
View the documentChrome
View the documentCobalt
View the documentCresols
View the documentCuivre
View the documentDdt
View the documentDichlorvos
View the documentDieldrine
View the documentDinitro-o-cresol
View the documentDioxines
View the documentDioxyde de soufre
View the documentEndosulfan
View the documentEndrine
View the documentEpichlorohydrine
View the documentFluorure d'hydrogene
View the documentFormaldehyde
View the documentHexachlorobenzene
View the documentHydrocarbures aromatiques polycycliques
View the documentHydrogene sulfure
View the documentLindane
View the documentMalathion
View the documentMercure
View the documentMonoxyde de carbone
View the documentNaphthalene
View the documentNaphthalenes chlores
View the documentNickel
View the documentNitrate
View the documentOxyde d'azote
View the documentOzone
View the documentParaquat
View the documentParathion
View the documentPhenol
View the documentPlomb et ses composes inorganiques
View the documentPlomb et ses composes organiques
View the documentPyridine
View the documentTetrachloroethene
View the documentThallium
View the documentToluene
View the document1,1,1-Trichloroethane
View the documentTrichloroethene
View the documentVanadium
View the documentZinc

Thallium

APPELLATIONS

Numéro du CAS:

7440-28-0

Nom dans le registre:

Thallium

Nom de la substance:

Thallium

Synonymes, noms commerciaux:

Thallium

Nom(s) anglais:

Thallium

Nom(s) allemand(s):

Thallium

Description générale: Grande ressemblance avec le plomb; métal lourd, doux et ductile; surfaces fraîchement entaillées de couleur blanc brillant devenant gris bleu à l'air (le thallium alpha a une structure cristalline hexagonale et se transforme en thallium bêta à structure cubique au-dessus de 232°C).

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES

Formule brute:

Tl

Masse atomique relative:

204,37 g

Masse volumique:

11,85 g/cm3

Point d'ébullition:

1 457°C

Point de fusion:

303°C

Tension de vapeur:

0,013 Pa à 473°C

Solubilité:

Dans l'eau: pratiquement insoluble (se décompose lentement en hydroxyde dans l'eau saturée d'air); insoluble dans les lessives alcalines, soluble dans l'acide nitrique dilué et dans l'alcool.

ORIGINES ET UTILISATIONS

Utilisations:

En liaison avec le soufre et l'arsenic, le thallium sert à la fabrication de verres fondus à basse température (vers 150°C). L'adjonction de thallium à certains métaux augmente leur résistance à la déformation et à la corrosion. L'industrie des semi-conducteurs l'utilise dans les cellules photoélectriques et comme activateur pour les cristaux photosensibles. Le sulfate de thallium, raticide important dans le passé, n'est pratiquement plus produit en raison de sa forte toxicité.

Les principaux composés du thallium sont les suivants:

- Sulfate de thallium (TI2SO4) - hautement toxique
- Thallure de sodium (NaTI)
- Alkoxyde thalleux

Origine/fabrication:

La croûte terrestre renferme environ 10-4% de thallium (en 61e position par ordre d'importance dans la liste des éléments). On trouve du thallium dans les minerais de zinc, de cuivre, de fer et de plomb. Tous les minéraux contenant du thallium (lorandite, crookésite, etc.) sont très rares. Les cendres de pyrite utilisées pour la fabrication du ciment peuvent contenir des quantités non négligeables de thallium (KEMPER, 1987).

Production:

Production mondiale < 100 t/an. Pays producteurs: USA, Russie, Belgique et République fédérale d'Allemagne (BREUER, 1981). Selon ZARTNER-NYILAS et al. (1983), la production mondiale de thallium et composés atteindrait environ 20 t par an.

TOXICITE

Homme:

DL 8-10 mg/kg

sel. ZARTNER-NYILAS et al., 1983



220 mg/(kg/j) 1)

sel. ZARTNER-NYILAS et al., 1983



15,4 mg 2)

sel. ZARTNER-NYILAS et al., 1983


Végétaux:




Espèces diverses

20-30 mg/kg

Perte de rendement

BAFEF, 1987

Orge, jeune

11-45 mg/kg

Perte de rendement

BAFEF, 1987

Remarques:

1) La plus petite dose toxique sur une vie entière
2) Dose journalière admissible de thallium provenant de l'atmosphère, de l'eau et de l'alimentation

Pathologie/toxicologie:

Homme/mammifères: L'homme peut absorber du thallium par la chaîne alimentaire, par inhalation ou par contact cutané. Au travers du circuit sanguin, il est distribué dans tout l'organisme, et surtout dans le foie, les reins, la paroi intestinale et les tissus musculaires. Une accumulation additionnelle se produit dans le système osseux, l'épiderme, les glandes sudoripares et sébacées, les ongles, les cheveux ainsi dans l'ensemble du système nerveux. En outre, le thallium traverse le placenta des femmes enceintes et peut donc porter atteinte au foetus. L'élimination s'effectue par les urines et les matières fécales, et en petites quantités par les cheveux, la sueur, les larmes et la salive ainsi que par le lait maternel (ZARTNER-NYILAS et al.,1983). Le thallium et ses composés sont hautement toxiques. Les symptômes de l'intoxication sont les suivants: chute des cheveux, cataracte, atrophie musculaire neurogène, troubles de la vision, inhibition de la croissance, névralgies et psychoses. Accumulation dans l'épiderme et les cheveux.

Végétaux: Comme plusieurs autres métaux lourds, le thallium est absorbé par les plantes au travers des racines, ce qui peut être à l'origine d'accumulations dans le tissu foliaire et d'autres parties des plantes, et donc d'effets phytotoxiques. Les principaux symptômes sont des chloroses foliaires ainsi que des nécroses périphériques et/ou intercostales, mais leur intensité peut varier d'une espèce végétale à l'autre. On observe surtout une résistance très variable selon les espèces et les variétés: en général, les végétaux ayant une surface dure subissent des dommages moins importants que ceux dont la surface est duveteuse et douce (ZARTNER-NYILAS et al., 1983).

COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Milieu aquatique:

Le thallium, comme d'autres métaux lourds, s'accumule dans les sédiments.

Sols:

On ne dispose que de très peu d'informations sur la persistance du thallium dans le sol. Même le sulfate de thallium introduit dans le sol n'en est éliminé qu'en petites quantités par lessivage. Les taux de thallium relativement faibles relevés dans les eaux souterraines - même à proximité de sources émettrices - viennent confirmer l'hypothèse que les sols constituent un milieu d'accumulation important pour le thallium.

Chaîne alimentaire:

Certaines espèces végétales (p.ex. le chou vert) accumulent fortement le thallium contenu dans le sol; une accumulation se produit également au travers de la chaîne alimentaire.

Valeurs Limites De Pollution

Milieu

Secteur

Pays

Statut

Valeur

Cat.

Remarques

Source

Eau:

Eau de mer

USA


0,01 mg/l (max.)


Seuil de risque

EPA, 1973


Eau de mer

USA


0,05 mg/l (max.)


Risque minimum

EPA, 1973

Sols:


D

G

1 mg/kg



KLOKE, 1980



CH

G

1 mg/kg

VSBO


sel. LAU-BW, 1989

Air:


D

L

0,01 mg/(m2/j)

IW1

1)

TA-Luft, 1986


Emission

D

L

0,2 mg/m3


flux massique ³ 1 kg/h

sel. TA-Luft, 1986


Amb. prof.

Aus

(L)

0,1 mg/m3


Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984


Amb. prof.

B

(L)

0,1 mg/m3


Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984


Amb. prof.

D

L

0,1 mg/m3

MAK

Poussière totale

DFG, 1988


Amb. prof.

CH

(L)

0,1 mg/m3


Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984


Amb. prof.

NL

(L)

0,1 mg/m3


Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984


Amb. prof.

PL

(L)

0,1 mg/m3


Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984


Amb. prof.

RO

(L)

0,05 mg/m3


Val.c.durée Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984


Amb.prof.

SF

(L)

0,1 mg/m3


Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984


Amb.prof.

SU

(L)

0,01 mg/m3


1967

sel. ACGIH, 1982


Amb.prof.

YU

(L)

0,1 mg/m3


Comp.sol.

sel. MERIAN, 1984

Végétaux:


D

G

0,25 mg/kg



sel. BAFEF, 1987

Aliments:


D

G

0,25 mg/kg



sel. BAFEF, 1987

Remarques:

1) Tl et ses composés inorganiques dans les dépôts poussières

VALEURS COMPARATIVES/DE REFERENCE

Milieu/origine

Pays

Valeur

Source

Eau:




Rhin (km 865)


0,5-2,5 mg/l

sel. ZARTNER-NYILAS et al., 1983

Sols:




Sols div. (normal)


<0,5 mg/kg


Sols div. (fréquent)


0,01-0,5 mg/kg

sel. KLOKE, 1980

Végétaux:


0,01-0,5 mg/kg


EVALUATION ET REMARQUES

Dans l'état actuel des données disponibles, le risque d'une exposition excessive de la population générale peut être considéré comme étant faible. Des dépôts de poussière par certaines industries (cimenteries p.ex.) ont rarement permis à ce jour de démontrer que le thallium présente un risque sérieux pour la santé humaine. Un cas d'émissions importantes de thallium par une cimenterie est connu en République fédérale d'Allemagne. Par contre, on sait que le thallium porte atteinte à la flore et à la faune dans certaines régions de la planète. Il existe peu de données concernant l'intoxication chronique de l'homme par les émissions de thallium. Le pouvoir mutagène, tératogène et cancérogène de cette substance est encore controversé.