Cover Image
close this bookManuel sur l'Environnement Volume III: Catalogue des Normes Antipollution (GTZ/BMZ, 1996, 663 pages)
close this folder5. Substances chimiques et groupes de substances/registre des substances
close this folder5.4 Registre des substances
close this folder5.4.4 Fiches d'information classées selon les substances chimiques et groupes de substances - par ordre alphabétique
View the documentAcide acetique (2,4-dichlorophenoxy)
View the documentAcide 2,4,5-trichlorophenoxy acetique
View the documentAcroleine
View the documentAldrine
View the documentAmiante
View the documentAntimoine
View the documentArsenic
View the documentAtrazine
View the documentBaryum
View the documentBenzene
View the documentBeryllium
View the documentBiphenyles polychlores
View the documentBrome
View the documentBromure de methyle
View the documentCadmium
View the documentCarbaryl
View the documentChlordane
View the documentChlore
View the documentChloroforme
View the documentChlorophenols
View the documentChlorure de vinyle
View the documentChrome
View the documentCobalt
View the documentCresols
View the documentCuivre
View the documentDdt
View the documentDichlorvos
View the documentDieldrine
View the documentDinitro-o-cresol
View the documentDioxines
View the documentDioxyde de soufre
View the documentEndosulfan
View the documentEndrine
View the documentEpichlorohydrine
View the documentFluorure d'hydrogene
View the documentFormaldehyde
View the documentHexachlorobenzene
View the documentHydrocarbures aromatiques polycycliques
View the documentHydrogene sulfure
View the documentLindane
View the documentMalathion
View the documentMercure
View the documentMonoxyde de carbone
View the documentNaphthalene
View the documentNaphthalenes chlores
View the documentNickel
View the documentNitrate
View the documentOxyde d'azote
View the documentOzone
View the documentParaquat
View the documentParathion
View the documentPhenol
View the documentPlomb et ses composes inorganiques
View the documentPlomb et ses composes organiques
View the documentPyridine
View the documentTetrachloroethene
View the documentThallium
View the documentToluene
View the document1,1,1-Trichloroethane
View the documentTrichloroethene
View the documentVanadium
View the documentZinc

Hydrogene sulfure

APPELLATIONS

Numéro du CAS: 7783-06-4

Nom dans le registre: Hydrogène sulfuré

Nom de la substance: Acide sulfhydrique

Synonymes, noms commerciaux: Gaz sulfhydrique, acide sulfhydrique, sulfure d'hydrogène

Nom(s) anglais: Hydrogen sulphide, sulphuretted hydrogen

Nom(s) allemand(s): Schwefelwasserstoff, Hydrothionsäure

Description générale: Gaz incolore, douceâtre, ayant une odeur suffocante.

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES

Formule brute: H2S

Masse atomique relative: 34,08 g

Masse volumique: 1,54 g/l (état gazeux)

Densité de gaz: 1,19

Point d'ébullition: -60°C

Point de fusion: -86°C

Tension de vapeur: 18,1 bar à 20°C, 36,5 bar à 50 °C

Point d'éclair: inflammable

Température d'ignition: 270°C

Limites d'explosivité: 4,3 - 45,5 % vol.

Seuil olfactif: 0,01 ppm

Solubilité: Dans l'eau: 4,0 g/l à 20°C; 2,5 g/l à 40°C (env.).

Facteurs de conversion: 1 mg/m3 = 0,706 ppm

1 ppm = 1,416 mg/m3

ORIGINE ET UTILISATIONS

Utilisations:

Dans l'industrie, le H2S est essentiellement transformé en soufre ou en dioxyde de soufre, nécessaires en grandes quantités pour la production d'acide sulfurique. Il est également utilisé pour la production de sulfures métalliques dans les processus de flottation et de catalyse ainsi que comme poison.

Origine/fabrication:

Dans l'environnement, le H2S est souvent présent en petites quantités, p.ex. en solution dans des sources minérales, des cours et plans d'eau, des effluents , mais aussi et surtout dans les gaz naturels. Du H2S se dégage également lors de la décomposition des acides aminés sulfurés contenus dans les matières protéiques, notamment sous l'action de bactéries saprogènes et de thiobactéries, p.ex. dans les marécages, les plans d'eau et les stations d'épuration. Dans le secteur industriel, l'hydrogène sulfuré intervient dans différents processus de production, p.ex. dans la fabrication de fibres synthétiques ainsi que dans les cokeries et raffineries. L'hydrogène sulfuré obtenu lors du raffinage du gaz naturel est le plus souvent transformé immédiatement en soufre.

Chiffres de production:

Production mondiale (1986) 14 x 106 t (sous forme de soufre obtenu à partir de H2S) [ULLMANN, 1989].

TOXICITE

Homme:

1,2-2,8 mg/l d'air (mort immédiate)

sel. Tab. Chemie, 1980


0,6 mg/l d'air (0,5-1 h, mortel)

sel. Tab. Chemie, 1980


0,1-0,15 mg/l d'air (inhal. qqs. h toxique)

sel. Tab. Chemie, 1980

Mammifères:



Souris

DL50 53 mg/kg, (sulfure de sodium)

sel. DVGW, 1988

Organismes aquatiques:



Poissons

0,86 mg/l (toxique)

sel. HOMMEL, 1973

Salvelinus fontinalis

CL 0,86 mg/l (24 h)

sel. DVGW, 1988

Carpe

CL 6,3 mg/l (24 h)

sel. DVGW, 1988

Tanche

CL 10 mg/l

sel. DVGW, 1988

Plancton

1 mg/l (létal)

sel. HOMMEL, 1973

Pathologie/toxicologie

Homme/mammifères: Le H2S est une substance irritante de même qu'un poison nerveux et cellulaire. Il provoque des irritations des yeux ainsi que des organes respiratoires, des bronchites, des nausées et, en fortes concentrations, des lésions des nerfs olfactifs, des convulsions, des engourdissements et finalement la mort par apnée. En général, les personnes atteintes restent par la suite allergiques au H2S. Les affections provoquées par le H2S font partie des maladies professionnelles à déclaration obligatoire.

Végétaux : Les dommages subis par les végétaux sont peu importants. Les plantes utiles les plus sensibles à cette substance sont le navet, la tomate, le concombre et le soja.

COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Milieu aquatique:

Le H2S est soluble dans l'eau. L'air se trouvant au-dessus de ces solutions peut devenir explosif. En cas d'infiltration de H2S dans les eaux souterraines (filtrat de rive), celles-ci ne peuvent plus être utilisée pour la production d'eau potable.

Atmosphère:

La dilatation du gaz provoque la formation rapide de grandes quantités de brouillards froids et de mélanges explosifs et très toxiques. Les brouillards sont plus lourds que l'air, rampent à la surface du sol et peuvent, en cas d'ignition, s'embraser sur de longues distances.

Sols:

La présence d'hydrogène sulfuré dans le sol n'est pas tant liée à l'action des engrais sulfurés qu'à une préparation du sol effectuée dans de mauvaises conditions. En conditions d'anaérobiose, générées par la saturation et le compactage du sol, et en présence de matériel organique se décomposant rapidement sous l'action de micro-organismes, de l'hydrogène sulfuré peut se former par réduction de sulfate et par minéralisation de composés organiques de soufre.

Dégradation, produits de décomposition, demi-vie:

Dans l'organisme, le H2S est rapidement oxydé en sulfate, puis éliminé.

VALEURS LIMITES DE POLLUTION

Milieu

Secteur

Pays/ organ.

Statut

Valeur

Cat.

Remarques

Source

Eau :

Eau pot.

CDN


0,05 mg/l



sel. DVGW, 1988


Eau pot.

D

G

1)


DIN 2000

sel. DVGW, 1988


Eau pot.

USA

(L)

0,05 mg/l



sel. DVGW, 1988

Air:


D

L

0,005 mg/m3

IW1

Val.l.durée

sel. KÜHN, BIRETT, 1983



D

L

0,01 mg/m3

IW2

Val.c.durée

sel. KÜHN, BIRETT, 1983


Emission

D

L

5 mg/m3


flux massique ³ 50 g/h

sel. TA-Luft, 1986


Amb.prof.

D

L

10 ml/m3

MAK


DFG, 1989


Amb.prof.

DDR

(L)

15 mg/m3



sel. TAB. CHEMIE, 1980


Amb.prof.

SU

(L)

7 ml/m3

PDK

Résorp.cutan.

sel. SORBE, 1988


Amb.prof.

SU

(L)

10 mg/m3

PDK

Résorp.cutan.

sel. SORBE, 1988


Amb.prof.

USA

(L)

10 ml/m3

TWA


sel. SORBE, 1988


Amb.prof.

USA

(L)

15 mg/m3

TWA


sel. SORBE, 1988


Amb.prof.

USA

(L)

15 ml/m3

STEL


sel. SORBE, 1988


Amb.prof.

USA

(L)

27 mg/m3

STEL


sel. SORBE, 1988

Remarques:

1) La concentration d'hydrogène sulfuré doit être inférieure au seuil olfactif.

VALEURS COMPARATIVES/DE REFERENCE

Milieu/origine

Pays

Valeur

Source

Eaux souterraines:




Haltern





D

0,01 mg/l

sel. DVGW, 1988

EVALUATION ET REMARQUES

La présence d'hydrogène sulfuré peut être détectée immédiatement du fait de l'odeur pénétrante de cette substance. Des symptômes chroniques se manifestent néanmoins souvent (maladies professionnelles). C'est pourquoi les ambiances professionnelles doivent être surveillées de manière continue.

L'hydrogène sulfuré doit être tenu à l'écart de toute source d'eau étant donné que celle-ci serait polluée dès son entrée en contact avec cette substance. Il importe d'éviter toute émission d'hydrogène sulfuré dans l'atmosphère.