Cover Image
close this bookComité Consultatif International - Rapport Final - Session 3 (Troisième Session) (UNEVOC, 1995, 30 p.)
View the document(introduction...)
View the documentINTRODUCTION
View the documentI. ACTIVITES ENTREPRISES DANS LE CADRE DU PROJET UNEVOC DEPUIS LA DEUXIEME SESSION DU COMITE CONSULTATIF INTERNATIONAL DE L’UNEVOC. (12 au 14 Décembre 1994)
View the documentII. LE RENFORCEMENT DES CAPACITES NATIONALES DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT
View the documentIII. FACILITER L’ACCES AUX BASES DE DONNEES ET A LA DOCUMENTATION
View the documentIV. COOPERATION AVEC DES AGENCES SPECIALISEES DU SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LES ORGANISATIONS INTERGOUVERNEMENTALES ET NON-GOUVERNEMENTALES
View the documentV. RAPPORT D’EVALUATION DE L’UNEVOC
View the documentVI. RECOMMANDATIONS AU DIRECTEUR GENERAL
View the documentANNEX I: UNEVOC INTERNATIONAL ADVISORY COMMITTEE THIRD SESSION, UNESCO HEADQUARTERS (2 to 4 October 1995)/COMITE CONSULTATIF INTERNATIONAL DE L’UNEVOC TROISIEME SESSION, SIEGE DE L’UNESCO (2 au 4 octobre 1995)

VI. RECOMMANDATIONS AU DIRECTEUR GENERAL

En soumettant aux participants, pour approbation, les recommandations proposées, le Président a affirmé que c’était une occasion idéale de passer en revue tout ce qui avait été accompli et de regarder vers l’avenir. Il a souligné que le Comité pouvait se féliciter de ce qui avait déjà été accompli, en dépit d’un démarrage relativement lent.

Le Président a affirmé qu’il était clair que l’on pouvait s’attendre à un effet multiplicateur, dû au niveau relativement bas de financement disponible et a fait remarquer que le Comité s’était mis d’accord pour soulever à nouveau le problème de l’allocation de ressources supplémentaire par l’UNESCO. Malgré cela, la coopération entre les pays, la coopération grandissante avec les principales agences, et le début d’une coopération fructueuse avec les industries et les entreprises dans le secteur privé ont commencé à porter leurs fruits.

Il a fait remarquer qu’en faisant le bilan de ce qui a été réalisé au cours des trois dernières années et en considérant les perspectives futures de l’UNEVOC, il apparaît clairement que les questions suivantes méritent attention:

· l’enseignement et la formation professionnels sont-ils mieux compris, plus encouragés, et plus valorisés dans les Etats membres?

· les gouvernements disposent-ils de plus d’informations sur lesquelles baser leurs décisions en matière de développement des systèmes d’enseignement technique et professionnel?

· des liens meilleurs ont-ils été établis avec le monde du travail ?

· le personnel de ce système d’éducation dispose-t-il de plus de ressources?

· existe-t-il de meilleurs réseaux de communication pour permettre les échanges d’idées, entre les pays ou à l’intérieur d’un pays, entre les spécialistes et entre les systèmes officiels formels et non-formels d’enseignement professionnel?

· les ressources des entreprises, industries, et autres sources nongouvernementales sont-elles exploitées plus efficacement?

· l’industrie, et en particulier les sociétés multinationales apportent-elles davantage de soutien à l’enseignement technique et professionnel dans les Etats membres?

Il a souligné le fait que ce type de questions devait faire l’objet d’une attention particulière au cours de l’évaluation.

Le Président a indiqué que tous les pays subissaient des restrictions fiscales dans ces périodes de changements rapides. Durant de telles périodes, les systèmes d’enseignement technique et professionnels seront appelés, à la fois, à procéder différemment, et à faire des choses différentes. Par exemple, les procédés d’enseignement doivent changer, car les pays ne peuvent plus supporter le coût de l’enseignement traditionnel en classes. Une part beaucoup plus grande de l’apprentissage se fera sur le lieu de travail. INTERNET deviendra le moyen essentiel de communication.

Le Président a affirmé qu’il était convaincu que les membres du Comité partageaient son optimisme quant à l’importance croissante qui sera accordée dans l’avenir au statut de l’enseignement technique professionnel. Selon lui, l’UNEVOC exerce une influence déterminante, dans de nombreux pays, sur le développement de l’enseignement technique et professionnel, et il compte sur le soutien constant des membres du Comité, ainsi que sur celui des intervenants dans les activités du Projet UNEVOC.

En conclusion, il a signalé le fait que des légères mises au point seraient vraisemblablement nécessaires dans la façon dont le Siège, les Bureaux régionaux, et l’Unité d’Exécution de Berlin collaboreront, en particulier maintenant que l’UNEVOC va rentrer dans une phase beaucoup plus active.

Le Comité consultatif international s’est mis d’accord pour présenter les recommandations suivantes au Directeur-Général:

· l’UNESCO doit continuer à reconnaître et à valoriser le développement de l’UNEVOC et son rôle dans les activités de son programme, ainsi que dans les Etats Membres, et dans l’élaboration de la politique de l’amélioration de l’enseignement technique et professionnel. Le Comité a souligné la nécessité d’accorder la plus haute priorité à l’UNEVOC au cours de l’exercice biennal 1996-1997 ainsi que dans la Stratégie à moyen terme de l’UNESCO:

· l’UNESCO doit être tenu au courant constamment des résultats positifs atteints par le projet; il conviendrait que le projet soit prolongé pendant une période supplémentaire de deux ans.

· les activités de l’UNEVOC et de l’UNESCO dans le domaine de l’enseignement technique et professionnel devraient continuer de faire l’objet d’un sous-programme séparé, avec un budget d’au moins 1.5 million de dollars des Etats unis afin de permettre la mise en oeuvre des principales activités du projet, prévues dans le programme 1996-1997, tel qu’il a été approuvé par le Comité consultatif international de l’UNEVOC;

· l’UNESCO doit renforcer la visibilité du projet UNEVOC et de ses unités responsables, éviter que les activités fassent double emploi par une meilleure définition de la répartition des tâches entre le Siège, les Bureaux Régionaux de l’Education de l’UNESCO, et l’Unité d’Exécution de Berlin. Leur rôle respectif dans l’exécution globale des activités de l’UNEVOC et l’établissement de son réseau doit prendre en compte leurs qualifications spécifiques, leur profil, et leur environnement, tout en tenant compte des décisions de la Conférence Générale de l’UNESCO, au cours de sa 26ème session, à la lumière de l’étude de faisabilité, sus-mentionnée dans sa Résolution, ainsi que de celles du Conseil exécutif concernant le développement futur de l’UNEVOC, qui seront prises par la Conférence Générale à sa 29ème session;

· compte tenu de l’importance de l’enseignement technique et professionnel dans le développement socio-économique des Etats membres et les résultats du premier Congrès international sur la développement et l’amélioration de l’Enseignement technique et professionnel (Berlin 1987), le Comité consultatif international propose la réunion d’un second Congrès international sur le Rôle de l’Enseignement technique et professionnel et pour le renforcement d’un développement durable. En collaboration avec le Bureau International du Travail, déclare une année comme “L’Année de l’Education et de la Formation des Ouvriers Qualifiés”;

· le Comité recommande que la participation d’autres Agences spécialisées du système des Nations unies (plus particulièrement le BIT), d’organisations gouvernementales et nongouvernementales soit poursuivie et encouragée, spécifiquement en ce qui concerne les projets en collaboration avec le monde du travail, et de la proposition de second Congrès international sur le rôle de l’enseignement technique et professionnel et pour le Soutien d’une renforcement durable;

· à la suite des discussions sur le projet de programme de l’UNEVOC pour 1996-1997, le Comité a approuvé le schéma général de ce projet, mais a formulé les remarques suivantes:

· les activités de l’UNEVOC devront clairement être le reflet des objectifs du Projet UNEVOC;

· les activités prévues pour 1996-1997 devront être la continuité et l’extension de celles mises en oeuvre depuis l’origine du Projet;

· les besoins spécifiques des différentes régions devront être pris en considération, en particulier ceux des Pays les Moins Développés;

· compte tenu du fait que la quatrième session du Comité Consultatif International doit se tenir au printemps 1997, il est indispensable que les membres du Comité soient tenus au courant des activités du Projet UNEVOC par un contact direct et constant avec le Siège, les Bureaux Régionaux et l’IUG;

· il suggère que le Directeur-Général apporte son soutien à l’évaluation du Projet UNEVOC au moment approprié; celui-ci devrait prendre en compte un aussi grand nombre d’activités que possible, contenues dans le programme de travail du biennium 1996-1997, ainsi que les propositions contenues dans ce rapport sur cette évaluation. Le Comité souhaiterait être consulté régulièrement sur les démarches à effectuer dans le cadre de ce processus d’évaluation. D’autre part, le Comité recommande que son Président soit membre de l’équipe d’évaluation et représente le Comité Consultatif dans cette évaluation;

· les Bureaux régionaux de l’éducation de l’UNESCO et l’Unité d’Exécution de Berlin devront être activement associés à ce processus, et en particulier, l’Inventaire des Activités UNEVOC (1993-1995), préparé par l’IUG devra servir de document d’information de base pour une telle évaluation. Un projet de rapport de cette évaluation devra être soumis au Comité Consultatif International de l’UNEVOC au cours de sa quatrième session (printemps 1997). Ce rapport devra aussi mettre l’accent sur l’avenir du Projet UNEVOC à la lumière de l’étude de faisabilité, comme cela a été souligné par la Résolution 1.8 de la Conférence Générale de l’UNESCO, au cours de sa 26ème session;

· il souhaite qu’au cours de “L’Année de l’Enseignant” de l’UNESCO, le même soutien soit accordé aux enseignants du secteur professionnel qu’à ceux des autres secteurs d’enseignement, et qu’une reconnaissance particulière soit accordée aux différents contextes dans lesquels les enseignants du secteur professionnel travaillent;

· il recommande que l’on donne encouragement et assistance aux Bureaux régionaux et aux Centres UNEVOC pour l’installation et l’utilisation d’INTERNET et autres procédés de communication pour l’avancement du Projet UNEVOC.

· il serait souhaitable qu’une attention toute particulière soit apportée aux problèmes d’orientation professionnelle des jeunes afin qu’ils soient mieux préparés au monde du travail.

Le Comité consultatif international demande au Directeur Général de bien vouloir soumettre ces recommandations à la Conférence Générale de l’UNESCO, au cours de sa 28ème session.