Cover Image
close this bookDeuxième Congrès International sur l'Enseignement Technique et Professionnel - Séoul 1999 - 5 - RAPPORT FINAL (UNESCO, 1999, 156 p.)
View the document(introduction...)
View the documentREMERCIEMENTS
View the documentINTRODUCTION
View the documentEXPOSES D'ORIENTATION GENERALE
View the documentRAPPORTS DES COMMISSIONS
View the documentRecommandations au Directeur général de l'UNESCO
Open this folder and view contentsANNEXES

INTRODUCTION

Historique

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture a organisé le premier Congrès international sur le développement et l'amélioration de l'enseignement technique et professionnel à Berlin en 1987. Ce Congrès a conduit au lancement, en 1992, du Projet international de l'UNESCO pour l'enseignement technique et professionnel (UNEVOC), qui vise à accélérer le développement et l'amélioration de l'enseignement technique et professionnel (ETP) dans les Etats membres de l'Organisation.

Plus de dix ans après le Congrès de Berlin, à l'approche du XXIe siècle, qui sera l'ère de la connaissance, de l'information et de la communication, les défis nouveaux que sont la mondialisation et la révolution de l'information et de la communication ont fait apparaître la nécessité d'un nouveau modèle de développement axé sur l'homme. L'enseignement technique et professionnel, en tant que composante de l'éducation tout au long de la vie, a un rôle déterminant à jouer dans ce nouveau domaine où il peut servir utilement à la réalisation des objectifs de culture de la paix, de développement durable et écologiquement sain, de cohésion sociale et de citoyenneté internationale. C'est la raison pour laquelle les acteurs intervenant dans le domaine de l'ETP sont parvenus à la conclusion que le moment était venu d'organiser un nouveau forum international chargé d'étudier la manière dont ce domaine de l'enseignement doit s'adapter à ces nouveaux phénomènes.

Organisation et portée du Congrès

Le deuxième Congrès international sur l'enseignement technique et professionnel (ci-après dénommé "le Congrès") a donc eu lieu à Séoul, en République de Corée, du 26 au 30 avril 1999. Il était organisé par l'UNESCO au titre du Programme et budget approuvés pour 1998-1999 en collaboration avec le gouvernement de la République de Corée.

Le principal objectif du Congrès était de convaincre les gouvernements, les organismes donateurs, les entreprises et toutes les parties prenantes de l'importance de l'enseignement technique et professionnel du point de vue du développement. Il avait pour but de réunir tous les partenaires sociaux de l'ETP pour qu'ils procèdent à des échanges d'expérience et suggèrent les moyens de rénover les politiques et les pratiques de manière à faire en sorte que ce secteur réponde mieux aux besoins de l'emploi et à la demande sociale de l'avenir. Il devait aussi constituer la base à partir de laquelle développer la stratégie de l'UNESCO concernant l'enseignement technique et professionnel pour la première décennie du XXIe siècle.

A l'invitation du Directeur général de l'UNESCO, 720 participants et observateurs au total, parmi lesquels 40 ministres ou vice-ministres de 130 pays (126 Etats membres et 4 Etats non membres), des représentants de trois institutions des Nations Unies et de 29 organisations intergouvernementales et non gouvernementales ont assisté à cette importante rencontre internationale. La liste des participants est reproduite en annexe.

Préparation du Congrès

A l'issue de larges consultations avec les Etats membres, les organismes professionnels et les spécialistes, il a été décidé que le Congrès porterait sur les six grands thèmes suivants:

1. Les nouvelles exigences du XXIe siècle: les enjeux pour l'enseignement technique et professionnel;

2. Amélioration des systèmes assurant éducation et formation tout au long de la vie;

3. Innovations en matière d'enseignement et de formation;

4. L'ETP pour tous;

5. Evolution du rôle de l'Etat et des autres parties prenantes dans l'ETP; et

6. Renforcer la coopération internationale en matière d'ETP.

L'innovation et la réforme dans l'enseignement technique et professionnel en République de Corée ont en outre été présentées à titre de thème spécial pendant le Congrès.

Avant la rencontre, une série de conférences préparatoires régionales et sous-régionales ont été organisées afin de mettre en évidence l'expérience de même que les besoins des régions et des sous-régions en matière d'ETP, à savoir:

· Conférence internationale UNESCO-UNEVOC sur l'enseignement professionnel dans la région Asie-Pacifique (25-27 mars 1998, Adélaïde, Australie), organisée par l'Institute of TAFE d'Adelaïde en collaboration avec le Siège de l'UNESCO;

· Colloque régional sur l'enseignement et la formation professionnels en Europe au seuil du XXIe siècle (23-26 septembre 1998, Crète, Grèce), organisé par l'Organisation grecque pour l'enseignement et la formation professionnels (OEEK) en collaboration avec l'Unité de l'UNESCO pour la mise en oeuvre de l'UNEVOC à Berlin;

· Conférence régionale préparatoire du deuxième Congrès international sur l'enseignement technique et professionnel pour les Etats arabes (1er-4 novembre 1998, Abou Dhabi, Emirats Arabes Unis), organisée par les Instituts supérieurs de technologie des Emirats Arabes Unis en collaboration avec le Bureau de l'UNESCO à Beyrouth;

· Réunion régionale préparatoire du deuxième Congrès international sur l'enseignement technique et professionnel (23-27 novembre 1998, Quito, Equateur), organisée par le Bureau de l'UNESCO à Santiago du Chili;

· Consultation régionale africaine préparatoire du deuxième Congrès international sur l'enseignement technique et professionnel (24-27 novembre 1998, Nairobi, Kenya), organisée conjointement par le Bureau de l'UNESCO à Dakar et le Bureau de l'UNESCO à Dar es-Salaam; et

· Réunion préparatoire sous-régionale du deuxième Congrès international sur l'enseignement technique et professionnel pour les pays de la Communauté des Etats indépendants, d'Europe centrale et d'Europe orientale (10-12 mars 1999, Moscou, Fédération de Russie), organisée par le Ministère de l'enseignement général et professionnel de la Fédération de Russie, la Commission pour l'éducation de Moscou et l'Institut de l'UNESCO pour l'application des technologies de l'information à l'éducation (ITIE).

Un document de travail principal a été élaboré par l'UNESCO (Section de l'enseignement technique et professionnel) à partir des contributions d'un certain nombre d'experts de l'ETP et diffusé avant le Congrès. Six documents de référence traitant d'aspects importants de l'ETP ont en outre été préparés par les organisations partenaires de l'UNESCO. La liste des documents est reproduite en annexe.

Ouverture

La séance d'ouverture du Congrès a commencé le 26 avril 1999 à 9 heures à l'Intercontinental Hotel, en présence de M. Kim Jong-pil, Premier Ministre de la République de Corée, et de M. Federico Mayor, Directeur général de l'UNESCO.

Dans son allocution de bienvenue, le Premier Ministre a souligné l'importance du travail accompli par l'UNESCO pour promouvoir l'enseignement technique et professionnel dans le monde entier et "faire acquérir à chacun les compétences dont il a besoin pour affronter le changement". "Il est utile et opportun", a-t-il déclaré, "que les délégués des Etats membres de l'UNESCO se réunissent ici pour tracer la voie à suivre à l'avenir dans le domaine de l'enseignement technique et professionnel, contribuant à la fois au développement des nations et à la coopération internationale".

M. Federico Mayor, Directeur général de l'UNESCO, dans son discours d'ouverture, a vivement incité "les gouvernements des Etats membres, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales ainsi que les organismes de développement à s'associer aux efforts menés par l'UNESCO pour remettre l'éducation au centre des préoccupations", ce qui était à son avis "d'une extrême urgence".

M. Mayor a déclaré que Séoul était le lieu le plus indiqué pour organiser ce Congrès, dans la mesure où la République de Corée avait prouvé sans doute possible que l'éducation, y compris l'enseignement et la formation techniques et professionnels, était un facteur décisif de développement.

Insistant sur les défis du XXIe siècle, il a déclaré: "l'éducation est de loin le moyen le plus puissant pour améliorer la qualité de la vie, l'arme de loin la plus puissante contre la pauvreté et l'intolérance. L'éducation permet de bâtir une culture de la paix. Il faut que les gouvernements prennent davantage conscience de l'utilité sociale et économique des compétences et assurent des services d'enseignement technique et professionnel en leur affectant une part des investissements sociaux qui soit proportionnelle à leur importance". M. Mayor a lancé un appel aux organismes internationaux de financement afin qu'ils "convertissent une partie de la dette des pays en développement en financements au profit de l'éducation, et en particulier de l'enseignement technique et professionnel".

Mme Mitsuko Horiuchi, Sous-directeur générale à l'Organisation internationale du travail (OIT), a évoqué les liens de collaboration noués de longue date entre l'OIT et l'UNESCO, dans le domaine de l'enseignement et de la formation professionnels en particulier. Elle a également mentionné "les efforts déployés par l'OIT pour accroître la capacité d'adaptation de la population active, avec pour but des transitions plus harmonieuses entre l'école et le monde du travail, la fourniture de services de formation en partenariat entre le secteur public et le secteur privé et la promotion de l'éducation tout au long de la vie".

M. Lee Hai-Chan, Ministre de l'Education de la République de Corée, a déclaré le Congrès officiellement ouvert.

Le même jour, M. Kim Dae-jung a offert en sa résidence (la Maison bleue) un déjeuner officiel aux chefs de délégation des Etats membres.

Travaux du Congrès

Au cours de la première séance plénière, M. Lee Hai-chan, Ministre de l'Education de la République de Corée, a été élu président du Congrès par acclamation et a pris ses fonctions.

Le Congrès a ensuite adopté son Règlement intérieur et élu par acclamation les vice-présidents et le rapporteur général suivants:

Vice-présidents:

Mme Orlanda Santos Ferreira (Cap-Vert)
M. Hussein Kamel Bahaa el Din (Egypte)
M. Gerassimos Sapountzoglou (Grèce)
M. András Benedek (Hongrie)
M. Robert Gregory (Jamaïque)

Rapporteur général:

M. Kenneth Wiltshire (Australie)

Le Congrès a décidé d'établir quatre commissions (groupes de travail), avec pour tâche d'examiner les grands thèmes 2, 3, 4, et 5. Ces dispositions ont permis d'étudier et de traiter chacun de ces thèmes de manière plus approfondie, avec une participation plus active des personnes présentes. Ont été nommés coprésidents et rapporteurs des commissions:

Commission I

Coprésidents:

M. Munther Al-Masri (Jordanie)
Mme Marianne Nganunu (Botswana)

Rapporteur:

M. Wanjala Kerre (Kenya)

Commission II

Coprésidents:

M. Hermann W. Schmidt (Allemagne)
M. AH N. Alghafis (Arabie Saoudite)

Rapporteur:

Mme Madeleine Woolley (Australie)

Commission III

Coprésidents:

M. C.K. Basu (Inde)
M. András Benedek (Hongrie)

Rapporteur:

Mme Di Booker (Australie)

Commission IV

Coprésidents:

M. Ihron Rensburg (Afrique du Sud)
M. Ahsan Ullah Khan (Pakistan)

Rapporteur:

M. Ahmed Ferej (Kenya)

En vertu du Règlement intérieur, le Bureau du Congrès était composé du président, des cinq vice-présidents, du rapporteur et des coprésidents des commissions.

Le Congrès s'est réuni en séance plénière le 26 (thème 1), le 29 (thème 6) et le 30 (thème spécial) avril, tandis que les commissions se sont réunies les 27 et 28 avril. Les résultats des discussions qui ont eu lieu au sein de chacune des commissions ont fait l'objet de rapports en séance plénière le 29 avril. Sur la base des discussions qui se sont déroulées pendant les séances plénières et en commission, le Rapporteur général, M. Kenneth Wiltshire, a établi les projets de recommandation avec l'assistance de Mme Marianne Nganunu (Botswana) et de M. Arun Mishra (Inde). Ce document a été examiné et entériné par le Bureau, puis approuvé par le Congrès à sa dernière séance plénière, à la suite du rapport oral du Rapporteur général. Les recommandations approuvées et le texte du rapport oral du Rapporteur général sont présentés dans le présent rapport.

Manifestations parallèles

Les ministres et les vice-ministres participants au Congrès ont tenu une réunion informelle le 27 avril pour rencontrer le Directeur général de l'UNESCO. Les ministres exprimèrent fermement leur intention de s'engager politiquement à financer la promotion et l'investissement en faveur de l'enseignement technique et professionnel en tant que composant essentiel du développement de l'éducation nationale.

Parallèlement aux travaux du Congrès, sept tables rondes ont été organisées les 27 et 28 avril par les instituts et les organismes partenaires de l'UNESCO dans les locaux où se tenait le Congrès. La liste et le résumé de ces manifestations sont annexés au présent rapport.

Un Forum international des ONG a également été organisé sur le thème "Renforcer le rôle des ONG dans le développement de l'enseignement technique et professionnel et la coopération internationale entre ONG". Le résumé de cette rencontre est annexé au présent rapport.

Du 27 au 30 avril, une exposition internationale sur l'enseignement technique et professionnel a été organisée non loin du lieu où se tenait le Congrès, sous le titre "Travail, éducation et avenir", avec la participation de 110 organisations et entreprises nationales et internationales. L'exposition a attiré plus de 40.000 visiteurs, parmi lesquels des milliers de lycéens de Séoul.

Le 29 avril, le pays hôte a organisé à l'intention des participants et des observateurs des visites d'étude dans 13 établissements d'enseignement technique et professionnel et entreprises de la région de Séoul. Ces visites ont été une excellente occasion pour tous les participants étrangers de se rendre compte par eux-mêmes des réalisations de la République de Corée en matière d'enseignement et de formation techniques et professionnels.

Clôture

Prenant la parole lors de la séance de clôture, M. Colin N. Power, Directeur général adjoint pour l'éducation à l'UNESCO, a une fois de plus remercié le gouvernement et le peuple de la République de Corée de leur précieuse contribution à l'organisation du Congrès et de leur chaleureuse hospitalité. Il a souligné qu'aujourd'hui plus que jamais auparavant, l'enseignement et la formation techniques et professionnels sont devenus une nécessité non seulement pour les jeunes qui doivent se préparer aux tâches qui les attendent au siècle prochain, mais aussi pour l'ensemble de la population de chaque pays, afin que tout un chacun puisse jouer un rôle actif dans le monde du XXIe siècle, qui s'efforcera de réduire les disparités économiques et les inégalités entre les sexes, tout en préservant l'intégrité de l'environnement".

M. Power a adressé un appel à tous les partenaires de l'UNESCO afin qu'ils "intensifient leur soutien à tous les pays en développement, en particulier dans le domaine de l'enseignement et de la formation techniques et professionnels, où la nécessité s'en fait le plus fortement sentir". Il a assuré tous les participants que leurs recommandations seraient "pleinement prises en compte lorsque la Stratégie globale de l'UNESCO pour l'enseignement et la formation techniques et professionnels, qui doit guider l'action de l'UNESCO au XXIe siècle", serait reformulée.

Dans son allocution de clôture, M. Lee Hai-chan, président du Congrès, a mis l'accent sur l'intégration de l'enseignement professionnel et de l'enseignement général et fait observer que "l'enseignement technique et la formation professionnelle devraient être une composante fondamentale des systèmes d'enseignement et de formation dans tous les pays". Il a exprimé la conviction que "les recommandations formulées par le Congrès favoriseraient la formulation d'excellentes politiques nationales en matière d'enseignement technique et professionnel". M. Lee Hai-chan a, pour terminer, prononcé la clôture du Congrès.