Cover Image
close this bookAtelier de Travail - Renforcements des Occasions favorables à l'apprentissages et à la formation professionnelle des jeunes dans les pays arabes - Amman 2-4 March 1997 - Rapport Final (JVTC - UNEVOC - ROEAS, 1997, 18 p.)
close this folderRésumé Exécutif en Français
View the document1- Organisation:
View the document2- Les séances de travail
View the document3- Résultats et recommendations:

3- Résultats et recommendations:

En application du programme et du budget de l’UNESCO pour les années 96 - 97 et suivant le document agrée LS/28 article (01128) et dans le cadre du réseau - régional du projet UNEVOC;

un atelier de travaux a été tenu à Amman pour le renforcement et la promotion des recyclages et des occasions favorables à la formation professionnelle et à l’apprentissage de la jeunesse dans les pays Arabes avec la collaboration et la coordination entre le bureau régional de l’éducation dans les pays Arabes (UNESCO) et la fondation de formation professionnelle dans le royaune hachimite du 2 au 4 Mars 1994.

A la lumière des discusions sur les études nationales présentées par les pays participants et d’après les expériences qui ont été exposées dans le but de promouvoir et de renforcer les occassions favorables à l’apprentissage et à la formation professionnelle de la jeunesse marginalisée et non affiliée dans les écoles; des mesures et des résultats ont été conclus et classés dans un bilan de travaux comme suit:

A- Détermination des besoins:

1- Préparation des bases de données et d’informations capables de déterminer les catégories visées par les programmes d’apprentissage et de formation de la jeunesse marginalisée et de préciser les domaines de formation.

2- Adéquation entre les domaines d’apprentissage et de formation et les aptitudes et les tendances des jeunes gens.

3- Jumelage entre offre et demande dans le cadre des forces ouvrières pour préciser les besoins de formation.

4- Détermination exacte des besoins de formation au niveau des individus, des fondations et de la société en général dans le but de bien orienter et d’investir les occasions de travail et cela se ferait par les secteurs spécialisés.

5- Intérêt porté à tous les domaines d’une façon bien équilibrée répondant aux besoins de la société.

B- Planification des programmes et des projets:

1- Ces projets et ces programmes devraient répondre aux vrais besoins de la jeunesse et se perfectionner en fonction d’un plan de développement des ressources humaines, sociales et économiques.

2- Des sessions de recyclage variées exigées par le pays devraient émaner de ces programmes.

3- Détermination des fondations et organisations chargées d’exécuter et de financer ces programmes.

4- Ces projets devraient comprendre les exigences de l’exécution y compris les principaux constituants comme les instructeurs, les programmes, les matières d’enseignement et de formation, les équipements et les facilités, les moyens d’évaluation du travail et des systèmes de supervision et de gestion....

5- Parrainage des projets - pilotes développables dans l’avenir.

6- Précision d’un emploi du temps ou d’un programme temporaire pour l’exécution des projets à long terme, à court terme et à moyen terme.

7- Création de bonnes relations entre les responsables de la formation et les patrons et syndicats de travail pour s’échanger les expériences et les connaissances.

8- Renforcement du travail productif à partir des programmes et de réhabilitation, ce qui pourrait être lucratif pour tout le monde.

9- Intégration dans les programmes et les projets proposés des spécialités et des domaines suivants:

- Agriculture et industries alimentaires
- Métiers industriels
- Tourisme et artisanat traditionnel
- Professions de santé et paramédicales
- Les métiers liés aux services

Ces domaines là seront détaillés dans le document du programme de travail professionnel et régional.

C- Frais et financement de la formation

1- Le financement de l’enseignement et de la formation n’est pas délimité par les bourses et les frais présentés par l’état. D’autres organisations sont concernées comme:

- Les caisses de développement et d’investissement
- Les patrons de travail
- Les unions et les organisations arabes et internationales

2- Détermination des frais des projets et de la valeur de chaque prestation et des moyens proposés dans le financement.

3- Retranchement d’un pourcentage des salaires des employés dans les fondations ou leurs gains (seront virés à la caisse de financement des programmes d’apprentissage et de formation)

- Des dons ou bourses ou emprunts seront présentés par les banques avec beaucoup de facilités dans ce même but.

- Les revenus des projets productifs

- Récupération d’un taux précis des salaires des marginalisés après leur engagement dans l’emploi (sera viré è la caisse)

D- Programmes de travail et mécanisme d’exécution:

1- Intégration de ces programmes dans les établissements d’apprentissage et de formation professionnelle.

Ces programmes devraient faire partie intégrante du système pédagogique et d’enseignement adopté dans chaque pays.

2- Dans l’exécution de ces programmes, il faut qu’il y ait recours à toutes les facilités possibles dans l’apprentissage et la formation en vue de diminuer les frais des programmes et de profiter du réseau des centres et établissements participants au projet (UNEVOC)

3- Création de structures et de systèmes administratifs ainsi que des équipes de travail nationales dotées d’une compétence adéquate ayant diverses attributions administratives et financières capables de réussir l’exécution des projets et d’avancer dans la planification, l’organisation, le contrôle et la supervision continue.

4- Révision des législations en cours afin de porter au sujet de ‘l’enseignement et de la formation le soin et l’importance qu’il mérite.

E- Collaboration et coordination dans l’exécution des programmes et des projets:

1- Formation d’un comité directif pour la coordination entre les pays arabes participants dans le but de promouvoir et de renforcer les programmes d’apprentissage et de formation conformément à l’annonce officielle du départ du projet.

2- Echange des expériences dans l’exécution des projets - pilotes dans les pays arabes.

3- Participations des organisations régionales et internationales dans l’expérience et le financement requis pour l’exécution des projets d’apprentissage et de formation professionnelle et l’adaptation des programmes de formation disponibles pour qu’ils soient adéquats aux besoins des pays concernés.

4- Intégration et participation du secteur privé et des associations de bienfaisance ainsi que les autres organismes à la préparation des programmes et des méthodes tout en profitant de leur expérience technique

5- Elaboration d’un plan informatif dans le but de faire connaître ce projet au public et mettre en évidence ses programmes et ses objectifs afin d’entourer la jeunesse de plus d’éveil et de bienveillance socioculturelle

6- Annonce du départ du projet dans les pays arabes participants et sa généralisation auprès de tous les organismes concernés sur le plan national, régional et international.

Projet de renforcement des occasions favorables à l’apprentissage et à la formation professionnelle pour les jeunes dans les pays arabes. Annonce du lancement officiel du projet dans les pays participants. Amman, 4 Mars 1997

A la lumière des résultats et des recommandations de l’atelier de travail à Amman du 2 au 4 Mars 1997 dans le cadre du projet du renforcement, et après avoir conçu les réalisations issues du projet, y compris l’ensemble des études et rapports nationaux sur le sujet, le programme de travail de l’atelier ainsi que le contenu du document agrée par l’UNESCO 28M/5 (programmes et budget adoptés pour les années 1996 et 1997 article 01128) sur le projet;

les organismes et les centres participants au projet s’engagent dans ce qui suit:

1- Recherche pour une élaboration de programmes didactiques et professionnels priviligiés destinés aux jeunes marginalisés dans la société ou à ceux qui n’ont pas eu la chance de continuer leurs études dans le but de leur assurer des occasions de travail favorables et les incorporer avec efficacité dans le processus du développement social et économique.

2- Coordination avec les organismes et les centres concernés par le projet, y compris les organismes et centres participants au projet - réseau international d’enseignement technique et professionnel (UNEVOC) sur le plan national, régional et international pour l’exécution des programmes et des sessions de recyclages proposés dans le but de fournir beaucoup de compétences et d’échanges des connaissances et des expériences sur les activités et les programmes.

3- Financement et assistance en matière d’équipements, des organismes et des activités proposés dans le cadre du projet et du programme de travail.

4- Recherche et assurance de fonds permanents pour les activités et les organismes à partir de coordination avec les bénéficiaires et les organisations et organismes internationaux et régionaux.

5- Intégration des représentants du secteur privé, des associations de planification et exécution des activités pour consolider les relations et adapter avec équilibre la formation et la réhabilitation aux exigences du marché de travail.

6- La nécessité de créer des structures et des fondements administratifs ainsi que des équipes nationales de travail dotés d’une compétence adéquate représentant les organismes concernés par l’enseignement et la formation professionnelle et ayant certaines attributions capables de réussir ce projet et d’avancer dans la planification, l’organisation, le contrôle et la supervision continue.

7- Formation d’un comité directif pour une période de 3 ans (1997 à 1999) dans le cadre du réseau régional du projet UNEVOC dans les pays arabes et ce dans le but de faciliter la tâche de la supervision et de la participation dans les activités.

Ce comité est formé comme suit:

- Monsieur Ali Nassrallah, directeur général de la fondation de la formation professionnelle - Jordanie: Président

- Monsieur Mazen Joumaa, président de l’organisme des instituts techniques - Irak: Membre

- Monsieur Rouchdi Zahran, président de l’administration centrale de l’enseignement technique - Egypte: Membre

- Monsieur Mohammad Al Hazoura, représentant de l’organisme général de la formation professionnelle et technique - Yémen: Membre

- Monsieur Abdel Rahman Sawalimi, directeur de l’institut national spécialisé en formation de gestion - Algérie: Membre

- Monsieur Mohammad Hodeib, directeur de l’institut pédagogique National de l’enseignement technique - IPNET (Bir Hassan) - Liban: Membre

- Monsieur Hicham Kahil, directeur général de l’enseignement technique et des facultés de la société - l’autorité palestinienne: Membre

- Monsieur Sleiman Sleiman, spécialiste de l’enseignement technique et professionnel - UNESCO: Décisionnaire

Les organisations, et organismes internationaux et régionaux concernés comme- l’organisation internationale, de travail, l’organisation arabe de travail et l’union arabe d’enseignement technique, seront appelés à proposer la candidature de leurs représentants respectifs au sein du comité directif du projet.