AGILE - Numéro 1

ISSN 1020-4806

Bulletin d'information sur l'agriculture partagé par WAICENT (Centre mondial d'information agricole), AGRIS et CARIS, et la Bibliothèque DAVID LUBIN - GIL



Editorial .... le progrès technologique

La Bibliothèque virtuelle .... le centre d'excellence

AGRIN et CARIN .... la nouvelle version

Recuperation de la documentation grise .... le projet Kellogg

Le Programme de terrain .... nouvelles

Agrindex .... offre spéciale

WAICENT .... (notre) brève évaluation

La Bibliothèque David Lubin .... activités intensifiées!

CARINPlus .... la nouvelle version à la preuve

Une initiative de la Roumanie .... élargir les horizons

AGROVOC .... une véritable thésaurus multilingue

AGRIS et CARIS .... les nouveaux CD-ROM

Foresterie .... RIFALC (Réseau d'Information forestale.......) - les recommandations

Tribune libre



Le progrès revêt diverses formes; aujourd'hui la plus évidente est le progrès technique. Dans le dictionnaire, le progrès est défini de la manière suivante: "mouvement en avant; action d'avancer" ou "développement en bien, changement en mieux".

Le progrès technique est une chose curieuse; il a en quelque sorte modifié le sens des mots. Si nous examinons ces deux définitions, nous - notre génération, notre époque - ne les considérons plus comme des concepts distincts, l'un indiquant un mouvement dans l'espace et l'autre une évolution intellectuelle. Le progrès évoque pour nous les ordinateurs, Internet, et nous lions ces deux concepts en un seul. Nous savons que le progrès qui caractérise notre siècle constitue un ensemble complexe; sans doute plus que nos aînés, nous nous interrogeons sur son sens: le progrès implique-t-il nécessairement le passage à un état supérieur? Nous repoussons les frontières du possible, mais est-ce réellement pour le mieux?

Comme promis, le présent bulletin d'information est diffusé sur le Web. Des documents d'information détaillés sur la Bibliothèque David Lubin, des notes d'information AGRIS et CARIS, et la liste des centres nationaux et intergouvernementaux qui participent à AGRIS et CARIS s'y trouvent déjà. Quiconque ayant accès à Internet peut lire, stocker et imprimer l'information qui l'intéresse.

Tout cela est parfait, mais il ne faut pas oublier ceux qui n'ont pas accès à Internet, ne disposent même pas d'un ordinateur, n'ont absolument pas le temps de passer d'une base de données à l'autre. AGRIS, CARIS et WAICENT - les services qu'ils offrent, l'information qu'ils contiennent, les améliorations auxquelles ils visent constamment - sont destinés à tous ceux qui s'occupent de développement agricole, qu'il s'agisse du programmeur équipé du meilleur matériel existant, du chercheur ou encore de l'agriculteur démunie pour qui aller de l'avant (dans l'espace et dans le temps) est une simple question de survie.

Nous ne voulons pas - nous ne devons pas - oublier la finalité des systèmes que nous avons créés, ni le mandat de la FAO. Plus nous sommes avancés sur le plan technique, plus nous innovons, plus nous nous éloignons de la raison profonde qui nous a poussé dans cette voie: la survie, la nutrition, le développement agricole durable sont en jeu. Nous devons en prendre note et ne jamais l'oublier. L'inscrire sur une feuille, dans un agenda, sur Internet même... Que votre progrès personnel contribue à l'évolution de l'humanité tout entière. .


Agile est publié en anglais, en espagnol et en français par la Unité de gestion de la diffusion WAICENT/FAOINFO de la

DIVISION DE LA BIBLIOTHEQUE ET DES SYSTEMS DOCUMENTAIRES (GIL), FAO des Nations Unies

et distribué à tous les centres AGRIS et CARIS, aux projets de terrain GILS, aux bibliothèques AGLINET, au personnel de la FAO, tant au Siège que sur le terrain, et aux autres organisations et personnes dans le monde qui s'intéressent aux activités internationales d'information et de documentation agricoles.

© FAO, Rome

[Retour à Articles]


De nos jours, toute information publiée et non publiée est d'abord sur ordinateur. Sous la tutelle de WAICENT, l'Organisation normalise la préparation et la présentation des données. Cette présentation uniforme permet de produire les données sous diverses formes: publication électronique diffusée sur Internet, fichier distribué sur disquette ou CD-ROM ou encore, le cas échéant, sur support papier, et ce partout dans le monde. Il est possible de scanner ou de numériser des documents déjà publiés si nécessaire et de les mettre sur le réseau électronique. Internet permet d'établir des liens avec d'autres instituts qui diffusent par voie électronique les documents et autres informations dont ils disposent. Les services de bibliothèque qui sont actuellement assurés directement par des sous-divisions de la Bibliothèque David Lubin et par les bureaux régionaux ne seront plus gérés séparément, car la Bibliothèque virtuelle sera disponible sur réseau à travers le monde. La contribution de GIL est essentielle au succès de cette entreprise.

Les données doivent être organisées, classées et indexées de façon à ce que les utilisateurs - à l'intérieur comme à l'extérieur de l'Organisation - puissent accéder à celles qui les intéressent. Un progiciel intégré de gestion de bibliothèque sera choisi et installé. Le module de catalogage de ce système devra être relié à des services extérieurs distributeur-fournisseur; le système intégré comprendra en outre des modules permettant l'acquisition, le contrôle de la diffusion des documents et le contrôle des publications en série. Tous les enregistrements feront partie d'une structure intégrée de base de données, au lieu d'être éparpillés comme maintenant dans de multiples bases de données. Les utilisateurs auront directement accès au catalogue de la bibliothèque, à partir de leur ordinateur de bureau, et pourront demander tout document par voie électronique, vérifier s'il est en commande, sorti ou disponible électroniquement.

On établira des liens électroniques directs entre les références contenues dans les bases de données et les documents eux-mêmes. L'utilisateur aura directement accès au texte intégral du document et pourra le consulter, le télécharger ou le recevoir en différé. Des liens pourront également être établis avec la documentation électronique d'autres institutions dans le monde, via Internet.

De nouveaux dispositifs de lecture et de stockage seront installés à la Bibliothèque pour remplacer l'ancien matériel de mise sur films et microfiches. Les documents non disponibles sur support électronique seront rapidement numérisés à la demande et transmis aux utilisateurs.

Une fois le projet approuvé, il pourrait être mis en place en 18 mois. Plusieurs bases de données de GIL seront bientôt chargées afin de tester un nouveau logiciel de recherche sur texte, BASIS Plus, qui sera évalué dans le cadre de FAOINFO pour WAICENT. Cette initiative a pour but d'élargir la portée actuelle de WAICENT (Centre mondial d'information agricole) pour recouvrir aussi l'idée de Bibliothèque virtuelle, en y intégrant les compétences, l'expérience et les ressources de GIL, et offrir des services à tous ceux qui ont besoin d'information, partout dans le monde et à tous les niveaux.

Voilà pour les aspects techniques. Mais comment définir exactement la Bibliothèque virtuelle et pourquoi la FAO en a-t-elle besoin? Le concept de bibliothèque virtuelle englobe une multitude d'idées sur la manière de stocker l'information, d'y accéder et de la diffuser dans le futur proche. Il s'agit essentiellement pour la FAO de permettre d'accéder en ligne, grâce à ce service d'information électronique, à la mémoire institutionnelle de l'Organisation; ce système global permettra de conserver, de classer, de consulter et d'extraire les connaissances techniques et les informations de l'Organisation. Il remplacera les services assurés traditionnellement par la bibliothèque; en effet, a) le personnel de la FAO, n'importe où dans le monde, aura intégralement accès à la Bibliothèque virtuelle à partir d'un ordinateur de bureau; b) les utilisateurs extérieurs à la FAO pourront accéder à nos services d'information via WAICENT/FAOINFO.

La Bibliothèque virtuelle est une bibliothèque sans murs, qui permet d'accéder à la multitude d'informations émanant des autres institutions, des éditeurs et des sources gouvernementales. Partout dans le monde, la société subit de profondes transformations; sous l'impulsion de la technologie, nous sommes en train de passer d'une économie basée sur l'industrie à une économie basée sur l'information. Disons-le tout net: seules les organisations capables de gérer et d'exploiter leurs propres ressources d'information et d'accéder aux autres sources peuvent espérer survivre à l'aube du prochain millénaire.

Pour devenir un centre d'excellence dans ses activités normatives, de développement et opérationnelles, la FAO doit fournir au personnel au Siège, dans les bureaux régionaux et sur le terrain, un accès informatique immédiat aux ressources d'information les plus récentes et les plus complètes. La FAO dispose d'un immense stock d'informations précieuses accumulé au cours des cinquante dernières années, et la production d'information continue d'être sa principale activité. Pour répondre véritablement à sa vocation de centre d'excellence, l'Organisation doit s'attacher tout particulièrement à la façon dont elle prépare, traite, organise et diffuse l'information. A l'avenir, seules les organisations à même de gérer et d'exploiter efficacement les ressources d'information - les leurs et celles des autres - maîtriseront cet environnement du futur que l'on appelle l'ère de l'information. L'information fait partie intégrante du mandat de la FAO et constitue sa plus précieuse ressource.

Avec la naissance de la Bibliothèque virtuelle, l'information agricole dans sa plus large acceptation sera centralisée, harmonisée et rapidement accessible. Les centres et institutions présents sur le réseau électronique offriront leurs services aux autres, pour qu'aucun institut, groupe ou particulier soit privé d'information uniquement par manque de fonds pour acheter une publication ou acquérir le matériel adéquat.

[Retour à Articles]



Des disquettes contenant AGRIN version 2.2 et AGCHK (programme de contrôle des entrées AGRIS), ainsi qu'une mise à jour de CACHK (programme de contrôle des entrées CARIS) ont été distribuées aux centres participant à AGRIS/CARIS. Les disquettes AGCHK et CACHK contiennent le fichier qui correspond au nouveau thésaurus AGROVOC.

Prière de contacter le Groupe de coordination AGRIS/CARIS (Bureau A-107, GIL-FAO, Viale delle Terme di Caracalla, 00100 Rome, Italie (GIL-Agris-Caris@fao.org) si vous n'avez pas reçu ces disquettes ou en cas de problème ou de question concernant l'installation de la nouvelle version ou des fichiers de données. Nous espérons qu'à présent tout le monde a reçu les formulaires d'acceptation du CD-ROM AGRIS numéros 27 et 27. Le numéro 26, envoyé le 1er mars, concerne les disques Courant (janv.-nov 1995) - Rétrospectif (1993-1994) et Courant FHN (1975 à décembre 1995); le numéro 27, envoyé le 15 avril, accompagnait le disque Courant (1995-février 1996). Informez-nous immédiatement si vous n'avez pas tous ces disques. N'oubliez pas qu'il vous appartient de détruire le disque courant une fois que vous avez reçu le suivant!

[Retour à Articles]



Plusieurs pays tropicaux d'Amérique latine se sont engagés à récupérer ce qu'on appelle la "documentation grise" et à diffuser les informations concernant la gestion des ressources naturelles dans la région. Ce projet est coordonné par le Centre international d'agriculture tropicale (CIAT) - basé à Cali (Colombie) - par le truchement de son Unité d'information et de documentation (UID), et il bénéficie du soutien financier de la Fondation Kellogg. Son but est d'établir un réseau régional d'information destiné aux chercheurs, aux étudiants, aux instituts de recherche et aux collectivités.

On appelle documentation grise celle qui n'a jamais été publiée, est parue sous une forme non conventionnelle ou n'a eu qu'un tirage limité. Il s'agit par exemple de thèses, de rapports annuels, d'enquêtes, de documents directeurs, de statistiques et de cartes. Ce genre de documents contient parfois des informations inestimables qui n'ont toutefois qu'une audience restreinte car elles ne figurent pas dans des collections largement diffusées. Le réseau devrait [aider à] intégrer les systèmes nationaux de recherche et offrir un large accès à l'information, de façon à améliorer la qualité et l'efficacité de la recherche, de l'enseignement et de la prise de décision.

D'après Elizabeth Goldberg, chef de l'IDIJ, le projet repose sur le principe de la participation, et en premier lieu sur le partage des ressources. A l'origine, les participants au projet sont les programmes nationaux et les universités de Bolivie, du Brésil, de Colombie, de Costa Rica, du Honduras et du Venezuela. Ces pays ont envoyé des représentants à un stage de formation d'une durée de 2 semaines, qui s'est tenu au CIAT du 5 au 16 février 1996. Les techniques acquises leur permettront de rassembler et de traiter l'information nécessaire, et de la rendre accessible aux utilisateurs, comme le remarque Orfylla Pine, représentante de l'Université nationale autonome du Honduras.

Le programme de trois ans comporte plusieurs étapes, auxquelles sont associées des activités concrètes. Pour commencer, on analysera l'information existante afin d'identifier les lacunes. Ensuite, les partenaires locaux se mettront à la recherche de documents. Toutes les informations seront tenues à jour dans des bases de données régionales et internationales, avant d'être publiées sur disque compact et dans des bulletins d'alerte. Des copies des documents sources seront disponibles sur demande.

"Nos pays doivent renforcer leurs systèmes d'information. Pour cela, nous devons coopérer avec les instituts locaux, les pays voisins et le monde", dit Nancy Andara, bibliothécaire à l'Université centrale du Venezuela, l'une des institutions participantes. "Le projet nous permet de tirer le meilleur parti des efforts et des ressources, et grâce à la documentation réunie nous pourrons développer la recherche et les projets dans chaque région", déclare Martha Elena Mufloz, de l'Université nationale de Colombie.

L'Amérique latine ne sera pas la seule à tirer avantage du réseau. Les informations seront diffusées dans le monde entier par le biais de la base de données AGRIS de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Le Groupe de coordination AGRIS/CARIS a fourni les services d'un formateur pour le stage organisé en février.

"Il sera très intéressant de voir nos travaux devenir toujours plus pertinents à mesure qu'ils se feront une place dans le monde de la communication électronique", remarque Belangela Tarazona, de l'Institut de recherche scientifique du Venezuela. L'information à documenter couvrira la gestion des ressources dans trois grandes éco-régions de l'Amérique tropicale: les savanes, les collines et les lisières forestières.

Le réseau comprend un centre général de coordination - le CIAT -, un centre régional pour l'Amérique centrale - qui sera le Centre de recherche et de formation en matière d'agriculture tropicale (CATIE) de Costa Rica -, ainsi que plusieurs autres centres. "Nous entrons maintenant dans la phase analytique du projet, qui est essentielle. La collecte et le traitement de l'information seront les tâches les plus ardues, mais nous sommes prêts à y participer activement", affirme Marta Abarca, déléguée du CATIE. "Un ‚norme travail nous attend, mais nous le ferons avec enthousiasme. Nous nous sommes engagés dans un projet très important", dit Ana Lucia de Faria, représentante de l'Entreprise brésilienne pour la recherche agricole (EMBRAPA). Tous les participants au stage de formation, les coordonnateurs et les donateurs partagent cet enthousiasme, car tous rêvent d'un monde plus vert pour les générations futures. Curieusement, recueillir de la documentation grise constitue l'un des moyens d'y parvenir.

Le CIAT, dont le mandat est notamment d'appliquer la science à l'agriculture afin d'accroître la production alimentaire tout en protégeant la base de ressources naturelles est l'un des 16 centres internationaux parrainés par le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI)..

[Retour à Articles]



Avec tout ce qui se passe au Siège de la FAO, vous vous demandez probablement si GIL a renoncé à aider les Etats Membres à renforcer leurs centres et systèmes de documentation/information aux niveaux national et régional. La réponse est non! A la demande des gouvernements, des projets de documentation sont actuellement mis en oeuvre au Cambodge, en Estonie, au Népal, au Soudan, au Swaziland et au Yémen. Le prochain numéro d'Agile examinera plus en détail ces activités de terrain en cours....

[Retour à Articles]




Le Groupe distribution et ventes de la FAO propose une offre spéciale aux anciens abonnés payants à Agrindex.

Pour cette année seulement, il offre un an d'abonnement à AGRIS sur CD-ROM (produit par SilverPlatter) au prix exceptionnel de 500 dollars E.-U. Quatre CD-ROM seront produits, avec des mises à jour trimestrielles. Par ailleurs, des anciens numéros d'Agrindex sont disponibles sur papier, en quantité limitée. Pour plus de renseignements sur cette offre, prière de contacter le Groupe distribution et ventes, FAO: télécopie: (+39-6 52255152 ou 52255155); Publications-sales@fao.org

Le dernier catalogue des publications de la FAO peut être consulté sur Internet, http://WWW.fao.org ou gopher: gopher://gopher.fao.org

[Retour à Articles]


La base de données interne du WAICENT est beaucoup plus que cette brève description ne le laisse supposer. Il s'agit d'un exemple fonctionnel de la véritable signification de l'idée de "partage de l'information". Les connaissances contenues dans cette banque de données appartiennent à tout le monde - à l'expert, à l'amateur de données, au simple curieux. Décrit avec raison comme un cadre, le WAICENT a normalisé la collecte de données et simplifié les procédures de déchargement pour l'utilisateur, de façon à encourager le plus large accès possible à ses nombreuses données.

On trouvera ci-après une description des activités, des objectifs et des mérites du WAICENT. Ce texte est tiré en partie de l'introduction au WAICENT sur Internet; le reste reflète notre impression personnelle de ses activités et de son potentiel.

L'INFORMATION

Le savoir est un outil essentiel de développement. Les progrès scientifiques et techniques ont apporté des changements sans précédent à tous les domaines d'activités de l'humanité - y compris l'agriculture et la production alimentaire.

La FAO ne se contente pas d'encourager le transfert direct des compétences et de la technologie par des projets de terrain; elle fournit aussi divers services d'information et de soutien. Elle tient à jour des bases de données informatisées sur un large éventail de sujets: information sur la commercialisation du poisson; statistiques relatives au commerce et à la production; recherche agricole en cours; documentation concernant n'importe quel aspect de l'agriculture dans le monde. Le Système d'information géographique de l'Organisation fournit des données sur les sols, le couvert végétal et d'autres aspects liés à l'utilisation des terres. L'imagerie satellite constitue l'un des nombreux outils utilisés par le Système mondial d'information et d'alerte rapide pour surveiller les conditions qui affectent la production alimentaire et avertir les gouvernements et donateurs de toute menace potentielle.

Les informations recueillies et rassemblées par l'Organisation sont disponibles sur divers supports: publications sur papier, vidéos, films fixes et disques informatiques. Toutes les publications sont disponibles à la Bibliothèque David Lubin, et par le biais de la bibliographie régulièrement mise à jour, FAODOC.

Sans les moyens d'analyser, d'interpréter et de diffuser l'information concernant la nutrition, l'alimentation et l'agriculture, la FAO ne pourrait pas remplir ses engagements vis-à-vis du monde développé et en développement, tels qu'ils sont énoncés à l'Article 1 de l'Acte constitutif. Le WAICENT, le Centre mondial d'information agricole, est chargé de synthétiser l'information reçue et traitée par la FAO et de la diffuser sous une forme structurée et organisée. Les activités de la FAO en matière d'information comprennent également des programmes de communication à la base visant à toucher directement la population rurale, de manière à promouvoir la prise de conscience des collectivités et les activités relatives à l'agriculture et à l'environnement. Des campagnes d'information du grand public traitent des questions essentielles à un niveau plus large.

Grâce aux activités du WAICENT - le partage de l'information et sa diffusion dans le monde entier par des moyens très divers - la FAO peut remplir de façon particulièrement fructueuse son mandat, à savoir aider les pays en développement par le biais de la coopération.

[Retour à Articles]


C'est déjà l'été!

Avec toutes les activités à la Bibliothèque David Lubin, les six derniers mois sont passés très rapidement. Cette période a été passionnante: nous avons travaillé sans relâche pour mettre en place le site David Lubin sur Internet dans le cadre de la création de la Bibliothèque virtuelle de la FAO, sous les auspices du Centre mondial d'information agricole (WAICENT). Ces innovations arrivent au bon moment, car les bibliothèques des Nations Unies et des institutions multiplient actuellement les partenaires et collaborent activement entre elles.

La Bibliothèque David Lubin participe pleinement à cette activité, et nous avons accueilli avec plaisir la troisième réunion du Groupe de travail des Nations Unies sur la coopération entre bibliothèques, qui s'est tenue à Rome en avril 1996. La FAO a profité à double titre de cette initiative, car certains membres du Groupe sont restés à Rome après la réunion pour participer à une session de travail: quelle époque passionnante, vraiment!

Le moment est venu de restructurer, de rechercher de nouvelles méthodes de travail. Nous devons trouver de nouveaux moyens de diffusion de l'information, forger de nouvelles alliances et partager les ressources comme jamais auparavant. Cependant, nous ne nous occupons pas uniquement de ces innovations. Nous devons aussi continuer de développer les réseaux établis de longue date - en particulier AGLINET - pour transmettre les documents en appui aux fichiers de données électroniques. AGLINET existe depuis plus de 20 ans, mais nous recevons encore des demandes d'information et d'adhésion. Beaucoup de centres AGRIS ont choisi d'adhérer aussi bien à AGLINET qu'à AGRIS, et nous espèrons que cette solution est à leur avantage. Nous serions reconnaissants aux membres actuels et potentiels de formuler des suggestions sur les moyens de renforcer et de développer le réseau.

Il est particulièrement important d'établir et de maintenir des contacts, à titre individuel ou collectif. Malgré le report à 1997 de la réunion AGLINET et de la Consultation technique AGRIS/CARIS, nous restons en contact par courrier électronique et en personne. C'est ainsi que nous avons été heureux de voir Mme Janeti Bombini de Moura, de l'Escola Superior de Agricultura de Queirozo Sao Paulo (Brésil), qui est venue nous rendre visite à l'occasion d'un déplacement personnel en Italie. En février, nous avons rencontré MM. Mahindapala et Wettasignhe, qui représentent l'un de nos membres AGLINET au Sri Lanka, le Conseil sri lankais pour les politiques en matière de recherche agricole. Nous avons véritablement apprécié cette occasion de communiquer et d'échanger des idées.

La raison d'être initiale d'AGLINET reste très importante. La technologie soutient nos activités, grâce au courrier électronique, à la télécopie et - en particulier pour ce qui est des méthodes de transmission des documents - à ARIEL, car un nombre croissant de centres AGLINET adoptent ce progiciel. Nous indiquons ci-après les nouveaux numéros ARIEL spécifiquement destinés à nos membres AGLINET, mais nous invitons tous ceux qui recevront ce bulletin à les utiliser pour échanger de nouveaux identificateurs ARIEL

AGLINET ARIEL - Adresses

Agriculture Canada 192.197.71.134

Centre International de l'Agriculture tropicale (CIAT), Colombie 198.93.225.79

Centre Interaméricain de Documentation et Information agrícole (IIICA-CIDIA), Costa Rica 163.178.49.3

Centre International pour l'amélioration du maïs et du blé, Mexique 192.100.189.63

Université de l'Agriculture, Wageningen, Pays Bas 137.224.140.71

Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture Centre international de coordination - AGLINET 168.202.8.2

Département de l'Agriculture (NAL), Etats-Unis 198.202.222.162

[Retour à Articles]



Nous sommes sur le point de terminer une nouvelle application Micro CDS/ISIS appelée CARINPlus. Elle remplacera bientôt le logiciel CARIN dont se servent actuellement de nombreux centres CARIS pour entrer des données dans leur propre base de données nationale - ainsi que dans la base mondiale. Les nombreuses nouvelles caractéristiques de CARINPlus faciliteront la saisie des données et réduiront au minimum les tâches répétitives associées à cette opération, tout en limitant les risques d'erreur. Citons notamment la possibilité de sélectionner et d'ajouter des termes venant d'AGROVOC et d'indices locaux ainsi que des codes de catégorie des sujet AGRIS/CARIS à des enregistrements de projet, à partir des fichiers de mots vedettes correspondants.

En outre, les registres de mots vedettes sont distincts pour les noms des instituts et des chercheurs, ce qui constitue une nouveauté. Ces registres de mots vedettes sont créés une fois, puis sélectionnés et associés aux enregistrements de projet à mesure de leur saisie. CARINPlus comprendra également une option de verrouillage au niveau enregistrement. Ainsi, les centres secondaires et les centres nationaux et régionaux pourront mieux contrôler tout changement éventuellement apporté aux enregistrements de projet au moment où ils sont communiqués par l'intermédiaire du Groupe de coordination AGRIS/CARIS afin d'être ajoutés à la base de données mondiale avant d'être retransmis aux centres.

Nous recherchons des centres CARIS disposés à tester ce nouveau logiciel et à nous soumettre leurs observations et suggestions sur la facilité d'utilisation, les caractéristiques opérationnelles, ou la documentation et les messages d'aide. Cette version beta, qui s'accompagne d'un nouveau manuel, a été mise au point en anglais et est actuellement testée dans cette langue. Après les essais préliminaires, les versions française et espagnole seront préparées. Prière de contacter le Groupe de coordination AGRIS/CARIS GIL-Agris-Caris@fao.org si votre centre CARIS est prêt à tester ce nouveau logiciel. Nous attendons de vos nouvelles avec impatience!

[Retour à Articles]



Le centre d'informatique de l'Académie des sciences agricoles et forestières de Bucarest transmet des données nationales à AGRIS depuis 1994. Jusqu'à cette année, le centre utilisait son propre logiciel pour extraire et envoyer les données AGRIS. Il a maintenant recours avec succès au logiciel de la FAO AGRIN pour la saisie des données AGRIS, au courrier électronique pour envoyer les données à l'APU à Vienne, et à SPIRS et HEURISKO pour extraire des données du CD-ROM AGRIS.

Au cours de l'année passée, le centre a mis au point un système d'extraction et de gestion de données sélectionnées à partir du CD-ROM AGRIS. Le programme convertit les données du format du CD-ROM (SPIRS) au format d'importation CDS/ISIS, et une autre application permet à différents utilisateurs - sur leur propre ordinateur personnel - de gérer les données sélectionnées sur le site de l'unité de recherche. L'information est ensuite transmise aux organismes de recherche spécialisés à travers le pays, sur demande.

Voici la réaction de Joseph Judy, Chef du Groupe de coordination AGRIS/CARIS: " L'approche consistant à décharger des données sélectionnées à partir des CD-ROM AGRIS afin de les transmettre aux centres spécialisés de votre pays est très bonne, car elle permet de diffuser aussi largement que possible les données."

[Retour à Articles]



AGROVOC est un véritable thésaurus multilingue. Le Centre AGRIS/CARIS tchèque, représenté par l'Institut d'information sur l'agriculture et l'alimentation de Prague, a entrepris de traduire AGROVOC en tchèque. Le projet bénéficie du soutien et du financement de Ministère de l'agriculture de la République tchèque. La traduction a commencé à la mi-1995; elle devrait être terminée à la fin 1996. Cette opération vise principalement à disposer d'un outil d'indexation normalisé qui servira non seulement à traiter les entrées d'AGRIS et de CARIS, mais aussi à créer des catalogues bibliothèque et une base de données nationale sur la bibliographie agricole tchèque, au sein de l'Institut d'information sur l'agriculture et l'alimentation.

La troisième édition d'AGROVOC, qui contient plus de 15 700 descripteurs, a été distribuée en février 1996 à tous les centres participants AGRIS/CARIS. Prière de contacter le Groupe de coordination AGRIS/CARIS si votre centre n'a pas reçu d'exemplaire. Nous nous sommes efforcés de réserver des exemplaires supplémentaires pour les centres qui fonctionnent sur une base décentralisée ou qui en ont besoin pour des indexeurs multiples.

AGROVOC est en vente directement au Groupe distribution et ventes - FAO - Viale delle Terme di Caracalla, 00100 Rome (Italie). (Télécopie: +39-6 52255152 ou 52255155 - Publications-sales@fao.org). Prix: 100 dollars E.-U., avec une réduction de 50% pour les commandes émanant de pays en développement. N'oubliez pas de préciser la langue souhaitée: anglais, français ou espagnol.

[Retour à Articles]



Nous travaillons actuellement à l'élaboration d'un nouveau CD-ROM CARIS qui contiendra des données à jour jusqu'au mois de juin de cette année. Ce CD-ROM, qui utilise une nouvelle version améliorée du logiciel HEURISKO, remplacera le prototype de 1994. Il contiendra deux bases de données CARIS: tous les projets de recherche en cours figureront dans la première, tandis que la deuxième contiendra une récapitulation des projets de recherche menés à bien les années précédentes.

Nous collaborons également avec le Programme spécial pour la recherche agricole en Afrique en vue d'inclure sur ce même disque sa base de données concernant les projets de recherche agricole. Ce CD-ROM devrait être disponible au début de l'automne; il sera envoyé gratuitement à tous les centres AGRIS et CARIS, ainsi qu'à toute autre institution intéressée qui en fera la demande.

Le CD-ROM AGRIS sur la Foresterie, dont la parution est prévue pour la fin juin 1996, contient 171 116 références bibliographiques sur la foresterie et les produits forestiers primaires, saisies sur AGRIS de 1986 à 1995. L'interface recherche utilisateur fait appel à de nouvelles fonctions améliorées HEURISKO pour la recherche, à savoir une interface de recherche sur thésaurus, une fonction de recherche dans des groupes de champs, ainsi que de nouveaux paramètres prédéfinis de tri/impression. Il est disponible en anglais, français et espagnol. Ce CD-ROM sera envoyé en temps utile à tous les centres AGRIS. Des demandes ponctuelles peuvent être adressées au Groupe de coordination AGRIS/CARIS .

[Retour à Articles]



Le RIFALC (Red de Información Forestal para América Latina y el Caribe) a tenu sa troisième réunion à Cartagena, du 18 au 20 mars de cette année. Parmi les principales recommandations formulées à la réunion figurait la création de relais sous-régionaux pour le RIFALC au Chili, en Colombie et au Pérou, ainsi qu'au sein du CATIE pour l'Amérique centrale.

Il a également été recommandé d'adopter la méthodologie AGRIS/CARIS pour les activités de documentation et de transmission de l'information, dont le développement est prévu dans le cadre du RIFALC

[Retour à Articles]



Une lettre de Virgil Vlad, directeur du Centre informatique ICPA, Bucarest

Nous avons appris avec plaisir le directeur du Centre informatique ICPA, Bucarest directeur du Centre informatique ICPA,du développement des systèmes d'information de la FAO et nous aimerions profiter des nouvelles ressources d'information qui seront disponibles sur le réseau AGRIS et CARIS, ainsi qu'au WAICENT. Comme nos installations de réseau ne sont pas assez puissantes (liaison de 1200/2400 bps seulement), il nous est matériellement impossible d'accéder au serveur Web sur Internet, et nous aimerions donc recevoir des informations supplémentaires sur les services du WAICENT.

Nous avons reçu avec plaisir les données et le logiciel FAOSTAT-PC. Nous pouvons afficher et convertir les données qui intéressent particulièrement nos experts, qu'ils se trouvent à l'Académie ou ailleurs dans le pays.

.... et une autre de Hayati Küçukçakar, directeur du Département des publications du Ministère de l'agriculture et des affaires rurales, à Ankara.

Nous sommes en train de reprendre nos activités et nos services en tant que Centre national de saisie AGRIS/CARIS, et désormais la Turquie participera de nouveau à AGRIS. Actuellement, nous utilisons la base de données AGRIS sur CD-ROM pour fournir les informations nécessaires aux utilisateurs. Dans quelques mois, nous auront accès à Internet, et je vous communiquerai également mon adresse électronique.

Nous aimerions que vous mentionniez brièvement dans le premier numéro du bulletin d'information que le centre AGRIS/CARIS de Turquie est de nouveau opérationnel et prêt à coopérer avec les autres centres participants. Nous vous remercions pour le logiciel FAOSTAT-PC et le jeu de disquettes que vous nous avez envoyés, ils nous sont très utiles. J'écrirai de brèves nouvelles pour le bulletin à mesure de l'avancement de nos activités.

Ndr: M. Hayati est le nouveau point de contact pour le Centre AGRIS/CARIS d'Ankara.



Nous avons reçu de nombreuses lettres émanant d'instituts, de bibliothèques et d'étudiants du monde entier, qui demandaient à être inclus dans notre liste d'adresses. Cela, plus les nouvelles que nous recevons régulièrement de nos centres AGRIS et CARIS, nous a convaincu de l'utilité de ce bulletin d'information. Il ne faut pas qu'AGILE devienne un simple tableau d'affichage - à consulter passivement pendant une pause -; ce bulletin d'information est un moyen de communication à votre disposition; quelle que soit l'information que vous vouliez faire connaître, et quelle que soit la manière dont vous souhaitiez l'exprimer, faites passer le message à tous!

Les commentaires et lettres sur le contenu d'AGILE et les courts articles que vous voudrez voir insérés - ainsi que les demandes d'inscription dans la liste gratuite de distribution - doivent être adréssés à:

Mme. M. Bonnichon, Rédacteur responsable, GIL Division - A-105 , FAO des Nations Unies, Viale delle Terme di Caracalla, 00100 Rome, Italie


(Téléphone : +39 6 522-54392) (Facsimilé : +39 6 522 54049)


[Division de la Bibliothèque et des Services de Documentation , GIL - Juillet 1996]


Services de documentation Monique.Bonnichon@fao.org

[Début page]