Cover Image
close this bookFormation Professionelle en Afrique: Technologie Generale pour Construction Métallique - Tome 1
View the document(introduction...)
View the documentLa Profession du Serrurier
View the documentOutillage d’Atelier de Serrurier (Construction Métallique)
View the documentLa Mesure
View the documentLes Tolérance et les Ajustements
View the documentLe Pied à Coulisse
View the documentLe Micromètre
View the documentPropriétés des Métaux
View the documentLe Sciage
View the documentLe Limage
View the documentLe Traçage
View the documentLe Pointage
View the documentLe Perçage
View the documentLe Filetage
View the documentLe Taraudage
View the documentL’Alésage
View the documentLes Assemblages
View the documentLe Boulonnage
View the documentLe Grattage

Le Limage

I. Définition

Le limage est un procédé de coupe superficiel dont l’enlèvement de copeaux se fait à l’aide des taillants (dents de la lime).

II. Description de la lime

La lime en acier trempé, dont les faces portent des taillants au burin et qui travaille par enlèvement de copeaux. L’enlèvement des copeaux dépend

* du genre des tailles et des stries de la lime
* de la position des dents
* des dimensions et des formes de la lime


Figure

Les taillants pareils au burin sont taillés pour les limes courantes et fraisés pour les limes spéciales.

Suivant l’emploi, on distingue les limes taillées d’après leurs tailles en limes à taille simple, à deux tailles et à taille mordante.

La lime la plus employée est celle à «deux tailles».

Celle-ci est produite par un taillage double de la lime. Les positions courantes des stries sont d’environ 55° ou 70° par rapport à l’axe de la lime. (Les limes mécaniques, limes de tour et limes spéciales ont de préférence une position des stries différentes.)

Les stries appliquées par le premier taillage, le taillage de plongée (par ex.: 54°), aussi appelé taillage inférieur, sont divisées par le deuxième taillage, le taillage supérieur (par ex.: 71°) en petites dents isolées. Les stries appliquées par le taillage de plongée (taillage inférieur) sont alors partiellement recouvertes. Les stries du taillage supérieur cependant y passent et l’on pourrait y faire passer par exemple une pointe à tracer.

Les dimensions des dents de la lime sont fonction de la division en tailles t. Cette division correspond à l’écart des stries dans l’axe de la lime.

Le nombre des stries d’une lime par 1 cm est ainsi déterminé. Les nombres de stries les plus courants sont groupés et désignés par des numéros de stries. Ce numéro de stries indique par conséquent la rudesse de la lime.


division des stries

III. Différentes formes des limes

Le choix de la lime dépend du genre de travail à effectuer (dégrossir, finir, etc.) ainsi que des dimensions et des catégories des profils de la pièce.

On donne ci-après les emplois les plus fréquents des limes déterminés d’après les profils de la pièce.


lime plate


lime demi-ronde


lime carrée


lime triangulaire


lime ronde


lime barrette


lime plate pointue


lime à pignon


lime ovale


lime à couteau

Remarques:

Le choix des limes rondes (demi-rondes) doit être fait de sorte que le rayon de la lime reste toujours un peu inférieur à celui du rayon de l’arrondi à travailler sur la pièce.

Le choix des limes carrées, barrettes, à couteaux etc. pour le travail de surfaces perpendiculaires doit suivre les mêmes directives.

IV. Limes à aiguille

Les limes à aiguille sont surtout destinées au travail des petites pièces à usiner. Exclusivement à taille double, leur longueur varie entre 50 à 100 mm.

Les lettres désignent la forme de la lime déterminée d’après DIN 8342.

Exemple d’exécution

Section


Figure


Figure

lime à aiguille A
lime à aiguille B

Forme rectangulaire



Figure


Figure

lime à aiguille C

Forme plate pointue



Figure


Figure

lime à aiguille D

Forme demi-ronde



Figure


Figure

lime à aiguille E

Forme triangulaire



Figure


Figure

lime à aiguille F

Forme carrée



Figure


Figure

lime à aiguille G
G a = mince
G b = extra mince

Forme ronde



Figure


Figure

lime à aiguille H

Forme de couteau



Figure


Figure

lime à aiguille K

Forme de pignon



Figure


Figure

lime à aiguille L

Forme ovale



Figure


Figure

lime à aiguille M

Forme de barrette


Exemples de désignation:

Signification:

lime à aiguille A 100 x 3 DIN 8342
lime à aiguille E 85 x 3 DIN 8342
lime à aiguille L 100 x 2 DIN 8342

A = type
100 = longueur de la lame
3 = numéro de la taille
2 = taille simple
3 = taille double

V. Limes pour moyens auxiliaires mécaniques

1. Les turbo-limes:

Les turbo-limes ont une queue cylindrique ou un filetage pour les dispositifs à visser. Elles sont commandées par un moteur à main ou par un moteur portable avec arbre flexible.


Figure

Longueur de la tête: de 15 à 30 mm.

Genres de tailles: taille double, mordante, à dents fraisées.

Elles sont surtout destinées à l’élaboration de profils.

2. Plateaux limeurs pour des supports spéciaux de moteur ou des machines à tourner.

Diamètre: 50 à 300 mm.

Epaisseurs: 1,6 à 32 mm.

Genres de tailles: taille double, mordante, à denture en arc de cercle.

Numéro de taille: 1 à 3.

Elles sont surtout destinées au travail des surfaces extérieures.


Figure

3. Limes mécaniques pour machines à limer à outil mobile avec soie et pointe de centrage ou surface de serrage des deux côtés.

Longueurs: 110, 125, 150 et 200 mm.

Genre de taille: taille double

Numéro de taille: 1 à 3.


Figure

4. Limes mécaniques pour machines à limer à ruban

Eléments limeurs avec alésage, filetage, etc. pour être fixés sur des bandes en rotation, Genre de taille: taille double Longueurs: jusqu’à 80 mm environ.

Les autres dimensions différent avec le but et la construction de la machine.

Les deux catégories s’emploient surtout dans les travaux d’outillage pour usiner des surfaces extérieures et intérieures.


Figure

VI. Taille

C’est le but de l’emploi de la lime qui détermine sa taille et la division de cette dernière, de même que sa forme, dimension, nombre et position des dents. Il faut donc en tenir compte dans le choix des limes.

Genres de taille

Désignation et emploi

Figure

Limes taillées

taille simple pour matières douces p.ex. plomb, étain, métal blanc, bois, liège


Figure

taille simple pour matières dures par ex. acier (limes spéciales)


Figure

taille double pour matières dures par exemple: acier, laiton


Figure

taille mordante pour matières douces par exemple: bois, cuir


Figure

Limes fraisées

denture inclinée (avec rainures brise-copeaux) pour matières douces par exemple: métaux légers et plastiques


Figure

denture en arc de cercle (avec rainures brise-copeaux) pour matières dures par exemple: durai, papier dur, matières comprimées


Figure

Division de la taille:

La rudesse de la taille est déterminée par le nombre de stries par cm suivant la division de la taille. On choisit le nombre des stries de la lime en fonction de la longueur totale de celle-ci. Pour l’usage dans l’atelier, certains rayons de nombres de stries sont résumés dans le numéro de taille et normalises dans le tableau des tailles.

Tableau des tailles:

N° de taille

Longueur de la lime en mm

Désignation usuelle de la taille dans l’atelier

Nombre de stries par cm

0

100......450

grosse

10......4,5

1

80......450

bâtarde

16......5,3

2

80......450

demi-douce

25......10

3

80......450

douce

35,5......14

4

80......315

très douce

50......25

5

80......250

superfine

71......40

A nombre égal de stries, la rudesse des limes est donc différente suivant leur longueur dans chaque cas particulier.

Ainsi, par exemple, une lime du N° de taille 4, de 80 mm de longueur a 50 stries, tandis que cette même lime de 315 mm de longueur a 25 stries par cm de longueur de la lime.

La lime d’une longueur de 315 mm n’a par conséquent que la moitié de la douceur de la lime de 80 mm de longueur.

Les dents de la lime doivent être disposées de sorte qu’elles ne se trouvent pas les unes derrière les autres en formant une seule ligne dans le sens de coupe. Dans ce cas, iln’y aurait aucune enlèvement de copeaux dans les interstices des différentes dents, ce qui produirait des rayures et compliquerait l’enlèvement des copeaux. Les interstices doivent être placés en quinconce pour que la matière non enlevée soit prise par la dent suivante.


Dents de limes fraisées


a angle de pente ou angle d’incidence


b angle de coin


g angle de dépouille (positiv) - il coupe

Cet effet est obtenu dans les limes fraisées par des rainures brise-copeaux fraisées en sens oblique par rapport à l’axe de la lime.

pour matières douces


Figure


dents de limes taillées en croix


a angle de pente ou angle d’incidence


b angle de coin (grand)


g angle de dépouille (négative) - il gratte

Dans les limes taillées en croix il faut pour obtenir une position oblique des dents par rapport à l’axe de la lime que les divisions des tailles inférieure et supérieure soient de dimension différente.

1. Taillage de plongée ou inférieure (environ 70°)
2. Taillage supérieure (environ 55°)

pour les métaux durs


Figure


Figure

Divisions égale des tailles supérieure et inférieure

Une division de grandeur constante des tailles supérieure et inférieure laisse les dents dans l’axe de la lime en ligne droite les unes derrière les autres.

Cette position des dents est inadmissible pour les limes d’usage général. (Exception faite des limes à canneler).

VII. Procédé de travail

Par le mouvement d’avance, le mouvement de coupe, et par l’appui simultané de la lime sur la pièce à usiner, la pression de coupe, les dents pénètrent dans la matière d’œuvre et enlèvent les menus copeaux enlèvement de copeaux.

Le but du limage est l’enlèvement des copeaux sur des pièces à usiner pour obtenir

- des surfaces planes, à angle vifs et parallèles,
- des formes régulières ou irrégulières d’une pièce à usiner, tout en observant certaines mesures, formes et qualités de surface.

Etat de surface


Figure

sans conditions déterminées

Dégrossissage


Figure

un peu plus uniforme et d’un meilleur aspect



Figure

fixées dans les normes d’usinage



Figure

Finition


Figure

Super-finition

Dans la tenue de la lime, l’intervention de la main droite ou gauche varie dans chaque cas, suivant les conditions particulières


Tenue d’une grande lime - main gauche et main droite

La main droite saisit toujours de telle sorte que l’extrémité du manche s’appuie contre l’éminence de la main. Le pouce ou l’index est placé en haut, ce qui dépend de l’intervention de la main gauche.

Pour un travail avec des grandes limes, la main gauche appuie avec l’éminence sur la surface taillée de la lime. Les doigts sont légèrement allongés pour éviter les blessures pendant le mouvement de retour.

Avec des limes moyennes et petites, quelques doigts de la main gauche s’appuient sous la tête de la lime tandis que le pouce appuie sur la surface taillée d’en haut.


tenue d’une petite lime


position de la main gauche en travaillant avec une lime moyenne

Le choix de l’endroit de pression approprié (pouce en position centrale, latéralement à droite ou à gauche, plus ou moins avancé) permet l’orientation précise de l’enlèvement de copeaux.

L’appui au moyen de quelques doigts, à peu près au centre de la surface taillée de la lime peut rendre service.

Si la grandeur de la lime est suffisante, la main gauche saisissant la manche peut aussi intervenir pour augmenter la pression dans le cas où la tête de la lime est couverte par suite de la forme de la pièce.

C’est le genre de lime employée (limes de dégrossissage, de finition, de superfinition) qui détermine le guidage de la lime dans le limage.


position départ


position finale et amorçage du retour

L’enlèvement de matière, but principal du dégrossissage, exige l’application d’une forte pression et à une vive cadence en profitant du poids du corps.

Le corps doit donc se trouver à une distance correcte de la pièce afin de pouvoir effectuer des mouvements libres et de se balancer.

L’observation des mesures et l’obtention d’une forme et d’un état de surface déterminés sont au premier plan de la finition. Il faut, par conséquent, effectuer les mouvements avec plus de prudence en exerçant une pression de coupe inférieure, mais plus uniforme.

Une précision particulière dans l’observation des mesures, de la forme et de l’état de surface sont au premier plan de la superfinition. Il faut, par conséquent, effectuer les mouvements exclusivement à partir des bras en n’exerçant qu’une pression légère mais tout-à-fait constante.

Le mouvement de coupe de la lime doit être effectué dans l’axe longitudinal (une avance latérale simultanée provoquerait des rayures! La lime ronde en fait l’exception).

Le sens du mouvement par rapport à la pièce est choisi selon les besoins et il y avantage de le changer de temps en temps (de 90 ° environ). Le travail à traits croisés ainsi produit permet, grâce aux différentes nuances de la surface de la pièce à usiner, de reconnaître les rugosités sans que l’on ait besoin de moyens auxiliaires.


traits croisés

Le travail de finition se fait le plus souvent par des traits en long (parallèles au bord le plus long de la pièce).


traits en long

Le travail de dégrossissage est effectué par des traits obliques (en angle droit par rapport au bord le plus long de la pièce).


traits obliques

Dans le limage des surfaces planes, il faut procéder à l’enlèvement de, copeaux sur la pièce de telle sorte que les surfaces usinées soient planes, c’est-à-dire qu’elles n’aient pas d’alvéoles (ergots) ou de courbures.

Pour atteindre ce but, il faut:

* un guidage rectiligne (surtout horizontal) de la lime dans le sens de coupe et
* en général un enlèvement uniforme de copeaux sur toute la surface à usiner.

Pour le guidage rectiligne de la lime en sens longitudinal,

* la pression exercée par les mains doit s’adapter exactement au mouvement.

Toutes les forces du corps (mains, épaules, bras, jambes) doivent intervenir en même temps, surtout dans les travaux de dégrossissage. La cadence donnée au travail doit être vive, déterminée et non spasmodique.

Cela est facilité

* par la tenue correcte du corps

* par un large alignement du bras inférieur avec la lime (hauteur de l’étau) et, de plus, pour les grandes limes,

* par la conicité de la lime ce qui permet d’équilibrer les vibrations inévitables qui subsistent.

Dans le sens transversal par rapport à la lime, il faut pour éviter un enlèvement de copeaux unilatéralement accru,

* que la pression de coupe appliquée sur la pièce soit uniforme sur toute la largeur de la lime. La forme et les limites des surfaces a usiner exigent souvent

* une application de la pression des mains hors du centre, ce qui ne doit cependant pas aboutir à un basculement de la lime (déplacement de la pression).

On peut obtenir un enlèvement presque constant de copeaux sur toute la largeur de la face à usiner par une répartition uniforme des traits de la lime (mouvement d’avance uniforme). Cette façon de procéder est surtout utile s’il faut seulement enlever une couche déterminée sur des surfaces existantes ou déjà parachevées qui correspondent presque d’après leur position et leur planéité à l’état final.


une avance uniforme vers les deux côtés provoque un enlèvement uniforme sur toute la surface d’usinage

Le guidage de la lime dans le limage des arrondis exige un mouvement de coupe adapté à l’arrondis de la pièce. Celui-ci doit être obtenu en tournant la lime tout en conservant la même pression de coupe uniforme qui est nécessaire.


tourner la lime autour de son axe longitudinal

On peut avoir à tourner les limes plates soit

* autour de leur axe longitudinal,
* autour de leur axe transversal,
* dans les deux axes simultanément.

Avoir particulièrement soin de maintenir une pression de coupe constante.

Soulever la lime pendant le retour est souvent d’une grande utilité.


tourner la lime autour de son axe transversal


tourner la lime autour de ses axes longitudinal et transversal

On fait tourner les limes rondes ou demi-rondes le plus souvent

* autour de leur axe longitudinal,

où il y a aussi la possibilité d’une avance latérale limitée par suite du fait que les tailles de ces limes sont différentes.


tourner la lime autour de son axe longitudinal avec un mouvement

VIII. Entretien des limes

Le nettoyage des limes est nécessaire car une lime encrassée produit une surface rugueuse (rayures) ou n’attaque pas du tout (glissement).

Pour nettoyer les limes peuvent servir les moyens suivants:

* la carde sert au nettoyage courant,
* la nettoie-lime à l’enlèvement des copeaux métalliques,
* les mordants à celui des matières non-métalliques qui y sont suspendues.


Figure

Le travail de matières de dureté courante laisse parfois des copeaux suspendus sur la ‘lime. Ceux-ci seront enlevés par la carde.

Pour ne pas détériorer l’affûtage de la lime, ne passer la carde que dans le sens de la taille supérieure et en tirant.

Cependant le travail de matières douces, par ex.: l’aluminium, laisse souvent des copeaux sur la lime. Dans ce cas, à l’aide du nettoie-lime, enlever les copeaux dans le sens de la taille supérieure. Le nettoie-lime atteint la plus grande efficacité s’il a été affûté par l’usage comme un peigne.


nettoie-lime en feuille de laiton (martelée)

Un encrassement adhérent peut se produire dans le travail des métaux déjà enduits d’une couche de vernis, dans celui du bois ou des plastiques. Dans ces cas, faire bouillir la lime selon la nature de l’encrassement dans des dissolvants tels que l’eau, bain de savon ou de soude, ou imprégner de pétrole, terpentine ou produit semblable. Laisser se produire l’effet du dissolvant, puis nettoyer à la carde.

IX. Prévention

Presque tous les autres procédés de l’emmanchement de la lime comportent des dangers d’accident. Il ne faut surtout pas essayer de prendre le manche et de vouloir faire entrer la lime en frappant contre le sol. Le mouvement intermittent fait sortir le manche. Il s’ensuit de graves blessures des mains ou des pieds.

Pour l’emmanchement de la lime, les manches sont alésés à gradins.


profondeurs d’alésage

Le diamètre et la profondeur de l’alésage sont à déterminer comme présenté. Le manche doit entrer en ligne droite et être monté sur la soie par des coups de maillet. Quand les coups de maillet produisent un bruit comme de choc, la lime est bien emmanché.


lime mal emmanchées par des chocs


mise de manche

Pour enlever le manche de la lime, il faut procéder soit au moyen de coups de maillet légers, appliques de tous côtés, soit en le faisant choquer contre les mors de l’étau.


Figure


Voilà le succès d’un emmanchement fait à la légère!

Remarque:

Vérifier si la lime est bien emmanchée avant chaque travail.

X. Machines à limer

Les machines à limer, particulièrement intéressantes pour l’exécution des profils et des limières, sont employées pour leur plus grand débit et la régularité des surfaces usinées. Elles se divisent en trois catégories:

1. Machine à limer rotative:

surtout pour le travail des surfaces extérieures. Plateaux limeurs à employer de dimensions et tailles différentes. Vitesses réglables entre 100 et 300 t/min suivant le modèle.


Figure

2. Machine à limer à ruban:

employés comme machines à limer alternatives, mais pour un débit plus élevé. Les éléments limeurs peuvent avoir diverses sections. Suivant le modèle, le réglage de la vitesse de coupe, à gradins ou continu, comprend une gamme allant de 10 à 100 m/min.


Figure

3. Machines à limer alternatives:

Pour le travail des surfaces extérieures et intérieures surtout dans la fabrication d’outillage.

Des limes de section et de taille différentes peuvent s’employer. Suivant le modèle, le nombre de courses est régleble entre 50 et 350 courses/min.


Figure

QUESTIONNAIRE pour l’étude à domicile et pour les compositions


Figure


Figure


Figure

(1)
(2)
(3)
(4)


Figure


a


b


g


Figure


a


b


g


Figure

(1)
(2)
(3)


Figure

(1)
(2)


Figure

(1)
(2)


Figure


Figure


Figure

(1)
(2)


Figure

(3)
(4)


Figure

(5)
(6)


Figure

(1)


Figure

(2)


Figure

(3)


Figure

(4)


Figure

(5)


Figure

(6)


Figure

(7)


Figure

(8)


Figure

(9)