Cover Image
close this bookFormation Professionelle en Afrique: Technologie Generale pour Construction Métallique - Tome 1
View the document(introduction...)
View the documentLa Profession du Serrurier
View the documentOutillage d’Atelier de Serrurier (Construction Métallique)
View the documentLa Mesure
View the documentLes Tolérance et les Ajustements
View the documentLe Pied à Coulisse
View the documentLe Micromètre
View the documentPropriétés des Métaux
View the documentLe Sciage
View the documentLe Limage
View the documentLe Traçage
View the documentLe Pointage
View the documentLe Perçage
View the documentLe Filetage
View the documentLe Taraudage
View the documentL’Alésage
View the documentLes Assemblages
View the documentLe Boulonnage
View the documentLe Grattage

Le Pointage

I. Définition

Le pointage est le traçage de sillons à l’aide d’un outil à pointe conique (pointeau) sur des lignes ou des points marques sur le matières ou les pièces à travailler.

Le pointeau trouve aussi son importance dans le perçage des métaux ou il détermine le centre.

II. Procédé de travail

Au cours du pointage, la pointe du pointeau pénètre, sous l’action d’une force extérieure, dans le matériau et y forme un creux conique. Le matériau est ainsi dévié vers la surface et devient de plus en plus dense vers la pointe.


Figure

III. But et application

Le pointage

* fixe des tracés ou leurs points d’intersection et les rend bien visibles
* permet le contrôle continu de l’usinage (pointeau de contrôle)
* permet l’amorçage des outils de perçage dans les travaux d’alésage.


Figure


Figure

Remarque

La précision du travail suivant est fonction de la précision du pointage.


Figure

IV. Technique de travail du pointage

Le pointage ne comprend que quelques techniques de travail à pratiquer. Un traçage parfait et une pointe de pointeau affûtée vers le centre sont les conditions préalables de la précision du pointage.

* Tenue du pointeau
* Mise en place du pointeau
* Coups appliqués au pointeau
* Manipulation de pointeaux spéciaux

1. Maintien du pointeau

D’après son épaisseur, on devra tenir le pointeau avec deux ou quatre doigts. Les doigts le tiennent ferme, mais sans crispation.


tenue

2. Mise en place du pointeau

D’abord, le pointeau est placé

* dans l’angle d’incidence de 60° environ sur le trace ou ses points d’intersection avec un maximum de précision. La position inclinée est nécessaire pour ne pas perdre de vue le point d’application.


mise en place

Ensuite, le pointeau est placé

* dans un angle de 90°, sans enlever la pointe du tracé. La mise en position verticale par rapport à la surface de la pièce se fait à vue, tout en étant le plus précis possible, car autrement, le trou de pointage sera asymétrique. Pour que l’application du pointeau dans le point voulu soit faite avec plus de sûreté, le bord de la main ou un doigt peuvent prendre appui sur la pièce.


position définitive

3. Coups appliqués au pointeau

Le pointeau reçoit un coup de marteau donné en direction de son axe. C’est seulement à cette condition qu’il pourra pénétrer régulièrement et verticalement par rapport à la surface de la pièce.

Pour un marteau dur, le pointeau doit avoir un angle de cône de 60° au minimum, pour éviter que la pointe s’émousse et se casse. Le coup de marteau devra être plus fort.

Lorsqu’il s’agit de matériaux plus tendres, l’angle de pointage peut en rapport être plus petit. Le coup de marteau est plus léger.

Le diamètre du trou du pointeau et la profondeur de pénétration dépendent de la grandeur de l’angle du cône. Leur grandeur ne doit jamais dépasser le juste nécessaire et doit toujours répondre au but particulier de chaque pointage.


application des coups


Figure

Exemples:

Une pièce qui ne doit être pointée que finement:

Pointeau à cône de 60° ou plus petit, pour détériorer la surface de la pièce le moins passible - pointage fin.

Découpage au chalumeau le long d’un tracé marqué au pointeau:

Pointeau à cône de 60° ou 75° et de grande profondeur de pénétration.

4. Manipulation de pointeaux spéciaux

On emploie des pointeaux spéciaux pour:

* Pointage double

Le pointeau à deux pointes, de façon à obtenir un écart uniforme entre deux pointages. Le pointeau est inséré par une pointe dans le pointage existant, l’autre pointe sert à marquer le prochain trou sur le tracé. Cela se fait en soulevant légèrement la première pointe, pour que coup puisse être appliqué en sens vertical.


Figure

* Pointage circulaire

Le pointeau à un tranchant circulaire pour décrira un cercle de contrôle. Il devient donc inutile de faire un autre tracé avec le compas.

Le pointeau est inséré par sa pointe dans le pointage existant et mis en position verticale de façon à ce que le tranchant circulaire repose sur la surface de la pièce. Le coup est appliqué en sens vertical et avec force.


frappe du cercle de contrôle

* Pointage à centrer

Le pointage à centrer se fait à l’aide de:

- Pointeau à transpercer

On fixe une contre-pièce déjà percée sur la pièce à pointer. Ce perçage guide le pointeau, permettant ainsi le pointage central de la pièce.


Figure

- Cône à centrer

Le cône à centrer à un cône extérieur qui sert de guide et permet un pointags centré à travers un alésage, sur la pièce inférieure. Un croisillon mobile permet l’ajustage vertical. Le cône à centrer est introduit verticalement dans l’alésage d’une pièce et le pointage central se fait en appliquant des coups de marteau.


cône à centrer

- Cloche à centrer

La cloche à centrer à un cône intérieur qui sert de guide, permettant un pointage centré sur la face frontale d’un corps cylindrique. La cloche à centrer est posée verticalement sur la surface circulaire d’une pièce et le pointage central se fait en appliquant des coups de marteau. La surface frontale doit être plane et perpendiculaire à la surface extérieure du cylindre. Un croisillon mobile sert à l’ajustage vertical.


cloche à centrer

* Pointage composé

Le pointeau composé permet un pointage sur la surface opposée de la pièce à des endroits d’accès difficile. Il est déplacé au-dessus de la pièce, la pointe d’ajustage introduite dans le pointage existant et vissée. En appliquant des coups de marteau, on obtient un trou sur l’autre face. Les deux pointes doivent se trouver en position verticale par rapport à la surface de la pièce (surface de référence).


Figure

Remarque

Ne commencer des exercices d’application de pointeaux spéciaux qu’après avoir suffisamment d’exercice dans le maniement des pointeaux normaux.

V. Exercices d’application du pointage

Les exercices d’application du pointage doivent être soigneusement surveilles et contrôles des le début. Il est inutile, de faire exécuter tout de suite de nombreux pointages sans avoir vérifié entre-temps à la loupe.

L’exercice d’application doit être réalisé de la façon suivante:

* L’explication donnée, on enfonce des pointeaux à cône de 60° sur des tracés.

Il faut contrôler ces pointages effectués, surtout au début de l’exercice et toujours après le 5ème jusqu’au 10ème pointage, si possible à la loupe, afin de pouvoir expliquer les fautes constatées, p.ex.

- déplacement du pointage
- position non verticale du pointeau
- coup de marteau non vertical.


contrôle avec la loupe

Le contrôle doit révéler une amélioration progressive ainsi qu’une sûreté plus grande lors de l’application des coups.

Seulement lorsque cela est atteint, on commence

* le pointage de points d’intersection marqués.
Ici aussi, on contrôle d’abord à la loupe.

* Pointage pour le perçage
Employer des soins particuliers pour que le pointage conserve la position ébauchée.

* Lorsqu’une sécurité et une précision suffisantes sont atteintes, on doit faire aussi des exercices au pointeau à cône de 30°.
Important: coup léger.

* Ensuite, faire des exercices avec des pointeaux spéciaux.
Mais on peut aussi le faire lors d’un exercice ultérieur.


Figure


Figure

VI. Les pointeaux

Les pointeaux sont en acier à outils. Le cône doit être d’une supérieure à celle du matériau à pointer et doit être trempé. Son affûtage est toujours central.

Désignation/Emploi

Exemple d’exécution

Pointeau à tracer

* Pointeau à cône de 30° pour la plus grande précision possible en détériorant au minimum la surface du matériau

* Pointeau à cône de 60°

* Pointeau à cône de 75°


Figure

Pointeau à percer

* Pointeau à cône de 90° pour le pointage de traçages lorsqu’il y a de plus grands alésages

* Pointeau double pour le pointage d’alésages de même distance de centre à centre

* Pointeau circulaire pour décrire un cercle de contrôle


Figure

Pointeau à centrer permettant de pointer sans traçage préalable

* Pointeau à transpercer à guide cylindrique et pour des diamètres déterminés

Pointage sur une pièce inférieure par transpercement

* Cône à centrer à guide conique à l’extérieur pour n’importe quels diamètres Pointage sur une pièce inférieure par transpercement

* Cloche à centrer à cloche-guide conique à l’intérieur pour n’importe quels diamètres et à croisillon mobile (position perpendiculaire de la cloche de centrage par rapport à la face frontale du corps rond)


Figure

QUESTIONNAIRE pour l’étude à domicile et pour les COMPOSITIONS


Figure

(1)
(2)
(3)


Figure

(1)
(2)
(3)


Figure


Figure


Figure