Cover Image
close this bookFormation Professionelle en Afrique: Technologie Generale pour Construction Métallique - Tome 1
View the document(introduction...)
View the documentLa Profession du Serrurier
View the documentOutillage d’Atelier de Serrurier (Construction Métallique)
View the documentLa Mesure
View the documentLes Tolérance et les Ajustements
View the documentLe Pied à Coulisse
View the documentLe Micromètre
View the documentPropriétés des Métaux
View the documentLe Sciage
View the documentLe Limage
View the documentLe Traçage
View the documentLe Pointage
View the documentLe Perçage
View the documentLe Filetage
View the documentLe Taraudage
View the documentL’Alésage
View the documentLes Assemblages
View the documentLe Boulonnage
View the documentLe Grattage

Le Micromètre

I. Généralités

En mesurant et en vérifiant on compare aux unités de mesure (mm, pouce).

Pour des mesures de longueurs simples, on utilise la règle graduée en acier et le pied à coulisse.

A l’aide de la règle, on obtient une exactitude d’environ 0,5 mm. Avec le pied à coulisse, on peut mesurer exactement à 0,1 mm et dans des cas spéciaux à 0,05 mm (c’est un pied à coulisse avec un vernier à 1/20).

Cette exactitude ne suffit pas pour de nombreux travaux de la construction mécanique. Souvent, les exactitudes de quelques centièmes ou millièmes de millimètre sont nécessaires pour des pièces à travailler.

Le micromètre est aussi un appareil de contrôle à mesure directe; on l’appelle également «Palmer» (du nom de l’inventeur français).

II. Le principe du palmer

La fonction des palmers se base sur le principe de la transmission d’un mouvement de rotation à un mouvement à une ligne droite.

Le palmer à une tige filetée avec un pas de 0,5 mm, pour transmettre les plus petites différences de mesure à une indication visible sur l’échelle.


Figure

1 - Vis à cliquet (friction)
2 - Tambour tournant
3 - Graduation pour lecture de 1/100e de mm
4 - Tambour fixe avec graduation millimétrique
5 - Bague (écrou) de blocage
6 - Touche mobile (tige de mesure)
7 - Touche fixe
8 - Bâti ou étrier

III. La composition et l’explication du palmer

Il est constitué par un bâti en U, de dimension variable qui sert au guidage d’une vis micrométrique graduée en mm (partie haute de la lecture) et en 1/2 mm (partie basse de la lecture). Un tambour également gradué en 50 parties donne le complément de précision de la cote mesurée. L’approche rapide se fait par l’intermédiaire de la partie moletée du tambour lui-même; le contact des touches sur la pièce est atténué par un système à friction qui réduit l’effort exercé.

IV. Principe de la graduation

- 1 tour du tambour correspond à


de déplacement de la touche mobile;

- le tambour est divisé en 50 parties, ce qui donne:


V. La lecture

1. Elle peut se faire suivant deux cas:

* Le nez du tambour ne laisse pas apparaître le

(partie basse).

On lit alors:

- le nombre de mm lus sur le corps;
- on ajoute le nombre de 100e lus sur le tambour.

Exemple (1): 4 mm lus sur le corps,

lus sur le tambour, ce qui donne:


* Le nez du tambour laisse apparaître les 5 mm sur la partie basse du corps.

On lit:

- le nombre de mm lus sur le corps;
- le nombre de 100 lus sur le tambour;

- on ajoute

correspondant au

apparaisant.


Exemple (2): 6 mm lus sur le corps,

lus sur le tambour,

correspondant à l’apparition des

, ce qui donne:



Figure (1)


Figure (2)

2. Exemple (3):


Figure

VI. Le mesurage à l’aide du palmer

L’enclume du palmer est placée contre la pièce à mesurer. Par des rotations du tambour tournant s’approche la surface de mesurage, que se trouve sur la touche mobile à la pièce à travailler étroitement. Pour la derrière partie, on utilise le boulon de friction. Le boulon de friction doit éviter une trop grande force entre la pièce et les touches de palmer car une trop grande force évite un mesurage exactement. A l’aide de palmers on mesure préférablement des pièces à travailler, qui sont déjà finalement usinées p.ex.: les tourillons des axes, les arbres, des pièces d’ajustage les plus diverses, les goupilles cylindriques, les ressorts d’ajustage.

Les palmers n’ont qu’une partée de mesure déterminée.

Les portées de mesures extérieures sont:

de 0 à 25 mm
de 25 à 50 mm
de 50 à 75 mm
de 75 à 100 mm.

VII. Micromètre à lecture directe

Afin d’éviter une perte de temps ou des erreurs de lecture, il existe des appareils à lecture directe qui ont la particularité d’avoir un compte-tours incorporé dans le corps du micromètre.


Figure

VIII. Le micromètre intérieur

Les mesures intérieures sont mesurée à l’aide du micromètre intérieur.

1. La composition du micromètre intérieur:

- Les points de contact
- La vis de serrage
- Le tambour fixe
- Le tambour tournant
- Le boulon de friction
- Le pas de vis pour pièces accessoires


Jauge micrométrique intérieure de 50 mm à 300 mm

2. La fonction et le maniement du micromètre intérieur:

La fonction du micromètre intérieur est la même, comme au palmer.

Le maniement s’effectue à la façon de palmer. On doit surtout veiller à la position correcte du micromètre intérieur dans un alésage, parce que l’on obtient ainsi facilement des mesures fausses.

Il a une portée de mesure de 130 mm. A des pièces accessoires de différentes grandeurs, on peut mesurer aussi des mesures intérieures jusqu’à 400 mm.

Remarques:

Mesurez toujours à l’axe de l’alésage.

3. Autres variantes de type:


Micromètre d’intérieur à trois touches


Jauge de profondeur micrométrique


Micromètre d’intérieur à becs pour la vérification des petites dimensions

IX. Le palmer de précision

La butée sur les palmers de précision est prévue mobile.


Figure

Les variations de position de la butée montée sur ressort - variations transmises par un système de leviers - sont indiquées par une aiguille (Indicateur de précision d’après DIN 879).

L’aiguille indique sur l’échelle ± 20 m = ± 0,020 mm.

Par suite des variations de la butée, les positions de l’aiguille et du tambour de mesure dépendent l’une de l’autre. Une déviation de l’aiguille de -20 m à +20 m correspond à une rotation du tambour de 4 divisions soit = 0,040 mm.

Remarque:

Par suite du montage sur ressort de la butée, toute les mesures s’effectuent à la même pression et sont ainsi indépendantes du doigté de l’opérateur.

Lors du contrôle de la position zéro ou de la position de départ, les traits «zéro» de la douille et du tambour doivent correspondre, l’aiguille du cadran doit également être au zéro.

Pour les mesures extérieures

* le palmer de précision est ouvert à une cote supérieure à celle mesurer
* la pièce est appliquée contre la butée
* la tige de mesure est appliquée en tournant contre la pièce jusqu’à léger contact.

Pour la détermination de la valeur de mesure de pièces unitaires, la tige est avancée jusqu’à ce que l’aiguille se trouve au voisinage du repère zéro, et la douille graduée placée sur une graduation entière (avec une loupe si nécessaire).

L’aiguille peut rester aussi bien dans la zone + que dans la zone -

La valeur de mesure est la même dans les deux cas.

Exemples de lecture:

1. Aiguille dans la zone -

Lecture sur la douille graduée

5,000


Figure

Lecture au tambour

0,470


Réglage

5,470


Indication de l’aiguille

- 0,004


Valeur de mesure

5.466


2. Aiguille dans la zone +

Lecture sur la douille graduée

5,000


Figure

Lecture au tambour

0,460


Réglage

5,460


Indication de l’aiguille

+ 0,006


Valeur de mesure

5.466


Si le palmer de précision est employé à la mesure d’une grande série de pièces de même type, pour lesquelles un faible écart (par exemple ± 0,01 mm) par rapport à une valeur fixée est autorisé, le procédé de mesure est le suivant:

1. ajuster exactement à l’aide d’une loupe la valeur de mesure (par ex.: 10,37) sur la douille graduée

2. serrer la vis de blocage

3. contrôler le réglage

4. mettre les repères de tolérance en place (par ex.: +10 m et -10 m)

5. repousser la butée par pression sur le bouton poussoir

6. introduire la pièce et relâcher le bouton.


Figure

Aussi longtemps que l’aiguille reste entre les repères de tolérance, la valeur de mesure oscille à l’intérieur des limites admises.

Remarque:

Par suite du montage sur ressort de la butée, toutes les mesures sont effectuées sous une même pression et restent ainsi indépendantes du doigté de l’opérateur.

Lors du contrôle de la position zéro ou de la position de départ, la mise au zéro de la douille et du tambour doivent correspondre, l’aiguille du cadran doit également être au zéro.

QUESTIONNAIRE pour l’étude à domicile et pour les COMPOSITIONS


Figure

(1)
(2)
(3)
(4)
(5)
(6)
(7)


Figure


Figure


Figure