Cover Image
close this bookLa santé mentale des réfugiés (WHO - OMS, 1997, 158 p.)
close this folderModule 5: Aider les enfants réfugiés
View the document(introduction...)
View the documentProtéger la santé mentale des enfants réfugiés
View the documentLes besoins spéciaux des enfants réfugiés
View the documentConstruire un cadre culturel
View the documentChangements dans la manière d’élever les enfants
View the documentComment reconnaître les problèmes de santé mentale des enfants
View the documentAider les jeunes enfants et leur mère
View the documentAider l’enfant d’âge préscolaire
View the documentAider les enfants d’âge scolaire
View the documentLes besoins en santé mentale des jeunes de 12-18 ans
View the documentTrois problèmes courants
View the documentNotes à l’attention des administrateurs de camp

Notes à l’attention des administrateurs de camp

Tenue des dossiers1

1 Pour des renseignements complets sur la tenue des dossiers des enfants non accompagnés, consulter: Williamson J., Moser A. Unaccompanied children in emergencies: a field guide for their care and protection. Genève, Services sociaux internationaux, 1987. Le texte reproduit ici est un résumé de cette publication.

Des dossiers doivent être établis pour tous les enfants qui reçoivent des soins, que ce soit pour des problèmes physiques ou psychologiques. Seuls les traitements médicaux et les vaccinations sont normalement enregistrés. Un exemplaire du dossier, qu’ils pourront emporter dans leurs déplacements, peut être remis aux parents.

Dans le cas d’enfants non accompagnés, la tenue des dossiers pourra être plus compliquée. Les dossiers devront contenir les antécédents familiaux et les résultats des entretiens avec l’enfant. Ceux-ci pourront servir plus tard à rechercher et à réunir les familles. Les détails concernant le traitement et les soins ainsi que les progrès de l’enfant devront aussi être notés. La tenue du dossier peut paraître un aspect mineur des soins à un enfant mais cela doit être fait soigneusement de façon à garantir la confidentialité et à protéger les droits et les intérêts des enfants.

Confidentialité

Les informations doivent toujours être enregistrées avec soin et conservées en lieu sûr. Parfois, des raisons politiques interdisent l’enregistrement d’informations concernant la famille d’un enfant. Certaines informations peuvent devenir dangereuses pour l’enfant ou d’autres membres de sa famille qui vivent ailleurs. Parfois, même des noms et des lieux doivent être tenus secrets. Lorsqu’une famille doit partir soudainement, il y a toujours le risque que les dossiers soient perdus ou échappent aux personnes qui les ont établis.

Transfert d’informations

S’il est indispensable de remettre les dossiers médicaux ou les informations sur une famille à une autre personne ou une autre organisation, la famille doit être informée des risques encourus et dire si elle est favorable au transfert. Le mieux est d’utiliser un système de références croisées et d’étiqueter les classeurs au moyen de chiffres et de lettres. Conservez la liste des noms séparément et dans un dossier confidentiel.

Exactitude des détails

L’exactitude est essentielle. Dans une situation d’urgence, peut-être y aura-t-il une seule occasion d’interroger une famille ou d’autres personnes disposant d’informations sur un enfant séparé de sa famille. Tous les noms de personnes et de lieux doivent être enregistrés dans la langue et avec l’écriture et les caractères utilisés par les personnes affectées par la situation d’urgence. Un nom mal orthographié peut retarder ou brouiller la recherche d’un membre de la famille.

Enfants non accompagnés

Une fiche contenant les informations clés devrait être disponible sur tous les enfants séparés de leurs parents. Elle devrait indiquer tous les détails habituels plus des renseignements supplémentaires sur la famille. Les dossiers sur les antécédents familiaux et les liens de parentée sont aussi importants. Les antécédents familiaux couvrent les déplacements antérieurs de l’enfant et des membres de la famille avant leur séparation. Il convient d’interroger l’enfant et, le cas échéant, ses frères et soeurs, pour obtenir des renseignements de base et reconstruire le passé de l’enfant.

Dossiers concernant les enfants non accompagnés

Les dossiers sur les enfants isolés doivent comprendre les informations suivantes:

· Détails personnels (avec une photographie distincte).

· Les circonstances dans lesquelles l’enfant a été trouvé (où, par qui, dans quelle situation).

· Les circonstances dans lesquelles il a été séparé de ses parents (comment cela s’est-il passé, où).

· Les antécédents de l’enfant avant et après sa séparation d’avec ses parents.

· Dossiers médicaux et sanitaires (vaccinations, courbes de croissance).

· Détails sur les soins actuels et le développement de l’enfant.

Une erreur souvent commise dans les dossiers est l’utilisation d’une «étiquette» psychiatrique pour désigner un comportement ou des problèmes émotionnels. Il est très difficile de poser un diagnostic exact dans les conditions instables d’une population réfugiée. Souvent, ce qu’un professionnel de la santé mentale formé en Occident considère comme un comportement psychotique ou anormal peut en fait être normal dans la culture du réfugié (par ex. croire qu’on peut voir un parent décédé). Des problèmes peuvent surgir en réaction au stress dû à la situation. Il est important pour l’enfant, la famille et les usagers futurs des dossiers d’éviter d’utiliser des étiquettes et des termes catégoriques pour décrire les enfants et leur comportement.