Cover Image
close this bookGérer son stress sur le terrain (IFRC - RCS, 2001, 23 p.)
View the document(introduction...)
View the documentIntroduction
View the documentQu'est-ce que le stress?
View the documentLe stress cumulatif
View the documentComment faire face aux expériences traumatiques
View the documentLe programme de soutien psychologique à l'intention des délégués
View the documentBref questionnaire pour évaluer votre niveau de stress*
View the documentBibliographie
View the documentCouverture arrière

Le stress cumulatif

Le stress cumulatif résulte de l'accumulation de plusieurs facteurs de stress tels qu'une lourde charge de travail, un manque de communication, un sentiment de frustration devant l'incapacité de répondre aux besoins des bénéficiaires, l'obligation de faire face à des situations devant lesquelles on se trouve désarmé, le manque de confort de base ou l'impossibilité de se reposer ou de se détendre. Dans des circonstances normales, une bonne gestion du stress, individuellement ou en groupe, permet de le maîtriser, mais dans certaines situations génératrices de stress, par exemple en cas de catastrophe, le stress cumulatif peut se développer rapidement et se transformer en épuisement professionnel (burn out).

Le stress cumulatif est la forme la plus fréquente de stress observée dans les délégations. Les délégués et les chefs de délégation ne doivent pas sous-estimer ce type de stress: il est dans une large mesure inhérent au travail humanitaire et aux interventions d'urgence, mais il faut veiller à ce qu'il ne dépasse pas des limites raisonnables, compte tenu des circonstances.

Comment reconnaître le stress cumulatif?

! L'existence d'un stress cumulatif se signale avant tout par des changements intervenant dans le comportement de l'individu concerné.

Les signes les plus courants du stress cumulatif sont les suivants:

Symptômes physiques: fatigue excessive, diarrhée, constipation, maux de tête, douleurs abdominales et mal de dos, troubles du sommeil, modification de l'appétit.

Signes émotionnels: anxiété, frustration, sentiment de culpabilité, sautes d'humeur, pessimisme ou optimisme injustifié, irritabilité, crises de larmes, cauchemars, apathie, dépression.

Symptômes mentaux: trous de mémoire, difficultés de concentration, rendement médiocre au travail, attitude négative, perte de créativité et de motivation, sensation d'ennui, discours intérieur négatif, paranoïa.

Symptômes relationnels: sentiment d'isolement, intolérance à l'égard d'autrui, ressentiment, solitude, problèmes de couple, remarques continuelles, repli sur soi, comportement anti-social.

Modification du comportement: consommation accrue d'alcool, de médicaments et/ou de tabac, changements dans les habitudes alimentaires ou le comportement sexuel, propension accrue à prendre des risques, hyperactivité, évitement, attitudes cyniques.

Effondrement des systèmes de croyance: sentiment de vide, remise en question des convictions religieuses, sentiment de ne pas être pardonné, recherche de solutions magiques, perte des raisons de vivre, besoin de conforter son estime de soi, attitude cynique face à la vie.

Il importe que:

· vous réalisiez que les sentiments de détresse que vous éprouvez ou que vous observez chez d'autres sont normaux et qu'il ne s'agit nullement de manifestations d'une fragilité personnelle ou d'un manque de professionnalisme;

· vous notiez les signes et les symptômes qui trahissent une trop forte sollicitation de vos mécanismes d'adaptation;

· vous veilliez à obtenir un appui, non seulement pour combattre les symptômes du stress qui se manifestent en vous, mais aussi pour identifier la cause de ce stress et la combattre.

Dans une équipe, les réactions de groupe suivantes peuvent être la conséquence du stress cumulatif:

Colère à l'égard de la hiérarchie
Manque d'initiative
Formation de clans
Conflit entre groupes
Renouvellement fréquent du personnel
Attitude négative à l'égard du lieu de travail
Attitude critique envers les collègues

Mentalité de bouc émissaire

Rôle de la hiérarchie

Les chefs de délégation ou de sous-délégation peuvent jouer un rôle essentiel dans la prévention du stress cumulatif, et maintenir ainsi un environnement de travail sain. Non seulement ils peuvent donner l'exemple d'un comportement sain, mais ils peuvent aussi donner aux délégués l'occasion de parler des tensions et des problèmes de communication existant au sein de la délégation, faciliter la pratique d'un sport ou d'autres activités extraprofessionnelles ou organiser des réunions amicales.

S'il observe qu'un délégué ne va pas bien, son supérieur hiérarchique devra lui donner la possibilité de se reposer et de parler des causes de son stress. En fonction du degré de gravité de la situation, il pourra éventuellement lui accorder un long week-end de repos ou un congé de détente (R&R) hors du pays (si cette disposition réglementaire est applicable).

! Le stress cumulatif est évitable et réversible: il incombe à la fois aux délégués et à leurs supérieurs hiérarchiques de le prévenir.

Comment prévenir le stress cumulatif?

! Prenez soin de vous - Ne négligez pas l'importance d'un système de soutien adéquat


Utilisez pleinement vos ressources personnelles

· réseau social
· activités de loisir

Apprenez à vous connaître

· vos ressources
· vos limites
· vos réactions face au stress (voir le questionnaire sur le stress)

Partagez - Communiquez - Exprimez-vous clairement

· Trouvez quelqu'un à qui vous pourrez faire part de vos doutes, de vos craintes, de vos déceptions.

· Dites quels sont vos besoins (à votre chef de délégation, à vos collègues).

· Sachez dire «non» (par exemple si l'on exige trop de vous sur le plan professionnel).

Soutenez-vous mutuellement

· Montrez à vos collègues que vous vous intéressez à eux et sachez les écouter.

· Évitez de les critiquer ou de dévaloriser leurs remarques.

· Soyez attentif à leurs changements de comportement et, au besoin, proposez quelque chose (par exemple, un long week-end).

· En cas d'incident de sécurité, prenez le temps de parler et de partager vos émotions.

Demandez un soutien à Genève

· à la responsable santé

· aux psychothérapeutes (par téléphone, courrier électronique ou fax. Au besoin, elles peuvent se déplacer sur le terrain.)


Figure

Bjorn EDER/Fédération

Quelques recommandations

· Respectez autant que possible l'horaire de travail normal. Évitez de travailler le week-end.
· Consacrez suffisamment de temps au repos, à la détente et à la vie sociale.
· Prenez des repas équilibrés et mangez à des heures régulières. Évitez l'abus d'alcool.
· Veillez à rester en bonne forme physique. Faites des choses qui vous font plaisir.