Cover Image
close this book18. Mobilisées mais prudentes: Les efforts des organisations internationales pour mettre la Maternité Sans Risque à l'ordre du jour
View the document(introduction...)
View the documentRésumé
View the documentIntroduction
View the documentLa prise de conscience
View the documentJouer au jeu des chiffres
View the documentCe n'est pas juste une maladie comme les autres
View the documentRaconter l'histoire
View the documentTransmettre le message
View the documentUn nouveau début
View the documentLa soupe à l'alphabet
View the documentDes alliés ambivalents
View the documentPartenariats professionnels
View the documentDes voies alternatives
View the documentSuivez l'argent
View the documentFinancer les solutions et non les problèmes
View the documentConclusions
View the documentRéférences

La soupe à l'alphabet

Question: Qu'est-ce que SSP, SMI, IMR, RMM, SMMR, PME, SSR, SMN, PMMN et MPS ont en commun (à part le fait d'être des lettres de l'alphabet)?

Réponse: Ce sont tous des acronymes de projets et de programmes destinés à réduire la souffrance et la mort des femmes causée par la grossesse et l'accouchement.

Ces acronymes se classent en deux catégories. Certains représentent un concept-parapluie, au sein duquel les questions de la santé de la mère et de la Maternité sans Risque devraient être traitées: SSP (Soins de Santé Primaires), SMI (Santé Maternelle et Infantile) et SSR (Santé Sexuelle et Reproductive). D'autres se rapportent à la réduction de la mortalité maternelle (RMM, Ratio de Mortalité Maternelle) d'une manière verticale et plus centrée: IMR (Initiative pour une Maternité sans Risque), SMMR (Programme pour la Santé Maternelle et la Maternité sans Risque), PME (Paquet Mère-Enfant), SMN (Santé de la Mère et du Nouveau-Né), PMMN (Prevention of Maternal Mortality Network: Réseau de Prévention de la Mortalité Maternelle) et MPS (Making Pregnancy Safer Initiative: Initiative pour rendre la Grossesse plus Sûre).

Les vagues alternées des approches larges et inclusives, et celles des abords plus étroitement ciblés, se sont succédées avec une régularité prévisible. Depuis l'établissement de l'OMS jusqu'à la fin des années 1980, la stratégie a été d'incorporer la santé de la mère dans un cadre plus large de soins de santé de base pour la femme et l'enfant. Depuis 1987, une stratégie différente a été préférée, et tout au long de la fin des années 1980 et du début des années 1990, il y a eu une préférence pour des programmes à approche “verticale”, perçus (souvent à raison) comme plus efficaces pour toucher leurs audiences cibles et tenir leurs promesses (Werner & Saunders 1997).

En 1991, soucieux des faibles progrès atteints par le programme de Maternité sans Risque, plusieurs donateurs importants insistèrent pour l'établissement du Programme Spécial pour la Maternité sans Risque de l'OMS, analogue aux Programmes Spéciaux pour la Recherche, le Développement et la Formation à la Recherche en Reproduction Humaine (HRP), «Le Programme Spécial de Recherche sur les Maladies Tropicales» (TDR) et au Programme Spécial sur le HIV / SIDA (GPA) (WHO 1991b). L'administration de l'époque a résisté à de telles pressions en faveur d'une “verticalisation”, et, au moment de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement de 1994, le mouvement de pendule est revenu à nouveau en faveur d'une approche intégrée ou “horizontale”. Les programmes de Maternité sans Risque furent présentés comme faisant partie du concept global de la santé sexuelle et reproductive (UNFPA 1994), ou, dans le cadre d'un agenda plus vaste, d'une réforme du secteur de la santé (The World Bank 1999). Au début du siècle nouveau, la crainte de voir disparaître le programme de Maternité sans Risque dans un de ces vastes programmes a refait surface, et l'intérêt de se consacrer plus spécifiquement à la sécurité de la maternité s’est accru, par exemple, sous les titres de Rendre la Grossesse plus Sûre, et Santé de la Mère et du Nouveau-né (Making Pregnancy Safer, et Maternal and Neonatal Health).

Rien de tout cela n'aurait d'importance si cela ne créait pas de la confusion dans les pays. Les organismes internationaux pour la santé et le développement ont à peine réussi à obtenir la reconnaissance d'une ‘marque’ pour une stratégie, que la mode change et une nouvelle approche, une nouvelle stratégie et un nouvel ensemble d'acronymes sont imposés au monde. Il n'est pas étonnant que tant d'observateurs soient du même avis: arriver à mettre la Maternité sans Risque à l'ordre du jour, et l'y garder, est un défi de taille.