Cover Image
close this book11. Les audits peuvent-ils améliorer la qualité des soins obstétricaux?
View the document(introduction...)
View the documentRésumé
View the documentIntroduction
View the documentQu'est-ce qu'un audit
View the documentObjets de l'audit des soins obstétricaux
View the documentEtablir des standards en soins obstétricaux
Open this folder and view contentsMéthodes d'audit en soins obstétricaux
View the documentL'audit basé sur les critères
View the documentL'audit (obstétrical) est-il efficace?
View the documentL'audit des soins obstétricaux dans les pays en développement
View the documentConclusion
View the documentRéférences

L'audit basé sur les critères

Dans l'audit basé sur des critères, des standards de soins, basés sur des critères explicites, sont définis par ceux qui sont impliqués dans les soins (Crombie et al . 1997, Graham et al . 2000, Bullough & Graham 2000). Ces standards ne comprennent pas seulement la définition des critères d'une bonne gestion, mais aussi un accord sur la proportion des cas pour lesquels ces critères doivent être respectés (c.-à-d. sur l'objectif). Par exemple, pour une étude en Ecosse, un des critères d'une bonne gestion de l'avortement provoqué était que “le groupe rhésus de la femme soit déterminé, et qu'il soit indiqué si une prophylaxie rhésus devait être donnée après l'avortement” (Penney et al . 1994). La performance était considérée comme bonne (c.-à-d. atteignant son objectif) si plus de 90% des cas répondaient à ces critères. Ceci est nettement distinct des enquêtes confidentielles où les recommandations d'amélioration sont faites sur base de l'évaluation des “soins sub-standard” mais où aucun objectif explicite de changement n'est défini. De même, d'autres procédures d'analyses, comme les revues de cas individuels, ne spécifient souvent pas de standards de soins agréés et bien définis. L'hypothèse principale avec les audits basés sur les critères est que le fait de savoir si l'on a atteint (ou non) les niveaux définis de qualité des soins va mener à des changements spécifiques de la pratique clinique.

L'audit basé sur les critères implique une procédure d'analyse pour laquelle les cliniciens se mettent d'accord sur une série de critères de bonne qualité explicites et réalistes, adaptant les recommandations externes pour prendre en compte le contexte des ressources locales. Plutôt que d'être complète, la liste des critères doit rester courte et simple à appliquer. Les critères sont sélectionnés sur base de leur importance pour le thème audité, de la force des preuves de la recherche qui les soutiennent, de leur facilité de mesure en utilisant les dossiers médicaux hospitaliers, et de la capacité de l'institution en termes de ressources humaines et autres. Pour évaluer la pratique actuelle par rapport à la pratique standard, un assistant d'audit externe passe en revue un grand nombre d'observations de cas à propos de leur conformité avec les critères établis, et ses découvertes sont communiquées aux prestataires. En utilisant les proportions de cas pour lesquels les critères importants sont respectés comme point de départ de la discussion, on recommande des améliorations des traitements et on établit des objectifs réalistes. Des changements de traitements sont suggérés et le cycle de l'audit est fermé en mettant en pratique les changements et en réévaluant la pratique.

Un audit basé sur les critères, soigneusement conçu, peut donner une des méthodes d'audit les plus efficaces (Crombie et al . 1997). L'approche est relativement simple et l'utilisation d'un personnel formé, non-clinique, pour la récolte des données, permet d'analyser un grand nombre de cas représentatifs. L'implication du personnel local dans la réflexion sur sa pratique courante et dans l'établissement de standards est censée être une manière efficace d'apporter des améliorations aux soins. Même la procédure détaillée du développement des critères peut être bénéfique, en attirant l'attention sur le thème et en augmentant le sentiment d'appropriation de l'audit chez les cliniciens concernés. Les limitations potentielles de cette approche comprennent la confiance exclusive dans les dossiers médicaux, qui doivent être de qualité suffisante, le besoin d'une expertise extérieure (pour l'identification des cas et l'analyse statistique), une tendance à se concentrer surtout sur les facteurs cliniques, et peut-être le coût élevé.