La médecine coloniale, ou la tradition exogène de la médecine moderne dans le Tiers Monde (Institut Tropical - Tropical Institute, Antwerpen, Belgium, 1997, 39 p.)
close this bookLa médecine coloniale, ou la tradition exogène de la médecine moderne dans le Tiers Monde (Institut Tropical - Tropical Institute, Antwerpen, Belgium, 1997, 39 p.)
View the document(introduction...)
View the documentIntroduction
View the documentLa diversité des histoires coloniales
Open this folder and view contentsLa médecine coloniale au temps des conquêtes
Open this folder and view contentsUntitled
Open this folder and view contentsL'exportation des conceptions dominantes
Open this folder and view contentsLes services de santé après les indépendances
View the documentConclusion
View the documentBibliographie

La médecine moderne dans le Tiers Monde est a priori la même que celle pratiquée en Occident. L'approche historique met cependant en évidence une différence de taille: alors que dans les sociétés occidentales, la médecine a été générée par des transformations sociales qui l'ont précédée, la médecine moderne dans le Tiers Monde a été amenée de l'extérieur et greffée dans des sociétés fondées sur un tout autre imaginaire.

En effet, la médecine moderne a émergé au XIXième siècle dans les pays occidentaux comme une émanation de la société. Les mouvements de pensée en médecine y sont inséparables des mouvements de pensée dans la société globale -non seulement parmi l'élite ou les intellectuels mais aussi dans de larges couches de la population appartenant ou se référant à la culture de classes moyennes en expansion (Léonard 1981; Webster 1993). Les professions de santé modernes y sont des réinterprétations de formes traditionnelles de soins aux malades, et c'est l'existence séculaire d'hospices caritatifs qui a fourni matière à réinterprétation des hôpitaux comme lieux de recherche puis de soins. Emanation de la société, la médecine moderne des pays occidentaux a été très peu planifiée avant la seconde guerre mondiale, mais s'est plutôt construite petit à petit - l'Etat n'intervenant que très tardivement pour réguler les institutions existantes.

Dans les sociétés du Tiers Monde, par contre, la médecine moderne n'est pas une émanation de la société, elle est essentiellement exogène. La médecine moderne, comme savoir et comme pratique, a été en effet introduite de l'extérieur dans les sociétés de tradition non-occidentale, d'abord dans le cadre de conquêtes coloniales, puis dans le cadre de politiques de santé planifiées menées par l'Etat colonial. La "tradition" de la médecine moderne dans le Tiers-Monde est en quelque sorte enracinée dans la médecine coloniale. Voilà au moins cent ans que la médecine moderne y a été introduite. Des représentations se sont forgées dans la société à propos de cette médecine coloniale et se sont transmises d'une génération à l'autre. Des institutions, des modèles d'organisation ont été créés dont l'existence est devenue incontournable pour penser toute transformation des systèmes de santé. La médecine coloniale a modifié tant les pratiques des populations que les médecines autochtones elles-mêmes qui s'y sont adaptées. Si la tradition est constituée d'éléments du passé qui restent disponibles pour des réinterprétations futures, la médecine coloniale est entrée dans la tradition - tradition exogène certes, mais dans laquelle est ancrée la médecine moderne contemporaine.

L'histoire de la médecine occidentale "outre-mer" est encore mal connue. Elle a longtemps constitué un domaine inexploré par les historiens - si ce n'est en termes de la marche triomphale de la médecine contre les pathologies tropicales1. Depuis une quinzaine d'années, les travaux sur l'histoire de la médecine moderne dans le Tiers Monde se multiplient (McLeod & Lewis 1988; Arnold 1988; Janssens, Kivits &. Vuylsteke 1993), sans que l'on ne dispose pour autant de vue d'ensemble sur le sujet. Basée sur des sources secondaires éparses, la reconstruction qui en est proposée ici est inévitablement fragmentaire, mais permet néanmoins de rendre intelligible dans ses grandes lignes comment le caractère exogène de la médecine moderne dans le Tiers Monde en a façonné les pratiques et les institutions et continue d'y influencer le fonctionnement des systèmes de soins de santé modernes dans le Tiers Monde.

1 Elle rejoint en cela l'histoire de la médecine en général - qui ne s'est intéressée que depuis une trentaine d'années aux interactions médecine - société - ainsi que l'histoire des sociétés coloniales, quasi inexistante avant les indépendances si ce n'est sous la forme d'apologie de l'oeuvre civilisatrice de la colonisation.