La culture du théier au Burundi (Centre pour la Promotion de la Santé - Congo)
close this bookLa culture du théier au Burundi (Centre pour la Promotion de la Santé - Congo)
close this folderDonnées économiques
View the documentSuperficie plantée
View the documentProduction
View the documentCommercialisation
View the documentImportance économique

La production est en augmentation constante grâce à l'arrivée à maturité des plantations les plus anciennes et à l'entrée en rapport des extensions faites dans les exploitations paysannes (Fig. 26.3).


Evolution de la production de thé marchand au Burundi de 1967 à 1984

La production de l'année 1984 a atteint 3.445 tonnes de thé marchand. La projection pour 1987 s'élève à 4.600 tonnes.

La part apportée par les petites tenures familiales tend à augmenter, passant de 33% en 1981 à 45% en 1984.

Le rendement moyen obtenu dans l'ensemble des plantations en 1984 atteignait 700 kg de thé marchand.

Les plantations industrielles sont plus productives que les petites tenures familiales de thé. Les rendements sont aussi plus élevés dans le secteur théicole nord, en relation avec la meilleure fertilité des sols (Tableau 9).

Tableau 9 - Rendements obtenus en 1984 dans les plantation industrielles et les petites tenures familiales (en kg de thé marchand par ha)


Secteur nord

Secteur sud

Plantations industrielles

Teza

1.417


Rwegura

1.127


Tora


459

Petits tenures familiales

Remera

783


Muramvya

564


Gisozi


358

Ijenda


367

Tora


439

(Source: Office du Thé du Burundi, Rapport annuel 1984.)

Un prix d'achat des feuilles motivant, la vulgarisation au niveau des paysans des meilleures techniques culturales, l'application d'engrais azotés sont les principaux facteurs qui permettront d'augmenter considérablement les rendements des exploitations familiales de thé.