Unasylva - No. 140 - L'importance des plantes médicinales. (FAO, 62 p.)
close this bookUnasylva - No. 140 - L'importance des plantes médicinales. (FAO, 62 p.)
View the document(introduction...)
View the documentLes plantes qui guérissent
Open this folder and view contentsArbres médicinaux sous les tropiques
Open this folder and view contentsSituation forestière clans la région Asie-Pacifique
Open this folder and view contentsPourquoi cette hostilité à l'égard des fourneaux à bois?
View the documentLes maisons de bois d'Istanbul
View the documentDes graines australiennes pour produire du combustible
Open this folder and view contentsLe monde forestier
Open this folder and view contentsEnvironnement
Open this folder and view contentsLivres
View the documentWhere to purchase FAO publications locally - Points de vente des publications de la FAO - Puntos de venta de publicaciones de la FAO

Warwick Cooper

WARWICK COOPER est un journaliste australien. Le présent article est extrait d'un exposé paru dans Australia Now.

L'Organisation de la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth, à Canberra, récolte et distribue des semences forestières demandées par les pays du monde entier.

Trois grands groupes d'arbres indigènes de l'Australie accèdent, sur le plan international, à un rang supérieur comme source d'énergie de première importance dans un monde qui en manque. Les acacias, les casuarinas et les eucalyptus fournissent du bois d'œuvre et du combustible dans de nombreux pays sur presque tous les continents. La faveur dont ils sont l'objet est due au fait qu'ils sont indemnes de maladies, poussent vite et prospèrent dans des sols infertiles où bien d'autres essences forestières ne viendraient pas.

Les acacias, dont les floraisons jaunes duveteuses émaillent la brousse australienne, repeuplent les lisières des grands déserts du monde, revitalisent les sols lessivés d'Asie, nourrissent les troupeaux et procurent aux peuples des pays en développement un combustible d'intérêt vital.

Les gracieux casuarinas des rivières et des côtes d'Australie, où on les appelle «chênes femelles» (she-oaks), apparaissent en Chine, en Malaisie, autour de la Méditerrannée, dans les Amériques et en Afrique. Leur bois est reconnu comme l'un des meilleurs combustibles du monde. Comme les acacias, ils fixent l'azote, améliorent et stabilisent les sols.

Les eucalyptus poussent par millions dans plus de 100 pays du globe. Les quatre millions d'hectares de peuplements artificiels d'eucalyptus à travers le monde produisent plus de bois qu'il n'en est récolté chaque année en Australie, et font de cet arbre l'essence feuillue de reboisement la plus appréciée partout.

Ces eucalyptus, de même que les acacias et les casuarinas, jouent un rôle de premier plan comme source essentielle d'énergie dans les grands programmes de reboisement entrepris par un nombre rapidement croissant de pays.

Beaucoup de boisements artificiels ont pour origine un programme d'exportation de semences entrepris par le gouvernement australien avec le soutien de la FAO et d'autres organismes d'assistance au développement.

Au cours des cinq dernières années, l'Australie a répondu à une expansion rapide de la demande de semences pour des plantations de bois de feu, et des millions de semences sont utilisées dans les pays du tiers monde. Les collections de semences expédiées à l'étranger sont le fruit des recherches intensives menées en laboratoire et sur le terrain par quelques chercheurs et forestiers de la Division de la recherche forestière, Section des semences, de l'Organisation de la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), dans la banlieue bordée d'arbres de Yarralumla, à Canberra.

Les chercheurs allient leur connaissance des sols et des climats de pays allant du Royaume-Uni au Zimbabwe avec celle de la croissance et de l'adaptabilité des types d'eucalyptus, d'acacias ou de casuarinas demandés par les différents pays. Des équipes de forestiers parcourent alors toute l'Australie pour récolter les semences des arbres poussant dans les milieux qui leur conviennent. Cette quête risque d'être difficile, d'exiger des semaines de campement dans des conditions rudes et de longs trajets en véhicule tout terrain à travers le continent australien.

Les forestiers utilisent des carabines, des scies et des cordes pour faire tomber les rameaux chargés de graines. Les semences récoltées sont envoyées à Canberra pour y être séchées, traitées et empaquetées, puis expédiées à l'autre bout du monde pour de nouveaux projets de reboisement. Les colis de semences pèsent entre 5 g et 1 kg. Les semences d'eucalyptus, en particulier, sont très petites, et un colis peut en contenir jusqu'à 500000.

La Division de la recherche forestière de la CSIRO a commencé ses activités en 1921 sous le nom de Commonwealth Forestry Bureau et a été incorporée à la CSIRO en 1975. Le Bureau, puis plus tard la Division, exportait des semences en quantités relativement limitées jusqu'aux années soixante, époque à laquelle les Nations Unies demandèrent à l'Australie d'intensifier les récoltes de semences d'eucalyptus à l'intention des pays en développement.

Le programme de recherche fondamentale et appliquée du gouvernement fédéral est complété par les activités commerciales d'exportateurs qui envoient également des semences aux organismes de développement et aux gouvernements, faisant de l'Australie un fournisseur mondial d'essences forestières. Les pays bénéficiaires récoltent maintenant des graines sur des arbres introduits grâce au programme de la CSIRO, pour des plantations forestières à plus grande échelle encore mieux adaptées aux conditions locales.


POLLINISATION MANUELLE CHEZ Eucalyptus grandis une espèce à croissance rapide à l'endroit qui convient

Les eucalyptus australiens sont utilisés dans le monde entier en raison de leurs avantages marqués vis-à-vis d'autres essences forestières. Ils sont relativement indemnes de ravageurs, capables de pousser rapidement dans des sols infertiles, au degré d'humidité très variable - caractéristiques de la brousse australienne, et nombre d'entre eux résistent au feu. Après abattage, ils rejettent, sans nécessité de replantation, ce qui est un gros avantage dans les régions sèches où l'on a besoin de forêts pour la production de pâte et de bois de feu. Selon les chercheurs de la CSIRO, environ 85 pour cent des eucalyptus plantés hors d'Australie sont utilisés soit pour le combustible, soit pour la pâte, et une proportion croissante du bois de feu sert à la cuisson des aliments. Les 15 pour cent restants sont employés principalement comme sciages ou bois ronds tels que poteaux téléphoniques.

Grâce aux recherches menées par la CSIRO, les acacias australiens ont une large gamme d'emplois, allant du bois d'œuvre, du bois de pâte et du fourrage en Asie à la fixation des sables dans les déserts du Proche-Orient et de l'Afrique, et sont par ailleurs une importante source d'écorce à tanin en Afrique australe et en Inde. Sur les 900 espèces d'acacias connues dans le monde, l'Australie en possède plus de 600 dont les semences sont exportées en quantités croissantes depuis les années soixante.


VIET NAM. PLANTATION DE Casuarina equisetifolia l'arbre le plus prisé du monde

Pour se procurer du fourrage, de plus en plus de pays plantent le mulga (Acacia aneura) qui, en Australie, est un petit acacia noueux et rabougri peuplant les franges de l'intérieur aride. Le mulga est depuis longtemps pour les éleveurs de moutons australiens une réserve de secours en cas de sécheresse, mais à l'heure actuelle il assume au Proche-Orient et en Afrique un triple rôle. Dans les zones arides qui bordent le Sahara, en particulier, où une forte pression s'exerce sur les pâturages, les acacias, et notamment le mulga, assurent la stabilité des sols ainsi que l'approvisionnement en bois de feu et en fourrage.

Toutefois, l'arbre qui éveille actuellement le plus d'intérêt dans le monde est le casuarina, remarquable par la qualité de son bois, par son aptitude à fixer les sables et par sa résistance au vent. Une vingtaine de pays, principalement en Asie du Sud-Est, dans le sous-continent indien, en Afrique. Amérique centrale, Amérique du Sud et dans la zone des Caraïbes, s'intéressent sérieusement à sa plantation. Selon les Egyptiens, il a de grandes potentialités au Proche-Orient, et les pays d'Afrique occidentale et du bassin méditerranéen pensent de même. L'Australie possède environ 40 des 67 espèces de casuarinas connues et, avec l'accroissement des exportations de semences, se prépare à en fournir régulièrement une quinzaine d'espèces. Il existe déjà de vastes plantations de casuarinas en Argentine, et d'autres pays d'Amérique du Sud ont demandé des semences à l'Australie au titre du programme d'exportation. Ces arbres sont utilisés principalement comme bois de feu. En fait, les boulangers australiens s'en sont servis jusqu'aux années cinquante, parce qu'il brûle en dégageant beaucoup de chaleur, laissant une fine cendre blanche.


RÉCOLTE DES GRAINES D'Acacia pence des millions de semences par an pour le tiers monde

Les casuarinas constituent de bons brise-vent, car ils résistent très bien aux tempêtes de sable et tolèrent des conditions qui tueraient bien d'autres espèces. En pareils cas, les feuilles d'eucalyptus seraient lacérées en lambeaux, alors que les feuilles en aiguilles des casuarinas tiennent beaucoup mieux. On a planté des casuarinas en Egypte sur les berges des canaux pour arrêter la dérive du sable, et on les a utilisés avec un succès égal dans d'autres régions d'Afrique.

Selon les chercheurs de la CSIRO, le programme d'exportation de semences apporte des bienfaits réels et durables en tant que nouvelle source de combustible, notamment pour les populations qui vivent dans les pays en développement.