Contrôler la mosaïque africaine du manioc. (CTA, 1990, 24 p.)
close this bookContrôler la mosaïque africaine du manioc. (CTA, 1990, 24 p.)
close this folderMéthodes de lutte contre la maladie
View the document(introduction...)
View the documentRésistance variétale
View the documentSanitation
View the documentAutres maladies et infections parasitaires du manioc

La sensibilité à la MAM diffère d'une variété de manioc à l'autre.

Plusieurs chercheurs ont tenté d'identifier les espèces résistantes parmi les variétés locales ou introduites de Manihot esculenta, et d'accroître la résistance par croisements avec d'autres espèces de Manihot, en particulier M. glaziovii. Un important programme a été mis en oeuvre par Storey et ses collaborateurs en Afrique orientale de 1937 à 1957 (Beck, 1982) et un autre est en cours de réalisation à l'Institut international d'agriculture tropicale (IITA) à Ibadan, au Nigéria (Hahn et al, 1980).

Ce programme utilise largement le matériel spécifique de l'Afrique orientale, mais y incorpore également des gènes de matériel en provenance d'Amérique du Sud et de l'Inde afin d'en améliorer la qualité et le rendement. Un grand nombre de variétés de Manihot ont été récemment introduites dans le programme. Le matériel de l'IITA a été distribué dans plus de 20 pays africains. Le niveau de résistance ou de tolérance est en général satisfaisant (une plante est dite tolérante lorsqu'elle ne souffre guère sur le plan du rendement malgré la contamination). Cependant, il a souvent été bien difficile de satisfaire les préférences locales en ce qui concerne le goût, la texture et les caractères agronomiques des plantes résistantes. On espère parvenir à éliminer ces inconvénients par un travail complémentaire de sélection effectué à l'IITA et dans plusieurs pays participant au programme.

Les règlements de quarantaine et la simple prudence exigent que les transferts internationaux de cultivars de manioc soient désormais effectués au moyen de cultures de méristèmes. Ceci élimine les risques de maladie, mais implique que les pays bénéficiaires disposent des compétences et des installations adéquates pour cultiver ces nouvelles variétés et suivre leur développement. Ces conditions ne sont pas toujours remplies.

La résistance à la MAM opère de différentes manières: résistance à l'inoculation, résistance à la multiplication et à la diffusion du virus dans le plant, et résistance à l'insecte vecteur (Fauquet et al., 1986). La combinaison de ces formes de résistance, bien qu'elle complique les stratégies de multiplication, augmente les chances d'obtenir une résistance effective.