Les règles de l'art: Protection intégrée des denrées stockées combinant le fractionnement des récoltes et l'application d'insecticides (GTZ, 6 p.)
close this bookLes règles de l'art: Protection intégrée des denrées stockées combinant le fractionnement des récoltes et l'application d'insecticides (GTZ, 6 p.)
View the documentIntroduction et aspects concernant l'usage de ce dépliant
View the documentProblème
View the documentVêtements de protection
View the documentMesures de sécurité
View the documentSource
View the documentRecommandations d'emploi
View the documentStockage correct de l'insecticide
View the documentPrécautions d'emploi
View the documentConstat du dégât
Open this folder and view contentsEvolution de l'attaque par le ravageur

Yao K. est bien entendu furieux. Edem B. profite quand même de l'occasion pour attirer encore une fois son attention sur quelques mesures de précaution essentielles en ce qui concerne la manipulation de produits chimiques de protection des stocks. Dans la plupart des exploitations agricoles africaines, on utilise des insecticides en poudre qui sont en général d'une manipulation aisée. Etant donné les risques d'intoxication, l'usage des produits de fumigation est totalement interdit aux personnes privées. En tant que spécialiste ayant reçu une formation adéquate, Edem B., lui, sait que beaucoup de gens manipulent sans aucune précaution certaines substances toxiques et qu'il en résulte des accidents et des maladies.

L'inspection du grenier entreprise six mois plus tard donna des résultats atterrants cependant. Le «nouveau» - c'est comme cela que les paysans togolais appellent le grand capucin du mais - avait causé de graves dégâts. Plus de la moitié des grains de mais traités à l'insecticide étaient inconsommables. Dans la plupart des cas, il ne restait pas beaucoup plus que des enveloppes vidées de leur contenu et une grande quantité de farine blanche.

Yao K. est désespéré. La perte subie a fait un trou important dans le budget du ménage. Et pourtant, il avait bien suivi les conseils du service de protection des végétaux et partagé sa récolte en deux. Il avait intensément réfléchi avant de décider quelle quantité de mais il lui fallait prévoir pour la consommation à court terme et quelle quantité il devait stocker à plus long terme. Il avait même discuté avec sa femme dans le but de chiffrer leurs besoins propres. Et voilà ce qui arrive. S'être donné tant de mal pour rien