Evaluation rapide de l'état de santé d'une population déplacée ou réfugiée (MSF, 1996, 63 p.)
close this bookEvaluation rapide de l'état de santé d'une population déplacée ou réfugiée (MSF, 1996, 63 p.)
close this folder2. Objet de l'évaluation sanitaire rapide
View the document(introduction...)
View the documentDémographie
View the documentMortalité et morbidité
View the documentStatut nutritionnel
View the documentCouverture des besoins vitaux

Pour évaluer l'état de santé d'une population, il faut aussi connaître ses moyens de subsistance: la nourriture et l'eau, ainsi que ses conditions d'hébergement (abri ou habitat).

D'autres éléments ont parfois une importance indirecte pour survivre et l'ESR devra les évaluer si nécessaire (récipients individuels pour la collecte de l'eau, ou casseroles pour préparer la nourriture, source d'énergie, couverture, etc.). Les besoins relatifs à l'hygiène et à l'assainissement sont aussi vitaux.

NOURRITURE

L'objectif est de savoir si la distribution générale en nourriture est satisfaisante, à la fois en mesurant la ration calorique moyenne reçue par la population, et en identifiant d'éventuels groupes vulnérables qui n'auraient pas accès aux distributions (femmes seules, ethnie minoritaire, etc.).

Les recommandations du HCR fixent à 2 000 Kcal/jour/personne la ration moyenne qui doit être distribuée.

EAU

Comme pour la nourriture, l'objectif est de savoir si l'eau est disponible en quantité et qualité suffisantes.

Les besoins en eau sont mesurés en nombre de litres par personne et par jour. Les besoins sont de 15 litres par personne et par jour (minimum requis pour l'eau de boisson, préparation des aliments, hygiène personnelle, etc.).

ASSAINISSEMENT

L'objectif est de savoir si les mesures permettant le contrôle des excréta, déchets, ainsi que toutes autres sources contaminantes rejetées dans l'environnement, telles que les eaux perdues ou usées, à l'origine de pathologies courantes, diarrhées, paludisme, sont effectives.

ABRIS

Il est important de vérifier que les réfugiés disposent d'un habitat acceptable et puissent se protéger des intempéries (et tenter de reconstituer un foyer). En mesurant le nombre de familles qui ne disposent pas d'un abri satisfaisant, on pourra calculer les besoins à couvrir.