Unasylva - No. 169 - Développement durable. (FAO, 62 p.)
close this bookUnasylva - No. 169 - Développement durable. (FAO, 62 p.)
close this folderPotentiel d'aménagement durable des forêts tropicales en Malaisie
View the document(introduction...)
View the documentPratiques actuelles d'aménagement des forêts
View the documentPerspectives d'aménagement durable des forêts
View the documentConclusion
View the documentBibliographie

Les forêts naturelles en Malaisie sont aménagées suivant la notion et les principes de rendement soutenu pour toutes formes de produits forestiers. Elles sont habituellement aménagées dans le cadre du Malayan Uniform System (MUS), qui prescrit le prélèvement des sujets exploitables en une seule coupe de tous les arbres ayant au minimum 45 cm de diamètre à hauteur d'homme et l'éclaircie de la régénération naturelle sélectionnée par empoisonnement par annelation des essences reliques défectueuses et des essences non commerciales dont le diamètre dépasse 15 cm à hauteur d'homme (Thang, 1990). De deux à cinq ans environ après l'abattage final, un inventaire ou un échantillonnage de diagnostic est effectué pour déterminer le matériel sur pied, l'état et la condition de la régénération et prescrire des traitements sylvicoles appropriés.

Etant donné que, pour former le peuplement suivant, le MUS recourt principalement à des semis et à de jeunes sujets, les traitements sylvicoles ont été conçus pour les favoriser, souvent aux dépens des arbres plus grands. Ces traitements entraînent en général un empoisonnement par annelation beaucoup plus massif que nécessaire et parfois une ouverture trop rigoureuse du couvert. En conséquence, le MUS a été sensiblement modifié au cours des années, avec un abattage plus sélectif en retenant les sujets plus avancés et un recours plus discriminatoire à l'outil sylvicole de l'empoisonnement par annelation.

Le MUS a été appliqué avec succès aux forêts à diptérocarpacées de bas fond, mais on a constaté qu'il ne convenait pas aux forêts à diptérocarpacées de colline pour les raisons suivantes: terrains plus difficiles, volume sur pied inégal, manque de régénération naturelle sur le tapis forestier avant abattage, régénération incertaine après abattage due à des semis irréguliers, danger d'érosion sur les pentes abruptes, incidence d'Eugeissona triste et autres végétations secondaires favorisées par une ouverture massive du couvert (Thang, 1990). L'abandon du MSU pour une approche de l'aménagement des forêts tropicales en Malaisie davantage axée sur la conservation a aussi été hâté parce qu'on a constaté que la diversité de la flore et des essences à bois d'œuvre n'est pas un facteur nécessairement négatif pour les politiques et les stratégies futures de production de bois, mais qu'elle pourrait permettre aux industries du bois de tirer parti de l'évolution de la demande du marché du bois d'œuvre. D'autres arguments, selon lesquels une forêt hétérogène favorise les perspectives de conservation de toute la biodiversité, la protection des ressources en sol et en eau, le maintien de la stabilité et de la qualité de l'environnement, une utilisation plus complète des ressources forestières, en particulier des produits non ligneux, et minimise le coût de régénération, ont aussi joué.

Une approche de l'aménagement des forêts reposant sur le prélèvement sélectif des sujets exploitables en une seule opération a été récemment introduite en Malaisie. La méthode du Selective Management System (SMS) adoptée en Malaisie péninsulaire comporte la sélection d'un régime d'aménagement qui non seulement optimise les objectifs de récolte, utilisation, reboisement et rendement soutenu efficaces et rentables, mais, ce qui est plus important, assure aussi une mise en valeur viable des forêts, du point de vue biologique, écologique et environnemental. Le SMS exige un inventaire forestier avant abattage adéquat et une simulation de différentes options d'abattage - tenant compte de tous les facteurs pertinents - pour déterminer le régime optimal d'aménagement durable des forêts. Il exige également, avant l'abattage, le délianage et le marquage des arbres et, après l'abattage, un inventaire pour déterminer le matériel sur pied résiduel et les traitements sylvicoles appropriés. Le SMS a été choisi par l'Institut international pour l'environnement et le développement, dans son rapport sur l'aménagement durable des forêts tropicales naturelles destiné à l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO), comme constituant le système théorique le plus encourageant et le plus complet pour l'aménagement des forêts.

En Malaisie péninsulaire, le cycle d'abattage dans le cadre du SMS est de 25 à 30 ans sur la base des prescriptions suivantes (Thang, communication personnelle, 1991):

· la limite de coupe pour les essences de diptérocarpacées ne devrait pas être inférieure à 50 cm de diamètre à hauteur d'homme, sauf pour Neobalanocarpus heimii (chengal) pour lequel elle ne devrait pas être inférieure à 60 cm de diamètre;

· la limite de coupe pour les essences autres que de diptérocarpacées ne devrait pas être inférieure à 45 cm de diamètre à hauteur d'homme;

· le matériel sur pied résiduel devrait comprendre par hectare au moins 32 arbres d'une solide valeur commerciale d'une classe de diamètre de 30 à 45 ou son équivalence;

· la différence dans les limites de coupe entre les essences de diptérocarpacées et les autres essences devrait être d'au moins 5 cm;

· le pourcentage d'essences de diptérocarpacées dans le peuplement résiduel d'arbres ayant 30 cm ou plus de diamètre à hauteur d'homme ne devrait pas être moindre que dans le peuplement originel.


Forêt de production aménagée an vue d'un rendement durable en Malaisie

Ces prescriptions sont conçues pour favoriser la production soutenue d'essences de diptérocarpacées commercialement intéressantes, en particulier du chengal, tout en assurant la diversité globale des essences.

Politique et législation pour une mise en valeur durable des forêts: Malaisie

La politique forestière nationale (NFP) concernant la Malaisie péninsulaire a été approuvée par le Conseil national des forêts et entérinée par le Conseil national de la terre en 1978. Elle a été adaptée par tous les Etats de la Malaisie péninsulaire et est soutenue par le Sabah et le Sarawak dont les politiques forestières ont des objectifs similaires. Les déments d'orientation ci-après contribuent directement à l'aménagement durable des forêts (Gouvernement malaisien, 1978).

· Etablir un domaine forestier permanent formé de périmètres d'une superficie suffisante située de façon stratégique dans tout le pays, conformément à la notion d'aménagement rationnel du territoire, de manière a assurer:

i) de bonnes conditions climatiques et physiques dans le pays, la sauvegarde des disponibilités en eau, de la fertilité du sol et de la qualité de l'environnement, et un minimum de dégâts causés par les crues et l'érosion aux fleuves et aux terres agricoles; ce type de terres forestières étant dénommé «forêts protectrices»,

ii) l'approvisionnement a perpétuité, à des taux raisonnables, de toutes formes de produits forestiers qui peuvent être obtenus dans le pays d'une façon rentable et qui sont nécessaires à des fins agricoles, domestiques, industrielles et d'exportation; ce type de terres forestières étant dénommé «forêts productives»; et

iii) la conservation de périmètres forestiers appropriés à des fins récréatives, éducatives, de recherche et de protection de la flore et de la faune propres au pays; ce type de terres forestières étant dénommé «forêts d'agrément».

· Aménager le domaine forestier permanent dans le dessein d'en tirer des avantages sociaux, économiques et écologiques maximaux pour le pays et sa population, conformément aux principes d'aménagement rationnel des forêts.

· Conduire un programme judicieux de mise en valeur des forêts, par des opérations de régénération et de restauration, conformément aux pratiques sylvicoles approuvées, de façon à obtenir une productivité maximale du domaine forestier permanent.

· Assurer, avant leur aliénation, une utilisation complète et efficace des ressources forestières sur des terres non incluses dans le domaine forestier permanent, au moyen d'une planification correctement coordonnée par des organismes de mise en valeur des terres, de manière à obtenir des avantages maximaux pour les populations par la récolte et la transformation complètes de ces ressources, en adhérant strictement aux besoins optimaux des industries de transformation locales.

· Promouvoir une récolte et une utilisation efficaces de toutes les formes de produits forestiers et stimuler le développement d'industries du bois appropriées, dotées de capacités correspondant au volume des ressources afin d'assurer leur utilisation maximale, de créer des possibilités d'emploi et de gagner des devises.

· Entreprendre et soutenir un programme de recherche intensive en matière de mise en valeur des forêts visant à obtenir un rendement maximal du domaine forestier permanent, des avantages directs et indirects maximaux de la récolte et de l'utilisation de ses ressources, et surtout une rentabilité financière maximale des investissement réalisés dans les activités de mise en valeur des forêts.

· Entreprendre et soutenir un vaste programme de formation forestière à tous les niveaux dans le secteur public, afin d'assurer une offre adéquate de main d'œuvre qualifiée pour répondre aux besoins du secteur forestier et des industries du bois.

Pour assurer l'aménagement durable des forêts, la politique forestière nationale est complétée par les directives spécifiques ci-après (Mok, 1977; Thang, 1990).

· Aménager et utiliser les ressources forestières pour en tirer des avantages maximaux sur la base de la capacité inhérente de la forêt et de son utilisation optimale.

· Gérer l'utilisation des ressources forestières sur la base de plans détaillés d'utilisation et d'aménagement des terres forestières.

· Déterminer le rendement potentiel à partir d'évaluations systématiques et approfondies de la base de ressources forestières, de son potentiel de croissance et d'autres facteurs pertinents.

· Régler les flux de grumes en fonction d'un équilibre prudent de l'offre et de la demande, ainsi que des perspectives et contraintes touchant leur utilisation maximale.

· Récolter les ressources forestières de façon sélective et maintenir une régénération naturelle suffisante, compatible avec une récolte rentable, de façon à assurer la durabilité de la base de ressources forestières.

· Appliquer des régimes d'aménagement optimal des forêts formulés sur la base des informations données par des études systématiques et intégrées concernant l'aménagement des forêts et les opérations forestières.

· Etablir des plantations forestières d'essences à croissance rapide pour la production de bois industriel.

· Promouvoir la sylviculture à usages multiples et la protection de l'environnement.

· Veiller à la protection de suffisamment de périmètres boisés à des fins de conservation des ressources génétiques, des sols et des eaux.

· Promouvoir une récolte et une utilisation efficaces de toutes les formes de produits forestiers.

La Loi nationale sur les forêts a été adoptée par le Parlement malaisien en 1984 pour uniformiser et renforcer les législations forestières des Etats relatives à la conservation, l'aménagement et la mise en valeur des forêts. La loi a été adoptée par tous les Etats de la Malaisie péninsulaire pour faciliter l'application efficace de la politique forestière nationale. La loi exige la classification du Domaine forestier permanent en catégories fonctionnelles, dont les «forêts de production de bois d'œuvre dans des conditions de rendement soutenu» (Gouvernement malaisien, 1984). Elle exige aussi la préparation et la réalisation de «plans d'aménagement des forêts domaniales qui prescriront les prélèvements permis en volume ou en périmètre, conformément au principe de rendement soutenu», de plans de reboisement et de programmes de forêts d'agrément. La loi prévoit en outre l'établissement d'un fonds de mise en valeur des forêts pour faciliter la réalisation de ces activités afin d'assurer un aménagement durable des forêts. Au niveau des opérations forestière, il est demandé aux détenteurs d'un permis d'exploitation de démarquer sur le terrain les périmètres concédés et de préparer des plans d'aménagement ou de récolte et des plans de reboisement.