Cover Image
close this bookManuel pratique de la culture du manioc, Maisonneuve et Larose, 1987
close this folderLe technicien d'agriculture tropicale
close this folder1.2. - Systèmes agricoles à base de manioc
close this folder1.2.3. - Systèmes permanents
View the document(introduction)
View the document1.2.3.1. - Culture manuelle
View the document1.2.3.2. - Culture attelée
View the document1.2.3.3. - Culture partiellement mécanisée
View the document1.2.3.4. - Culture intégralement mécanisée

(introduction)

La production de manioc dans des systèmes permanents présente un certain nombre d'exigences:

- mise en œuvre de méthodes de conservation des sols et de leur fertilité telles que: dispositifs antiérosifs, emploi d'engrais organiques et/ ou minéraux, rotation avec des plantes améliorantes (engrais verts ou fourrages pâturés);

- lutte contre les mauvaises herbes;

- utilisation d'une certaine mécanisation rendue souvent nécessaire par les techniques utilisées (enfouissement de jachère, travail du sol) et pour des raisons économiques (diminution des coûts du travail pour compenser les coûts des intrants). Ces exigences ne sont pas toujours respectées. On peut classer les systèmes permanents dans lesquels on rencontre le manioc selon leur degré de mécanisation et de modernisation.

1.2.3.1. - Culture manuelle

On observe deux formes de cultures permanentes et manuelles du manioc. L'une résulte d'une agriculture itinérante dégradée, l'autre correspond à la production de manioc-légumes dans les jardins maraîchers intensifs proches des centres urbains.

Un exemple de production permanente résultant de la dégradation d'une ancienne culture itinérante peut être trouvée dans certaines régions surpeuplées du Togo où les cultures autrefois à longues jachères sont devenues continues sur les mêmes parcelles. Le maïs, plante exigeante, a reculé devant le manioc plus rustique, qui est souvent cultivé seul sans interruption. Les techniques de conservation de la fertilité, essentiellement faibles apports organiques ménagers et cultures en association ou en alternance avec une légumineuse (Vigna), sont insuffisantes. Les rendements sont très faibles. L'autoconsommation quasi totale de la production rend difficile l'achat d'intrants modernes.

Les jardins maraîchers constituent, au contraire des précédents, des systèmes de production permanents très intensifs. Ils bénéficient de fumures importantes et d'irrigation. Le manioc tout en y demeurant une production modeste tend à se développer dans ces systèmes, en particulier dans les régions sèches d'Afrique.

1.2.3.2. - Culture attelée

La traction attelée n'intervient pratiquement pas en Afrique pour la culture du manioc car les régions favorables sont généralement dépourvues de bétail de trait en raison de la trypanosomiase.

Un exemple de production de manioc en culture attelée est celui de la Thaïlande: mais celle-ci tend à y être remplacée par la motorisation. En Thaïlande. les exploitations en culture attelée ont en moyenne 7 ha et le manioc y est cultivé sur 4 ha. La traction bovine est employée pour la préparation des terres qui est très soignée avec souvent deux et même trois labours suivis de hersages ainsi que pour le buttage après le bouturage manuel. Cette agriculture utilise des engrais minéraux et fréquemment des herbicides.

1.2.3.3. - Culture partiellement mécanisée

Des entreprises partiellement mécanisées ont fonctionné à Madagascar dans les exploitations qui approvisionnaient autrefois les féculeries. On en rencontre en Thaïlande. dans plusieurs pays d'Amérique latine et, dans quelques cas, en Afrique. La mécanisation motorisée porte en général sur la préparation des terres (éventuellement enfouissement d'engrais vert mais essentiellement labours et affinage), le transport des bouturés, la première façon d'entretien consistant souvent en un buttage et le transport des récoltes.

Les exploitations partiellement mécanisées utilisent généralement des variétés améliorées, des engrais et quelquefois des herbicides.

1.2.3.4. - Culture intégralement mécanisée

La mécanisation totale de la culture du manioc n'est pas encore réalisée de façon courante. Elle est le plus souvent l'objet d'expériences ou de réalisations pilotes. Les matériels spécifiques de plantation, d'arrachage et de chargement des récoltes ne sont pas disponibles partout et sont encore dans plusieurs pays en cours de mise au point ou de perfectionnement.

Des systèmes agricoles permanents doivent être développés

- là où le terrain disponible est insuffisant pour permettre les longues jachères qui assuraient en partie la régénération de sa fertilité,

- et quand on a besoin de disposer d'un volume de production relativement important dans un espace restreint (industrie de transformation).