Cover Image
close this bookL'eau et la santé dans les quartiers urbains défavorisés, GRET, 1994
close this folderDe nombreuses initiatives à travers le monde
close this folderThème 2: Santé, animation sanitaire et participation communautaire
View the documentAlgérie
View the documentBolivie
View the documentBurkina Faso
View the documentBurkina Faso
View the documentCôte d'Ivoire
View the documentEquateur
View the documentIndonésie
View the documentKenya
View the documentMali

Côte d'Ivoire

Un programme national d'eau et d'assainissement pour les villes

CONTEXTE ET ENJEUX

Dans la plupart des quartiers défavorisés ivoiriens, il n'existe ni canalisations d'eau potable ni assainissement. Certains habitants utilisent des puits traditionnels. D'autres achètent l'eau chez les fontainiers des bornes-fontaines à monnayeur. D'autres encore se la procurent auprès de certains abonnés qui ont installé des antennes privées avec compteur. Ces derniers ne respectent aucune règle d'hygiène.

En 1973, le président de la République lance le Programme national d'hydraulique humaine dont l'objectif est ainsi défini: alimenter en eau potable tous les chefs-lieux de préfecture et sous-préfecture de la Côte-d'Ivoire. L'action décrite se situe dans le prolongement de ce programme.

DESCRIPTION DE L'ACTION

L'action consiste à fournir aux quartiers défavorisés des chefs-lieux ivoiriens, après avoir installé certaines infrastructures de base, l'eau potable et des latrines individuelles. Sont impliqués: la direction de l'Eau du ministère des Transports, de l'Equipement et du tourisme en tant que maître d'ouvrage; la Société de distribution d'eau de Côte d'Ivoire (Sodeci), société de droit privé qui produit et distribue l'eau en milieu urbain; les municipalités; les services socio - médicaux.

Au fur et à mesure du développement des villes concernées, les ministères techniques procèdent aux travaux de voirie et à la mise en place des divers réseaux. Ils ont auparavant déplacé et relogé les habitants des sites considérés dans des quartiers dotés d'un minimum d'équipement.

Une borne-fontaine à monnayeur pour 300 habitants est installée. La municipalité ou le fonds local de développement (alimenté par une partie des recettes des ventes d'eau potable) assure le financement. Des latrines individuelles sont posées.

Les structures chargées des soins de santé primaire effectuent des analyses bactériologiques. Leurs résultats sont régulièrement portés à la connaissance des responsables de la Sodeci.

L'utilisation des media étatiques, la projection de films, les rencontres entre les différents partenaires et les populations concernées constituent les moyens de sensibilisation adoptés.

OBJECTIFS

Les responsables se fixent pour objectif l'amélioration des conditions de vie des populations des quartiers d'habitat spontané. Deux types d'action permettront d'y parvenir: la distribution d'eau potable dans tous les quartiers concernés; la mise en oeuvre d'un assainissement individuel.

RÉSULTATS OBTENUS

Deux cent cinquante nouvelles bornes-fontaines à monnayeurs on été installées dans les quartiers d'habitat spontané d'Abidjan et des villes de l'intérieur. Chacune d'elle est gérée par un fontainier qui vend aux usagers 25 litres d'eau pour 10 Fcfa. les corvées d'eau effectuées par les femmes ont été diminuées.

Les organisations non gouvernementales locales (Aibef, Afrique Environnementale...) et les comités de gestion des quartiers défavorisés participent à la gestion de l'eau.

PROBLÈMES RENCONTRÉS

Les habitants refusent parfois de quitter le quartier qui va être viabilisé. D'autre part, le public considère que les campagnes de sensibilisation sont de la publicité menée par les sociétés impliquées et les organismes de santé.

LEÇONS À TIRER DE L'EXPÉRIENCE

La mise en place d'un cadre institutionnel permettant de résoudre globalement les problèmes du secteur de l'eau est indispensable. Les responsabilités de chaque intervenant pourraient être clairement définies. Il serait aussi possible de mieux gérer la rareté de l'eau et les conséquences de l'accroissement de la population.

PERSPECTIVES

L'autofinancement du secteur de l'eau dans les quartiers urbains défavorisés permettrait de dégager des fonds pour la création et l'extension du service. A côté de la direction de l'Eau et de la Sodeci, une structure financière, le Fonds national de l'eau, a donc été mise en place.

Par ailleurs, une coordination renforcée entre les structures chargées des soins de santé et celles responsables de la gestion de l'eau permettrait de mieux apprécier l'impact sanitaire réalisations.

Localisation: villes de Côte d'Ivoire
Champs d'action: adduction d'eau potable et assainissement
Maître d'oeuvre: direction de l'Eau
Partenaires financiers: SODECI (société de distribution d'eau de Côte-d'Ivoire), municipalités, abonnés
Partenaires technique: direction de l'Eau, SODECI, municipalités, services médico-sociaux
Durée: en cours depuis 1974

Contact

Essay KOUADIO, SODECI, avenue Christiani, Abidjan 01 BP 1843 (Côte d'Ivoire) . Tél. (225)21.06.23 et 21.21.91.