Cover Image
close this bookLa transformation artisanale des plantes à huile. Expérience et procédés, GRET, 1995
close this folderExemples d'installations artisanales
View the document(introduction)
View the documentL'atelier de fabrication de pâte d'arachide au Congo
View the documentUne mini-huilerie d'arachide au Niger
View the documentAGRIFA: une unité de préparation de pâte d'arachide à Fatick (Sénégal)

L'atelier de fabrication de pâte d'arachide au Congo

L'atelier de fabrication de pâte d'arachide de Kombé s'intègre à un vaste projet mis en place en 1986 par AGRICONGO, un des instituts d'AGRISUD INTERNATIONAL. Sa mission est de contribuer à résoudre les problèmes de sécurité alimentaire et de développement économique.

Au Congo, l'impasse des méthodes traditionnelles d'exploitation apparaît aujourd'hui patente. Elles ne peuvent faire face au développement rapide des villes. Or, il est urgent d'apporter une réponse à l'augmentation de la demande urbaine en biens de consommation. Le système traditionnel, soumis à des exigences qui le dépassent, tend à en faire porter le coût à l'environnement. La dégradation du milieu naturel se traduit par un appauvrissement des sols et par le défrichement de pans entiers de forêts. Elle s'apparente à une fuite en avant: le sacrifice de l'environnement n'est qu'une solution de court terme; à long terme, c'est l'avenir agricole du Congo qui est en jeu. Les grandes fermes mécanisées ne constituent pas non plus des issues envisageables. Les difficultés d'ordre logistique qu'elles posent sont trop nombreuses.

Dans cette région tropicale de basse altitude, AGRISUD propose une alternative, un moyen terme entre l'agriculture traditionnelle et les grandes exploitations modernes. Il procède par intégration des techniques de transformation modernes à un système d'exploitation à échelle humaine. Ce système est d'abord mis au point en station en fonction des contraintes socio-économiques, puis expérimenté techniquement et économiquement et, enfin, transféré en milieu rural pour une phase pilote. Un atelier de fabrication de pâte d'arachide à entraînement mécanique (moteur diesel) a ainsi été inauguré en 1991 à 50 km au nord de Brazzaville, au niveau d'un groupement de 13 producteurs. Ceux-ci ne sont pas propriétaires de l'atelier.

De l'approvisionnement à la commercialisation: les étapes de la production

Le processus de production mis en place dans l'atelier de Kombé repose sur la rationalisation des méthodes traditionnelles et l'utilisation de machines simples, fabriquées sur place.

" L'approvisionnement en matière première et l'intérêt du stockage

Le prix des arachides subit des fluctuations très importantes au rythme des saisons. Il est à son minimum en février-mars, date de la première récolte, remonte quelque peu jusqu'à la seconde récolte de mai-juin. Le sommet est atteint en octobre-novembre. Or, l'achat des arachides aux 13 producteurs constitue 60% des charges variables. La rentabilité de l'exploitation est donc fortement dépendante du prix d'achat de la matière première. Dès lors, l'investissement dans une installation de stockage peut s'avérer rentable. Il permet de couvrir en continu les besoins de l'atelier aux prix les plus bas.

" Le décorticage et le vannage

Le décorticage est effectué par le décortiqueur mécanique. Un tarare opère la séparation entre graines et coques par un jeu de grilles et de soufflerie. Un second passage dans le tarare permet d'obtenir des graines plus propres et de meilleure qualité.

A la suite de ces opérations, on obtient en moyenne 67 kg de graines décortiquées pour 100 kg d'arachides coques. La machine permet de traiter 200 kg d'arachides par heure. Les coques sont valorisées en étant utilisées comme litière. Le fumier ainsi constitué sert ensuite d'engrais. Le prix de vente des coques est fixé à 25 Fcfa/kg.

" Torréfaction, dépelliculage et tri

Le torréfacteur est un four avec briques réfractaires, surmonté d'un demi-cylindre métallique. Les graines y sont introduites par lots de 10 à 15 kg. Il faut compter 30 mn de cuisson pour 15 kg de graines. Le débit horaire de la machine est donc en moyenne de 30 kg/h. Les pertes pondérales dépassent rarement les 10%. Le coût en bois de chauffe est important (12,5 kg sont nécessaires par heure de chauffe). Une attention particulière est portée au temps de torréfaction puisqu'il influe sur la qualité de la pâte. Une présence quasi-continue est nécessaire pour actionner le torréfacteur et surveiller la cuisson. Cependant, la même personne peut être affectée à l'opération du dépelliculage. Le dépelliculeur est électrique; il ne nécessite que de rares interventions manuelles lors du changement de trémie et du nettoyage de la grille. Son débit est de 150 kg/h.

Le résidu est un mélange de germes et de pellicules qui est vendu au prix de 50 à 65 Fcfa le kg pour servir à l'alimentation des ruminants. Les frais d'eau et d'électricité de l'atelier sont à peu près couverts par cette vente.

Le tri des graines se fait à la main pendant les temps morts de la production comme le broyage.

" Broyage, conditionnement et commercialisation

Le broyage des graines s'effectue dans un broyeur à meule. La mise en route du broyeur occasionne la perte d'un à deux kg de pâte afin de remplir les vides de la machine. Récupérée lors des nettoyages, celle-ci peut être revendue au rabais autour de 600 Fcfa/kg. Cette perte fixe est compensée par le traitement d'une quantité importante de graines à chaque broyage afin d'atteindre un rendement de 93%.

Le broyage est une opération lente: le débit horaire de la machine est de 50 kg/h. Elle consomme beaucoup d'électricité (environ 3000 U) mais ne nécessite aucune main-d'oeuvre, excepté pour le remplissage. La pâte obtenue est ensachée ou mise en pots.

Les sachets de 50 g de pâte d'arachide sont vendus à 45 Fcfa prix de gros et à 70 Fcfa prix de détail, les pots de 250 g sont vendus à 350 Fcfa.

Cette unité n'est pas homogène au niveau de la capacité unitaire de ses différents composants: ils peuvent traiter de 30 à 150 kg/h (sur la base graines décortiquées). Il n'est possible de travailler en continu qu'en se basant sur la plus petite capacité des éléments.

Fonctionnement de l'atelier et résultats

Le fonctionnement de l'atelier nécessite le travail de deux personnes: un technicien assisté d'une ouvrière. Le processus de production complet dure 2 journées de 7 h de travail. La semaine est ainsi découpée en 3 cycles auxquels s'ajoute un jour de congé.

Chaque cycle suit le même déroulement:

" Premier jour

- allumage et montée en température du torréfacteur (1 h),
- mise en route, chargement de la trémie du décortiqueur (30 mn),
- décorticage de 200 kg d'arachides (1 h),
- torréfaction de 134 kg de graines (4 h 30),
- simultanément: préparation des sachets, vannage,
- production de 120 kg de graines torréfiées, consommation de 14 fagots de bois (72 kg)

" Deuxième jour

- dépelliculage de 120 kg de graines (1 h),
- broyage de 110 kg de graines dépelliculées,
- simultanément: tri des graines moisies,
- ensachage de 107 kg de pâte (4 h 15),
- production finale de 2140 sachets ou 428 pots.

On aboutit ainsi à la fin de la semaine à une transformation totale de 600 kg d'arachides en coques et à une production finale de 326 kg de pâte, soit 6400 sachets ou 1280 pots.

Une intensification de la production demeure possible avec l'abandon de l'organisation en cycle de deux jours et l'emploi d'une ouvrière supplémentaire pour l'ensachage. Un torréfacteur électrique est alors nécessaire. On pourrait alors atteindre, avec une utilisation optimale des outils de production, une production hebdomadaire de 18000 sachets ou 3600 pots.

Résultats économiques

Les estimations se font sur la base d'hypothèses concernant le prix de la matière première fixé à 270 Fcfa et le rendement de décorticage à 67%. Le rendement global pâte/arachide en coque est de 50%. Le fonctionnement de l'atelier, tel qu'il a été détaillé, couvre les besoins de transformation de 25 exploitations. Il est destiné à une utilisation en équipements communs de type coopérative.

Les investissements nécessaires pour l'installation d'un atelier de transformation électrifié sont de 8400000 Fcfa. Ils comprennent l'achat:

- du bâtiment, des installations électriques et de la serre de stockage: 3150000 Fcfa;
- des machines et du gros matériel: 4870000 Fcfa;
- du mobilier et du petit matériel: 380000 Fcfa.

Le compte de résultat sert de tableau de bord pour suivre le fonctionnement économique et le contrôle de la rentabilité de l'atelier.

Les charges variables découlent directement du processus de production. L'achat des arachides est le plus important: il représente près de 60% des charges variables contre 36% pour l'emballage.

Les charges fixes, à l'inverse, sont indépendantes de la production. Elles sont dominées par les frais du personnel et les charges liées aux investissements. Pour rentabiliser ces investissements, ii faut pouvoir disposer d'un volume d'activité suffisamment important. En effet, pour que la marge nette (différence entre le total des produits et le total des charges) soit positive, il faut qu'elle puisse couvrir le montant des charges fixes. (Cf. l'exemple de compte de résultat mensuel ci-contre.)

Pour une transformation de 600 kg d'arachides en coques par semaine - ce qui correspond au fonctionnement optimum de l'atelier -, la marge brute hebdomadaire (c'est-à-dire la différence entre les produits et les charges variables) est de 165000 Fcfa pour des charges fixes s'élevant à 87000 Fcfa par semaine. La marge nette est positive de 78000 Fcfa par semaine. L'obtention de tels résultats suppose une attention constante portée à la qualité du produit tout au long de la transformation. Des pesées effectuées à chaque étape contribuent à assurer le bon suivi de la production.

EXEMPLES DE COMPTE DE RESULTAT MENSUEL

Les prix indiqués sont ceux de juillet 1994.

CHARGES

PRODUITS (EN F CFA)

Charges variables

1104500



Achat d'arachides coques

675500



Bois de chauffe

17000

Vente de pâte

1770000

Electricité

7500

Vente de résidus

9000

Emballages

404500

Vente de coques

20500

Charges fixes

371000



Eau

4500



Frais de personnel

167000



Frais financiers

77500



Amortissement

122000



Total des charges

1475500

Total des produits

1799500

Marge nette

324000



Marge brute

695000



PARAMÈTRES

COÛTS (EN F CFA)

Prix d'achat des arachides coques (kg)

270

Coût du kg de pâte

1166

Rendement graine/coque

67%

Prix de revient du pot de pâte

292

Poids du pot (g)

250

Produit par kg de pâte

1424

Prix de vente du pot

350

Produit par pot

356

Période

un mois

Marge par kg de pâte

257

Quantité d'arachide coque (kg)

2500

Marge nette par pot

64

Quantité de graines (kg)

1676

Marge brute par pot

137

Quantité torréfiée (kg)

1509



Quantité dépelliculée (kg)

1358



Quantité de pâte conditionnée (kg)

1264



Nombre de pots

5057



L'expérience décrite est menée par AGRISUD INTERNATIONAL au vu des contraintes socio-économiques locales. Ce modèle de développement peut être transposé à échelle identique en milieu urbain.

Deux points rendent l'expérience d'AGRISUD particulièrement intéressante:

- la formation pour les jeunes qui s'installent dans le cadre du projet;

- la mise en place d'outils de développement à travers la création de formules de financement auprès des banques et de services divers.

L'originalité de ce procédé réside dans la conception et la réalisation des machines de transformation sur le centre de ressources d'AGRISUD. Le choix a été fait d'une technique simple qui peut être reproduite par un artisan spécialisé.