Cover Image
close this bookLe rôle de l'information pour le développement rural des pays ACP, CTA, 1996
close this folderPartie 1: Actes du séminaire
close this folderRapports des groupes de travail
View the documentGroupe 1: Les attentes des différents publics
View the documentGroupe 2: Peut-on parler d'information sans parler de communication?
View the documentGroupe 3: L'articulation des échelles au niveau régional, national et international
View the documentGroupe 4: Nouvelles technologies d'information: quels besoins, quels produits, quels outils, quels métiers?

Groupe 3: L'articulation des échelles au niveau régional, national et international

Président: M. Samsundar Parasram

Rapporteur: M. Alioune Badara Camara

Membres: M. Richard Bibang; Mme Monique Bonnichon; M. Augusto Manuel Correia; Mme Michelle Jeanguyot; Mme Janet Kaaya; M. I. Khadar; M. Marc Lévy; M. Christopher Lungu; Mme Shamina Maccum; M. Nya-Ngatchou; M. Q. Subah; M. Peter Wallon.

Problématique et contexte l'articulation des échelles

Dans ce qu'il est convenu d'appeler aujourd'hui la société de l'information, caractérisée par l'existence de formidables opportunités en matière d'accès à l'information, force est de constater que les pays ACP se trouvent dans une position défavorisée face aux pays du Nord. Cela est certes dû à la faiblesse de leur infrastructure d'information, mais aussi, et dans une très large mesure, à la difficulté qu'ont les utilisateurs à identifier et à avoir accès aux sources d'information correspondant à leurs besoins. Une des raisons de cet état de fait réside dans la diversité de ces sources et leur localisation à différents niveaux.

La diversité des échelles en matière d'information agricole prend une dimension considérable dans un contexte régional, national et international dont les traits dominants sont:

" la régionalisation;

" la libéralisation économique;

" la mondialisation et l'interdépendance.

Conduire une réflexion sur les échelles d'intervention en matière d'information agricole et sur la nécessité de leur articulation se justifie pour des raisons:

" de planification, d'organisation et de gestion efficaces des systèmes d'information;

" d'utilisation optimale des ressources existantes;

" d'établissement de liens fonctionnels entre les différents acteurs, en particulier ceux situés au niveau local.

Approche adoptée par le groupe de travail

Dans l'approfondissement de la problématique de l'articulation des échelles, le groupe de travail s'est appuyé sur:

" les études préparatoires suivantes:

- «Du local à l'international, en passant par le national et le régional: la question de l'articulation des échelles en matière de politique d'information»;

- «Synthèse des études régionales sur les besoins en information agricole des pays africains»;

" les discussions en séance plénière suscitées par ces études;

" les échanges d'information entre les membres du groupe sur les expériences régionales, en particulier celles des pays du Pacifique et des Caraïbes qui n'avaient pas été couvertes par les études précitées.

Contraintes identifiées

L'analyse de la situation dans les pays ACP en matière d'information agricole a montré, à quelques spécificités près, une certaine similitude de contraintes dont l'existence affecte la nécessaire articulation des échelles locale, nationale, régionale et internationale. Ces contraintes relèvent de divers facteurs, dont:

" l'absence de politiques nationales d'information qui se traduit, entre autres aspects, par des priorités non définies, le manque de coordination et d'harmonisation des interventions extérieures;

" L'efficacité limitée des réseaux d'information opérant au niveau national du fait de la faiblesse de l'infrastructure locale et d'autres problèmes rencontrés par les points focaux nationaux de ces réseaux (désignation et localisation inadéquates, manque de compétences et de moyens de fonctionnement, légitimité non reconnue);

" l'éloignement des dispositifs d'information les plus opérationnels par rapport aux utilisateurs sur le terrain;

" l'insuffisante intégration des fonctions d'information, de communication et de vulgarisation (cloisonnement institutionnel, mais aussi cloisonnement des métiers et des formations);

" la faiblesse des ressources financières pour soutenir des activités de production et de diffusion de l'information à grande échelle, ce qui réduit la capacité des systèmes à étendre leurs services à certains échelons locaux; ces produits et services ne sont pas toujours adaptés aux besoins des différentes catégories d'utilisateurs;

" les moyens de communication déficients voire inexistants;

" l'analphabétisme et les barrières linguistiques.

Considérations stratégiques

Les considérations suivantes se fondent sur les leçons apprises des expériences passées et en cours, et nous semblent être des conditions suffisantes à remplir pour assurer une articulation efficace des différentes échelles.

Considérations générales

En raison des principales contraintes identifiées, le groupe considère que le niveau d'intervention à privilégier est le niveau national. Il est en effet le niveau le plus approprié pour remplir certaines fonctions de base telles que:

" la définition des priorités et l'élaboration de stratégies et de programmes;

" l'analyse de la demande des différents publics;

" la collecte, le traitement et le stockage des informations;

" la mise en forme et la production des supports de circulation de l'information;

" la mobilisation et l'allocation des ressources;

" la gestion des ressources humaines;

" l'évaluation et l'utilisation des dispositifs et des produits.

Le niveau régional a aussi un rôle important à jouer en tant que:

" niveau d'opération de systèmes d'information régionaux;

" relais de systèmes internationaux;

" appui aux structures nationales.

Il en est de même au niveau international, eu égard à la participation des pays ACP à des systèmes internationaux, et du fait de la mondialisation (partenariats Nord-Sud et Sud-Sud).

Considérations spécifiques

L'articulation des échelles doit reposer sur des dispositifs fonctionnels de coordination et de partage des ressources. C'est pourquoi nous recommandons que de tels dispositifs soient développés au niveau régional et national.

Au niveau national

Toute politique ou stratégie d'information doit tenir compte de la dynamique actuelle du secteur agricole, ce qui exige l'implication de tous les acteurs dans l'élaboration et la mise en œuvre de ces politiques et stratégies.

Pour plus d'efficacité et d'impact réel, il y a un besoin pressant de coordination des interventions locales, nationales, régionales et internationales. Ce rôle de coordination doit être compris comme un rôle d'impulsion, de catalyseur et non de réglementation et de contrôle.

Il faudra une réelle volonté politique pour appuyer les initiatives de coordination au niveau national. Il en est de même de l'engagement des acteurs. Une structure fonctionnelle disposant d'infrastructures adéquates pourra assurer le rôle de comité de coordination. Sa désignation devra résulter d'un accord entre toutes les parties concernées afin d'éviter des problèmes liés à la contestation de sa légitimité.

Comité national de coordination pour l'information agricole

Fonctions:

" impulsion de politiques;

" élaboration et mise en œuvre de stratégies et de programmes;

" harmonisation et coordination des interventions;

" articulation des échelles locale, régionale et internationale;

" mobilisation des fonds.

Composition:

" représentants de l'ensemble des secteurs clés.

Secrétariat

Fonction à assurer par une des structures existantes.

L'efficacité du niveau national résidera dans un mode de fonctionnement décentralisé qui responsabilise les acteurs sur le terrain.

Les schémas traditionnels de transmission linéaire d'informations devront évoluer vers des processus d'interaction entre les acteurs et d'échange de savoirs, surtout au niveau local.

L'utilisation des nouvelles technologies sera favorisée en fonction des besoins des différentes cibles et dans un souci de viabilité des investissements souvent coûteux que requiert leur acquisition.

Au niveau régional

Les actions à ce niveau devront s'appuyer sur les organisations régionales existantes, surtout celles qui disposent d'infrastructures et de ressources importantes.

Les rôles et responsabilités des opérateurs régionaux devront être clairement définis, avec une priorité donnée à l'appui au développement des capacités nationales et à l'établissement de relations de coopération entre les systèmes nationaux.

Comité régional d'évaluation, de programmation et de suivi

Fonctions:

" instance consultative auprès d'organisations régionales;

" coordination régionale;

" appui aux systèmes nationaux;

" programmation, suivi, évaluation;

" mobilisation des ressources;

" formation.

Au niveau international

Ce niveau offre de grandes opportunités de partenariat Nord-Sud, et Sud-Sud surtout dans l'exploitation des possibilités technologiques offertes actuellement au plan international.

Partenariat Nord-Sud:

" mobilisation des ressources;

" formation;

" assistance technique;

" échange d'informations (Nord-Sud, mais aussi Sud-Sud);

" partage des ressources humaines, financières, techniques (idem).