Cover Image
close this bookLe rôle de l'information pour le développement rural des pays ACP, CTA, 1996
close this folderPartie 2: Etudes préparatoires
close this folderSynthèse des études régionales sur les besoins en information agricole des pays africains
View the document(introduction)
View the documentIntroduction
View the documentContexte
View the documentBesoins en information agricole de l'Afrique de l'Ouest
View the documentBesoins en information agricole de l'Afrique centrale
View the documentBesoins en information agricole de l'Afrique de l'Est
View the documentBesoins en information agricole de l'Afrique australe
View the documentPoints forts des besoins en information et recommandations
View the documentAnnexe: Liste des études régionales

Besoins en information agricole de l'Afrique australe

Situation actuelle

L'Afrique australe est composée des pays suivants: Angola, Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zambie et Zimbabwe. Elle compte 56 millions d'habitants. Outre l'Afrique du Sud et la Tanzanie, ces pays sont membres du groupement régional appelé Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). La SADC représente une population totale de 115 millions d'habitants. Il s'agit d'un groupement régional important en Afrique, qui contribue de manière notable aux activités du continent lices à la production.

La région abonde en ressources naturelles, en terres agricoles et en sols fertiles. Le climat est généralement propice à la production agricole. Au nombre des ressources minérales figurent l'or, le manganèse, le platine, le diamant, le pétrole, le cuivre, le nickel, le cobalt, le ferrochrome, le fer, l'asbeste, le charbon, la chromite, le zinc, l'étain, le plomb et l'uranium.

Certains pays de l'Afrique australe ont enregistré une croissance positive, mais, au cours de ces vingt dernières années, la situation économique de la plupart des pays qui la composent était plutôt médiocre. En conséquence, les pays concernés connaissent une pauvreté accrue, une réduction importante du niveau de vie de la majorité de la population, une détérioration des prestations en services sociaux et une dégradation de l'environnement (déforestation et érosion des sols). En outre, leur croissance économique a été freinée par les problèmes liés à l'environnement ou ceux créés par l'homme (sécheresse, guerres civiles, réfugiés, hostilité de l'environnement extérieur).

Dans le but d'inverser le mouvement de déclin économique, la plupart des pays se sont lancés dans des réformes politiques et économiques. Les programmes d'ajustement structurel, bien que cruciaux, semblent avoir eu des effets néfastes sur les groupes les plus vulnérables, à savoir les pauvres, les femmes et les enfants.

Les pays de l'Afrique australe ont, pour la plupart, l'agriculture comme activité économique principale, et sont largement tributaires du secteur agricole. Mais l'agriculture ne couvre pas intégralement les besoins alimentaires de la région, qui est sujette à de fréquentes pénuries de céréales. Pour pallier ces pénuries au plan national, de grandes quantités de denrées alimentaires sont importées. Des devises sont ainsi détournées aux dépens d'autres secteurs essentiels de l'économie.

La recherche et la vulgarisation agricoles dans la région incombent principalement aux ministères nationaux de l'Agriculture, soutenus par des universités. Des institutions privées effectuent des recherches sur certains produits de base destinés à l'exportation (tabac, coton et thé). La structure de la vulgarisation va généralement du niveau national au niveau du district, et les spécialistes des différents thèmes travaillent avec le personnel de terrain qui est directement en contact avec les collectivités locales. La formation agricole comporte trois niveaux: certificats, diplômes et grades universitaires délivrés dans les écoles supérieures et universités.

L'accès limité à l'information agricole constitue l'une des plus graves entraves au développement agricole. La mise en place et l'exploitation de systèmes d'information durables et leur intégration dans les stratégies de développement sont des facteurs déterminants pour répondre aux aspirations des gouvernements de ces pays en matière de développement agricole.

Contraintes

Les contraintes identifiées qui entravent la diffusion efficace de l'information sont les suivantes.

" Absence ou faiblesse des politiques et stratégies agricoles de certains pays membres.

Des politiques et stratégies nationales bien formulées dans le domaine de l'information agricole faciliteront une prise de décision efficace pour assurer l'apport des ressources suffisantes en faveur de la gestion de l'information et du personnel de bibliothèque et de documentation.

" Manque de personnel qualifié et d'équipement de base dans les bibliothèques et les centres de documentation.

L'absence de bibliothèques et de centres de documentation bien équipés pénalise les chercheurs agricoles. Dans nombre de cas, les personnels des bibliothèques et des centres de documentation ne reçoivent pas une formation adéquate et ne sont donc pas en mesure de fournir aux chercheurs des services d'information de qualité. Par ailleurs, les responsables des bibliothèques et centres de documentation nationaux n'ont pas les moyens d'influencer les politiques ou de s'assurer que la bibliothèque bénéficie d'une affectation budgétaire équitable. En conséquence, on peut relever les déficiences voire l'absence de services d'information et de produits d'information adaptés aux besoins de la recherche agricole et du développement.

" Faible niveau de collaboration entre les institutions agricoles (au plan national et régional).

L'installation de réseaux d'information fonctionnels dépend de mécanismes de collaboration solides. Peu de pays de la région ont de tels réseaux ou des points focaux qui leur permettent de diffuser l'information à l'échelon national et de promouvoir les connexions régionales.

" Parution irrégulière et taux élevé de disparition des journaux scientifiques nationaux et régionaux.

Il est difficile de maintenir une parution régulière des journaux traitant de développement agricole et rural. Les journaux actuels ont une quantité énorme de documents en retard à publier. Ces problèmes émanent du financement très faible accordé aux journaux, et des connaissances techniques insuffisantes du personnel d'édition en matière de gestion des publications.

Besoins

On distingue quatre domaines principaux de besoins, sur la base des principales contraintes identifiées:

" production, collecte, stockage, traitement et diffusion de l'information;

" perfectionnement des ressources humaines (éducation et formation, développement des carrières);

" renforcement institutionnel (niveaux, structures physiques, affectations budgétaires, liens entre institutions);

" élaboration de stratégies appropriées pour sensibiliser toutes les personnes s'intéressant à l'agriculture dans le but de partager et d'utiliser l'information.

Recommandations

Les recommandations essentielles émanant de l'aperçu régional des besoins en information des pays de l'Afrique australe sont les suivantes.

Politique d'information agricole

Les pays devraient formuler et mettre en œuvre des politiques d'information agricole qui déterminent les besoins en formation et les profils de carrière pour le personnel de bibliothèque, ainsi que le financement des bibliothèques agricoles. L'élaboration de cette politique incombe au ministère de l'Agriculture ou aux autres ministères chargés du développement agricole.

Formation

Le Département d'études en documentation et information de l'Université du Botswana offre une formation de haut niveau en science de l'information. Il importe de dispenser une formation supérieure au personnel de bibliothèque et de documentation. En outre, des formations en communication de courte durée devraient être organisées pour assurer le recyclage continu du personnel des bibliothèques et des autres disciplines, dans les domaines suivants:

" commercialisation et gestion de l'information agricole et des services d'information;

" techniques en matière de recherche documentaire;

" logiciel de gestion CDS-ISIS et autres logiciels de bases de données;

" publication assistée par ordinateur;

" relations publiques;

" techniques et procédures de communication;

" gestion et commercialisation des services de courrier électronique;

" édition et publication scientifiques;

" rédaction scientifique;

" compétences accrues en matière d'informatique, y compris les stratégies antivirus.

Equipement

La plupart des bibliothèques agricoles devraient prévoir un budget pour des équipements de base tels que photocopieuses, ordinateurs, lecteurs de CD-Rom, matériel audiovisuel et matériel didactique. Il importe que les bailleurs de fonds accordent une aide destinée à l'acquisition de cet équipement.

Ressources

Une littérature scientifique pertinente et actualisée devrait être mise à la disposition des chercheurs, des formateurs et des agents de vulgarisation. Dans cette optique, les bibliothèques devraient prévoir un budget pour les livres, les journaux et les données de base CD-Rom nécessaires.

Des services comme la diffusion sélective de l'information (DSI) et le service questions-réponses (SQR) du CTA ainsi que les services de DSI de l'ICRISAT, de l'IIRI, du CIMMYT et de l'ICRAF devraient être utilisés de façon accrue. L'accès à l'aide de donateurs tels que le projet DORA ou le projet CD-Rom SACCARCTA peut être nécessaire pour apporter des fonds supplémentaires.

Bases de données nationales

Les pays devraient s'efforcer de consigner leur littérature agricole nationale dans des bases de données, y compris, si possible, les connaissances et pratiques locales. Avec ces bases de données pourraient être posées les fondations d'un système d'information régional solide. Il a été suggéré que la SACCAR et le CTA apportent leur assistance pour développer ces bases de données.

Réseaux

Le partage des ressources à l'échelon national à travers l'acquisition de journaux, de catalogues collectifs, de périodiques et la participation à AGRIS-CABI est très important. Dans cette optique, le financement en faveur de la création d'un réseau national est nécessaire et le rôle de SACCAR-SAAINET et du CTA est capital. A l'échelon national, il importe d'encourager les réseaux à inclure la foresterie, la pêche, l'environnement et l'agriculture dans le but de rationaliser le partage des ressources. En conséquence, il est essentiel que les points focaux nationaux entretiennent des liens solides avec SACCAR-SAAINET.

Il est proposé que SAAINET soit un réseau où un point focal dans chaque pays servira de lien aux utilisateurs nationaux, à la SACCAR et à d'autres pays en Afrique australe pour le transfert et la diffusion de l'information.

Courrier électronique (E- mail)

Les institutions agricoles, v compris les bibliothèques nationales, devraient être en contact, par le biais du courrier électronique, avec les connexions régionales et internationales disponibles afin d'améliorer la diffusion de l'information agricole. Les systèmes de courrier électronique actuels des institutions nationales, régionales et internationales devraient être étudiés afin que soit déterminée la possibilité d'établir un lien entre bibliothèques agricoles nationales et centres de documentation au meilleur coût.

Communication en vulgarisation

Les programmes radiophoniques et télévisés pour la diffusion de l'information agricole doivent être renforcés, par des formations en matière de fourniture d'informations techniques sur des thèmes sélectionnés, et par l'organisation d'ateliers régionaux à l'intention des producteurs de programmes et des journalistes, en particulier sur la collecte des résultats de recherche et de l'IST.

Publications

Les chercheurs ont besoin de journaux paraissant de manière régulière afin qu'ils puissent y publier utilement leurs résultats. Les journaux nationaux et régionaux sont confrontés à de nombreuses difficultés pour assurer une parution durable. Le Zimbabwe Journal of Agricultural Research devrait recevoir un soutien qui lui permettra de demeurer le journal attitré de la SACCAR. Le bulletin d'information de la SACCAR, Spore, la revue du CTA, et les autres bulletins concernés jouent un rôle utile et devraient être mis à la disposition du plus grand nombre de lecteurs possible.

Afrique du Sud

L'admission de l'Afrique du Sud dans la SADC ouvre à présent de nouvelles possibilités en matière de partage des ressources au niveau de la région. L'Afrique du Sud a beaucoup à apprendre de la SADC en travaillant avec les petits paysans. D'autres pays peuvent tirer profit de cette structure en contribuant aux systèmes d'information sud-africains et en y ayant accès.