Cover Image
close this bookDéveloppement des systèmes de production laitière sous les tropiques, CTA, 1989
close this folder6.0 Systèmes de reproduction
View the document6.1 Nécessité d'introduire des améliorations
Open this folder and view contents6.2 Méthodes d'amélioration génétique

6.1 Nécessité d'introduire des améliorations

Chez les bovins locaux de la plupart des pays tropicaux, l'aptitude génétique pour les productions de lait et de viande est faible. Et si ces animaux sont le plus souvent bien adaptés aux ressources alimentaires «non améliorées» disponibles, dès qu'on améliore un génotype, il est également nécessaire d'en améliorer l'alimentation de base (par ex. avec un complément).

La création de nouvelles races «à double fin» , lait et viande par sélection des bovins locaux demande trop de temps tandis que l'importation de races étrangères n'est, le plus souvent, pas souhaitable. Une meilleure solution consiste à améliorer les animaux locaux en les croisant avec des races à double fin (surtout frisonnes et simmentales), qui ont un meilleur format corporel et peuvent donner de meilleurs animaux de trait. Les produits issus de tels croisements présentent d'excellentes dispositions pour une production mixte. Les vaches produisent de 1500 à 2000 litres de lait par lactation qui peut être obtenue avec les ressources alimentaires disponibles sur place. Pour la production de viande, leur potentiel est comparable à celui de races à viande spécialisées et certains rapports font état de gains de poids, à partir du sevrage, de 1,2 kg par jour avec une ration à base de céréales (Preston et Willis 1974). Des recherches récentes indiquent qu'une telle productivité est réalisable même avec des aliments purement tropicaux, comme le jus de canne à sucre (Sanchez et Preston 1980).