Cover Image
close this bookAgro-sylvo-pastoralisme. L'expérience du projet RCS-Sahel, Institut du Sahel / CILSS, 1997
View the document(introduction)
View the documentAvant - propos
View the documentListe des abréviations et acronymes
View the documentPréambule
close this folderChapitre I. Introduction
View the document(introduction)
View the document1.1 Cadre de l'étude
View the document1.2 Les acquis
View the document1.3 L'analyse des réalisations
View the document1.4 Conclusion générale
View the document1.5 Les recommandations
close this folderChapitre II Cadre de l'étude
View the document(introduction)
View the document2.1 Contexte écologique et socio-économique du Sahel
close this folder2.2 Présentation et mise en œuvre du projet
View the document2.2.1 Caractéristiques Générales du Projet
close this folder2.2.2 Cadre global du projet
View the document2.2.2.1 Environnement socio-politique et institutionnel
View the document2.2.2.2 Nature des problèmes à résoudre
close this folder2.2.3 Objectif général
View the document(introduction)
View the document2.2.3.1 Objectifs spécifiques Phase 1
View the document2.2.3.2 Objectifs spécifiques phase 2
close this folder2.2.4 Approche du projet
View the document(introduction)
View the document2.2.4.1 La recherche
View the document2.2.4.2 Formation-information, démonstration
close this folder2.2.5 Organisation interne du projet
View the document2.2.5.1 Coordination générale
View the document2.2.5.2 Coordination nationale
close this folderChapitre III Acquis du projet
View the document(introduction)
close this folder3.1 Résultats techniques
View the document(introduction)
close this folder3.1.1 Caractérisation et fonctionnement du Milieu
View the document3.1.1.1 Introduction
View the document3.1.1.2 Cartographie de l'utilisation et de l'occupation actuelle des terres
View the document3.1.1.3 Etude phyto-écologique de la végétation post-culturale
View the document3.1.1.4 Etude de la structure et de la dynamique de la végétation post-culturale
View the document3.1.1.5 Etude de la dynamique des gommeraies naturelles
View the document3.1.1.6 Système racinaire des ligneux
View the document3.1.1.7 Mortalité des ligneux dans la zone de crue de la mare d'Oursi
close this folder3.1.2 Réhabilitation des écosystèmes dégradés
View the document3.1.2.1 Introduction
View the document3.1.2.2 Essais de comportement d'espèces
View the document3.1.2.3 Etude des performances des technologies agroforestières interactions Acacia senegal-arachide à Sirakoroba
View the document3.1.2.4 Effet de la protection sur la végétation ligneuse d'une jachère dégradée à Missira
View the document3.1.2.5 Etude de l'évolution d'un parc agroforestier: le cas du village de Khayes
View the document3.1.2.6 Evaluation de l'adoption des technologies agroforestières dans le village de Khayes
View the document3.1.2.7 Conclusions générales
close this folder3.1.3 Connaissance et préservation de la biodiversité
View the document3.1.3.1 La problématique de la conservation de la diversité biologique au Sahel
View the document3.1.3.2 Biodiversité dans les zones humides sahéliennes
View the document3.1.3.3 Galeries forestières, diversité biologique au Sahel.
View the document3.1.3.4 Dynamique de la végétation biodiversité des milieux anthropiques
View the document3.1.3.5 Faune et diversité biologique
close this folder3.1.4 Système de production
View the document3.1.4.1 Introduction
View the document3.1.4.2 Dynamique et facteurs d'évolution des systèmes de production Peulh et Haratine en Mauritanie
View the document3.1.4.3 Etude comparative des systèmes agraires sahélien et soudano-sahélien au Niger
View the document3.1.4.4 Activités agro-sylvo-pastorales à Missira, dans la boucle du Baoulé
View the document3.1.4.5 Phénomènes migratoires dans les villages riverains et impact de l'élevage traditionnel sur la réserve de la mare aux hippopotames
close this folder3.2 Appui institutionnel
View the document(introduction)
close this folder3.2.1 Formation ressources humaines
View the document3.2.1.1 Cours, séminaires ateliers régionaux
View the document3.2.1.2 Formations diplômantes
View the document3.2.1.3 Manifestations scientifiques; stages et appui divers
View the document3.2.2 Coordination de la Recherche
View the document3.2.3 Diffusion de L'information scientifique et technique et renforcement de la coopération sous-régionale
close this folderChapitre IV Analyse
View the document(introduction)
View the document4.1 Approche du projet
View the document4.2 Résultats techniques
View the document4.3 Appui institutionnel
View the document4.4 Mécanismes de suivi - évaluation
View the document4.5 Valorisation des résultats
close this folderChapitre V Conclusion
View the document(introduction)
View the document5.1 Pertinence
View the document5.2 Efficacité
View the document5.3 Efficience
View the document5.4 Impact
View the document5.5 Le projet ROCS peut-il être un modèle de référence?
close this folderChapitre VI Recommandations
View the document(introduction)
View the document6.1 Les Etats
View the document6. 2 L'INSAH/CILSS
View the document6.3 La coopération allemande
View the document6.4 L'UNESCO
View the documentRéférences bibliographiques
close this folderAnnexes
View the documentAnnexe 1: Liste des équipements et du matériel
View the documentAnnexe 2: Consultants nationaux et personnels internationaux
View the documentInstitut du Sahel

3.1.1.4 Etude de la structure et de la dynamique de la végétation post-culturale

On a procédé à des relevés dans la végétation des champs et des jachères d'âges échelonnés de 1 à plus de 20 ans sur plaines limono-sableuses et limoneuses du terroir de Missira. Les informations recueillies sont:

1. Pour les espèces ligneuses espèces. par espèces.

" les mesures de circonférence basale de toutes les tiges ligneuses dont la circonférence à la base est supérieure à 5 cm. Les individus ayant la circonférence à la base inférieure à 5 cm ont été dénombrés et on a noté leur mode d'installation (germination, drageon ou rejet de souche). Cette détermination a été faite par échantillonnage;

" La circonférence à 1,30 m de toutes les tiges ayant une hauteur totale supérieure à 1,30 m;

" La hauteur totale de toutes les tiges, les tiges mortes ont été comptées et les causes de cette mortalité recherchées (feux, termites, mutilation).

2. pour l'environnement et l'histoire de la parcelle: succession culturale pratiquée, la distance du village, la topographie.

Résultats

Les résultats qui sont présentés ici sont issus de travaux exécutés dans les plaines limoneuses et limono-sableuses et comparés à des parcelles n'ayant pas subi ce traitement.

Toutes les espèces ligneuses ne participent pas de la même façon à la reconstitution de la végétation après l'abandon cultural. Certaines espèces. interviennent plus que d'autres à un ou plusieurs stades de cette succession. Le sort de chacune des espèces reflète la stratégie adoptée face aux perturbations (résistance aux coupes répétées et aux feux de brousse fréquents). Dans les jachères de moins de 5 ans des parcelles non d'essouchées sur plaines limono-sableuses, Guiera senegalensis est toujours l'espèce dominante suivi de Combretum glutinosum. Cette dernière espèce devient dominante à partir de 5-10 ans et cela jusqu'à l'âge de 20 ans. Dans les plaines limoneuses, les espèces dominantes des jachères non d'essouchées sont Combretum glutinosum et Combretum fragrans.

L'analyse de la distribution des individus par classe de circonférence à la base a montré que la majorité des individus appartient à la classe 0-5 cm quelque soit l'âge de la jachère, la pratique culturale et le type de sol. Une réduction du nombre de tiges, accentuée dans les classes de circonférences supérieures, est constatée dés la deuxième classe c'est à dire 5-15 ans. Cette réduction est la conséquence d'une forte mortalité et d'une faible espérance de vie de la régénération. Les individus de circonférence à la base supérieure à 25 cm sont recensés dans les jachères de 11 ans d'âge issues de parcelles non d'essouchées, quelque soit le type de sol. Ce sont surtout Combretum glutinosum, Combretum fragrans, Piliostigma reticulatum qui croissent dès l'abandon cultural et Bombax costatum, Prosopis africana, Sclerocarya birrea, Cordy la pinnata, Pterocarpus erinaceus et Vitallaria paradoxa laissés volontairement dans les champs par les paysans en raison de leur utilité socio-économique.

L'étude de la distribution des tiges en classes de circonférence à 1,30 m révèle que

" seules les jachères de plus de 11 ans issues de parcelles non des souchées contiennent des individus ayant une circonférence à 1,30 m supérieure à 15 cm et peuvent donc faire l'objet d'une utilisation par les paysans

" la densité à l'hectare des individus de circonférence à 1,30 m supérieure à 15 cm est plus élevée dans les plaines limoneuses que dans les plaines limono-sableuses

" les individus de grande circonférence (supérieure à 45 cm) ne sont présents que dans les jachères de plus de 20 ans, quelque soit le type de sol.

En ce qui concerne le recouvrement de la strate ligneuse au cours du temps, le défrichement tel que pratiqué par les paysans à Missira se traduit toujours par une éclaircie très forte de la végétation. Le recouvrement est pratiquement nul de 11 à 20 ans après l'abandon cultural sur les parcelles d'essouchées. Sur environ 30 % de la superficie de cette parcelle, l'érosion a décapé l'horizon superficiel du sol, laissant apparaître une croûte dure imperméable à l'eau rendant ainsi le mileu sec. Le dessouchage est particulièrement nocif pour le développement de la strate ligneuse.

La régénération dans ce genre de peuplement se fait globalement par rejet de souches. La régénération par graines ou par drageons ne prend réellement de l'importance qu'à partir de 11 ans d'âge d'abandon pour atteindre son maximum vers l'âge de 20 ans dans les parcelles non d'essouchées des plaines limono-sableuses. Sur les parcelles d'essouchées par contre, le mode de multiplication préférentiel est la repousse à partir des racines.

Dans les plaines limoneuses, la régénération par rejet est le mode préférentiel de la végétation des jachères issues de parcelles non d'essouchées. Sur ce type de sol, la régénération par graines ou par drageons domine à partir de 3-4 ans de jachère.

Conclusions partielles

La structure et la dynamique de la strate ligneuse sont influencées par le mode de défrichement. La densité des tiges ligneuses et le taux de régnération sont plus grands dans les champs et jachères issus des parcelles non d'essouchées que dans ceux issus des parcelles d'essouchées et cela quelque soit le type de sol et l'âge d'abandon des jachères. La production ligneuse est plus élevée dans les jachères non d'essouchées.

Les résultats obtenus au Sénégal gravitent autour de quatre thèmes suivants: