Cover Image
close this bookL'eau et la santé dans les quartiers urbains défavorisés, GRET, 1994
close this folderDe nombreuses initiatives à travers le monde
close this folderThème 3: Technologies et savoir-faire appropriés
View the documentBrésil
View the documentBurkina Faso
View the documentEgypte
View the documentEthiopie
View the documentHaïti
View the documentHonduras
View the documentMexique
View the documentPérou
View the documentPologne

Egypte

Installations appropriées en Haute - Egypte

CONTEXTE ET ENJEUX

Les maladies transmises par l'eau, et parmi elles les diarrhées, sont la première cause de décès chez les enfants de Haute - Egypte. Le programme national de contrôle des maladies diarrhéiques a peu d'impact car l'eau disponible est rarement propre, les comportements humains peu hygiéniques et les systèmes d'assainissement presque partout absents.

Pour tenter de résoudre ce problème, l'organisation non gouvernementale Save the Children a signé un accord-cadre avec le ministère de l'Administration locale, qui a encouragé la signature de protocoles d'accord avec divers gouvernorats.

Save the Children a choisi de travailler dans le district de Qus, puis dans celui de Armant, (gouvernorat de Qena) pour deux raisons: pour situer son action dans le prolongement de celles que les autorités locales avaient engagées et parce que ces districts n'accueillent pas d'autres organisations non gouvernementales internationales.

DESCRIPTION DE L'ACTION

Le programme comporte trois volets principaux: eau, assainissement, éducation sanitaire. Une enquête approfondie, dont les résultats sont régulièrement mis à jour, est réalisée auprès des autorités et des conseils de village. Elle permet de préciser les besoins et de vérifier l'efficacité des actions, la satisfaction des bénéficiaires, etc.

Save the Children a d'abord installé une technologie appropriée à l'Egypte: des filtres à sable qui ne nécessitent que des matériaux locaux et sont très bon marché. Ceux-ci se présentent sous la forme de réservoirs en métal galvanisé de 140 cm de long. Ils alimentent tout au plus quelques habitations. Save The Children apporte les réservoirs et l'assistance technique. Les bénéficiaires fournissent le sable et les graviers, les petits accessoires (robinets) ainsi que la main-d'oeuvre. Des tests réalisés sur huit filtres permettent de contrôler leur efficacité chimique, biologique et physique.

Ensuite, Save the Children a proposé un système de tranchées drainantes qui peut être utilisé par une ou plusieurs maisons. Il s'adapte bien aux conditions rurales parce qu'il n'implique pas la construction d'un système de collecte centralisé. Le partage des tâches entre Save the Children et les bénéficiaires a été le même que pour les filtres.

Enfin, dans les mêmes zones d'action, Save the Children a engagé une campagne de sensibilisation à l'hygiène. Elle a utilisé des documents de l'Unicef, de Caritas et des institutions de santé locales. Elle a fait une large place aux outils visuels. Les enfants ont participé à des séances de dessin. Par la suite, une étude d'impact portant sur 120 foyers a été menée.

OBJECTIFS

Le principal objectif de ce projet est d'améliorer la santé et le bien-être des femmes et des enfants. Save the Children entend donc favoriser l'accès à une eau plus propre, installer un système d'élimination des eaux usées, encourager l'adoption de pratiques plus hygiéniques et contribuer à la réduction de la charge de travail des femmes.

RÉSULTATS OBTENUS

Les villages du district de Qus disposent déjà de 120 filtres et de 120 systèmes de tranchées drainantes.

L'étude d'impact indique que tous les filtres sont utilisés. Les femmes affirment que le robinet permet d'économiser l'eau et reconnaissent la meilleure qualité de l'eau grâce à la couleur plus claire du thé (le système filtre le fer et le manganèse).

Le système présente d'autres avantages: le filtre fait office de réservoir est plus hygiénique que les récipients traditionnels les corvées d'eau sont moins nombreuses, les femmes et fillettes peuvent donc se consacrer à d'autres activités.

La construction de tranchées et de fosses septiques a entraîné celle de toilettes. Les femmes se réjouissent de cette nouvelle intimité et l'on constate un changement des comportements en matière d'hygiène. Globalement, l'environnement devient plus sain. Pour preuve les tests sur les filtres indiquent une baisse significative de la turbidité de l'eau.

Enfin, les villageoises ont pris l'initiative d'organiser des réunions d'information et d'y inviter les équipes de Save the Children pour traiter des aspects techniques. Les enfants ont été sensibilisés lors de séances dans les écoles publiques et religieuses. L'une d'entre elles a même organisé des sessions pour ses cadets.

PROBLÈMES RENCONTRÉS

Le projet s'est surtout heurté à des problèmes de comportements. Ainsi, les familles qui possèdent une pompe à eau ont manifesté peu d'intérêt parce qu'elles pensent disposer d'une eau plus propre que les autres. Pour des raisons de prestige, quelques habitants ont voulu faire construire leur système de tranchées par de la main d'oeuvre rémunérée. Ils ont ainsi augmenté le coût de leur propre contribution au projet, se plaignant en même temps qu'il soit trop élevé! Certains ont finalement fait marche arrière. Enfin, un tiers des familles refusent de croire que les fosses septiques n'ont besoin d'être vidées qu'une fois tous les cinq ans. Par conséquent, elles craignent toujours d'utiliser la fosse pour toutes les eaux sales.

Les filtres n'ont pas réduit autant que prévu la teneur de l'eau en fer et en manganèse. Ceci pourrait s'expliquer par le fait qu'ils ont un couvercle.

PERSPECTIVES

Save the Children va préparer un plan détaillé de mise en oeuvre, en coordination avec les bénéficiaires du projet et les responsables des autorités locales.

L'action prend fin à Qus et commence dans le district d'Armant. Pendant la période transitoire, les habitants d'Armant iront visiter Qus pour observer le fonctionnement des installations.

Il est envisagé d'étendre l'action à un district du gouvernorat de Sohag.

Source

SAVE THE CHILDREN, bureau égyptien, premier rapport d'activité trimestriel.

Localisation: District de Qus, gouvernorat de Quena, Haute - Egypte
Champs d'action: eau et assainissement, éducation sanitaire
Maître d'oeuvre: Save the Children, services du gouvernorat de Quena
Partenaires financiers: Save the Children
Montant financier: $US 2.000.000
Durée: octobre 92 - septembre 93

Contact

Dr Shareef GHONEIM, PO box 448, Tanta (Egypte). Fax: (20-2) 355.63.43.