Cover Image
close this bookRavageurs des cultures tropicales, Maisonneuve et Larose, 1992
View the document(introduction)
View the documentAvant-propos
close this folder1. A l'orée de la phytiatrie
View the document1.1 - A l'orée de la phytiatrie
View the document1.2 - Les premiers insecticides
close this folder1.3 - La révolution des insecticides de synthèse
View the document1.3.1 - La victoire sur les insectes
View the document1.3.2 - Il fallut rapidement déchanter
View the document1.3.3 - Résistance
View the document1.3.4 - Les résidus toxiques
View the document1.4 - Milieux naturels et milieux cultivés
close this folder1.5 - La lutte biologique
View the document(introduction)
View the document1.5.1 - Utilisation des entomophages
View the document1.5.2 - Utilisation des entomopathogènes
View the document1.5.3 - La lutte autocide
View the document1.5.4 - Phéromones et analogues d'hormones
close this folder1.6 - Sélection de variétés végétales résistantes
View the document1.6.1 - Sélection de variétés végétales résistantes
View the document1.6.2 - Une nouvelle approche du problème de la protection des plantes: le génie génétique
View the document1.6.3 - La lutte intégrée
close this folder1.7 - Disséminations intercontinentales
View the document(introduction)
View the document1.7.1 - Mondialisation des échange
View the document1.7.2 - Exemples anciens. Le cas du acolyte du grain de café Hypothenemus hampei
View the document1.7.3 - Exemples contemporains
close this folder2. Les ravageurs par culture
close this folder2.1 - Ravageurs des agrumes
View the document(introduction)
View the document2.1.1 - Lutte contre les cochenilles
View the document2.1.2. - Les mouches des fruits
View the document2.2 - Ravageurs de l'ananas
close this folder2.3 - Ravageurs de l'arachide
View the document(introduction)
View the document2.3.1 - Aphis craccivora
View the document2.3.2 - Nématodes
View the document2.3.3 - Lépidoptères
View the document2.3.4 - Hémiptères
close this folder2.4 - Ravageurs du bananier
View the document(introduction)
View the document2.4.1 - Le charançon du bananier
View the document2.4.2 - Metamasius sericeus
close this folder2.5 - Insectes des cacaoyers
View the document(introduction)
View the document2.5.1 - La punaise mouchetée du cacaoyer
View the document2.5.2 - La punaise noire du cacaoyer
View the document2.5.3 - Les Helopeltis
View the document2.5.4 - Coccides ou cochenilles du cacaoyer
View the document2.5.5 - Borers des tiges
View the document2.5.6 - Chenilles défoliatrices
View the document2.5.7 - Charançons défoliateurs
close this folder2.6 - Déprédateurs des caféiers
View the document(introduction)
View the document2.6.1 - Le scolyte des cerises de caféiers
View the document2.6.2 - Données récentes sur H. hampei
View the document2.6.3 - Chenilles queue de rat
View the document2.6.4 - Chenilles mineuses (Perileucoptera)
View the document2.6.5 - La punaise bigarrée du caféier
View the document2.6.6 - Les borers du tronc de caféier
close this folder2.7 - Les principaux ravageurs des cotonniers
View the document(introduction)
View the document2.7.1 - Heliothis armigera
View the document2.7.2 - Cryptophlebia leucotreta
View the document2.7.3 - Pectinophora gossypiella
View the document2.7.4 - Les Earias
View the document2.7.5 - Chenilles défoliatrices Spodoptera (Prodenia) littoralis
View the document2.7.6 - Autres chenilles défoliatrices
View the document2.7.7 - Hétéroptères nuisibles aux cotonniers
close this folder2.8 - Ravageurs du manioc
View the document(introduction)
View the document2.8.1 - Phenacoccus manihoti
close this folder2.9 - Ravageurs du riz et du maïs
View the document(introduction)
View the document2.9.1 - Chenilles mineuses
View the document2.9.2 - Chilo zacconius
View the document2.9.3 - Chenilles défoliatrices
View the document2.9.4 - Diopsides
View the document2.9.5 - Punaises
close this folder2.10 - Les insectes nuisibles aux palmiers
View the document(introduction)
View the document2.10.1 - Augosoma centaurus
View the document2.10.2 - Oryctes sp.
View the document2.10.3 - Rhina afzeli
View the document2.10.4 - Rhynchophorus phoenicis
View the document2.10.5 - Temnoschoita quadripustulata
View the document2.10.6 - Cœlaenomenodera sp.
View the document2.10.7 - Chenilles urticantes des élaeis (limacodides)
close this folder2.11 - Déprédateurs du théier
View the document(introduction)
View the document2.11.1 - Hémiptères hétéroptères
View the document2.11.2 - Homoptères
View the document2.11.3 - Lépidoptères
View the document2.11.4 - Coléoptères
View the document2.11.5 - Acariens
close this folder2.12 - Insectes polyphages
View the document(introduction)
View the document2.12.1 - Le criquet puant
View the document2.12.2 - Gonocephalum simplex
View the document2.12.3 - Apate monachus
View the document2.12.4 - Mallodon downesi
close this folder3. Insecticides
View the document(introduction)
View the document3.1 - Principaux insecticides utilisés dans la protection des cultures tropicales
View the documentBibliographie spécialisée
View the documentBibliographie générale
View the documentAnnexe

Avant-propos

Ce petit livre répond à un double objectif:

- D'abord, faire le point des connaissances dans le domaine de la protection des végétaux contre les déprédateurs des cultures à l'heure où cette discipline entre dans une phase de profonde mutation.

- Ensuite, donner les éléments de base aux agriculteurs pour qu'ils sachent reconnaître des plus dangereux ravageurs qui affectent leurs récoltes.

On le voit, ce double objectif est essentiellement pragmatique.

Après la lutte chimique à outrance qui a caractérisé les années cinquante à soixante-dix, une approche nouvelle s'est peu à peu affirmée: les insecticides biocides à effet total et à très large spectre d'activité ont été progressivement remplacés par des insecticides plus sélectifs et moins rémanents:

- le nombre d'applications a peu à peu diminué;

- le volume des épandages a été considérablement réduit.

Parallèlement, une meilleure connaissance de la biologie des espèces nuisibles, de leurs ennemis naturels, des maladies qui les affectent, l'utilisation des phéromones, des hormones d'agrégation, des hormones juvéniles, a amené les chercheurs à repenser totalement la stratégie de contrôle et à préconiser ce qu'on appelle la lutte intégrée . Ces nouvelles techniques progressent, mais encore bien timidement, on doit le reconnaître.

Enfin, dernier progrès et non des moindres, on est parvenu à élaborer des plantes transgéniques , c'est-à-dire capables d'opposer une défense naturelle aux nuisibles.

En agriculture tropicale, trois plantes, le riz, le caféier, cotonnier vont bénéficier de ces recherches.

Si les espoirs mis dans ces techniques se confirment, on assistera à une véritable révolution; en effet on passe du stade de défense curative des végétaux à celui de défense préventive .

La partie n'est pas encore gagnée car des lignées d'insectes résistants, plus agressifs que les précédentes générations, commencent à se manifester. Il n'en reste pas moins que cette avance spectaculaire ouvre des horizons prometteurs.

Ce bref tour d'horizon, on le voit, se propose donc de donner des idées justes et claires de l'état des recherches mondiales et de leurs applications, en tenant compte à la fois de la propagande des firmes d'agrochimie et des flash journalistiques.

La seconde partie se propose de faire passer le paysan, le planteur, L'agriculteur peu averti, au stade d'un professionnalisme encore élémentaire mais plus efficace.

Pour beaucoup d'entre eux, les espèces qui dévastent leurs cultures sont désignées comme de la vermine, des pestes, des nuisibles, sans qu'ils sachent discerner les grandes familles de déprédateurs auxquels ils ont à faire.

Ceci peut amener de graves méprises .

Un éloquent exemple de ces méprises nous a été donné au Mexique quand fut menée une grande campagne contre l'anthonome, charançon du cotonnier, alors que le plus redoutable ennemi de ces champs était la noctuelle du tabac. Ceci amena la ruine de la région de Tampinco et de Matamoros.

Une bonne iconographie, complétée par une brève notice sur la biologie leur permettra de reconnaître un coléoptère face à une punaise, voire de distinguer deux chenilles d'espèces différentes.

Bien sûr, on se limitera aux principaux ravageurs d'importance économique majeure, sous peine d'allonger excessivement ce livre. Mais nous espérons que cela donnera aux hommes de terrain les premières bases d'une connaissance pratique.

E.M. LAVABRE