Cover Image
close this bookAménagements villageois et du terroir, Maisonneuve et Larose, 1990
close this folderIII. Aménagement du terroir
Open this folder and view contents3.1 ...
Open this folder and view contents3.2 - Quelques améliorations possibles
Open this folder and view contents3.3 - Les problèmes de conservation des sols
Open this folder and view contents3.4 - Les problèmes d'amélioration des sols
View the document3.5 - L'association agriculture, boisement, élevage

3.5 - L'association agriculture, boisement, élevage

On la qualifie aussi d' association agro-sylvo-pastorale.

Cette association a pour objectif d'organiser l'exploitation familiale pour en obtenir un rendement maximum.

" Aménager chaque champ pour éviter l'érosion:

- installer des haies anti-érosives partout où elles sont nécessaires (pentes de 5 % et plus);
- installer des haies coupe-vent ou de délimitation des parcelles dans le sens de la plus grande pente. Ces haies seront faites d'arbustes et d'arbres à croissance rapide, ne faisant pas concurrence aux cultures (donc, pas d'Eucalyptus).

Elles serviront aussi à fixer définitivement le tracé des chemins piétonniers et à délimiter leur emprise sur le terrain.

" Améliorer chaque champ par une exploitation raisonnée et des fumures organiques et minérales.

- mettre en place des successions de cultures propres à exploiter au mieux les éléments nutritifs contenus dans chaque champ;
- épandre et enfouir sans délai les fumures organiques jugées nécessaires;
- utiliser, à bon escient mais sans excès, les engrais minéraux et les amendements calcaires localisés;
- quel que soit le type de climat, pailler toutes les parties de sol dénudées;
- récupérer et composter toutes les herbes de débroussage, les résidus des cultures précédentes, ainsi que celles provenant des haies herbacées. Ne brûler aucun déchet sain des cultures ;
- exploiter les haies herbacées comme n'importe quelle autre culture:
- les couper fréquemment, à la hauteur voulue, variable selon l'espèce plantée, pour obtenir une repousse rapide et pour en tirer le maximum de matière verte (paillage et compostage);
- entretenir ces haies en:
- limitant le développement des souches pour qu'elles ne gagnent pas sur la partie cultivée,
- utilisant, après chaque opération, les éclats tirés des souches trop volumineuses pour combler des vides. Les débris de souches seront tronçonnés et mis en compostière;
- replanter régulièrement les haies, pour éliminer les souches ayant plus de 4 ans.

" Planter dans les haies des légumineuses volubiles et arbustives, ainsi que d'autres espèces à croissance rapide.

- les légumineuses fourniront, en mélange avec les graminées, un complément de fourrage pour les animaux de l'exploitation;
- les légumineuses arbustives et autres arbres ou arbustes fourniront du bois pour la cuisine familiale et les autres secteurs de l'exploitation.

" Assurer une protection des cultures et des récoltes contre les prédateurs, sans utilisation excessive de produits chimiques.

- la lutte agronomique donne souvent de bons résultats. La préférer, chaque fois qu'elle se révèle efficace;
- utiliser les produits chimiques quand ils sont nécessaires. Mais toujours se rappeler qu'ils sont parfois très coûteux, et souvent plus ou moins nocifs pour l'homme et les animaux.

" Elever systématiquement quelques animaux (lapins ou volailles) quelle que soit la taille de l'exploitation:

- toute exploitation même très petite - produit assez de déchets pour permettre l'élevage d'au moins une dizaine de lapins et/ou de volailles. Ces animaux:
- consommeront les déchets de cuisine et de l'herbe des haies,
- produiront, en échange, de la viande (et des œufs) pour la consommation familiale, ainsi que de petites quantités d'un très bon fumier qui est un excellent accélérateur de compost.

Les conseils ci-dessus permettent de tirer le maximum d'une exploitation, même très petite Mais pour donner des résultats vraiment intéressants, ils demandent, de la part de l'exploitant, un travail de réflexion, de l'organisation et du suivi.

Chaque secteur de l'exploitation: cultures, défenses herbacées, arbustives et arborées, petit élevage, main-d'œuvre familiale... devra aider les autres mais aussi recevoir d'eux matière à son développement.

Les cultures doivent fournir:

- aux haies: un minimum de compost au moment de leur plantation;
- aux animaux d'élevage: des sous-produits pour leur nourriture et leur litière;
- à la famille: les éléments nécessaires à leur alimentation.

Les haies doivent fournir:

- aux cultures: une partie de la nourriture qui leur est nécessaire,
- directement, à partir des composts et/ou des paillages,
- indirectement, par le fumier du bétail qui aura consommé une partie de leur production,
- indirectement, par les cendres du bois utilisé pour la cuisine (riches en potasse);
- aux animaux: une partie importante de leur nourriture et de leur litière;
- à la famille: le bois de feu pour la cuisson des aliments.

Les animaux doivent fournir:

- aux cultures: du fumier ou un compost enrichi,
- aux haies: également du fumier ou du compost, pour la mise en place des plants;
- à la famille: de la viande, du duvet et/ou des peaux.

La famille devra fournir:

- aux cultures: le travail de mise en place et d'entretien pour qu'elles produisent un maximum de récoltes. Elle devra également leur apporter les composts qui fertiliseront le sol;
- aux haies herbacées et arbustives: les soins qui leur permettront de produire:
- de la matière verte pour le paillage des cultures, le compostage, la nourriture et la litière des animaux,
- du bois pour la cuisson des aliments et les autres besoins de l'exploitation;
- aux animaux, les soins quotidiens: nourriture et abreuvement,
- entretien de la propreté des locaux et accessoires d'élevage... dont ils ont besoin pour produire, au mieux, ce que l'on attend d'eux.

La conduite d'une exploitation exige de l'agriculteur, non seulement du travail, mais aussi de la réflexion et de l'organisation, pour que chacun des secteurs bénéficie de ce qu'il peut attendre des autres et leur apporte, à son tour, une aide pour leur développement.

Cette interaction existant normalement entre les différents secteurs de l'exploitation doit se manifester autant, sinon plus, entre les différents éléments du terroir d'un village.

C'est à ce prix que tous les habitants tireront le meilleur bénéfice des efforts consentis par chacun en vue de cet aménagement.