Cover Image
close this bookAménagements villageois et du terroir, Maisonneuve et Larose, 1990
close this folderAnnexes
View the documentAnnexe 1: Personnalisation de votre exemplaire
View the documentAnnexe 2: La fumière
View the documentAnnexe 3: La compostière sur champ

Annexe 1: Personnalisation de votre exemplaire

Comme il n'est pas possible, dans le cadre restreint de cet ouvrage, de prendre en compte toutes les situations des techniciens qui voudront bien l'utiliser, nous proposons de personnaliser les exemplaires comme suit:

Les feuillets ci-après sont composés de tableaux vierges, qu'il vous appartiendra de remplir selon:

- la moyenne pluviométrique décennale de la région dans laquelle vous travaillez;
- la pluviométrie mensuelle de l'année en cours (faites des photocopies de ce tableau, pour pouvoir les insérer annuellement dans votre exemplaire personnel);
- le cycle des différentes cultures d'intérêt économique pour votre zone de travail;
- les différents travaux à exécuter pour mener à bien chacune de ces cultures, ainsi que le moment idéal d exécution, en fonction de la meilleure date de semis.

Ne pensez pas qu'il s'agisse d'un travail très difficile. L'exemple de la page suivante illustrera la façon de procéder

Après avoir rempli ces tableaux, vous serez en possession d'un outil qui vous permettra d'économiser bien du temps et de la peine et vous donnera tous les éléments de base pour une exécution rationnelle de votre travail; si vous craignez de faire des erreurs en remplissant ces documents, faites-en quelques photocopies (si vous le pouvez), ou quelques exemplaires de brouillon, pour vous familiariser avec cet exercice.

Vous verrez alors qu'il s'agit d'un travail assez simple qui vous sera d'une grande utilité pour la conduite de vos taches quotidiennes et saisonnières. Suivez chaque étape de l'exemple donné et vous serez satisfait.

Exemple de la détermination des relations entre:

- la moyenne pluviométrique décennale d'une zone
- le cycle végétatif d'une culture, et
- le choix des dates de semis et travaux.


Tableau IV MOYENNE PLUVIOMÉTRIQUE DÉCENNALE DE GABÚ (GUINÉ-BISSAU).

La variété de coton cultivée dans la région ouvre sa première capsule 120 jours après le semis; sur le calendrier, nous ferons coïncider cette ouverture avec la date moyenne de fin des pluies.


Tableau V CYCLE DE DÉVELOPPEMENT DU COTONNIER.

Cela nous amènera à choisir le 10 juin comme date idéale de semis (tableau 5).

Nous pouvons alors établir le calendrier précis des travaux à effectuer sur une parcelle de coton semée à cette date (tableau 6).


Tableau VI CALENDRIER D'EXÉCUTION DES TRAVAUX EN CULTURE COTONNIÈRE DANS CETTE RÉGION.

Le relevé pluviométrique de l'année nous confirmera le bien-fondé du choix de cette date (tableau 7).


Tableau VII PLUVIOMÉTRIE,DE 10 EN 10 JOURS EN 1988. A GABÚ.

Cette méthode de détermination du calendrier idéal des travaux est applicable à toutes les cultures:

- annuelles ou pérennes;
- que le climat comporte une ou deux saisons pluvieuses dans l'année.

A vous, maintenant, de réaliser le calendrier agricole idéal de votre zone de travail.

Il vous permettra d'établir la planification de votre travail, en tenant compte que:

- les actions de sensibilisation doivent commencer, en moyenne, 2 mois avant la date à laquelle les agriculteurs commencent normalement un travail;
- les démonstrations doivent être faites une semaine environ avant le début du travail qu'elles concernent.

Moyenne pluviométrique décennale (ou plus) de la région

Tableau VIII
CADRE POUR RELEVÉ DE LA MOYENNE PLUVIOMÉTRIQUE DÉCENNALE DE VOTRE RÉGION.

550













500













450













400













350













300













250













200













150













100













050













0













mm













Les noms des mois ne sont pas inscrits, pour vous permettre de faire commencer l'année au mois qui convient le mieux pour couvrir les saisons pluvieuses de la région (tableau 8).

Culture:













- Calendrier des travaux













Culture:













- Calendrier des travaux













Culture:













- Calendrier des travaux













Culture:













- Calendrier des travaux













Culture:













- Calendrier des travaux













Annexe 2: La fumière

Elle est installée tout près de l'étable et se compose de:

- deux plate-formes de 2 m - 3 m, creusées à 30-40 cm de profondeur, avec une pente légère vers la fosse à purin; la surface peut être couverte d'une couche d'argile damée, pour l'imperméabiliser;
- une fosse à purin de 1 m - 1 m, et 1 m de profondeur; cette fosse recueille les effluents liquides de l'étable et des plate-formes.

Une ombrière haute (2,20 m) couvre le tout, pour le protéger de la pluie et du soleil. Comme pour la compostière, on peut utiliser cette ombrière pour y cultiver des plantes grimpantes.

Le fumier, mélange des herbes de litière et de déjections des animaux, est évacué de l'étable une fois par semaine et déposé sur la plate-forme la plus proche de l'étable. Il est arrosé, deux fois par semaine, avec le purin de la fosse.

Trois à quatre mois après commencé le tas, on procède à un recoupage: il sera déplacé par tranches horizontales; le fumier le plus récent se trouvera au bas d'un nouveau tas, tandis que le plus ancien sera à la partie supérieure; on continuera d'arroser régulièrement avec le purin de la fosse.

Après trois mois passés sur la deuxième plate-forme, le fumier doit être bien décomposé et prêt à l'emploi. Comme le compost, il sera utilisé à la dose moyenne de 30 tonnes ha, une fois tous les trois ans.

Une réduction des doses est possible (10 t/ha), si l'on ne dispose pas de quantités suffisantes. Il est généralement préférable de fumer une surface moindre, mais d'utiliser un dosage normal.

L'étable fumière

Dans certaines régions, on remplace l'ensemble. étable + plate-formes à fumier par une «étable-fumière»:

- après avoir construit l'étable, on creuse une fosse de 40 à 50 cm de profondeur sur toute la surface de bâtiment; les parois verticales de la fosse à 50 cm en retrait par rapport aux lignes de piquets verticaux qui supportent le toit (pour ne pas compromettre leur solidité);
- la terre extraite de la fosse est rejetée sur les côtés de l'étable exposés à la pluie; des plantes repoussant les insectes: basilic, géranium-rosat, citronnelle, tanaisie... seront plantées sur ces buttes de terre;
- une voie en pente douce permettra aux bêtes de rejoindre l'étable sans risquer de se blesser.

Une couche épaisse de litière propre doit être mise en place chaque jour, pour isoler les animaux des déjections et de l 'humidité.

Dans tous les cas:

- étable classique + plate-forme, ou
- étable fumière,

il est nécessaire de prévoir, à côté de l'étable, un hangar de stockage pour conserver les herbes (sèches) de litière à l'abri des pluies.

Le fumier est extrait de l'étable en fin de saison sèche et transporté sur les champs où il sera laissé en tas. On l'étalera sur toute la surface, au moment du labour seulement afin qu'il conserve le maximum de valeur nutritive.

Annexe 3: La compostière sur champ

Tous les agriculteurs des régions à deux saisons de pluies peuvent fabriquer du compost pour fumer et amender leurs champs.

Nous proposerons ici un compostage «en meules» qui facilite les manipulations.

La compostière est installée en bordure haute du champ à fumer et en recevra tous les déchets.

Elle se compose de deux plate-formes carrées de 2 m de côté chacune, creusées à 30 cm de profondeur.

Une ombrière haute (2,20 m), disposée au-dessus des plates-formes, protège le compost du soleil, mais pas de la pluie; L'ombrière peut servir de support à des cultures grimpantes: courges, christophines, maracujas...

Le compost est constitué d'un mélange de toutes les herbes du champ et des environs:

- herbes de jachère et de débroussage...
- herbes d'exploitation des haies anti-érosives et de désherbage des cultures...

Eviter les tiges ligneuses. mais, mil, sorgho ou des rameaux dont la présence qui allongerait le temps de décomposition de l'ensemble.

Les tiges seront gardées pour les fonds de meules et le paillage des cultures. Le bois servira pour la cuisine de la famille.

La transformation des herbes en compost se fait en deux temps:

- fermentation de la masse par échauffement qui détruit les graines, microbes et autres parasites;
- décomposition des herbes fermentées.

La meule est montée, sur l'une des plate-formes, un jour de grosse pluie, pour que les matières qui la composent soient bien détrempées.

Le montage est effectué de la manière suivante.

- disposer au fond de la fosse une couche de 5 cm de tiges dures entrecroisées, ceci pour faciliter l'aération de la masse;
- étaler sur toute la surface une couche d'herbe mouillée et bien tassée de 20 à 25 cm d'épaisseur;
- épandre sur cette couche d'herbe quelques pelletées de terre et cinq ou six poignées d'engrais azoté (urée ou, mieux, sulfate d'ammoniaque);
- monter ainsi le tas, par couches successives, jusqu'à 1,20 m de hauteur au-dessus du sol, en tassant bien chaque couche;
- recouvrir la dernière couche de 4 à 5 cm de terre, après y avoir épandu l'engrais.

Attendre deux à trois semaines, pour que le tus soit d'abord échauffé (60 à 65°C), puis refroidi. Contrôler l'échauffement du tus.

Recouper alors le tas dans le sens vertical et jeter l'herbe, sans la tasser, au centre de la seconde plate-forme. Elle doit former une meule arrondie, atteignant presque la hauteur de l'ombrière (2 m).

Faire cette opération un jour de pluie, pour que la totalité de l'herbe soit bien mouillée, condition d'une bonne décomposition.

Le compost de la seconde plate-forme peut être utilisé trois ou quatre mois après.

Une compostière de ce type fournit de quoi fumer environ 800 m² de terrain à la dose de 3 kg/m² soit 30 t/ha, fumure à renouveler en moyenne tous les trois ans.

Une telle compostière est donc suffisante pour assurer la fumure d'un quart d'hectare, avec un minimum de transport.

Annexe 4: Plans-types


Fig. 36. Elévation du plan de la maison.

- Compostière

La compostière est établie en haut de la parcelle à fumer. C'est cette position qui facilite au mieux le travail, en le rendant le moins fatigant possible.


Fig. 37


Fig. 38. - Plate-formes à fumier: plan et élévation.


Fig. 39. Etable-fumière: plan et élévation.