Cover Image
close this bookL'audiocassette et ses usages. Un outil de communication au service du monde rural, GRET, 1994
close this folderL'information
close this folderL'information - vulgarisation
View the document(introduction)
View the documentAu Bénin: Le jour de marché, des éleveurs peuhl s'enseignent mutuellement
View the documentEn Turquie: Amplifier une campagne de vulgarisation agricole
View the documentAu Lesotho: Reculer les frontières d'une campagne multimédia

Au Lesotho: Reculer les frontières d'une campagne multimédia

Le mais est la nourriture de base des Basuthos, les habitants du Lesotho. Pourtant ceux-ci produisent à peine la moitié de ce qu'ils consomment. En collaboration avec la FAO, le service d'information agricole du Lesotho lance, en 1987, une campagne de communication en direction des agriculteurs de deux districts: une zone de basses terres et une zone montagneuse. Une enquête systématique auprès des villageois permet de cibler la campagne et de déterminer les thèmes, les formes et supports appropriés, ainsi que les moments d'information les plus favorables.

Le déroulement du programme s'ajuste ainsi au calendrier des activités agricoles pour permettre progressivement aux agriculteurs d'intégrer de nouvelles méthodes de plantation, d'ensemencer des variétés à haut rendement et à maturité précoce, de bien connaître et utiliser fertilisants et insecticides, de réduire les pertes après récoltes par la construction de silos en pierre et en ciment.

La stratégie de communication concilie deux approches:

" Une campagne multimédia intensive pour dix villages prédéterminés

Parallèlement à la diffusion d'émission radiophoniques, un véhicule circule de village en village. A son bord, une équipe pluridisciplinaire dispose d'un ensemble de matériels: montages de diapositives, affiches, livrets imprimés, audiocassettes. Un haut-parleur diffuse à la ronde des musiques traditionnelles pour annoncer au public qu'un événement va se dérouler Après un préambule de caractère festif, la manifestation s'organise en séquences successives, chacune d'elles utilisant tour à tour les différents supports audiovisuels. On commence par la cassette, on termine par le montage diapo et les animations s'enchaînent. Les séances sont suffisamment vivantes pour qu'un homme aille chercher sa charrue, annonçant: « Très bien... et maintenant, je veux savoir comment on fait».

Après avoir fourni les documents et outils nécessaires à la poursuite de l'action, les intervenants reprennent la route. Le véhicule reviendra après avoir fait le tour du district et la campagne progressera, ponctuée par ces interventions spectaculaires. Les vulgarisateurs font le lien et assurent sur place un suivi approfondi.

" La mise en place de groupes d'écoute pour tous les autres villages, souvent isolés ou enclavés

Une vingtaine de personnes encadrées par un agent du service de vulgarisation spécialement formé se réunit autour d'un magnétophone pour écouter une cassette réalisée à son intention, en débattre et passer à l'action.

Chaque cassette dure environ une demi heure; elle est diffusée en sesotho, langue nationale comprise de tous, et comporte:

- une introduction du sujet;
- des interviews d'agriculteurs;
- une courte dramatique mettant en scène les recommandations techniques.

L'écoute est suivie d'une discussion et de démonstrations pratiques effectuées avec le concours du vulgarisateur. Chaque semaine, la radio relaie ces réunions. Un nouveau programme est introduit tous les quinze jours; il est attendu, notamment en raison de sa dernière partie dont la théâtralité séduit et provoque. L'évaluation, réalisée par questionnaires et interviews, montre que le niveau de connaissances et de compétences pratiques des agriculteurs a plus que doublé à l'issue de l'opération de communication dans son ensemble.

Toutefois:

- la campagne multimédia s'est révélée plus efficace en termes d'impact et d'évolution des comportements;

- la campagne audio (cassettes et radio), moins coûteuse, a touché une population beaucoup plus importante.

Compte tenu de ces résultats, le projet est étendu en 1989 à un troisième district situé en zone aride et prédisposé à la culture du sorgho dont il s'agit d'accroître la production et de diversifier la consommation. De la même façon, dix villages font l'objet d'une campagne multimédia, les autres étant approchés par les seuls supports sonores. Cette combinatoire a porté ses fruits. Cependant, dans la perspective d'actions futures, il est recommandé de revoir le contenu des cassettes et de l'enrichir d'éléments du patrimoine culturel pour un meilleur équilibre entre divertissement et enseignement.

" Pour en savoir plus sur ce sujet, se reporter au document n° 20 de la bibliographie à la fin de cet ouvrage.