Cover Image
close this bookEvaluation de l'application de la charte de l'aide alimentaire au Niger, Club du Sahel, 1998
close this folderI. Contexte général
View the document1. Environnement socio-économique
View the document2. Évolution de la situation alimentaire depuis 1995

1. Environnement socio-économique

La République du Niger est un pays sahélien enclavé. Elle couvre une superficie de 1 267 000 km 2 dont 12 % sont consacrés aux activités agricoles. Sa population est estimée, en 1997, à 9,9 millions de personnes dont 87 % se consacrent à l'agriculture. Cette population est inégalement répartie (trois quarts de la population vivent sur un quart du territoire national). Avec un taux de croissance de plus de 3 % par an, le Niger fait partie des pays à démographie galopante. L'espérance de vie est de 46 ans.

On estime que 63 % de la population nigérienne vit en-dessous du seuil de pauvreté définie par la Banque Mondiale (revenu annuel par habitant situé en-dessous de 50 000 FCFA et 75 000 FCFA en milieux respectivement rural et urbain) et 34 % dans l'extrême pauvreté (revenu annuel par habitant situé en-dessous de 35 000 FCFA et 50 000 FCFA en milieux respectivement rural et urbain). Sur les 174 pays couverts par l'indice 1996 de développement humain du PNUD, le Niger occupe le dernier rang.

C'est à partir des années 1990 que la crise économique a pris progressivement un caractère aigu. Le poids considérable de l'endettement extérieur et l'insuffisance des liquidités de trésorerie se sont traduits par des retards de paiement des salaires des fonctionnaires et par des difficultés de fonctionnement des entreprises publiques.

La part du secteur rural, qui était de 70 % du PIB en 1960, est maintenant estimée à 37 % du fait de l'importance des industries minières mais aussi de la forte dégradation des conditions climatiques et des systèmes de production. En effet, la production céréalière, excédentaire jusqu'au début des années 70, ne couvre, à la fin des années 80, que 80 % des besoins, pour devenir aujourd'hui structurellement déficitaire. La dégradation du pouvoir d'achat des populations est venue accentuer la vulnérabilité de celles-ci à la malnutrition et aux maladies. Cette situation risque de s'aggraver avec la croissance démographique, l'exode rural, en l'absence de politique cohérente de développement durable du secteur rural, assortie d'une stratégie concertée et opérationnelle de sécurité alimentaire.