Cover Image
close this bookLe sorgho, Maisonneuve et Larose, 1991
close this folderVII. Les ennemis du sorgho
View the document7.1 - Les maladies
View the document7.2 - Les insectes du sorgho (1)
View the document7.3 - Le striga

7.3 - Le striga

Parmi les adventices du sorgho figurent des espèces du genre Striga de la famille des Scrofulariacene. Ces espèces sont de redoutables parasites épirhizes répandus dans la zone semiaride de l'Afrique tropicale, en Afrique du Sud, en Inde et ponctuellement aux Etats - Unis (globalement entre les 30e degré nord et les 30e degré sud).

Le genre Striga renferme une trentaine d'espèces, dont 23 sont présentes en Afrique où elles occupent le terrain de façon très diversifiée. Ce sont soit des holoparasites soit des hémiparasites. On trouve notamment sur le sorgho Striga hermonthica et S. aspera, mais ces espèces parasitent de nombreuses autres poacées telles que le mil, le maïs, la canne à sucre et le riz pluvial.

La durée du cycle biologique du Striga depuis la germination jusqu'à la production de graines est comprise entre 90 et 120 jours. On peut distinguer quatre stades phonologiques: la germination, la fixation sur l'hôte, la pénétration et la floraison - fructification. Les 3 premiers ont lieu sous la surface du sol, le dernier est aérien.

Les graines de Striga, très petites, sont produites en grande quantité (40 000 graines par plante...) et leur longévité peut atteindre 15 à 20 ans. Leur dissémination dans le milieu se fait par l'eau et par le vent. La dormance est comprise entre 2 et 6 mois, ce qui correspond à la saison sèche des pays à climat tropical semi - aride. Au début de la saison de culture, les grains s'inhibent d'eau (phase de pré - conditionnement), les grains ont alors besoin d'un stimulant de la germination produit par la plante - hôte, donc le sorgho dans le cas qui nous intéresse. Sous l'effet de cette stimulation, la graine émet une radicule qui se dirige vers la racine du sorgho par chimiotropisme. Un renflement apparaît sur la radicale (création de l'haustorium) organe de pénétration du parasite dans l'hôte. Au niveau de la graine de Striga se développe un tubercule à partir duquel des racines apparaissent. Ces dernières peuvent, si elles rencontrent une racine de sorgho, former des haustoria secondaires. L'émergence du Striga est plus ou moins rapide et dépend de la profondeur. Dans les zones sahéliennes où la période de semis se situe vers juin, le Striga émerge courant août. La floraison et la fructification débutent à la mi - septembre et peuvent se poursuivre jusqu'à la fin octobre.

Les techniques de lutte chimique ont montré leur efficacité aux Etats - Unis, mais leur emploi chez les paysans à faibles revenus des pays tropicaux ne paraît pas être envisageable en raison de leur coût élevé et de la technicité qu'elles requièrent.

En lutte préventive, on distingue les techniques qui permettent une diminution du stock de graines des parasites dans le sol. Le bromure de méthyle (un fumigant), l'éthylène (stimulant de germination) et quelques herbicides ont démontré leur efficacité.

On a pu aussi démontrer le rôle de la rotation des cultures, de la fumure, de l'irrigation, de la densité de semis comme moyens de contenir le développement du parasite. Mais c'est l'emploi de variétés tolérantes au Striga qui offre le plus d'espoir. Cette tolérance, présente chez quelques variétés, peut avoir pour origine soit l'existence de barrières mécaniques et chimiques s'opposant à la pénétration, soit une faible production de stimulants de la germination. La variété Framida paraît éviter le parasitisme.

En matière de lutte curative l'arrachage avant floraison des Striga et le brûlage sont des moyens efficaces.